Baby Koji 2

Partie 2 :

 

 

Jessie parcourait la ville les bras chargés de sacs, déçue de ne pas pouvoir laisser James les porter, tandis qu'il pleurait dans le sac à dos, encore... 


"Rahhhhh mais c'est pas bientôt fini ce boucan? On ne s'entend plus pens... ooooooh regardes ça Miaouss, une parure de faux diamants!", s'écria t elle se "léchant" presque réellement la vitrine du magasin.

Cela faisait des heures qu'elle dépensait l'argent de son pauvre équipier, profitant qu'il ne puisse pas s'interposer, et peut être aussi pour se venger de l'avoir mise dans le pétrin financier en achetant toutes ces idioties auprès du vendeur de magicarpes...


"Ça t'irait très bien Jessie, du toc c'est tout toi...", se moqua le chat 


"Pardon??? Qu'est ce que tu as dis??? On aurait mieux fait de te laisser à la merci de ce gros Persian à Hollywood, notre bonté nous perdra hein, James?" 


Son ami lui manquait dans le fond, elle n'avait personne avec qui partir dans ses délires, personne qui répondait à ses provocations aussi bien que lui... à quoi bon faire la peste de service si ce n'était pas destiné à taquiner son équipier...?


"Ouaaaaaain......." Il ne pleurait plus vraiment mais continuait de geindre, affamé et fatigué, la journée ayant été un peu trop mouvementée pour un si petit être...
Jessie se mit à culpabiliser un chouïa...


"On va prendre une chambre d'hôtel, on n'peut pas faire du camping avec lui..."


"Chouette!!!", s'exclama Miaouss en courant vers un bel hôtel de luxe de l'autre côté de la route


"Ça n'va pas! C'est hors de prix, on ne ehhhhhhhh reviens ici Miaouss!!"


La jeune femme attrapa le chat violemment par la peau du coup et se cacha un peu, accroupie dans un buisson, terrifiée à la vue d'un couple étrange lui semblant familier... C'était impossible, improbable, et pourtant... Semblant tout droit sortis d'une autre époque, revêtus de vêtements ayant apparemment appartenu à leurs ancêtres mais repassés à la perfection, ils étaient la, distingués et froids comme leur fausse pierre tombale, discutant avec une femme encore pire qu'eux qu'on aurait pu prendre pour la reine Victoria, devant cet hôtel de luxe qui leur faisait tant envie, sous leur affreuse ombrelle démodée, les parents Morgan. 


"Oh mon Dieu manquait plus qu'ça!", s'étouffa presque Jessie devant ce spectacle immonde. 


"Faut pô qu'ils le voient ou ça va chauffer!"


"Aga?" James voulait savoir lui aussi ce qu'il se passait alors il s'agita dans le sac pour voir et bientôt il tomba au sol

"Aaaaaahhhhhhhhhhh Ouuuuuuuuuaiiiiiiiiiiiin ouaiiiiiiiin"


"James!" 


Jessie se retourna en un éclair et le prit dans ses bras, un peu inquiète

"Est-ce que ça va?"


"Ouaaaaaaaaain!!!" Il pleurait à chaudes larmes, la chute lui ayant fait mal à ses petites mains et ses petits genoux tous égratignés. Elle eut un peu de peine au plus profond d'elle... 


"Est-ce que tout va bien?" Jessie releva la tête et vit alors une jeune femme à bouclettes, la même qui parlait avec les anciens bourreaux de James il y a un instant.


"Oui ça va merci, il...il... s'est agité et il est tombé..."


La femme le prit entre les mains et l'examina un instant. Elle prenait Jessie pour une pauvre roturière et son bébé, mais en bonne catholique altruiste, elle leur proposa son aide.


"Pauvre enfant, tout cela est fâcheux, suivez-moi dans mon humble suite je vous en prie, vous pourrez faire sa toilette et désinfecter ses petites mimines, hein mon petit bouchon, mooooh regardez-moi ça comme il est mignon, il est à croquer!" 

Elle tirait sur les joues de ce pauvre James qui sanglotait faiblement... il souffrait déjà bien assez comme ça… Jessie hésitait : aller dans un si bel hôtel était tentant, surtout que James avait besoin de soins et de manger, et à vrai dire elle et Miaouss étaient épuisés eux aussi, mais l'idée de croiser les horribles parents de son ami l'effrayait un peu. Miaouss lui était tout content de cette nouvelle et suivi l'élégante bonne femme d'un pas décidé 
 

"Merci beaucoup pour votre hospitalité madame!"


"Ahhhhh mais vous parlez?"


"Bon c'est d'accord...", souffla Jessie dans sa barbe, n'ayant pas vraiment le choix de toute façon...
 


Le sol en marbre s'étendait jusqu'à une première marche, de marbre toujours, puis enfin, la baignoire, semblant avoir été taillée elle aussi, dans le marbre... Tout ce luxe fascinait nos deux amis qui ne pouvaient s'empêcher de prendre leurs aises. Face à eux se tenait un grand lavabo, magnifique et imposant près duquel étaient disposés tout pleins d'appareils à la pointe de la technologie servant à toutes sortes de choses comme un sèche-cheveux, des plaques lissantes, un bain à remous pour les pieds, un appareil à manucure, un rasoir pour homme, tout pleins de miroirs grossissants... et...


"Et ça qu'est-ce que c'est?" Demanda Miaouss en prenant un drôle d'appareil noir entre les mains 
 

"Ne touche à rien, si tu casses on devra repayer!", grogna Jessie, allongée dans le bain moussant vêtue de son plus beau bikini.


"Agagaaaa!" James parcourait la pièce à quatre pattes, un peu chancelant mais tout content d'avoir enfin trouvé un moyen de déplacement. 


"Je suis de retour!", s'enjoua leur gentille hôte en entrant dans la suite de luxe. Elle leur avait raconté juste avant un petit peu sa triste vie de riche héritière passant son temps à aider la veuve et l'orphelin dans des associations caritatives sachant qu'elle ne sera jamais mère, à son plus grand regret... 


"Pour vous jouer un mauvais touuuur!", s'empressa de crier James, mais heureusement il ne sorti qu'un grand "Aaaaaaaaaaaawwww!!!" de bébé. 


"Vous faites prendre le bain à ce cher petit?", demanda t elle en s'approchant de la salle de bain. 


"Oui... oui...", dis Jessie, allongée dans la mousse et pas du tout préoccupée par James...


"C'est bien, il n'y a rien de mieux que de prendre un bain avec sa maman, hein mon bichon?..." dit-elle en posant délicatement son grand manteau de fourrure sur le dossier d'un fauteuil près de la porte tandis que Miaouss attrapa James et le donna rapidement à Jessie pour qu'elle feigne d'effectivement s'en occuper, et puis c'est vrai qu'il avait bien besoin d'un bain et qu'il ne pouvait pas se laver seul...

Elle le mit sur ses genoux et lui enleva rapidement cette affreuse guenille qu'elle lui avait fabriqué avant de faire mousser le savon dans ses mains pour pouvoir le laver.
James n'était absolument pas pudique dans ce petit corps, ayant été lavé des années durant par les domestiques, mais se senti terriblement troublé de se retrouver quasiment collé à la poitrine de sa coéquipière et profita du fait d'être un bébé innocent pour se rapprocher et lui faire une esquisse de câlin. 


"Ta vraie maman est dans cet hôtel James, alors bas les pattes ou c'est avec elle que t'iras prendre un bain!", lui souffla-t-elle au bout du rouleau.


"Ma VRAIE maman? COMMENT ÇA?", demanda-t-il un peu inquiet à la simple pensée de ses horribles géniteurs, mais comme de coutume sa question ne se fit pas entendre

"Agnaaaagaaa?"
 

Jessie savonna d'abord ses petits bras puis son dos, son torse, ses petites jambes, puis regarda son petit zizi dans trop savoir quoi faire avec ça...


"Bon ça ira tu es propre...", dit-elle après l'avoir rincé en le donnant doucement à Miaouss qui l'accueilli dans une grande serviette éponge chaude, qu'il avait préalablement posée sur le chauffe-serviettes. 


"Aaaaaaannnnnh!" Gazouilla le petit garçon de plus belle au contact de la chaleur sur sa petite peau frissonnante après être sorti du bain.


"Je vous ai fait acheter des couches propres ainsi qu'une adorable layette, et tout un nécessaire de toilette pour ce petit trésor!", dit-elle en déballant tous les sacs sur l'imposante table de séjour sous le regard médusé de Jessie qui sorti de la salle de bain avec James dans les bras, enveloppée dans un peignoir.


"Vous allez prendre froid, enfilez vite ce que je vous ai offert!"


Elle accompagna sa parole d'un lancer d'une robe immonde et démodée. Jessie la déplia et vit alors cette affreuse tenue à froufrou se dévoiler sous ses yeux.

"C'est très... euh... comment dire... particulier!"


"Ahahaagaaaaaa" James se mit à rire de devant l'expression de Jessie : il la connaissait par cœur et à vrai dire il trouvait lui aussi cette tenue plus que moche.


"Oui, j'ai pensé à vous dès que je l'ai vu! Cette couleur s'accordera à merveille avec vos jolis yeux verts!"


"Ah oui mais mes yeux sont bleus..." chuchota t elle, alors, espérant pouvoir échapper à ce cadeau empoisonné.


"Oui bleus, excusez-moi très chère... Bon alors préparez-vous, je vous invite à dîner!"*
 


"Agagaaaaaananananananaaaa ahaaaaaa" James s'agitait dans tous les sens, s'amusant à mettre des bâtons dans les roues à sa pauvre équipière qui essayait tant bien que mal de l'habiller


"Cesse de gesticuler comme ça James!" Elle était très méticuleuse dans ses gestes et tirait même un peu la langue tant elle était concentrée. 


"Met lui une couche on sait jamais..." se mit à plaisanter Miaouss tandis un haut jet de pipi arriva sur le visage de Jessie qui mit à hurler

"CA SUFFIIIIIIT MIAOUSS FAIT LE SINON JE VAIS LE TUEEEEEER!"


"Pardon Jessie j'y peux rien moi ça prévient pas tu sais ...." chuchota James tout penaud, mais malheureusement c'était encore des gazouillis qui sortait de sa petite bouche en cœur.
 

Elle s'empressa de courir dans la salle de bain et se lava le visage à grandes eaux, presque déçue que cette robe immonde n'est pas été tachée... Miaouss passa une lingette sur le petit garçon et lui mit la couche tant bien que mal, à l'envers, et lui enfila cette layette ringarde offerte par leur hôte qui leur dévoila qu'elle se prénommait Désirée.

 
"Voilà James t'es tout beau et propre comme un sou neuf!", s'enthousiasma Miaouss en le soulevant dans ses pattes, tout fier d'avoir "réussi" à le rendre présentable.


"Vous êtes prêts?", s'écria Désirée dans un geste énergique en prenant son sac à main Chanel, que Jessie prévoyait déjà de voler depuis leur rencontre.


"Oui c'est bon!" Dit la jeune femme aux cheveux roses en sortant de la salle de bain après être désinfectée deux fois le visage et remaquillée avec les produits de luxe de son hôte. Elle avait d'ailleurs glissé un rouge à lèvres dans sa poche l'air de rien... Elle apparut alors avec sa coiffure habituelle avant de se faire un chignon sur les conseils de Désirée.

James se mit à rire, se moquant de son amie, avant de se voir dans le grand miroir de l'entrée, habillé comme un poupon d'un petit short bouffant Vichy jaune et blanc avec la petite chemisette et la charlotte sur la tête assorties. Il s'était déjà vu affublé de la sorte sur des vieux albums souvenirs chez pépé et mémé mais là c'était tout bonnement impensable pour un styliste comme lui de sortir comme ça. 

"Jessie, pitié on est ridicule, fait quelques choses!" Mais comme d’habitude il ne dit que :

"Agagaaaaaaagnagaaaaaa ah!"
"Oooooh il est adorable, il adore son cadeau hein mon bébé?" S'enthousiasma Désirée a la vue de James empaqueté dans ces habits désuets. "Mais au fait comment s'appelle-t-il?"


"Il s'appelle euh... James...", dit Jessie hésitante, se demandant si elle devait mentir ou non. 
 

Et les voilà parti vers le prestigieux restaurant de l'hôtel, suivi de Miaouss qui lui aussi avait eu droit à un épais costume trois pièces marron à rayures dont une atroce fleur dépassait de la poche de sa veste et venait lui chatouiller les moustaches.


La grande salle, élégamment décorée et surmontée d'une grand lustre en cristal était bondée de monde. Ils passèrent devant des dizaines de tables et Désirée s'agita à la vue d'une longue table de 30 personnes composées de gens vêtus dans le même genre qu'elle. 

"Jessica, ce sont mes amis là-bas, venez, je vais vous présenter!"

Miaouss parti discrètement vers le buffet sans un bruit tandis que Jessie avança timidement vers la dite table, entraînée par son hôte, les yeux fixés au sol en faisant attention de ne pas trébucher sur son affreuse robe, tenant fermement James dans ses bras.


"Jessica je vous présente Dita et Marc..." 
Jessie releva la tête et fit un grand sourire hypocrite à ces gens qu'elle n'avait nullement envie de connaître mais enfin, il fallait bien se forcer un peu pour pouvoir manger du foie gras et du caviar... 


"Enchantés de vous connaitre milady...", dit le drôle d'homme coiffé d'un haut de forme avec un monocle sur son œil.


"Oui enchantée euh... monsieur!", dit-elle un peu paniquée en lui tenant la main qu'il s'empressa de baiser. Elle trouvait ça dégoûtant mais s'efforça d'être aimable quand même tandis que James ricanait dans son cou, se moquant de ses mimiques et de son total manque de bonnes manières... 


"Et voici Elizabeth et Lord Milton, Madame la comtesse de Roadwick, ah là ce sont Sophie et Sir Lionel, des amis de longues dates et voici..."


Ce défilés de noblesse donnait le  tournis à notre pauvre Jessie qui souriait jaune à tous ces aristocrates dont elle oubliait le nom juste après l'avoir entendu jusqu'à ce que ...

"Et voici les Morgan, de la région de Kanto, Alfred et Theresa (je trouve que ça leur va bien et ils n'ont pas de prénom ces pauvres gens alors j'ai improvisé) ..." 

Jessie se figea sur place comme si elle avait vu le diable en personne tandis que James senti son cœur lâcher... Il enfoui son petit visage dans le cou de son équipière, les yeux écarquillés et la bouche entrouverte, ayant la sensation de se liquéfier littéralement devant cette atroce situation improbable. Tremblante de peur, elle leur tendit la main fébrilement

"En... enchant... tée mon...mons... monsieur..."

"Enchanté de faire votre connaissance...", répondit-il élégamment en baisant lui aussi sa main comme tous les aristocrates présentés avant lui, tandis qu'elle serrait les dents pour essayer de cacher son embarras tant bien que mal...


"Et donc voici Jessica mes amis, la jeune personne dont je vous ai parlé ..."


Elle continuait son discours de présentation barbant pendant que Jessie louchait nerveusement sur les Morgan qui étaient juste à côté d'elle : elle ne devait surtout pas se faire remarquer car ces atroces personnages l'avaient déjà vu auparavant. Dieu merci cette robe immonde lui servait à quelques choses... Et s'ils voyaient James...? Elle ne préférait même pas imaginer la scène, même si quelqu'un de sensé ne pouvait pas deviner qu'il avait mystérieusement rajeuni, c'était quand même ses parents.... 

Le bébé le savait, c'est pourquoi il restait là, immobile et placide, sans laisser échapper le moindre son de ses petites lèvres adorables, bien qu'il tremblait comme une feuille de les savoir si près de lui, ses abominables parents qui avaient fait de son enfance un calvaire. 


"Et je vous présente son fils, le petit James!"


Tous les regards se tournèrent vers la pauvre Jessie, dont ceux des Morgan qui étaient les plus proches. Elle sourit nerveusement en se grattant la nuque tandis que l'assemblée semblait attendre qu'elle ne dévoile le joli minois de son dit enfant 

"Ahahaaaa oui... le voici...", dit-elle de sa typique voix aiguë qui trahissait son mal être en le tournant vers les amis de Désirée mais en prenant soin de cacher son visage à ses parents, malheureusement c'était sans compter sur James qui au même moment, ne contrôlant plus son stress, senti sa couche se remplir petit à petit...

"Oh non, serre les fesses James!", se dit-il à lui-même  mais c'était trop tard... Horrifié, écœuré et sous le choc, il se mit à pleurer. 


"Ouuuuuuuaaaiiiiin"


"Ohhhhh voyez-vous ça, il est timide!!", dit Dita, attendrie devant ce pauvre petit qui s'agitait dans tous les sens, se sentant à l'étroit dans cet immonde layette qui comprimait sa couche souillée qui était en plus à l'envers.


Une affreuse odeur de caca embauma alors le cercle d'amis et fit tressaillir Jessie qui n'avait qu'une envie : jeter son équipier au sol, le piétiner de rage, voler la nourriture et disparaitre, mais tout le monde la fixait, dégoûté, et alors elle serra James plus fort et parti en courant 

"Excusez moi..."

Elle courut, affolée, jusqu’à la suite de Désirée mais elle n'avait pas la clé !!!!!!!!


"Ouuuuuuuuuuuuaiiiiiiiiin-innnnnnnnnn" James avait son petit visage tout rouge, déformé par toutes ces sensations désagréables et bouleversé d'avoir été si pres de ses parents...


"Calme toi calme toi calme toi...", se répétait Jessie cherchant désespérément une solution... si James était dans son état normal il aurait surement su crocheter la serrure... Elle tenait son équipier à bout de bras, écœurée par cette insoutenable odeur mais elle ne pouvait pas se permettre de s'énerver, la situation la dépassait...


Alors sans réfléchir elle retourna au restaurant pour chercher la clé mais elle ne trouvait plus son chemin dans cet hôtel immense... il y avait trois salles de restauration et elles étaient toutes identiques, alors elle courrait entre les tables, perdues, laissant s'échapper cette répugnante effluve sortant tout droit de la couche de James tout autour d'elle. 


Soudain elle aperçut la tablée des amis de son hôte et fonça alors dans leur direction, mais trébucha malencontreusement sur sa grande robe victorienne et laissa James s'échapper de ses mains. Le pauvre bébé fit un vol plané pour atterrir finalement sur la table, dans l'assiette de homard de Mme Morgan...

"Ahhhhhhhhhhh!!!!!!!" 

Elle était complètement recouverte de la sauce champagne de son homard : ses cheveux violets tirés en chignon n'avaient plus aucune allure et son si beau visage de porcelaine était tout taché... 

Elle agitait ses mains parfaitement manucurée tout autour d'elle, ne se préoccupant pas le moins du monde de son pauvre fils gigotant dans l'assiette sous le regard choqué de tous les convives. 


"Enlevez-moi cette HORREUR!!!!!", cria-t-elle tandis que son mari lui épongeait la tête avec sa serviette de table. Désirée, confuse, interpella un serveur qui l'escorta jusqu'à sa suite pour qu'elle puisse se débarbouiller...


Jessie attrapa alors James fermement, juste avant que son père ne puisse l'identifier et se confondit en excuses, mais Mr Morgan restait impassible

"Votre enfant est tout bonnement répugnant et n'a aucune éducation ma chère, cela est déplorable, on ne tombe pas impunément dans les assiettes des gens de la sorte!"


Jessie était choquée d'entendre de telles paroles, comme s'il avait sauté dans ce homard en sauce tout seul ! Elle sentait la moutarde lui monter au nez et s'efforçait de rester calme sous les regards remplis de jugement de ces aristocrates mais c'en était trop !

Miaouss était à coté, confus mais plié de rire devant cette scène digne d’une caméra cachée tandis que James ne savait plus s'il devait rire ou pleurer après avoir mis sa mère dans cet état... 


"J'en ai assez, Désirée, donnez-moi la clé s'il vous plait..."


Elle retourna dans la suite, épuisée et lasse, et posa délicatement James sur une serviette qu'elle avait posée sur le lit, enleva ce pantalon Vichy affreux et vit alors la couche toute souillée dans laquelle baignait son pauvre équipier, en larmes, tout rouge, ressemblant presque à un Cisayox miniature. 

Cette odeur épouvantable lui donnait des hauts le cœur mais elle n'avait pas le choix alors elle se bâillonna le nez avec une écharpe de soie et enfila une paire de gant en cuir d'une marque prestigieuse appartenant à Désiré et retira doucement la couche du bout de ses doigts en poussant un petit cri de dégout, cherchant la poubelle des yeux. 

"C'est horrible, je dois être dans un cauchemar..."

Miaouss était à coté, tout vert, tournant presque de l'œil, le nez (oui on va dire qu'il a un nez) caché par ses pattes

"Franchement James, t'étais vraiment obligé de faire ça...?"


Le petit garçon pleurait tant qu'il n'arrivait presque plus à respirer, tandis que Jessie revint avec tout un tas de papier toilette et l'écharpe lui servant de masque recouverte de parfum.


"Allez Jessie, tu peux l'faire!" Elle essuyait tout ce gâchis en détournant la tête et James pleurait de plus belle, humilié par la situation...


"Jessie je suis désolé, s'il te plait ne m'en veux pas, je n’ai pas fait exprès... et arrête ça fait mal,  ce papier est trop rêche, prend une lingette je t'en supplie!"

Mais ses cris étouffés ne se faisaient évidemment pas entendre

"OUUUUUUUUUUUUAAAAAAIIIIIIN AAAAAH IIIIIIN OUAIIIIIIIIIIIN"

Son équipière finit par venir à bout de toute cette toute saleté avant de se retourner vers Miaouss


"J'ai fait le plus gros, à toi maintenant!"


"Non je t'en prie Jessie, t'es dans ta lancée je ne voudrais surtout pas te couper..."


Elle enleva les gants et les reposa sur le fauteuil comme si de rien n'était et le souleva de terre avant de le poser sur le lit à coté de James qui pleurait encore


"Tu le fais et c'est tout Miaouss!" grogna-t-elle avant de s'éloigner vers la fenêtre qu'elle ouvrit d'un geste précipité avant d'enlever l'écharpe de son nez et de prendre un bon bol d'air frais.


Désormais au propre et ayant rempli son petit estomac de bon lait deuxième âge que Désirée avait spécialement acheté pour lui, James s'était finalement endormi dans le grand lit près de Jessie qui ronflait elle aussi, de même que Miaouss qui dormait à poing fermé à leurs pieds. 

Le confort d'un lit tel que celui-là, il n'y avait pas gouté depuis tellement d'années... quand soudain une horrible douleur l'extirpa de son  sommeil : il avait l'impression qu'on lui brisait les gencives avec un marteau alors il mit à hurler pour exprimer son mal

"OUAIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNN AHAAAAAAAAAAA OUUUUUUAAAAAAINNNNNNNN-IINNNNNNNNN"

Jessie sursauta violemment : elle était en train de rêver qu'elle avait gagné un concours de beauté contre Cassidy et ces cris l’énervèrent au plus haut point, un si beau rêve, gâché!


"Qu'est-ce qu'il y a encore vermine?", lui lança-t-elle à voix basse pour ne pas que Désirée l'entende parler de la sorte, surtout qu'elle avait réussi à l'amadouer suite à cet incident au restaurant...


Désirée se leva d'un bond et couru dans la chambre où dormait le trio

"Qu'est ce qui passe mon trésor?", demanda-t-elle en se ruant sur James qui sanglotait en mâchouillant machinalement sa main, tordu de douleur.


"J'en sais rien, il s'est mis à pleurer  tout d'un coup ...", murmura Jessie, lasse de ces pleurs incessants et un peu inquiète, au fond d'elle-même.


"Ce doit être ses dents qui poussent, je vais appeler le service d'étage afin qu'il nous ramène un hochet glacé..."


Elle s'agita sous le regard de la jeune sbire qui ne comprenait rien, tandis que Miaouss était parti dormir sur le canapé...

"Mon Dieu faites que ce soit bientôt fini j'vous en supplie...", gémissait le pauvre James en comprimant ses petites gencives boursouflées avec le hochet froid...

Cela faisait déjà des heures qu'il luttait contre la douleur mais malheureusement elle ne dissipait que très peu... Il était très tard, ou très tôt, il ne savait plus, peut-être 6h du matin quand Jessie émergea doucement et se pencha sur lui, inquiète

"Ca va James...?" Son équipier n'avait pas la vie facile depuis qu'il avait bu cette eau ensorcelée et elle essayait d'imaginer à quel point cette sensation d'être incontinent, muet et handicapé par un si petit corps pouvait être insoutenable...  


"Agnagagneu...", souffla-t-il, à bout de fatigue et de force, souffrant le martyr


"On va pas tarder à reprendre la route pour chercher ce fichu livre, t'inquiètes pas...", lui dit-elle en lui caressant doucement les cheveux


Il était touché qu'elle soit si gentille, enfin, après toute une journée à lui parler comme à une vulgaire chaussette... C'est vrai qu'elle pouvait paraitre cruelle parfois ou intolérante, impatiente, et elle l'était vraiment, mais il savait que son lourd passé la conduisait à agir de la sorte, qu'elle n'était pas si indifférente dans le fond...


"Je n'sais même pas si tu comprends c'que j'dis...", murmura t elle un peu perdue...


"Agnagaga..." Il avait dit oui mais ca ne servait à rien alors il se tu et agita le hochet qui n’était plus vraiment froid vers elle.


Jessie le saisi alors et se leva pour le remettre au congélateur avant de prendre le deuxième dans le bac et le lui donner.


"Tiens, essaie de dormir un peu...", dit-elle en le prenant dans ses bras, doucement tandis qu’il mâchouillait le hochet. Elle n'avait jamais tenu un bébé de sa vie et n'y connaissait rien, mais ce petit garçon aux grands yeux verts, tout mignon et souffrant la faisait fondre, presque autant qu'il l'agaçait... Et puis après tout ça restait James, son meilleur ami.

Elle le berça un peu et lui fit un bref baiser sur le front, avant de terminer sa nuit contre lui. James était aux anges, jamais sa propre mère ne l'avait cajolé de la sorte, il se sentait aimé, choyé, protégé, pour la première fois de sa vie, et il s'endormi dans cette douce étreinte, oubliant sa douleur peu à peu...

SUITE

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 12/11/2016

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site