Lève-toi et marche (9)

Chapitre 9: Le début des hostilités

- "Allez, ressaisissons-nous, ce n'est pas en pleurant que nous allons changer quelque chose." dit Jessie. Elle descendit du lit, réajusta son tailleur puis sourit à son ami tout en soulevant son poing serré en l'air. - "Eh, écoute-moi bien James, à partir de maintenant je veux qu'on arrête de se démoraliser! On regarde uniquement de l'avant, en attendant les jours meilleurs, comme on l'a fait pour la Team Rocket, d'accord?"

- "D'accord!" promis James en répétant le même geste que son amie. Suite à ce regain de confiance, le duo entamèrent une longue conversation concernant leur vie dans la Team Rocket. Ils reparlèrent de la multitude de fois où ils avaient presque atteint leur but et effleuré la victoire du bout des doigts; tout ça pour dire qu'il ne fallait en aucun cas perdre espoir et persévérer de la même façon en espérant le rétablissement rapide du jeune homme.

Après avoir partagé les souvenirs du passé, Jessie demanda à James s'il voulait partir tout de suite ou rester pour la semaine pour se faire soigner aux frais de la princesse. Ce dernier répondit que bien que sa fiancée était assez envahissante, elle ne s'était plus montrée tyrannique; certainement en raison de son état. De ce fait, il annonça qu'il préférait prendre patience et profiter du confort en attendant la fin de la semaine pour éviter des soucis à ses amis mais il fit promettre à Jessie de continuer à lui rendre visite tous les jours. La jeune femme se résolu à accepter ce choix.

Une heure s'écoula ainsi sans qu'ils ne le remarquent. La conversation entre les deux amis s'acheva quand ils entendirent le déclic de la clef tournant dans la serrure.

- "Alors mademoiselle vous avez terminé votre travail? Il se fait tard, mon fiancé a besoin de sommeil pour récupérer!"

Jessie soupira tout en refermant sa valise de docteur. - "Vous tombez pile. Je viens de terminer. Je reviendrais lui rendre visite demain matin pour vérifier s'il y a une amélioration." Quand elle sortit de la chambre, elle remarqua que Jessiebelle était accompagnée de deux autres femmes en tenues d'infirmières: blouse et pantalon rose. L'une était assez petite, dodue avec des cheveux bleus coupés courts, l'autre assez grande, costaude avec des cheveux blonds et Jessie lui remarqua un fort accent nordique lorsqu'elle ouvrit la bouche pour lui dire bonjour.

Jessiebelle jouait son rôle de fiancée soucieuse à la perfection. - "Dites-moi docteur" demanda-t-elle en se réadressant à Jessie au moment où elle lui tourna le dos "Vous pensez que mon fiancé pourra remarcher un jour?"

Jessie ne savait pas quoi dire exactement, donc elle improvisa. - "Pour tout vous dire, je ne peux pas vous donner une estimation exacte. Il est encore trop tôt. De plus, il lui faudrait plus d'examens et je ne dispose pas du matériel nécessaire pour ça. Il serait important qu'il aille à l'hôpital."

La fiancée aux cheveux rouges hocha sa tête tout en croisant ses bras, pas du tout décidée à ce que son fiancé sorte de la maison, même dans le but de se faire soigner. - "Sa vie n'est pas en danger?" demanda-t-elle.

- "Je ne pense pas."

- "Dieu du Ciel! Quel soulagement! Et bien alors, il restera ici en attendant le retour de ses parents. Je ne prendrais pas d'autre décision sans eux. Mais ne vous inquiétez pas pour lui, il sera choyé comme un coq en pâte ici. J'ai déjà commandé pour lui un fauteuil roulant électrique de la plus haute gamme pour l'aider à retrouver son indépendance. Merci d'être passée. Maintenant, laissez-faire les infirmières, vous voyez, il ne manquera pas de soins. Au revoir!"

Après cela, Jessie fut étonnée de se sentir poussée dans le couloir par la jeune fiancée désireuse de lui presser le pas.

James se sentit seul suite au départ de Jessie. Il remua pour chercher une position plus confortable contre ses oreillers lorsqu'il remarqua quelque chose d'étonnant; il pouvait à nouveau remuer les orteils. Il fallait absolument qu'il le dise à quelqu'un mais pas à n'importe qui! Il tourna son attention à la fenêtre de sa chambre, puis aperçevant Jessie dans le parc il cria pour l'en avertir. - "Jessie! Jessie! Tu ne devineras jamais ce qui m'arrive!" Malheureusement, elle ne pouvait pas l'entendre.

Il soupira tristement, en reposant sa tête sur son oreiller assez déçu lorsqu'il vit qu'il n'était plus seul. Deux infirmières l'entouraient et l'une d'elle tenait une seringue.

Pendant tout le temps où Jessie et James avaient discuté dans la chambre, Jessiebelle de son côté, avait accueillit les infirmières en leur racontant toute une histoire terrible au sujet de son fiancé, se faisant passer elle-même pour une victime. Elle avait inventé qu'il était un garçon très agité, que cela le rendait invivable et qu'elle était au bord de la dépression à cause de lui; pire encore depuis qu'il était cloué au lit car il n'arrêtait pas de crier, pleurer, faire des scandales et qu'en plus il était insomniaque. Elle avait donc demandé à ce qu'on lui injecte un puissant calmant pour l'obliger à dormir. L'histoire agrémentée de quelques billets verts avait poussé les infirmières à accepter sa requête.

- "Mais... mais qu'est-ce que vous allez me faire avec ça?" gémit James, ne comprenant pas la nécessité de recevoir une injection. Son sang ne fit qu'un tour. Il avait une peur bleue des piqûres donc quand il vit l'aiguille s'approcher de son bras, il se mit à hurler. Son cri fut immédiatement assourdit par les mains de sa fiancée qui lui bâillonnait la bouche alors que le majordome Julian lui épinglait les bras. Un sentiment de panique s'empara de James qui réalisait que sa jeune fiancée était toujours la même créature insensible qu'avant. Il essaya de lutter en s'agitant, priant du regard toutes les personnes qui l'entouraient de ne pas croire cette dingue, en vain.

- "Vous voyez, je vous avez pas menti sur sa nervosité." susurra Jessiebelle d'un ton piteux. Des larmes de détresse piquèrent les yeux de James, il donna à sa fiancée un regard implorant, ensuite il sursauta en serrant ses paupières lorsqu'il sentit que l'aiguille traversait sa peau.

- "Chut, calme-toi mon tendre, c'est seulement un relaxant qui t'aidera à faire un gros dodo." chuchota la demoiselle. L'effet ne se fit pas attendre, à peine quelques secondes plus tard, James sentit ses paupières s'allourdirent et sa vue devint floue. Sa dernière image fut le visage de la sadique qui lui caressait la joue en faisant croire à tous qu'elle désirait l'apaiser.

- "Mon pauvre trésor toujours si agité. C'est adorable, il ressemble à un ange quand il dort. "
Un sourire égaya le visage de la belle qui serrait ses mains contre sa poitrine pour simuler de l'émotion.

Jessie de son côté, n'avait pas la moindre idée du mauvais tour qui venait de se jouer derrière elle. Elle se prépara à quitter la propriété en franchissant des buissons de la même façon qu'elle était venue lorsqu'elle fut surprise de voir le caninos de James accourir vers elle.

- "Wouf!"

Il lui bondit dessus, la faisant presque basculer au sol.

- "Hé, doucement! Je ne suis pas une intruse! Je sors par les buissons parce que c'est un raccourci."

Le chien pokémon paraissait vraiment très agité, il aboya plusieurs fois, tournant autour de Jessie pour l'empêcher de partir. En réalité, il voulait qu'elle reste pour protéger son maître car il ressentait qu'il était en danger mais Jessie ne comprenait rien, elle pensait que le chien voulait l'empêcher de partir parce qu'il la prenait pour une voleuse ou une indésirable.

Caninou attrapa le sac de docteur de Jessie par la poignée avec sa mâchoire puis il se mit à grogner en reculant pour entraîner la jeune femme avec lui.

- "Allez maintenant, laisse-moi, ça suffit! Tu vas finir par me faire démasquer! Du vent!" s'écria Jessie en luttant pour retenir son sac. Elle tira tant et si bien que la poignée se détacha.

- "Grrr! Regarde un peu ce que tu as fait! Tu ne sais pas combien coûte un tel déguisement?"

Soulevant le sac dans ses bras, elle partit à grand pas, furieuse après le chien.

- "WAF WOUF! Caninos! Grrr! Caninos! Caninos! WOUF!" - "Je t'en prie, ne pars pas! Tu ne peux pas laisser James ici avec cette folle un seul jour de plus, tu n'imagines pas comme c'est risqué! Il est danger!"

Mais le caninos ne réussit pas à se faire comprendre. Caninou gémit en regardant Jessie s'éloigner, se sentant désespéré de ne pas avoir pu se faire comprendre. Elle était sa seule chance de faire sortir son maître d'ici. Comment pouvait-il lui expliquer ce qu'il avait de si urgent à lui dire sans qu'il ne lui soit possible de communiquer par la parole? Il avait surpris une conversation entre le majordome et le jardinier concernant l'état de paralysie de son jeune maître. Le majordome avait expliqué que pour éviter que son fiancé ne lui cause du souci, Jessiebelle avait prévu de le faire dormir la plupart du temps et qu'elle prévoyait aussi de lui infliger une forte punition s'il désirait se rebeller contre elle à un certain moment.

Le chien pokémon avait été catastrophé par ce qu'il avait entendu. Ca ne le rassurait pas du tout de savoir son maître aux soins de cette folle à lier. Il connaissait les mauvaises intentions de cette fille mieux que personne car il avait été témoin de beaucoup de mauvais actes de cette dernière envers son maître pendant leur enfance. Il savait parfaitement que la belle n'éprouvait aucun sentiment pour James et que la seule chose qui l'attirait vers lui était son argent, il sentait aussi qu'elle allait tout mettre en œuvre pour le séquestrer jusqu'au retour de ses parents de peur de le perdre à nouveau et qu'elle allait compromettre les chances de guérison du jeune homme, allant jusqu'à le blesser s'il venait à récupérer trop tôt.

Jessie n'avait pas conscience d'un dixième de la gravité de la situation. Caninou devait impérativement faire quelque chose pour sortir son maître de ce danger.

Après avoir quitté la propriété, Jessie fut accueillie par Christopher qui l'accompagna jusqu'à un hôtel. Il lui annonça qu'Eric et Christine étaient retournés chez eux en taxi mais qu'ils lui avaient laissé la jeep et que lui; il allait rester avec eux.

- "Alors?" demanda-t-il aussi "Qu'as-tu décidé pour James?"

Jessie soupira, en haussant ses épaules. - "Il a l'air de ne pas se plaindre et il profite d'une chambre vraiment confortable. Il a choisi de rester laisser là tant que ça va bien, en attendant le feu vert de Zekor pour le conduire à l'hôpital de la Team Rocket. Je pense qu'on peut avoir confiance."

(Note de l'auteur: Qu'avez-vous pensé de ce chapitre? J'avoue qu'il m'a donné du fil à retordre. L'histoire se complique.

CHAPITRE PRECEDENT - CHAPITRE SUIVANT

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Kojiro64 03/01/2014

Bizarrement j'ai presque était contente que Jessie n'est pas compris Caninou!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 21/09/2012

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site