Prepare for trouble, part2

Chapitre 2 : Home sweet home!

 

POV Victoire

Vic23 1

J'aimais bien être chez moi en fait, même si je disais dans cesse le contraire, et en arrivant, je vis que maman faisait une sieste dans le grand hamac sous l'arbre tandis qu'Oliver s'occupait dans son parc à l'ombre, et que Phyllali jouait avec les Boustiflors. C'était caaaaalme, franchement un moment comme ça, c'était à marquer d'une pierre foudre! Mais ce fut de courte durée lorsque la Pokéball de maman s'ouvrit que ce CRÉTIN de Seviper...

"-Ssssssseviper..."
"-Grrrrr..."

Mangriffe était en position d'combat et je l'avais rappelé dans sa Pokéball tandis que ce petit pleurnichard d'Oliver s'était mis à chialer et que maman s'est réveillée et levée pour calmer ce petit chouineur, après avoir rappelé son serpent débile

"-Pour UNE fois que je peux faire une sieste! RaaaAAAAaaahhhhh NON MAIS C'... c'est rien, mooooh viens là mon trésor..."

J'avais baissé les yeux, honteuse. Comme d'habitude, elle était super sympa avec Oliver et moi bah j'étais la méchante! Même si... c'est vrai que j'aurai du y penser, mais c'était quand même pas d'ma faute si ce crétin de Seviper était mal élevé!

"Désolée maman.. ehhh au fait!! Demain soir y a une conférence à laquelle j'veux aller à l'arène de Celadopole!! 

J'ignorais pourquoi mais c'était la première chose qui me vint en tête : Sacha, le seul point positif de ma journée, en somme


"-Hm, et c'est quoi au juste? Demain soir on va voir le match, n'oublie pas!"

Haaaan oui le match, c'est vrai... Mais c'était pas important du tout, en plus on soutenait pas les Elekteks, ni les Staross, et en fait, je m'en fichais du baseball. 

"Ouaiiis.. Mais c'est une occasion unique, ça se représentera peut être plus jamais maman!! Tu t'rends compte, on peut visiter l'arène, rencontrer Erika!!! Imagine tous ces Pokemons plantes, et en plus, un génie extrême sera là, il est venu à l'école aujourd'hui pour nous faire un discours et j'ai envie de le voir se battre!!!"

Maman avait levé un sourcil tandis qu'Oliver jouait avec ses longs cheveux


"Hmm, c'est non Victoire, à moins qu'ton père sacrifie le match pour t'emmener, sinon c'est hors de question."

Comme si j'avais 5 ans quoi! Alors Satine pouvait partir à Johto avec trois pélo de 10 ans pour faire des concours avec un carapuce, mais moi je pouvais pas aller à Celadopole le soir toute seule? Aucune logique..
Bon, à première vue elle semblait pas convaincue c'est clair, mais papa n'était pas là donc y avait encore moyen, et je savais que je pouvais compter sur lui, il était bien plus cool qu'elle! Maman m'écoutait qu'à moitié en fait, puisqu'Oliver mâchouillait ses cheveux.. À croire qu'il voulait imiter Vortente..

"Bon bah j'demanderai a papa.."

Je l'avais suivi à l'intérieur et avais posé mon sac sans en rajouter parce que franchement, parler avec elle, c'était pas possible, un vrai mur lumière! J'avais piqué des gâteaux dans le placard et mis de l'eau à chauffer avant de m'affaler à table. Une fois Oliver dans sa chaise haute en train de goûter, elle m'accorda enfin un peu d'attention..


"Bon, tu as passé une bonne journée? Tu sais que ton imbecile de prof m'a ENCORE appelé pour me dire que tu étais en r'tard!?"

Forcément, Goiyo n'avait pas pu s'en empêcher.

"Oui j'm'en dout... et tu sais pas quoi?! Ce vieux Houthout nous a donné nos binômes, tu sais, pour le projet d'étude!!! Et fallait que ça tombe sur moi, je dois l'faire en équipe avec le mec le plus con de toute l'école! Celui qui m'avait humilié avec son Fantominus, tu t'souviens?! On va être obligé de travailler ensemble, et pendant le voyage scolaire en plus!"

L'idée n'avait pas plu à maman. D'ailleurs, elle s'était énervée en menaçant d'aller voir cet imbecile de Goiyo pour "mettre cartes sur table".

"Non mais tant pis maman, c'est comme ça, c'est pas grave..."

Apparemment pour elle, si.


"Non mais quand je pense qu'on paie MILLE POKEDOLLARDS L'ANNÉE pour que tu puisses étudier à Celadopole! Je me FICHE du règlement, j'ai pas besoin d'une permission pour remettre ce CLOWN à sa place! Tu fera ton projet avec Alice que ça lui plaise ou non, ET MANGE TA COMPOTE OLIVER SINON J'TE FICHE AU LIT ET TOUT DE SUITE!"

La soirée s'annonçait banale : mon frère qui repeint les murs avec de la compote, maman qui râle, manquait plus que Satine pour nous raconter à quel point elle était géniale.. Vivement que papa rentre du travail..

 

 

POV Clyde

19832737 10207314379297374 1782910807 n

J'étais un peu surpris que Victoire ne réponde pas à ma pique, mais pas déçu en soi. J'avais vraiment trop faim pour m'en préoccuper ! D'ailleurs, j'avais un gros doute, tout d'un coup : ce matin, j'étais partis super vite à cause de mes géniteurs semblant à deux doigts de me refaire une petite sœur et comme un con, je n'avais absolument pas songé à prendre mon déjeuner... Une grimace de dégoût déforma mon visage, alors qu'Arthur me demandait ce qui se passait. Inutile de dire que je préférais ne pas lui faire part des images dégueulasses qui hantaient mon esprit. Bon d'accord, c'était pas "dégueulasse", juste malaisant. 

Avec la pluie qui était tombée toute à l'heure, il n'y avait juste pas moyen que je m'assois dans l'herbe mouillée, alors on rentra s'installer dans une salle vide afin de manger pépouze. Je commençais à préparer une tirade dans ma tête pour taxer de la bouffe à Arthur, à Mathias ou à une de ces nanas qui nous suivaient comme nos ombres, mais... J'eus la surprise de voir mon bento tout au fond de mon sac. Maman était peut-être incroyablement gênante quand elle le voulait, mais au moins, elle ne laissait pas son – hurgh – Poussifeu mourir de faim. Je découvris des restes d'hier soir ainsi qu'une part de clafoutis provenant sans doute de la pâtisserie de tata Moka. Comme il n'y avait aucun prof à l'horizon, j'en profitai pour faire sortir Insecateur, afin de le nourrir : il l'avait plus que mérité. 

Les conversations allaient de bon train sur le cours qui venait d'avoir lieu et les gens étaient juste trop verts que ce soit moi qui ait affronté l'intervenant. Je ne savais même pas trop quoi répondre, je n'avais rien demandé, à la base.
 

"Quand je pense que je suis tombé sur cette gonzesse sans gêne ! Et surtout que tu te la tape pour le projet d'histoire, du coup !

- Ouais enfin elle est plutôt mignonne, moi je me la taperais bien autrement..."

Il me semblait inutile de préciser l'auteur de la deuxième réplique. Le regard lubrique de Mathias me donnais franchement envie de dégobiller mon clafoutis, qui était pourtant délicieux. Et puis franchement, si je devais vraiment parler de mon binôme d'histoire, j'aurais eu des tas de choses à dire avant de parler de son physique : son manque d'éducation, le fait qu'elle semble douée en origami... 

"On peut pas parler d'autre chose ? On est à table, là."

Les filles de la table avaient l'air ravi que j'interrompe mon Gruiki de pote. Moi, j'étais juste exaspéré par tout ça. Je n'avais qu'une hâte, être à ce soir pour pouvoir rentrer à la maison, passer un petit moment sur ma batterie et éventuellement jouer un petit moment à Rocket League avec papa. On était tous les deux un peu nazes et mauvais perdants, mais on aimait bien ce petit moment père-fils.

Mais avant tout ça, il fallait retourner en cours. L'après-midi fut plutôt banale et il ne se passa rien de très intéressant. Pour une fois, je me tins tranquille, me contentant d'écouter et de prendre des notes à l'occasion. Et puis finalement, la grosse coche en forme d'Eoko finit par sonner, annonçant la fin de la journée, aussi nommée « délivrance ». Il était enfin l'heure de faire ressortir Libégon. Le temps était heureusement clément et elle décolla avec grâce en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. Au LIPC, il y avait non seulement un espace pour les vélo, mais aussi une piste pour ceux qui venaient avec des Pokémontures, que ça soit terrestres où aériennes. Les Galopa côtoyaient les Rhinocorne et les Roucarnage aux coupes improbables. Sans vouloir me vanter, je trouvais vraiment que j'avais de la chance d'avoir Libégon, elle suscitait toujours l'admiration ! 

Le vol de retour ne dura qu'une dizaine de minutes, le vent étant favorable. Je plaignais Thelma qui devait prendre le bus pour rentrer : papa n'aimait pas trop l'idée qu'elle le prenne seule, mais quelque chose me disait que ses répliques bien senties éloignaient les gros lourds sans difficulté. Et puis nous n'habitions pas non plus trop à l'extérieur de la ville, le trajet n'était donc pas si long. 

En arrivant à la maison, je pris le temps de nourrir mes quatre Pokémon dans le jardin : il n'était pas forcément grand, ni luxuriant, mais bien entretenu, notamment avec l'aide d'Insécateur. Notre maison en tant que telle était plutôt pas mal. Ce n'était pas un manoir ni une grande villa, mais était loin d'être ridicule. C'était surtout l'intérieur qui rendait maman fière : les pièces étaient lumineuses et décorées avec goût. Je me demandais souvent comment mes parents faisaient pour payer tout ça, car il ne me semblait pas que nous étions siiii aisés que ça. Je soupçonnais maman et papa de ne pas toujours payer ce qu'ils obtenaient, mais je préférais ne rien dire : pour des ex-criminels, ça ne me semblait pas si choquant, comme hypothèse. 

J'eus la surprise de constater que Thelma était déjà à la maison, à lire un livre dans le salon. Elle ne leva même pas les yeux de son bouquin et me fit un petit signe.


"Salut p'tite sœur. Ça va ? J'étais surpris de ne pas te voir ce matin."

Thelma finit par lever le nez vers moi et me sourit. Si je ressemblais beaucoup à maman, elle avait beaucoup pris de papa : elle avait de grands yeux bruns et de longs cheveux verts, coiffés en deux couettes. Il paraît qu'elle avait déjà beaucoup de succès avec les garçons, malgré son jeune âge et j'étais souvent inquiet pour elle. En tant que mec et vu mes potes, je savais comment certains regardaient les jolies filles comme elle.

"Salut ! Ça va, c'était une journée tranquille."

Je remarquai bien qu'elle ne me disait pas tout. Pourquoi partir plus tôt si c'était une journée tranquille ? Mais elle s'était déjà replongée dans son livre. C'est vrai qu'elle était plutôt du genre à le faire comprendre quand on la dérangeait. Tant pis pour elle ! Je me dirigeai vers le garage où se tenait ma batterie. C'était le seul endroit de la maison à peu près insonorisé correctement. Maman avait été très clair : si j'avais choisi de jouer du piano ou de la guitare, il n'y aurait eu aucun problème pour le faire dans le salon. Mais de la batterie, c'était juste pas possible. Je me mis donc à jouer des rythmes au gré de mes envies. Fantominus était venu me rejoindre et semblait plutôt satisfait de ce que je jouais. 

Je profitais de cette tranquillité, tant que maman n'était pas rentrée. Je savais pertinemment que M'sieur Goiyo avait du l'appeler. Parce qu'en plus d'être un vieux sans autorité, il appelait toujours ma mère, jamais mon père, bien plus compréhensif. Je me rappelle assez de la fois où derrière le dos de maman, il avait levé le pouce, fier de la connerie que j'avais faite... D'ailleurs, la porte du garage s'ouvrit et je le vis rentrer sa moto, son casque posé sur la selle. Maman ne devrait plus tarder et je redoutais déjà. Je savais qu'elle ne me dirait sans doute pas grand chose, mais c'était pour le principe. Papa s'approcha de moi, un petit sourire gêné aux lèvres.


"Alors, bonne journée ?"

Il devait sans doute faire référence au fait que je me suis quasiment enfuit ce matin. Je répondis par la positive. Je crevais d'envie de raconter ma matinée, mais d'un autre côté, je savais que ça me saoulerais de le dire deux fois et que maman voudrait poser plein de questions.

"Tu m'aidera pour le dîner ? Ta mère ne pourra pas se plaindre si c'est son Poussifeu qui a cuisiné... "

Maman avait effectivement la sale manie de râler lorsque quelque chose n'était pas fait comme elle l'aurait fait. Je ne pu m'empêcher de rire à la requête de papa, malgré le surnom niais.

"Tu sais qu'elle trouve à y redire même quand c'est moi ? Avoue que tu ne veux simplement pas te taper les reproches tout seul.

- C'est totalement ça."

Tandis que papa retirait ses bottes – maman ne les voulait pas dans la maison –, je posai mes baguettes. On avait largement le temps de se faire une petite partie avant d'entamer la préparation du repas, de toute façon.

 

POV Victoire

Vic23 1

J'étais dans ma chambre, allongée à plat ventre sur mon lit en train de faire mes devoirs de biologie Pokémon, lorsque j'avais entendu Caninou aboyer : papa arrivait enfin à la maison. J'avais relevé ma tête brusquement avant de retirer de ma bouche mon stylo tout mâchouillé, l'avait glissé dans mon cahier afin de ne pas perdre la page, et je m'étais levée d'un bond, toute contente, avant de dévaler les escaliers. J'vous entends d'ici me demander mon âge! Oui BON c'est vrai que c'est vraiment ridicule à 17 ans d'agir comme ça, mais c'est plus que mon père vous comprenez? C'est aussi mon meilleur ami, la personne de qui j... Eurk! Arrivée à mi chemin de l'escalier, je l'avais entraperçu en train d'embrasser maman en lui plottant les fesses.. charmant! J'avais attendu avant de descendre plus bas, histoire que ce moment malaisant ne le soit pas davantage.. quand enfin, il l'avait lâché 

"Salut Papa!!"

J'étais descendue pour lui faire un bisou, il me faisait marrer avec sa bouche barbouillée de rouge à lèvres après avoir embrassé maman. J'allais lui parler de Sacha et de l'arène quand mon élan à venir fut interrompu : tous les Pokémons étaient venus le saluer en même temps, le faisant s'écouler par terre..


"Eeehhh mais doucement..."

Il "rigolait", mais j'imaginais que ça devait le saouler à force : dès qu'il rentrait, tout le monde lui sautait dessus comme si on l'avait pas vu depuis plus de 10 ans, Caninou et Vortente le couvraient de bave, Eoko lui cachait la vue.. non franchement il n'était pas aidé.. Maman lui avait tendu la main pour l'aider à se relever. J'allais parler, lui demander de m'emmener à l'arène demain, j'avais pleins de choses à lui raconter! Mais j'avais même pas eu l'temps d'en placer une.. 

"-T'en as quand même mis du temps! Tu crois qu'le dîner va s'faire tout seul..?"

Maman n'avait vraiment AUCUNE pitié : elle n'avait rien fait de la journée! Il m'impressionnait à rester si calme et amoureux d'elle en toutes circonstances..

"-Y avait des embouteillages Jessie, je vais demander à Miaouss de ramener de la pizza.."

"-Gegadddd Vitoire!!!"

Ils étaient parti dans une discussion pendant que j'accordais mon attention à mon frère qui venait de débarquer, tirant sur mon pantalon pour me montrer ses dessins qui ne ressemblaient à rien..

"Et ça, c'est qui..?"

"-C'est onianouss!!"

En langage Oliver, ca voulait dire "Oncle Miaouss", et il ressemblait à une créature hybride à mi chemin entre un Shaymin et une sorte de pomme de terre.. Je faisais semblant de trouver ça beau, bien sûr, mais en réalité ça ressemblait à une fresque d'art primitif qui n'a aucun sens. Bref, trêve de plaisanteries, il fallait que je demande à papa pour demain..

"Dis Papa..?"

Mais évidemment il n'en avait rien à faire de moi : il n'avait d'yeux que pour Oliver, puis il câlinait maman, puis Mime Jr... Et vas y qu'il parlait de Satine... Cette petite peste ne rentrait que demain parce qu'elle allait voir une "amie de Johto" qui concourait je ne sais où ce soir : alors LÀ! C'était hors de question qu'après ça on m'interdise de sortir demain! J'allais ENCORE essayer de parler lorsqu'il avait pris le téléphone pour commander les pizzas rrraaaaAAAaah et moi alors?!


"-... euh.. oui comme d'habitude, une 4 fromages avec double ration de fromage, supplément de viande hachée, sauce ketchup et cornichons pour Jessie.."

"-DIS LUI D'PRENDRE AUSSI DU CHEESECAKE!"

"-Ah et du cheesecake.. et deux Margharita pour Victoire et moi.."

Il m'avait lancé un regard interrogatif pour savoir si c'est bien ce que je voulais : je n'avais rien dit mais en fait, je voulais une calzone, mais peu importait. Une fois qu'il eu raccroché, j'avais enfin le champ libre.. Papa s'était tourné vers moi en retirant sa veste avant de la mettre sur un dossier de chaise.. tandis que maman était partie prendre son bain

"-Excuse moi trésor, alors, cette journée?"

"Plutôt dans la moyenne.."

J'avais aussitôt enchaîné sur mon retard ce matin, Goiyo, le projet d'histoire Pokémon, Clyde, le Fantominus et le fait que je devais aller travailler samedi chez lui... Je l'avais aussi informé de la fureur de maman quant à cette décision de binôme, ce à quoi il avait répondu par un simple levage d'yeux au ciel. Il m'avait dit que c'était pas si grave, qu'avec un peu d'eau dans notre vin à tous les deux on pourrait s'entendre, ne serait que le temps de cette collaboration, au moins pour fournir un bon projet.. Il avait pas tord mais ca me dépitait quand même.. Et j'avais enchaîné sur l'intervention du génie extrême, le match avec Arthur, ma défaite cuisante... 


"- Je sais que c'n'est pas facile de rester optimiste mais il faut persévérer, ne te décourage pas chérie, il faut essayer encore! Ce qui compte c'est ton entraînement, c'est le jour de l'examen qu'il faudra que tu sois irréprochable, là tu apprends trésor, et le principal c'est pas de mettre les Pokémons de ton adversaire hors combat, c'est ta stratégie, et..."

Oui, oui, bla-bla-bla... Je l'ignorais un peu car en réalité il ne savait pas de quoi il parlait. C'était facile de dire ca alors qu'il n'avait jamais vécu ce genre d'humiliation cuisante, et encore moins devant un dresseur tel que Sacha... Il ne se rendait pas vraiment compte de la réalité de la vie en fait, lui qui avait toujours été tranquille chez lui, puis sur les routes avec maman et oncle Miaouss comme marchands itinérants... C'était clair qu'il avait eu la belle vie, du genre à ne jamais avoir eu d'ennemis! Quand il eu fini son speech, il était venu me réconforter 

"-On va s'entraîner, et la prochaine fois tu montreras à ce petit gredin* que ce n'était que partie remi. YIIIIH!"

Ce cri, c'était Oliver qui était dans ses bras, et qui avait tiré sèchement sur sa queue de cheval. Je supposais qu'il avait raison dans un sens, que c'était pas parce qu'on avait perdu une bataille qu'on avait perdu la guerre... Enfin bref, j'en oubliais presque le plus important

"D'ailleurs demain soir.. le champion nous a proposé de venir voir sa conférence à l'arène de Celadopole, on peut la visiter et participer à des genres d'ateliers je crois, enfin j'ai regardé sur le net en rentrant.. et comme demain c'est soir de match, enfin tu sais, maman m'a dit que si tu pouvais m'emmener..."

Il semblait peu ennuyé : je savais que papa aimait le baseball lui aussi, mais je comptais sur son sens aigu du sacrifice pour qu'il m'emmène, jouant sur la corde sensible en exagérant mon air de Rocabot battu

"Enfin sinon je peux y aller toute seule, si tu veux bien..."

Finalement il avait cédé. Ouiiiii, génial! Je l'savais qu'il l'allait dire oui, je suscite trop bien la pitié!! 


"-À condition que tu partes à l'heure demain matin!"

J'avais obtempéré avant de lui faire un câlin, tandis qu'oncle Miaouss était arrivé avec les pizza...

"-Eh bonsôir la compagnie, j'espère qu'vous ovez fâim!"

"-EH COMMENT!!!"

L'odeur de sa pizza immonde avait fait rappliquer maman, encore en peignoir avec ses cheveux mouillés, mais l'appel de la dalle était sacré dans cette famille, et elle ne nous avait même pas attendu alors qu'on était parti nourrir les Pokémons de la serre..

 

POV Clyde

19832737 10207314379297374 1782910807 n

C'était au bout d'un bon moment de jeu et plusieurs pétages de câble suite à nos défaites répétées qu'on se rendit compte de l'heure. On échangea un regard horrifié, avec papa.

"Ta mère va rentrer, on n'a pas préparé à manger et t'as même pas fait tes devoirs. On est dans la merde."

Je n'osais pas lui dire que mes devoirs de biologie Pokémon, je comptais m'y attaquer après le dîner. Si je m'y attaquais, bien sûr. Je savais pertinemment qu'exceptionnellement, je pourrais gratter sur Arthur. Même si je prenais des risques quant aux résultats, c'était mieux que rien ! Je ne voyais plus aucun signe de Thelma : nous l'avions plus ou moins faite fuir du canapé, elle et son livre. Elle n'avait semble-t-il pas apprécié qu'on insulte le jeu quand on perdait... Je posai la manette sur la table basse et levai mon auguste postérieur du beau canapé, lui aussi en cuir de Tauros.

"T'inquiète P'pa, on va gérer."

C'était avec confiance qu'on rejoignit la cuisine pour se mettre à préparer un repas qui nous garantirait la fierté de maman...
Sauf que ça ne se passa pas exactement comme prévu. Il semblait que dans le précipitation, on n'avait pas franchement respecté la "recette ultra secrète et ultra bonne de la grand-tante de papa".


"Pourquoi ça sent le vieux Smogo là dedans ?"

Thelma se tenait à côté du bar de la cuisine, une main sur la hanche, l'autre près de son nez, avec une mine dégoûtée. Elle était accompagnée de son Canarticho, qui arborait le même air. 

"Je pensais que c'était fini votre lubie de vouloir cuisiner tous les deux..."

Elle soupira en avançant dans la pièce. A ce moment là, elle ressemblait vraiment à maman, à nous donner des leçons. Parfois, Thelma m'agaçait tellement avec ses airs de fille parfaite ! Elle était au courant que ça pouvait insupporter les gens ? Je levai les yeux au ciel, blasé, tandis qu'elle ouvrait la fenêtre en grand pour laisser partir l'effluve peu ragoûtante qui se dégageait de la casserole. Canarticho l'aida en battant des ailes pour faire fuir l'odeur. Bon, je devais bien avouer que ça ne se passait jamais vraiment bien quand on essayait de faire des trucs un peu élaborés : au final, il était peut-être mieux qu'on se cantonne aux jeux vidéos et encore, même là ce n'était pas gagné. Et évidemment, papa ne disait rien, puisque c'était sa fifille qui lui faisait une réflexion et que donc elle devait forcément avoir raison ! Papa avait vraiment un problème avec les nanas,
j'espérais vraiment ne pas être comme ça.


"Roh ça va, c'est p't'être rattrapable !"

Thelma haussa un sourcil, peu convaincue et dévoila à ce moment qu'elle avait déjà préparé quelque chose pendant qu'on jouait à la console, nous foutant la honte à tous les deux. Il faut dire qu'on s'était chacun tellement agacé sur le jeu qu'on avait rien vu...

"Je voulais voir ce que vous alliez nous pondre et comme je m'y attendais, c'est pépite ! Digne du risotto tout cramé."

Son sourire narquois m'insupportait. Elle me rappelait un peu Victoire face à Arthur plus tôt dans la journée, comme si j'avais besoin de ça à la maison ! J'espérais presque que ce qu'elle avait préparé serait dégueulasse. Presque, parce qu'en vrai, je commençais quand même à avoir la dalle. Je n'eus de toute façon pas le temps de répliquer, puisqu'on entendit la clé se tourner dans la serrure de la porte d'entrée : maman rentrait et je sentais déjà les reproches poindre le bout de leur nez. Et des fois, je vous jure que je voudrais être moins génial et me gourer. A peine me vit-elle que maman fronça les sourcils - mais pas longtemps, elle n'avait sans doute pas envie d'accentuer sa ride du Némélios.

"Clyde Ackerman. Pourrais-tu s'il te plait faire en sorte que ton prof NE m'appelle PLUS TOUS les jours pour des broutilles ?"

S'il fallait savoir quelque chose sur maman, c'est qu'à chaque fois que je faisais une connerie, elle omettait systématiquement la première partie du nom de famille, le sien, quoi. En gros, quand je lui foutais la honte, je n'étais plus son "Poussifeu", mais juste le fils de mon père, qui d'ailleurs soupira en entendant ça. En plus, je savais pertinemment qu'il demanda ce que j'avais fait rien que pour se faire bien voir de maman, le traître ! D'habitude, il était limite fier et me montrait son pouce en l'air derrière le dos de maman, admirant sans doute mon génie. Mais là, impossible de se cacher et puis j'avais rien fait, quoi... Il devait juste vouloir son câlin et ses bisous du soir. Je détournai les yeux, un peu dégoûté, tandis que Thelma commençait à mettre la table, sans rien dire. Depuis quelque temps, elle ne parlait plus beaucoup, avec aucun de nous, d'ailleurs.

"Ça sent un peu bizarre ici, non ? Ils ont encore essayé ?"

Maman s'était directement adressée à ma sœur, qui s'était marrée en guise de réponse. Fallait avouer qu'elles étaient redoutables toutes les deux.

 

POV Victoire

Vic23 1

Lorsqu'on était rentré dans la serre,  j'avais libéré mes Pokemons afin qu'ils mangent eux aussi, et papa avait fait de même pour les siens, ceux de maman et de Satine qui avait du rester la, sauf Seviper, car afin d'éviter des ennuis, il restait avec maman et mangeait avec nous (Dégueu...) Tous les Pokémons étaient venu nous accueillir et avaient sauté sur leurs gamelles respectives pour s'empiffrer : tels Pokémons, tels dresseurs! Comme quoi ce proverbe n'était pas totalement faux.. On avait fini par retourner dans la maison en rigolant à propos de tout et rien, et franchement, le soleil qui se couchait ne changeait rien : il faisait toujours aussi chaud..
Maman regardait la télé avec attention alors qu'elle partageait sa pizza avec Qulbutoké et Sevi, et en rentrant, notre attention s'était posé sur l'écran qui diffusait le concours de l'amie de ma soeur.. 


"-Nous avons une invitée de marque aujourd'hui, Satilina qui a participé au grand Festival de Bourgeon ainsi qu'à celui de Poivressel dans la région d'Hoenn..."

Même quand elle ne concourait pas, ma soeur savait se faire remarquer.. Elle faisait de la lèche à Contesta, dans sa robe à paillettes, en exposant fièrement tous les rubans qu'elle avait remporté depuis le début de son voyage, autrement dit, ses 12 rubans. Il ne lui en manquait plus que 3 pour participer au Grand Festival de Kanto, mais elle déclarait vouloir "prendre son temps"...  

"-Merci à tous, merci à mes fans, à mes compagnons de route et de concours qui m'accompagnent depuis maintenant 3 ans! Merci à mes Pokémons si précieux et talentueux, qui s'entraînent si dur à mes côtés, et surtout, un énorme merci à ma famille et plus particulièrement à mon papa et à ma maman..."

Mais c'était diiiingue, même quand elle ne participait pas elle se la racontait, non mais j'étais en plein rêve ou quoi?! Et les gens l'encourageaient dans sa connerie en plus! L'autre vieux beignet de Colhomard grillé lui envoyait des "Remarquable!" à tout bout d'champ, même le célèbre coordinateur Drew qu'elle aimait tant l'avait complimenté, non mais sérieux!!!! Et en plus, papa et maman étaient hypers fiers d'elle!!!! À contre cœur, je devais reconnaître, en faisant abstraction de la jalousie, qu'elle était douée. Il faut dire que Satine avait toujours été la chouchoute, la fille idéale, dans un sens.. et moi, j'étais la première, le "brouillon". Elle était un parfait mélange de papa et maman, elle avait les cheveux violets, ondulés, en plus d'avoir les grands yeux verts de papa et un visage sans défauts, alors que moi, j'avais la crinière de maman (magenta, épaisse et trop galère à démêler), et les yeux marrons de mon horrible grand-maman du côté de papa.. Même Oliver allait devenir un beau gosse, c'était sur à 100%, il avait les cheveux mauve, mi longs comme papa, avec les yeux bleus de maman et une petite tête trop chou : même au sein de la famille, j'avais la poisse. J'étais sur Pokébook sur mon téléphone en train de tagguer Jenny dans une video marrante, n'écoutant pas vraiment oncle Miaouss parler avec les parents tout en terminant ma pizza, lorsque..

"-Victoire!? Allo la terre, tu as fais tes devoirs?!"
"Oh euh..."

Je n'avais pas fini, mais maman ne semblait pas trop rigoler avec ça tout d'un coup, et je me sentais un peu  stupide car papa ne supportait pas que je sois sur mon téléphone à table, même si j'avais fini..


"-Non mais qu'est ce que tu fiches depuis qu't'es rentrée? File prendre ta douche et monte les faire, sinon demain, pas d'conférence!"

Maman avait pas parlé d'un ton sympa, mais heureusement, papa et oncle Miaous m'avaient défendue pendant que je mettais mon assiette dans l'évier en faisant la tronche

"-Dis donc chérie, tu n'trouves pas que c'est un peu exagéré? Surtout venant de toi, tu veux qu'j'te rappelle quel genre d'élève tu étais?!"

"-Ouaâis eh t'o eu les pires résultots d'toute lo Pokémontech, meme encore pire que ceux d'James!"

"-Oui, et bien JUSTEMENT! Je compte sur Victoire pour sauver l'honneur intellectuel de la famille!"

Sauver l'honneur intellectuel, a d'autres! Elle voulait juste m'engueuler pour m'engueuler...

"J'ai plus qu'à finir mon TD de bio Pokémon, j'remonte..."


"-Eh attend Vic, tu veux de l'aide ma puce? Je sais que cette matière te donne du fil à retordre!"

Heureusement que papa était la, y avait pas à dire! Et finalement, j'avais descendu mes cahiers et tout le monde m'avait aidé, même maman apres être allée coucher mon frère! Même Qulbutoké avait essayé, mais je comprenais évidemment rien à ce qu'il racontait... Allez, deja 22h, il serait temps d'aller me coucher..

"-Monte mon ange, va vite prendre ta douche et au lit! Je vais rentrer les Pokémons dans leurs Pokéball et je te les met dans ta chambre.."

Et j'étais montée avec avoir dit bonne nuit à maman et Miaouss. Encore une journée bizarre mais que voulez vous, on f'sait rien comme les gens normaux...
 

POV Clyde

19832737 10207314379297374 1782910807 n

Après avoir nourris nos Pokémon, nous étions enfin passé à table et c'était pas trop tôt. Il n'y avait que Caratroc s'amusant à grimper sur les épaules de papa ainsi que Flagadoss et le Lainergie de Thelma dormant sur le tapis du salon qui nous honoraient de leur présence dans la maison. Le reste des Pokémon étaient dehors, vacant à leurs occupations. Ténéfix et Fantominus devaient sans nul doute s'être associés pour jouer quelques méfaits aux voisins ; Canarticho s'entraînait à la voltige avec Libégon ; Kapoera et Colossinge devaient améliorer leurs techniques de combat tandis que les Pokémon Eau barbotaient probablement dans la petite mare que Thelma avait passé des semaines à réclamer quand elle avait eu son Carapuce, qui était maintenant un Carabaffe. J'imaginais aisément le trio composé de Grahyena, Granbull et Démolosse s'être installé sous le grand chêne du jardin, qu'Insécateur devait tailler sous la surveillance de Rattatac.

Évidemment, ma frangine était toute fière qu'on mange SA salade à la grecque. Mais c'était peut-être ça notre problème avec papa : on était des artistes incompris et trop ambitieux... Qui se contentait d'une banale salade, comble de facilité ? Bon d'accord, c'était toujours mieux que notre essai raté et maman ne râlait pas, au moins. D'ailleurs, elle avait étonnamment passé l'éponge sur cette histoire d'appel de Goiyo, trop contente de retirer la blouse de cosmétologue qu'elle arborait pourtant fièrement. La conversation avait déviée sur nos journées respectives : papa nous racontait que puisqu'il n'avait pas eu beaucoup de clients aujourd'hui, il avait laissé ses "larbins" s'occuper du garage et il était passé chez tata Moka pour qu'ils continuent à bosser sur leur véhicule ultra-perfectionné. Je ne comprenais pas trop ce que tata Moka venait faire là-dedans, mais en vrai, ça ne m'intéressait pas tant que ça. J'avais juste hâte de raconter MA journée. Ce fut maman qui prit la suite de la conversation, visiblement un peu irritée par ce que papa avait dit : j'avais toujours remarqué qu'il y avait de l'eau dans le gaz entre maman et Moka, mais je n'ai jamais connu la vraie raison et là encore, je ne suis pas sûr de vouloir savoir. Je n'écoutais pas trop quand elle nous parlait de ses étudiants en cosmétologie, ce ne fut que lorsqu'elle m'interpela que je levai la tête de mon assiette.


"Ça me rappelle quand ton prof de chimie m'avait appelée pour que j'intervienne dans un de vos cours l'année dernière... Sois franc* mon Poussifeu, c'était inutile ?"

Je vis papa grincer des dents, alors que j'acquiesçai en levant les yeux au ciel. La vérité, on la connaissait tous : M'sieur Regnault était beaucoup plus intéressé par le décolleté de maman que par ce qu'elle pouvait raconter à propos de l'application de la chimie à la cosmétique. Je savais bien que c'était un traquenard de donner le métier de ses parents et leur numéro sur la petite fiche que les profs distribuaient en début d'année, ils se croyaient tout permis, après... Et puis on parlait du prof qui faisait tomber sa craie quand il y avait des nanas en jupe au premier rang. Un frisson de dégoût parcouru ma colonne vertébrale : décidément, il pourrait y avoir un concours du plus gros Grotichon entre lui et Mathias !

Thelma fut assez concise sur sa journée. Les parents ne semblaient même pas se poser trop de questions sur le fait qu'elle parte tôt le matin. Fallait croire que c'était ça d'être la fille parfaite au bulletin de note sans bavure, favorite de ses professeurs et toujours serviable à la maison. Quelque part, Thelma était vraiment agaçante, mais... Je ne pouvais m'empêcher de me dire qu'elle nous mitonnait quand elle prétendait qu'elle avait du travail à faire. Franchement, si j'étais pas aussi peu du matin, je me lèverais exprès pour la filer et découvrir la vérité... Dommage que mon lit soit aussi possessif !

Finalement, ce fut ENFIN à mon tour de raconter la merveilleuse journée que j'avais passé. Et c'était à peine ironique, parce que franchement, c'était pas la pire. Je commençai par parler de l'exposé avec Victoire. Thelma m'adressa un sourire narquois.


"C'est ça le Delcatty en origami que j'ai aperçu dans ton sac, alors. Je croyais que c'était une conquête potentielle.

- T'es malade ? Cette nana a été élevée chez les Grahyena, c'est pas possible autrement."

Papa me dit de ne pas insulter les Grahyena, car ils valaient mieux que la plupart des gens. J'ignorais s'il disait vrai, mais je continuais mon récit en parlant du cours de dressage, après que maman m'ait sommé de "faire de mon mieux malgré cette greluche et que j'avais intérêt à rattraper mon 8 en biologie Pokémon". 

"Insécateur s'est vachement bien défendu, mais bon... Son Pikachu était beaucoup plus fort que ce que j'aurais cru. En même temps, il est génie extrême, alors j'imagine que c'est pas la honte. La honte, c'est plus de toujours porter une casquette à 30 piges passées."

Je surpris le regard étrange que mes parents s'échangèrent, mais comme ils ne dirent rien, je poursuivis sur le combat de Victoire et d'Arthur, insistant sur combien cette gueuse pouvait être mal élevée et insupportable. Bon, j’exagérais autant avec le terme "gueuse" qu'avec le "mal élevé". Mais en vrai, je l'imaginais trop vivre dans une cabane dans les bois, en fait. Et puis finalement, c'était la cerise sur le pompon, j'étais trop fier de parler de la conférence organisée par Sacha à l'arène locale.

"Oh mon Poussifeu, j'aurais tant voulu venir avec toi pour te voir prendre ta revanche contre ce bouffon de génie extrême ! 

- T'sais M'man, j'peux y aller seul, je suis grand...

- Ca m'aurait bien intéressée aussi, mais je vais déjà réviser les maths chez une copine, dommage."

Je soupirai. Maman et Thelma croyaient quoi, que j'en parlais pour les inviter ? Traiter Sacha de bouffon était plutôt abusé et surtout, il n'était nullement question de combat. Mais allez expliquer ça à ma daronne, franchement.

"Butch ! Tu ne veux pas y aller avec notre fils pour prendre des photos... Non, filmer !"

Papa qui jusqu'à présent jouait sur son téléphone leva les yeux, sans trop comprendre ce qu'il se passait. Il me semblait qu'il avait décroché au moment où maman avait parlé de venir avec moi.

"Mais y a le match Elektek-Staros demain et...

- J'ai porté tes deux enfants neuf mois chacun dans mon ventre, tu peux bien sacrifier un fichu match pour prendre des photos quand je te le demande, non ?"

Mon père ne savait visiblement pas quoi rétorquer à la réplique de maman et échangea un regard de condamné à mort avec moi. Il n'avait visiblement pas très envie de m'accompagner, mais d'un autre côté, je sais que papa est probablement celui qui me foutrait moins la honte à l'arène. Il finit par accepter, je n'avais moi-même pas trop le choix : maman aurait bien été capable de refuser que j'y aille, sinon. Je me demandais vraiment pourquoi papa avait choisi d'épouser un tel Drattak... Non, ne répondez pas à ma question. 

Le dîner étant fini, les parents rangeaient la cuisine. Je leur avait dit "bonne nuit" d'avance et je montais dans ma chambre afin de me pencher un peu sur ce foutu DM de biologie Pokémon. Cette matière ne me passionnait pas franchement, sans doute à cause des méthodes du prof. Mais comme disait ma mère, fallait vraiment que je rattrape ce 8, ou sinon, j'en entendrais parler jusqu'à la Saint Glinglin. Je m'installai à mon bureau, regrettant de ne pas pouvoir aller faire un petit vol nocturne sur Libégon, que j'avais faite rentrer dans sa Pokéball pour la nuit. J'observais Flagadoss qui dormait encore et toujours, me disant que j'aurais bien envie d'aller au lit aussi. Mais je me mis au travail sans trainer, jusqu'à ce qu'au bout d'une heure de boulot, je m'endorme en bavant abondamment sur ma copie.

 

POV Victoire

Vic23 1

J'avais eu un peu de mal à m'endormir à cause de la chaleur, je me retournais dans tous les sens, ne trouvant pas de position adéquate, et finalement, je m'étais levée et avait libéré Reptincel, qui avait baillé bruyamment en étirant ses petits bras avant de me dévisager d'un air interrogateur..

"J'arrive pas à dormir... Tu sais, je comprend pourquoi tu veux pas évoluer Repti.."

Il avait hoché la tête 

"J'ai pas envie de passer mon diplôme et de partir étudier... sans pouvoir rester à la maison..."

J'étais complètement déprimée à l'idée de devoir partir d'ici la fin de l'année, mais la perspective d'échouer me faisait tout aussi peur. Ici c'était ma maison, depuis toujours, je me rappellais encore de quand on avait emménagé... C'était flou dans ma tête car je n'avais que 4 ans à l'époque, mais on quittait notre tout petit appartement de Jadielle pour quelques choses de mieux. Grand-papa et grand-maman avaient dit à papa qu'ils lui laissaient le "cabanon", cette "bicoque rupestre" dont ils n'avaient plus que faire, sauf qu'en réalité, ce qu'ils prenaient pour une vieille cabane de jardin était une maison immense de 200m carré avec un jardin de 3 hectares et une grande serre. Papa travaillait deja dans l'horticulture à l'époque, donc cette maison était parfaite pour lui, et maman était enceinte de Satine. On avait chargé un gros camion avec nos affaires et on était parti ; je me rappelle qu'en arrivant, papa m'avait demander de choisir ma chambre et que j'avais directement voulu celle-ci, dans laquelle j'étais encore aujourd'hui. La terrasse était deja comme ça mais il n'y avait pas les arbres fruitiers, les palmiers, ni le salon de jardin et les hamacs. La piscine était déjà la par contre, enfin je crois, car j'avais des souvenirs de baignade avec mes brassards Poissirène, pendant que maman baignait Satine qui n'était qu'un bébé. En fait j'avais pleins de souvenirs ici, j'avais vu pousser les arbres et les fleurs, la serre être inaugurée, l'ouverture de la pension et les premiers dépôts de Pokémons plante arriver. On jouait tout le temps à Chacripan avec ma sœur, on mangeait des glaces sous l'arbre l'été, et l'hiver on était tout le temps dans la serre où il faisait chaud, puis on faisait griller des châtaignes en jouant à des jeux de société avec oncle Miaouss, papa et maman (qui était très mauvaise joueuse), et papa nous jouait du piano ou du violon. On regardait des dessins animés près de la cheminée et j'allais dormir avec maman quand j'avais peur de l'orage. Il faisait bon vivre ici,  chaque recoin de la maison me rappelait un souvenir, je me souvenais même du départ de ma soeur pour Johto, la fête de départ dans le salon, et du retour de l'hôpital de papa et maman après la naissance de mon frère, tout me faisait penser à quelques choses, ne serait ce que les escaliers que l'on s'amusait à dévaler dans des boîtes en cartons... Aussi longtemps que je me souvienne, j'avais toujours aimé la maison, d'ailleurs la seule fois où je l'avais quitté, c'était pour partir jusqu'au Bourg Palette afin de rencontrer le professeur Chen : le jour de mes 10 ans, j'avais voulu partir en voyage moi aussi, comme certains de mes amis : j'avais deja prévu de prendre Bulbizarre et de devenir maître Pokémon plante! Mais arrivée là bas, une fois papa et maman partis, je m'étais retrouvée comme une idiote, et Bulbizarre ne semblait pas très sympa, il grognait comme un Mammochon. J'avais eu le coup de cœur pour Salameche : il était trop mignon et me fixait de ses grands yeux de Barpaud frit, alors je l'avais choisi lui. J'étais plutôt motivée mais arrivée au milieu de la forêt de Jade avec mon Pokémon, j'avais paniqué, pleuré comme un bébé, et un scout avait appelé maman pour qu'elle vienne me chercher......... J'avais jamais raconté ça à personne car cette histoire foutait particulièrement la honte, mais n'empêche que bon, ça prouvait bien que j'étais incapable de quitter la maison quoi. En plus je savais rien faire, j'avais jamais eu à m'occuper d'une maison ni rien, à payer des factures etc, et je savais pas quoi faire comme travail moi! En plus la perspective de vivre en ville c'était carrément l'angoisse, pas de jardin, pas de serre!!! Finalement, après avoir confié toute cette histoire a Repti, j'avais fini par m'endormir contre lui, tandis qu'il avait callé sa flamme dans un récipient résistant au feu fait exprès que papa avait récupéré d'un "ancien robot".. J'avais pas vraiment compris mais peu importait, vivement demain...

POV Thelma

19756313 10207314379337375 2052139876 n

Le soleil filtrait à peine à travers mes rideaux quand j'ouvris les yeux. Je m'étirai tel un Persian et éteignait mon réveil Dodrio avant de bondir de mon lit. Me lever le matin ne m'avait jamais dérangée, j'aimais le calme qui régnait, autant dans la maison qu'en ville. J'avisai Lainergie qui s'était réveillée avec le cri du Pokémon en plastique. Je ne perdis pas de temps et filai vers la salle de bain. Comme tous les matins, je prenais soin de me doucher, de me brosser les dents, de nettoyer mon visage - malheureusement, un spot avait fait son apparition sur mon front -, et de m'occuper de mes cheveux verts, propres de la veille, que j'avais tressés pour la nuit et qui formaient à présent de jolies ondulations. Je les nouais en deux couettes hautes : c'était une coiffure assez enfantine, mais j'aimais assez que les gens pensent ça, justement. Ça me permettait de leur montrer à quel point ils avaient tort en me sous-estimant rien que sur mon apparence. J'enfilai une petite robe noire toute simple et une fois prête, sortis silencieusement de la pièce. 

Ça ronflait encore chez Clyde, ce qui était plutôt normal. En passant devant la chambre de papa et maman, j'entendis des choses qu'une adolescente n'aimerait pas entendre venant de la chambre de ses parents. Mais franchement, je suis plutôt contente pour eux. Papa s'était un jour confié à moi en disant que les premières années de leur relation avaient été compliquées : Clyde avait été un accident, mais ils avaient choisi de le garder malgré tout. Papa m'avait avoué qu'il avait failli tout plaquer, qu'il avait fait toute une crise de panique à la naissance de mon frère et que maman avait aussi failli partir avec le blondinet. J'avais aussi entendu parlé d'histoire de jalousie (papa avait douté de la fidélité de maman), de fierté (maman ne voulait pas accepter l'aide de papa), de complication avec leur ancienne carrière de criminels... Ils sont toujours restés relativement peu bavards sur leur passé, mais avec les quelques bribes, je comprenais qu'ils voulaient simplement qu'on ne tourne pas comme eux. En tous cas, mes parents avaient tenu bon et malgré tout, avaient choisi de m'avoir moi. Peut-être un peu tôt par rapport aux prévisions, mais je savais que j'étais planifiée et quelque part, ça me faisait plaisir. Même si Clyde m'embêtait sur le fait que j'étais prématurée et donc "pas finie". C'est lui qui n'était pas fini pour faire autant de conneries, j'vous jure. Bref, tout ça pour dire que j'étais plutôt contente qu'ils fassent encore des galipettes, même si j'aurais préféré rester dans l'ignorance. 

Je descendis jusqu'à la cuisine, histoire de préparer du café pour papa et de tout préparer pour quand ils descendraient et que je serais déjà partie. Avec mon image de fille parfaite, mes parents ne se posaient pas trop de questions. Ça mettait davantage la puce à l'oreille de Clyde, mais il n'était pas si difficile de détourner son attention. Je ne voulais pas que ma famille connaisse la vraie raison de mes départs anticipés le matin. Je prenais simplement le temps d'écrire un petit mot à laisser près des tasses que j'avais sorties, prenais mon sac en m'assurant que j'avais mes trois Pokéballs et sortis de la maison. Comme convenu, une silhouette m'attendait à quelques pas de la maison et je me hâtai de la rejoindre, le cœur battant.


"Prête à bosser, Thelma ?"

Cette voix me faisait toujours frissonner. Je pris la main tendue et souris.

"Avec toi, toujours."

Je me mettais la pointe des pieds pour atteindre ses lèvres charnues.

"Tu m'as manquée, Elsa..."

Tout le monde dormait encore et c'était le seul moment où je ne craignais pas qu'on découvre que malgré tous les mecs qui pouvaient me tourner autour, c'était une très belle brune qui me fascinait. Je me sentais mal de mentir à ma famille, m'étais certaine qu'ils seraient choqués, surtout maman...

 

POV Clyde

19832737 10207314379297374 1782910807 n

BIP BIP BIP BIP... Je bondis presque comme un Spoink quand j'entendis mon réveil sonner, manquant de peu de tomber de ma chaise. Tout hébété, je me rendis compte que j'avais dormi sur mon DM de biologie Pokémon qui était complètement illisible parce que j'avais du baver dessus... La poisse ! Et puis j'avais tellement mal au dos et au cou, bordel... C'était pas une vie et en plus, ce foutu réveil me vrillait les tympans. Je l'éteignis, de mauvaise humeur. Je levai les yeux au ciel constatant que Flagadoss avait bien profité de mon absence pour dormir bien confortablement sur mon lit moelleux. Je me disais que cette journée promettait d'être bien pourrie, quand je me rappelai de la conférence de Sacha ce soir. Bon, pas de quoi se laisser abattre, il était temps de se préparer, de toute façon.

Comme parfois, je faisais mon beau gosse sous la douche en chantant à tue-tête une chanson que j'aimais jouer à la batterie en utilisant le pommeau de douche comme un micro et ma cuisse comme grosse caisse. Je commençais à vouloir apprendre d'autres instruments, mais la pensée que j'allais finir par être à la bourre me rattrapa et je me dépêchai pour le reste de mes préparatifs, pour finalement descendre pour prendre mon petit déjeuner. 

Sans grande surprise, Thelma n'était pas là, mais aujourd'hui, les parents se tenaient tranquille, pour mon plus grand soulagement. Papa fumait à la fenêtre tandis que maman buvait son thé devant un magazine people. Elle leva les yeux quand j'entrai et se leva pour venir me faire un câlin, ce qui me gênait un peu à dix-sept ans, mais je lui tapotai gentiment le dos.
 

"Mon Poussifeu, si tu vois ta sœur dans la journée, pense à lui dire de ne pas trop se surmener, tout de même."

J'acquiesçai, un peu blasé. Ils croyaient à l'histoire du boulot, moi, pas trop. Ce matin, je ne fus donc pas perturbé et pu sortir sereinement de la maison, sans images dégueulasses dans l'esprit et avec mon repas du midi soigneusement placé dans mon sac par mes propres moyens.

Libégon sortit de sa Pokéball après une bonne nuit de sommeil et c'était parti pour l'un de mes moments favoris de la journée. Le temps était clément aujourd'hui et sans qu je sache pourquoi, ça me fit penser à mon binôme d'histoire. Aujourd'hui, elle ne ressemblerait sans doute pas à une vieille serpillière. Quoique, va savoir avec une gueuse... Et puis ce n'était pas comme si j'en avait quelque chose à faire de quoi elle ressemblait ! L'important était que moi, j'avais la classe : je portais la chemise rouge que j'avais eu pour mon anniversaire qui mettait parfaitement en valeur ma carrure de beau gosse. Maman avait encore très bien choisi, je devais au moins lui reconnaître son bon goût pour les fringues, qu'elle m'avait transmis !

Après un vol sans encombres, Libégon atterrit sur la piste prévue à cet effet, sous le regard des quelques personnes présentes. Je sentais sur moi les regards : envieux de certains, admiratifs d'autres. Franchement, je pourrais carrément m'y habituer si ce n'était pas déjà le cas, évidemment ! En fait, je n'osais même pas penser à l'après-lycée, tellement je ne savais pas quoi faire. Alors pour l'instant, je profitais de cette gloire un peu pathétique de lycéen...

 

POV James

19873847 10213261239476368 677384843 n


Les premiers rayons du soleil commençaient à poindre sur Céladopole et ses environs, venant chatouiller les habitants endormis à travers les volets entrouverts, dont moi, qui ronflait en serrant ma merveilleuse femme dans mes bras, mon Caninos à mes pieds, rêvant paisiblement dans mon grand lit si douillet, aaaaah y avait pas à chercher midi à quatorze heure : j'étais loti comme un vrai pacha! Enfin, tout ça c'était avant que le réveil ne sonne...

"-RAAaaaaaaaAaAAaah DEJAAA?!", s'était énervée Jessie en envoyant le réveil valser, avant de se retourner, et de se blottir dans mes bras, en m'enroulant de ses longues jambes fuselées... Cette agitation avait fait fuir Caninou qui s'était carapaté par la Pokémonnière battante de la porte. Encore un réveil-matin qu'il allait falloir que je répare..

"-Hm, faut j'me lève chérie j'ai du pain sur la planche, et toi aussi.. n'oublie pas que tu dois aller chercher Satine à la gare ce matin.."

Jessie avait grommelé avant de m'embrasser dans le cou en collant son corps peu vêtu contre moi.. Mince alors, je n'avais pas de solution : mon érection matinale était prise au piège contre elle maintenant et..


"-Hmmm~~ j'ai pas envie.. j'ai envie d'toi ce matin.."

...comme j'étais incapable de lui résister ... et bien j'allais être obligé de lui faire l'amour! Elle savait comment m'avoir et moi je ne disais jamais non, quelle bonne poire j'étais! Quelle misère, j'avais des obligations moi.. Être horticulteur n'était pas de tout repos, contrairement à ce que pensaient les badauds, je ne passais pas mon temps à tailler des haies en forme de Pokémon, c'était un emploi sérieux, et à plein temps! Mais... y avait pas à dire, le choix était vite fait : après trois grossesses, Jessie était toujours aussi sexy, et lorsque je la déshabillais, lentement, et que je dévoilais son corps de déesse à mes yeux, j'avais l'impression de le découvrir pour la première fois.. et j'étais à la limite de saigner du nez! Dans une certaine mesure, ça me permettait de commencer la journée du bon pied! 

"-Hmm~~~ Haaa.. han..~~"
"Sssshhhh!!! Jessie enfin, ça va pas! Tu vas réveiller Victoire!"

 

 

POV Victoire

Vic23 1


Ce satané réveil avait sonné hyper aigu et fort comme un Mammochon qu'on égorge et impossible de me rendormir à cause du soleil! Reptincel dormait encore et Mangriffe aussi, alors j'avais quitté ma chambre sans faire de bruit après avoir visiter ma salle de bain le temps de faire pipi et.. Aucun bruit en bas, le truc trop louche! Pourtant il était 6h15 et d'habitude, les parents déjeunaient déjà, papa n'avait pas de livraison en ville ce matin? Je m'étais approchée de leur chambre pour vérifier qu'ils soient là, et... OK j'veux pas en savoir plus, ces petits grincements et bruits douteux m'indiquaient qu'ils étaient sûrement en train de faire des trucs pas clairs dont je ne voulais surtout pas être témoin, alors j'étais descendue toute seule pour me préparer un petit dej. J'avais fait chauffer du lait et ouvert les volets puis j'avais allumé la télé.. Y avait pas grand chose, et j'avais fini par prendre mon petit déjeuner, mon lait chaud au miel d'Apitrini avec mes céréales Joliflor de Kellogg's et une baie Pêcha, en écoutant les infos, et surtout la météo, vérifiant quand même sur divers site internet qu'il ne pleuvrait pas (ma confiance en ce Xatu avait ses limites), enfin, papa et maman avaient débarqué l'air de rien... 

"-Bonjour ma puce, tu as bien dormi?"

J'avais répondu à papa que oui, même si c'était pas vraiment le cas, et maman était venu me faire un bisou en me mettant les cheveux derriere les oreilles avant de démarrer la cafetière. Je dois dire que je trouvais ça répugnant, je n'savais pas sur quelles parties de l'anatomie de papa ses mains et sa bouche avaient traîné après tout... Et rien qu'à y penser je frissonnais de dégoût 

"Je t'emmène ce matin si tu veux, je dois récupérer ta soeur à Céladopole et j'ai des courses à faire.."

Bon du coup, elle était pardonnée pour ses galipettes matinales avec sa proposition! Fallait pas me le dire deux fois! Par contre à eux, je préférais leur rappeler les rudiments de notre accord, à savoir que papa devait m'emmener à la conférence après l'école! Ils avaient acquiescé, me disant qu'il serait peut être un peu en retard, et maman avait recommencé avec Clyde et le projet, me certifiant que, je cite, "cet imbécile n'allait pas s'en tirer comme ça" et que si Fantominus s'approchait à moins de deux mètres de moi aujourd'hui, elle irait elle même "montrer à ce petit péteux de quel bois elle se chauffe et lui arracherait les dents une par une". Mouais, je préférais la technique de papa consistant à "faire un effort d'entraide entre petits camarades", avant qu'il ne rajoute que Clyde n'était qu'un "chic jeune homme un peu turbulent"... Mouais. Bon enfin bref, ce qui m'intéressait davantage c'était d'être belle aujourd'hui pour la conférence (oui, bon, pour Sacha, ok, je l'admettais, même si la différence d'âge restait un obstacle..) et j'avais par conséquent demandé à maman de me prêter sa robe rouge..

"-Si tu fais ne serait-ce que tomber UNE miette de pain dessus Victoire, je te préviens que ça va BARDER!"

Quelle crétine, mais j'avais accepté le deal. Apres ma douche, je m'étais brossé les dents, enduite de crème hydratante, lissé mes cheveux et j'avais enfilé des sous vêtements et la robe avant de me maquiller avec les affaires de maman.. Enfin prête, j'étais redescendue en sautillant, plutôt contente de m'être apprêtée de la sorte, pour une fois! Je ne mettais jamais de mascara et de rouge à lèvres d'habitude.. Aujourd'hui, j'avais pas dressage, mais j'avais envie d'emmener Repti et Phyllali à l'école car c'étaient les plus forts de mes Pokémons, et je voulais impressionner Sacha.. J'avais mis sous scellé la Pokéball de Mangriffe pour m'assurer que Seviper ne le massacre pas, et j'étais donc descendue rapidement, après avoir prévenue Alice que je venais en voiture, ou plutôt, en pick-up pourri, à l'école. J'avais rejoint papa en bas.. 

"-Eh mais qu'est ce que cet accoutrement Victoire?! Tu fréquentes un garçon..?"

Papa semblait nerveux, voir même inquiet, au bord de l'AVC, mais je l'avais rassuré en disant que je voulais juste être jolie pour visiter l'arène (ce qui n'était pas totalement faux) avant de prendre mon bento et les Pokéblocs, ma bouteille d'eau, et j'étais allée rejoindre maman dans la voiture. Je voyais Oliver baver sur sa main dans son siège auto dans le rétroviseur et enfin, maman avait démarré et on était partie.. Sur la route, on écoutait la radio qui diffusait une chanson que j'aimais bien, avant que maman ne mette un CD de Madonna... C'était ringard mais j'adorais, d'ailleurs c'était parti en karaoké sur le chemin.. 

♬ "When you caaaall my naaame it's like a little prayer, I'm down on my kneeeees I WANNA TAKE YOU THEREEEEE in the midnight hour, I can feeeel your power!! Just like a praaaaayer you know I'll taaake you theeeeereee" ♬

Par contre arrivée à l'école, j'avais coupé le son pour ne pas me faire remarquer, deja que maman avait tapé dans une barrière en se garant.. la honte. J'avais vu Clyde déchirer le ciel bleu avec son Libégon et atterrir sur la piste prévue à cet effet... il avait plus la classe que moi, ça c'était sur.. 

"À ce soir maman, et bon match..!"

J'avais esquissé un petit coucou à mon frère et m'étais engouffrée dans le lycée avant de me faire attraper par Black qui me réclamait un match retour... ce qui était plutôt chelou puisque j'avais perdu, non..? Quelle tête de con! Mais sachant que j'avais Repti et Phyllali, j'étais deja plus rassurée et prête à laminer cet abruti. J'allais partir en l'ignorant complètement quand..


"-Au fait.. tu es très belle aujourd'hui Morgan. C'est pas tous les jours que j'fais des compliments, et c'est d'ailleurs assez rare, alors souviens t'en bien, et te la ramène pas trop!"

Ce crétin m'avait mis extrêmement mal à l'aise, et je m'étais surprise à rougir comme une mijaurée : la honte! Je n'avais même su quoi répondre, j'avais été à peine capable de susurrer un "merci.." inaudible. En fait, je ne m'étais jamais vraiment intéressée à cet imbécile de première catégorie, mais ce matin, mon cœur avait fait un bond à l'entente de sa remarque.. et son petit air condescendant m'avait rendue toute drôle. Mais qu'est ce qui m'arrivait!? J'agissais comme Alice face aux terminales de l'autre classe, je me fichais la honte, j'avais presque envie de me cacher sous une table*. Mais mon délire s'était vite arrêté lorsque j'avais vu Clyde débarquer avec sa bande de nazes, rejoignant Arthur devant la porte de la salle de classe encore fermée, et comme évidemment, Jenny et les autres étaient encore en retard, j'avais sorti mon téléphone pour lancer une partie de Rondoudou Crush l'air de rien...

 

Chapitre suivant : Match retour!

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 24/07/2017

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi, Jez et Chacha

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site