Danger (3)

Chapitre 3 : L'attente inquiétante :

 

Jessie est à bout de souffle mais court toujours. Je la suit, de près, silencieux. Enfin, au loin, nous aperçevons de la lumière. Nous entrons dans la ville, qui à cette heure est complètement vide. Nous trouvons l’hôpital très vite, c'est l'un des bâtiments les plus grands de cette petite ville. Une fois devant la porte, Jessie s’arrête, reprend son souffle, et me dit, comme un ordre.

 

Je* levant légèrement la voix* : Maintenant écoute moi bien Miaouss. Je sais que j'ai pû compter sur toi, tu m'as tellement aidée depuis qu'on se connaît. Je ne te l'ai jamais dit, mais merci. Maintenant, je veux que tu t'en aille, tu ne rentreras pas avec moi dans cet hôpital, sauve toi. * se retournant vers moi, tremblante, James dans ses bras, pleurant mais me souriant malgré ça* : Miaouss, c'est à mon tour de t'aider, va t'en. Et ne t'inquiète pas, tout va bien se passer, je prendrais soin de lui …

 

Elle se retourne après ces derniers mots, avant que je n’ai pas eu le temps de répondre, et entre dans l’hôpital en criant qu'elle a besoin d'aide. Je suis toujours là, dehors, devant la porte, à voir les ombres s’agiter derrière la porte. Merci à toi Jessie, mais je ne vous laisserais pas terminer en prison. Je fais un pas en avant pour que les portes électrique s'ouvrent. Je vois Jessie, posant James sur un brancard. Elle me regarde, les yeux rouges à force de pleurer.

 

M* restant devant la porte, fixant Jessie* : Je Ne Vous Laisserais Pas ! On se reverra !

 

Jessie est surprise, puis part en direction du brancard, dans un couloir. Avant de ne plus se voir, elle me fait un léger sourire et un signe de la main. Je reste là un moment puis repars, précipité, vers les bords du bâtiment, espérant les apercevoir à travers une fenêtre, ou juste les entendre à travers une grille. Il y a tellement de fenêtres et de grilles sur les murs de cet hôpital, que je ne les trouve pas.

 

Je n'ai pas de montre sur moi, rien pour voir l'heure, mais je pense que j'ai dois attendre une bonne heure. La plus longue de ma vie. Sans savoir si James va bien, sans savoir si Jessie ne s'est pas écroulé par ses efforts et par le choc, et sans savoir si, même si ils vont bien, ils ne seront pas transférés dans une prison ensuite. Alors, j’attends, en espérant les entendre, ou au moins entendre des nouvelles de James par une infirmière ou un docteur. Je suis adossé contre un mur, observant la lune, comme j'aime si bien le faire. Elle est si belle ce soir et plus jamais je ne verrais ces nuits éclairé de sa lumière de la même façon. Tout a changé …

 

La fatigue me vient, petit à petit, à force d'attendre, assit. Et alors que mes yeux se referment légèrement j'entends une voix familière …

 

Je : Comment va t'il ?

 

Jessie ! Sa voix me réveille d'un coup et je me lève pour aller vers la fenêtre d'où elle provenait. Dans un couloir, éclairé par des néons d'un vieux jaune, je vois Jessie aux côtés d'un homme, semblant être docteur. Il baisse son masque et lui répond, assez sèchement, qu'il ne veut pas parler à des voyous dans notre genre et qu'il a guéri James seulement par amour de son travail. Jessie sourit légèrement, baisse sa tête et le remercie. Le docteur la regarde puis s'en va, suivant le couloir. Jessie relève la tête et se tourne pour le voir partir. Elle est seule, au milieu du couloir, quelques infirmières et quelques docteurs passant à côté d'elle, sans la voir. J'ai bien envie d'aller lui parler, mais si je vais la voir maintenant, les infirmières se rendrons compte qu'ils ne sont pas seuls dans l'équipe, et je me ferais prendre … Et c'est ce que Jessie veut éviter.

 

Je continue de la regarder, caché derrière la fenêtre. Elle est au milieu du couloir et regarde de chaque côté, ne sachant pas où aller. Une infirmière arrive à son niveau et lui dit quelques mots sur James. Je peut entendre que James ira beaucoup mieux avec beaucoup de repos, et que pour l'instant il est sauvé. Jessie a un sourire … Comment le qualifier … Elle est si soulagée, les larmes aux yeux. Ça fait bien longtemps que je ne l'ai pas vu sourire aussi spontanément. L'infirmière montre le bout du couloir et dit à Jessie que James sera mis dans la chambre 411. Heureusement pour moi, cette chambre est au rez-de-chaussée. Je suis soulagé de ne pas devoir grimper le mur de l'hôpital pour devoir les voir.

 

Jessie remercie l'infirmière et va en direction de la chambre 411. Je la suit, à travers les fenêtres, pour ne pas la perdre de vue. Elle passe finalement une porte qui donne de l'autre coté de l’hôpital. Je me dépêche donc à aller de l'autre côté de l’hôpital et je cherche sur ce pan de mur, la fenêtre de la chambre 411. Je fais les fenêtres une par une et voit, enfin, dans une chambre, Jessie. Elle est assise sur un petit canapé, placé contre un mur. Elle regarde ses mains, et malgré la joie de tout à l'heure, semble vraiment apeurée par la suite des événements. Elle et moi attendons l'arrivée de James, voulant à tout prix voir comment il se porte. La chambre est assez grande pour y installer deux, voir trois lits, mais elle est vide. Avec de la chance, James pourrait avoir la chambre rien que pour lui.

 

Plus le temps passe et plus la peur monte, mais il ne faut pas s'inquiéter, l'infirmière a dit que tout s'était bien passé. La porte, déjà ouverte, me permet de voir les quelques personne passant dans le couloir. À chaque ombre que je vois arriver, j'espère que c'est James qui arrive. Et puis, le moment arrive. Une infirmière se met devant la porte de la chambre est semble regarder quelque chose approchant dans le couloir. Alors, James arrive, sur un lit, poussé par un infirmier et une infirmière. Jessie se leva rapidement dès leur arrivée. La présence des ces infirmières me cache la vue et je n'arrive pas à le voir. Les infirmières placent alors le lit, la tête contre un mur et repartent après avoir expliqué à Jessie qu'il lui faut le plus grand calme.

 

Les infirmières partent, James est enfin visible … Il dort. La couverture lui est remontée jusqu'au torse et ses deux bras sont au dessus d'elle, ce qui me permet de voir que son épaule est recouverte de bandages. Toute son épaule n'est plus visible, caché sous une tonne de bandages, passant également sur son torse et sous son dos, sûrement pour qu'ils tiennent. Jessie, toujours debout, immobile jusqu'à maintenant s'avance enfin, doucement, tremblante et inquiète de le voir dans cet état. Elle reste un moment, debout, la tête basse, près de son lit. Elle se décide ensuite à prendre une chaise, se trouvant non loin d'elle, et la met près du lit de James. Elle s’assoit, les mains sur les genoux, toujours fixant James … Les larmes aux yeux. Je ne peux pas m’empêcher de verser une larmes en les voyant tout les deux … Quelle malchance nous avons eu …

 

Je les fixe toujours de ma fenêtre, Jessie ne bougeant plus et James toujours les yeux fermés à dormir. La scène passée tourne en boucle dans ma tête. J'aurais du réagir plus tôt … ça nous aurait évité tous ces problèmes … Jessie se met à bouger, regarde James, le dévisageant, et lève sa main pour la poser sur le lit. Elle tourne sa tête vers la main de James et la lui prend, lui faisant couler une larme sur sa joue. Elle revient alors vers le visage endormit de James et lui chuchote un léger : « Pardonne-moi ». Elle pose alors sa tête sur le rebord du lit, près du bras bandé de James, tout en regardant leurs mains. C'est tellement triste de les voir comme ça.

 

La journée d'aujourd’hui avait pourtant commencé normalement. Je ne sais même pas si un jour on pourra revivre une journée normale. On se plaint souvent, mais au fond … On aime bien cette vie … Enfin, on l'aimait bien, maintenant, je ne sais pas ce que c'est …

 

Au bord de ma fenêtre, à les voir et à penser et repenser à cette journée, de fatigue, je m'endors …

 

Un peu plus tard, je me réveille, en sursaut. J'ouvre mes yeux et me rend compte que je suis par terre. J'ai fais un cauchemar horrible et mon réveil brutal m'a fait tomber de ma fenêtre. Je retourne alors vers elle et regarde comment vont James et Jessie. Jessie s'est endormie la tête sur le lit et sa main dans celle de James. James lui, dors toujours. Je m’assois sur le rebord de la fenêtre, adossé contre un de ces murs. J’essaie de me rendormir pour avoir assez d'énergie pour la journée qui m'attend demain … préférant ne pas y penser.

 

Je n'arrive pas à m'endormir … Je regarde alors la lune, à présent bien haute dans le ciel. Je ferme mes yeux, espérant que la fatigue vienne un moment où l'autre … J'entends soudain un bruit venant de la chambre. Je me retourne pour voir ce que c'est. Je vois James, éveillé, se frotter les yeux avec sa main libre. Il repose alors son bras et regarde autour de lui. Il ne me remarque pas, étant attiré par Jessie, dormant à ces côté. Il resserre alors sa main, faisant légèrement bouger Jessie. Il regarde ensuite tout ces bandages et les touche avec soin. Un moment, il fait une grimace, ça doit lui faire mal. Il pose la main dessus voulant sûrement calmer sa douleur et se remet à fixer Jessie. Il pose sa main sur son ventre et regarde la plafond … A quoi peut-il bien penser … Il se remet enfin  à regarder Jessie et pos sa main dans ses cheveux, les caressant. Finalement, il referme les yeux, la tête tournée vers Jessie et s'endort, faisant glisser sa main sur son bras. Je le vois se rendormir et la fatigue me reprend. Je referme doucement les yeux, essayant de ne penser à rien et me rendors.

 

Fin Chap 3.

CHAPITRE PRECEDENT - CHAPITRE SUIVANT

5 votes. Moyenne 4.20 sur 5.

Commentaires (1)

1. Maldorana 08/08/2012

Trop bien ! J'ai hâte de savoir la suite :P

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Date de dernière mise à jour : 09/08/2012

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site