Le modèle


James embrassa nerveusement Jessy sur la joue pour lui dire au revoir et sauta dans sa jeep. C'était son premier travail à mi-temps légal et il voulait s'assurer d'arriver à l'heure.

Miaouss l'avait félicité avec scepticisme quand il avait apprit cette nouvelle.

Contrairement au chat pokémon, Jessy était fière de penser que son équipier avait été employé à l'École des Beaux-Arts pour des créatrices prestigieuses.

"Travaille bien!" lui cria t'elle en le regardant s'éloigner en courant. 

Il s'arrêta un bref instant pour lui lancer un regard de derrière lui et lui souffler un baiser. "Je te le promet!"

Après un court voyage, James sourit en approchant son véhicule d'une belle et grande structure romane avec une cour de marbre à l'entrée, entourée par des chênes massifs et d'autres bâtiments en pierre plus petits. Ça lui rappelait presque son manoir. Il y avait des sculptures en métal ornants les pelouses et des étudiants attendants de rentrer en classe. Le jeune homme respira à fond et se gara sur le parking énorme, ensuite il sortit de la jeep et en ajustant nerveusement son lien de cravate, il se rendit dans le bâtiment regardant la feuille en papier dans ses mains. Il devait se rendre à la classe 302. Il haleta agréablement en ouvrant les larges portes-fenêtres de la pièce en question.

La classe était spacieuse, avec un un haut plafond orné de grandes fenêtres arquées pour laisser entrer des quantités massives de lumière naturelle. D'un côté se trouvait une large plate-forme et James remarqua qu'il y avait une variété de draperies, un piédestal et des appuis verticaux sur lesquels les élèves étaient supposées travailler. "WOW!" se dit-il, "Ils vont dessiner mon travail!"

Il fut tout à coup salué par une grande femme fâchée qui semblait être un sergent d'armée plutôt qu'un professeur d'art dans une université.

"M. Morgan?" demanda t'elle sévèrement.

Malgré le ton sec de la femme, James rayonnait toujours. "Oui, madame! C'est moi!"

"Vous êtes deux minutes en retard! L'école pour femmes: Vanderfilbist ne prend pas de fierté du retard!"

"Je suis désolé madame - j'ai seulement dû trouver la classe..."

"AUCUNE excuse!" interrompit elle en regardant fixement le jeune homme de derrière ses lunettes à double foyer. "Allez vous déshabiller maintenant."

James se demanda s'il avait bel et bien entendu ce qu'il croyait avoir entendu ou si c'était un tour de son imagination. Il se pencha nerveusement vers la dame dans l'incrédulité. "Que-.... qu'avez vous dit?"

En soupirant lourdement, la femme autoritaire lui jeta un peignoir de bain bleu. "Prenez cela et entrez dans cette pièce là-bas. Soyez dehors dans UNE minute, portant seulement le peignoir!"

Il se gela sur place. "Um... il doit y avoir une erreur... je ne suis pas censé concevoir la scène?!" (ps: il pensait qu'il devait réparer la scène se trouvant au fond de la classe).

Le professeur d'art le regarda curieusement. "Faites-moi voir vos papiers d'acceptation. Quelle position avez-vous demandé?"

James retira gauchement un assortiment de paperasses d'un dossier puis, d'une main tremblante, il les remis à la dame.

"Vous n'avez choisit aucune figure?!" 

"Ben...  je suis venu pour réparer la scène..." 

"Je vous suggérerais d'apprendre à lire d'un peu plus près avant de remplir des formulaires monsieur Morgan. Maintenant il est trop tard, vous avez signé, vous devez poser." 

James en eut le souffle coupé. "P-poser?!" 

"Vous pouvez aller vous déshabiller."  James prit le peignoir que la dame lui présentait. Il regarda le vêtement attentivement pendant plusieurs secondes puis retourna son attention à son interlocutrice: "Je dois aller me déshabiller? Mais si je ne porte que ça... alors je serais presque nu!"

Elle le regarda fixement puis elle indiqua le vestiaire. "Quand vous vous sentirez suffisamment à l'aise, vous devrez retirer le peignoir."

"Vous voulez dire que je ne porterai RIEN?!!!!" 

En imaginant cette situation, James se mit à suer des litres.

La dame aigre lui sourit à moitié: "Oh... vous porterez quelque chose..." se moqua-t-elle "ce sera la tenue d'Adam!"

Le jeune homme avala fortement sa salive. James avait toujours été fier que lui et Jessy pouvaient se parer et se déshabiller à la vitesse de la foudre, particulièrement devant un auditoire, et il n'avait jamais eu aucune honte à se trouver en simple slip de bain devant son équipière mais nu devant une classe d'art c'était bien quelque chose à laquelle il ne s'était jamais attendu. Il ne pouvais pas penser à ce que Miaouss dirait s'il découvrait cela. Il n'entendrait jamais la fin de ses paroles moqueuses et justement Jessie, qu'en dirait-elle?!!!! Il deviendrait sans doute leur risée à tous les deux.

Malheureusement, il n'avait pas trop le choix, il s'était lui-même enguagé dans cette embuscade en signant son contrat. Lentement, il traîna ses pieds jusqu'à la petite pièce et ouvrit la porte puis il jeta un coup d'oeil à l'intérieur.

"Mais ce sont des toilettes?! Vous ne disposez pas de vestiaires RÉELS?!"

"Si nous en avons," répondit d'abord doucement la dame, mais le ton de sa voix monta graduellement jusqu'à ce qu'elle ajoute brusquement, "Seulement, la cabine des toilettes ne dispose d'AUCUNE serrure à l'intérieur!!! A bon entendeur...!"

James trembla en fermant la porte derrière lui tandis que la prof regarda sa montre. Après une minute, elle martela sur la porte et essaya ensuite de l'ouvrir. Une forte résistance vint de l'autre côté mais après quelques minutes, vu qu'il n'y avait pas de serrure, elle réussit victorieusement à l'ouvrir et elle trouva James accroché pitoyablement au bouton de l'intérieur avec les deux pieds fermement plantés contre la porte.

Toutes les jeunes élèves qui avaient attendu calmement dans la classe en réussissant à rester silencieuses jusque là, ne purent plus se retenir et pouffèrent de rire derrière leurs blocs à dessins.

"Nous n'avons pas de temps à perdre, Mr Morgan. Vous avez une obligation à accomplir et j'ai une classe pour laquelle je dois enseigner!!! Cessez immédiatement ce comportement immature et MONTEZ SUR LA SCÈNE!!!"

James lâcha la poignée de la porte dans la défaite et baissa sa tête. Il jeta un coup d'oeil aux spectatrices de son âge qui avaient des yeux grands ouverts et qui chuchotaient entre elles, saisissant fermement leur charbon de bois.

Tenant toujours les liens du peignoir de peur qu'il s'ouvre, il marcha lentement jusqu'à la plate-forme.

Le professeur d'art monta sur la scène après lui et fit face aux 30 étudiantes aux yeux brillants. Elle commença son cours dans une voix franche.

"Aujourd'hui nous continuerons notre étude sur le corps masculin nu..."

Les filles poussèrent des cris aigus à l'unisson.

"... Espérons juste que vous pourrez toutes vous conduire en demoiselles mûres pour que ce cour puisse se terminer dans le calme. Maintenant, je voudrais vous présenter euh... euh..." Elle se retourna, regardant le jeune homme rouge foncé et elle aboya.

"Déshabillez vous, s'il vous plaît!"

James se retourna nerveusement dans l'autre direction et commença à reserrer la ceinture de son peignoir "Je n'aurais jamais pensé une telle chose..." Il entendit des rires bébêtes faibles derrière lui.

"Dites donc, jeune homme. Vous pouvez me dire ce que vous faites?!"

"C'est un pays libre, n'est-ce pas? Je peux me dévêtir comme ça me plaît!"

L'institutrice rouge de colère le saisit par les épaules et le tourna dans l'autre direction. "PAS dans MA classe!!! Je donne les ordres ici!!!"

Suffoquant, le jeune homme aux cheveux lavande couru se cacher derrière un piédestal blottit contre un mur et se recroquevilla.

L'enseignante d'art hurla: "M. Morgan!!! Que faites vous?!!! C'est une institution professionnelle D'ART!!!"

James trembla et enveloppa ses bras autour de ses genoux. "Je sais! Et ma pose s'appellera: "La mort par l'embarras"!"

Sans hésitation, la dame fâchée le saisit par le col de son peignoir et le jeta sur la plate forme, le peignoir s'ouvrit presque par la même occasion. Dans une grande panique, il se replia sur lui même et essaya de retenir son peignoir fermé du mieux qu'il le pouvait tandis que 30 paires d'yeux l'observait dans la jubilation.

S'en était trop, James, rougissant profusément,  se tourna vers l'institutrice pour la supplier d'arrêter cette torture. "Je... je ne pense pas que je suis qualifié pour ce travail."

La dame fit glisser ses verres à double foyer en bas de son nez. "Vous êtes un homme OUI OU NON?!"

Il se regarda de haut en bas puis il regarda de nouveau l'enseignante "CE N'EST PAS ÉVIDENT VOUS PENSEZ?!!! CEPENDANT JE NE VEUX PAS QUE VOUS EN AYEZ LA PREUVE!!!"

Toutes les étudiantes se mirent à chanter, "Oh, nous on veut avoir la preuve Mr Morgan!"

"Je pense que vous avez toutes les qualifications nécessaires," râla l'institutrice de façon rusée "Vous me donnez l'impression... que vous êtes - honteux... est-ce le cas?"

James se redressa et plaça sa main sur sa poitrine. "Bien sûr que non!"

"Excellent! Alors continuons la leçon!"

Après que les filles se soient plantées devants leurs chevalets, l'institutrice souleva sa main à ses lèvres puis purifia sa gorge.

"Hum hum. Comme j'ai commencé à vous l'annoncer il y a un moment, je voudrais que vous dessiniez l'anatomie de ce garçon..."

"Oh, nous en sommes enchantées Melle Applebee!!!"

"Très bien."  D'un geste brusque mais tout de même éléguant, l'institutrice retira le peignoir du jeune homme qui, prit par surprise poussa un halètement choqué, (heureusement il portait un slip bleu sombre par dessous) Ensuite elle fit voyager ses mains sur son corps, le faisant tourner sur lui-même tout en parlant "Remarquez la structure ferme, la forme gracieuse de son corps, ses courbes dynamiques et... souvenez vous, chères étudiantes, il n'y a AUCUNE ligne droite sur ce mâle! Chose très rare!!!"

James rougit profusément en se grattant l'arrière du crâne mais en se sentant flatté, il laissa échapper un petit sourire fier.

La prof lui fronça ses sourcils sinistrement "Il ne faut pas penser que vous pourrez garder votre sous-vêtement mon cher, mes élèves doivent dessiner un modèle NU, je vous rappelle." 

Ce commentaire provoqua l'arrêt soudain du sourire prétentieux du jeune homme.

"Oui madame!" gémit-il en sursautant et en baissant sa tête comme un petit garçon qui viendrait d'être attrapé avec la main dans la boîte à biscuit. Il jeta nerveusement un nouveau coup d'oeil aux jeunes femmes souriantes.

L'institutrice continua: "Maintenant chères élèves, comme je le disais, remarquez comme sa silhouette est composée de formes définitives Elle fit tourner James puis fit glisser sa main sur ses fesses - ... concentrez s'il vous plaît votre attention à toutes ces courbes arrondies... voilà un modèle tout à fait magnifique..."

Le garçon embarrassé rougit de plus belle "Vous n'en faites pas un peu trop?" demanda t'il doucement.

L'institutrice serra ses dents et lui donna un mauvais regard, habitué à ce genre de réaction de la part de Jessie, il mit instinctivement ses mains sur sa tête pour ne pas recevoir un coup.

"Comme je le disais AVANT d'être si GROSSIÈREMENT INTERROMPUE... je voudrais que vous concentriez votre attention aux courbes magnifiques de son corps si rares pour un homme et à ses magnifiques épaules... et..."

Une main se leva sur le côté gauche de la pièce.

"Oui, Clara?"

Une grande fille aux cheveux long se leva et sourit "Est-ce que l'on pourra voir... um... le secteur caché de notre modèle?" elle mit ses mains derrière son dos, croisant ses doigts. De nouveaux rires étouffés se firent entendre.

"Um, en effet Clara. Merci de me l'avoir rappelé."

Les étudiantes pouffèrent de rire et chuchotèrent entre elles tandis que James trembla et commença à trembler nerveusement. Son visage devint encore plus rouge quand une autre main se leva dans la deuxième rangée.

"Oui, Dominique?"

Une demoiselle souriante avec une queue de cheval noire se leva. "Pourrons nous également voir l'avant s'il vous plaît?"

"Oh oui mademoiselle!!!" demandèrent les étudiantes.

"Excellente idée, Dominique."

Toutes les filles hurlèrent avec joie.

James regarda l'institutrice dans l'incrédulité. "QUOI?! VOUS ÊTES FOLLE?! On dirait que je vais être mis aux enchères!!!"

La femme rouge de colère répliqua: "Monsieur Morgan! Vous êtes éléguament payé par cette académie pour être le modèle pour cette classe d'art, veuillez cesser vos commentaires insignifiants! Vous êtes le seul modèle qu'il reste donc vous êtes payé trois fois plus que les autres modèles!!! Vous devriez en être heureux! Je voudrais maintenant que vous vous taisiez et que vous vous RETOURNIEZ!!!"

James croisa ses bras "Puis-je demander pourquoi je suis le seul modèle qu'il reste?"

Une jeune femme rousse portant une robe noire se leva. "Ils nous disent que nous sommes trop enthousiastes quand nous apprenons nos leçons!"

Avalant durement sa salive, le jeune homme aux cheveux violets se retourna et mis ses mains sur l'élastique de son slip pour empêcher l'institutrice de l'abaisser mais elle lui donna immédiatement une tape sur les mains.

"Abaissez votre sous-vêtement!"

"VOUS VOULEZ RIRE?!!!!!!"

"Je ne rigole pas! J'ai déjà été assez sympathique d'accepter que vous le laissiez alors que vous n'étiez même pas tourné face à la classe!"

Dans la grande humiliation, James décida d'arrêter de lutter. Il avala sa salive et s'apprêta à abaisser son slip... quand il entendit quatre chevalets s'effondrer.

"Oh!!! On va enfin le voir nu!!!" cria quelqu'un dans le fond de la classe.

James se retourna immédiatement.

"Je ne veux pas me mettre à poil devant cette foule hystérique!!! Je n'ai jamais voulu poser pour vous!!! En plus, j'attrape des crampes à rester debout comme ça!!!"

Melle Applebee fronça ses sourcils, saisit une chaise en bois et la plaça grossièrement à côté du modèle exaspéré.

"Bien, alors asseyez vous là!"

En essuyant son front avec le dos de son bras, il s'assit et regarda l'institutrice descendre de la scène en grognant et marchant parmi les rangées d'élèves commençant à les instruire en leur disant qu'un vrai artiste doit toujours garder son calme, même quand le modèle est récalcitrant...

"Souvenez vous, chères étudiantes, votre dessin ne doit pas être fait en 5 minutes. Vous devez le dessiner avec passion, vous concentrant sur ses formes complètes et oubliant le fait que le nu du modèle ne sera pas complet..."

Les jeunes femmes se mirent à soupirer à contre-coeur.

James sembla très reconnaissant en s'aperçevant que mademoiselle Appelbee avait décidé d'abandonner de l'obliger à se mettre complètement nu et qu'en plus de cela, elle compatissait pour lui au point de ne plus l'obliger à rester debout plus longtemps.

"Comme vous ne voulez pas vous déshabiller entièrement Mr Morgan et comme vous ne voulez plus poser debout. Prenez une pause naturelle sur cette chaise et faites le rapidement!"

Regardant la chaise brune, une seule chose vint à l'esprit de James: enfin il pourrait se détendre!!!

Il s'assit puis courba le dos, croisa ses jambe et joignit ses mains sous son menton, tel le penseur.

"Ça va, c'est une bonne pose?" demanda t'il d'une voix tremblante.

Les étudiantes hurlèrent. "Oui, c'est presque parfait Mr Morgan!!!"

"Oui, ça sera parfait, merci." répondit l'enseignante en inclinant sa tête et en flânant autour de la pièce. James entendit le son des crayons sur le papier. Il resta figé sur place et jeta un coup d'oeil autour de la pièce, se demandant à quoi il ressemblerait sur les dessins.

"Abstenez-vous s'il vous plaît de déplacer votre tête!" dit la voix perçante de l'institutrice.

Tandis que les minutes avançaient sur l'horloge, James commença à attraper de nouvelles crampes. Il se pencha lentement en arrière puis souleva ses bras derrière sa tête en donnant du repos à sa tête contre les paumes de ses mains et enfin il décroisa ses jambes et les allongea en fermant ses yeux prêt à s'assoupir.

"M. MORGAN!!!"

James sursauta "Quoi? Quoi?!"

L'institutrice retira ses verres à double foyers et le regarda méchamment. "QUE FAITES VOUS?!!!"

"Je prend une pause naturelle." dit-il

Melle Applebee hurla: "VOUS N'ÊTES PAS ICI POUR VOUS ENDORMIR!!! S'IL VOUS PLAÎT REPRENEZ VOTRE POSITION!!!"

James s'exécuta et après quelques minutes, il commença à s'endormir de nouveau, décroisant une fois de plus ses jambes et laissant tomber ses bras sur les côtés de la chaise.

"QUE FAITES VOUS CETTE FOIS?!!"

James sursauta et tomba en bas de sa chaise, il souleva sa tête péniblement pour voir la main qu'une étudiante lui offrait pour qu'il se relève.

De nouveaux rires bébêtes parvinrent de l'auditoire.

Et l'institutrice grogna de nouveau, indiquant la chaise à James.

 En grognant, le modèle malheureux s'assit dans sa pose précédente et donna du repos à ses mains sur son genou pour essayer de tenir son corps en position

"Comme ça, ça va?"

Melle Applebee inclina sa tête et à ce moment une voix résonna dans l'interphone: 
"Melle Applebee - Mr Hall vous appelle immédiatement pour un cas d'urgence!!!"

Les camarades de classes aux yeux grands ouverts se regardèrent et sourirent d'un air satisfait.

Avec une secousse de la tête, l'enseignante étonnée soupira: "Je n'arrive pas à le croire, ça arrive toujours lorsque je fais venir un modèle masculin..." et elle marcha au front de la classe, se tournant pour faire face à ses étudiantes

"Comme vous en êtes conscientes mesdames, je dois partir mais je vous laisse continuer vos dessins de même que je vous l'ai instruit. J'espère revenir dans peu de temps. Mr Morgan continuera à poser pour vous."

Tandis qu'elle se tourna pour partir, James sauta en bas de la plate-forme et la suivit jusqu'à la porte. Dans la terreur, il s'accrocha à son épaule. "Quoi? Vous me laissez seul ici avec ces femmes?! Tout seul et presque tout nu?!"

Melle Applebee fit face au jeune homme tremblant et gronda "Avez-vous l'intention de me dire que je dois louer une baby-sitter pour vous?!"

Il l'observa dans l'incrédulité tandis qu'elle lui indiqua la scène et il traîna ses pieds pour reprendre son "travail" ingrat.

"Rappellez-vous mesdammes - AUCUNE LIGNE DROITE!!!" appela t'elle en quittant la classe.

Une jeune fille aux cheveux frisés se tourna vers ses camarades et chuchota. "Nous tiendrons compte de ce conseil..."

James entendu le chuchotement et frissonna.

Avec grande crainte, il reprit sa pose et fit face à la classe souriante. Une petite blonde leva sa main: "Mr Morgan?" appela t'elle doucement.

Effrayé, James répondit d'une voix basse. "Um... Oui?"

Elle se tourna vers ses amies et cligna de l'oeil "Bien, puisque l'on est supposée vous dessiner, nous devrions voir un peu plus d'ombrages sur votre peau. Melle Appelbee ne vous a pas dit de vous enduire d'huile avant de poser?"

"M'enduire d'huile?"

"Oui, vous savez, tous les modèles le font!"

Il croisa ses bras. "On ne m'a jamais dit de le faire! Et en plus, votre enseignante ne me l'a jamais mentionné durant le cours!"

James observa la jeune fille casser son charbon de bois en deux. "Oh, et bien notre institutrice est parfois un peu sénile! Elle a probablement juste oublié de nouveau!"

Rapidement, la jeune étudiante couru jusqu'au fond du studio et saisit un grand conteneur en métal puis elle sauta sur la plate-forme, le laissant tomber lourdement au pied de James.

"Vous pouvez employer cette huile de lin!"

James résista. "Je ne sais pas ce que c'est et je ne mettrais jamais cette substance sur mon corps!"

"Bien, ça va." dit-elle calmement "Mes amies et moi nous le ferons pour vous!"

James recula.

Une fille costaude avec un tas de bijoux repoussa la blonde. "Attendez! J'ai une meilleure idée! Pourquoi n'allons nous pas à l'extérieur chercher un peu de terre, nous la mélangerons avec de l'eau et ensuite nous frottons le modèle avec de la boue."

On entendit une acclamation forte. Une troisième fille aux cheveux verts saisit son sac marin et en retira deux grandes barres de chocolat.

"Attendez! J'ai une meilleure idée! Nous nous rendons à la cafétéria, nous faisons fondre quelques barres chocolatées et nous le peignons avec du chocolat fondu!!!"

Toutes les étudiantes hurlèrent et montèrent sur la plate-forme avec leurs pinceaux.

Aussitôt, James se cacha derrière sa chaise d'un bond: "NE ME TOUCHEZ PAS!!!" Pris de panique, il essaya de sauter en bas de la scène pour se cacher dans les toilettes mais il fut arrêté par douze élèves.

"Si vous ne voulez pas que nous vous touchions, vous devez vous mettre de l'huile PARTOUT!!!" hurlèrent elles.

"VOUS ÊTES HORRIBLES!!!"

N'ayant pas d'autre choix que d'obéir aux ordres des élèves pour éviter qu'elles le viole, James se dépêcha d'agir. Rapidement, il ouvrit le couvercle du conteneur à huile et trempa une de ses mains dedans.

"Si je le fait, vous devez retourner à vos chevalets et VOUS CONTRÔLER!!!"

Satisfaites par son commentaire, les étudiantes pouffèrent de rires et retournèrent à leurs places l'observant attentivement tandis qu'il commença à frotter de l'huile sur une de ses jambes. Elle hurlèrent quand il enduit l'autre jambe et elles grognèrent quand il enduit son estomac.

"VOUS AVEZ MANQUE un endroit!" crièrent elles.

"JE LE SAIS!!!"

Il avala nerveusement sa salive et se retourna nerveusement, se demandant comment il allait se sortir de cet enfer.

"Bien, vous vous décidez ou nous le faisons pour vous?!" cria une jeune femme.

James hésita. Encore et encore... Plusieurs secondes interminables s'écoulèrent pendant lesquelles il échangea des regards nerveux entre son slip, le pot d'huile et les visages impatients qui le déshabillaient du regard. Ne pouvant plus se contrôler, d'un coup, il devint hystérique et sauta en bas de la plate-forme avec colère "JE NE LE FERAIS PAS!!! TRAVAIL OU PAS TRAVAIL JE PART D'ICI!!!"

Les jeunes femmes l'observèrent béatement tandis qu'il couru jusqu'aux toilettes, repoussant durement les filles qui lui bloquaient le passage. Rapidement, il regarda fixement l'intérieur puis se tourna alors vers les jeunes femmes.

"QUI A PRIS MES VÊTEMENTS?!!"

Comme attendu, elles haussèrent toutes leurs épaules et s'approchèrent de lui doucement, l'entourant de tous les côtés. Il resta debout, tenant sa poitrine entre ses mains, sentant son coeur bondir plus que jamais.

"Qui que vous soyez, vous ne m'aurez pas VIVANT!!!"

Immédiatement, il sentit une pincette à sa fesse gauche, se retourna et cria.

"QUI A FAIT ÇA?!" Il reçu un autre pincement. Il se tourna vers la droite.

"ARRÊTEZ ÇA!!!"

Cette fois il sentit une claque dure.

"AAAAAAAAAAAH!!!" dans la terreur pure il poussa les jeunes femmes et retourna sur la plate forme, malheureusement elles le suivirent et l'épinglèrent au sol sur son estomac. Il les entendit parler entre elles au-dessus de lui et trembla fortement.

"Je vous avez bien dit que cacher ses vêtements fonctionnerais..."

"Oui. Maintenant on va pouvoir retirer son slip!!!"

Dans l'incrédulité totale, le jeune homme sentit des mains se poser sur l'élastique de l'unique bout de tissu qui cachait sa modestie. Il était fou de panique, retenu prisonnier par toutes ces filles avides, tant et si bien qu'il se sentit sur le point de pleurer.

... Mais... il ne voulait plus perdre la face!!!!

Il devait leur montrer à toute qui était l'homme non?! Et bien cette fois, c'était ce qu'il allait faire!

Brusquement et contre toute attente, comme un rynochorne fâché dans un nid de Dardargnants, James sauta de terre avec toute sa force, renversant les étudiantes et leur faisant face. Elles l'observèrent dans la crainte tandis qu'il sautilla en hurlant et en agitant ses mains violemment.

"J'AI-DIT-DE-NE-PAS-ME-TOUCHER!!!"

Les filles se calmèrent immédiatement. En voyant qu'il avait sû se faire entendre, il continua sa rodomontade. "Ce n'est pas une école pour artistes d'élite, c'est une école pour délinquantes perverses!!!"

Toutes haletèrent à ses mots et il continua à hurler, prenant son peignoir en le jetant sur lui.

"Je vais vous demander UNE question et J'ATTENDS une réponse VÉRIDIQUE!!!"

Elles acquiescèrent toutes, assises sur le plancher, croisants leurs bras.

"Est-ce que c'est un de vos AMIS qui appelle l'institutrice en se faisant passer pour le directeur pour que vous puissiez profiter de la situation?!"

Cette fois encore, elles acquiescèrent et baissèrent leurs regards.

"Bien, je ne serais pas MANIPULE comme votre enseignante et tous ces autres modèles!!! VOUS êtes des morveuses gâtées et vous ne profiterez plus de ma bonté DESORMAIS!!! C'EST BIEN COMPRIS?!!! Je suis un ÊTRE HUMAIN et j'exige d'être traité avec RESPECT!!!"

Elles le regardèrent fixement silencieusement dans la stupéfaction face à sa hardiesse.

Les étudiantes restèrent inertes tandis qu'il continua sa rodomontade et finalement, il s'arrêta s'effondrant dans l'épuisement. Il mis ses mains derrière son dos et marcha autour des jeunes femmes, haletant en se remettant à hurler:

"Je n'ai jamais vu des MORVEUSES GÂTÉES AUSSI INGRATES de toute ma VIE ENTIÈRE - vous utilisez la richesse que vos parents vous donnent pour votre éducation et vous jetez tout à leurs visages!!! Je sais d'où vous venez parce que je viens de là!!! Mais je n'ai JAMAIS profité de MES parents!!! Je n'ai jamais pris UN dollar pour mon propre gain personnel! En fait, j'ai fugué parce que je ne recevais pas l'amour ou l'attention que VOUS avez apparemment - je regrette seulement que je n'aie pas eu des parents qui se soient souciés de moi comme ça! Comment pouvez vous vous faire appeler de "vraies" artistes en prenant chacun pour moins que vous?! 
A votre place j'aurais TOTALEMENT HONTE de moi et je ME CACHERAIS sous un ROCHER!!!"

La moitié des filles commencèrent à sangloter et l'autre moitié hurla ouvertement.

"Maintenant, que quelqu'un me donne AVEC BONTÉ mes vêtements pour que je puisse PARTIR!!!"

La fille au sac marin renifla. "Ne partez pas s'il vous plaît! Nous voulons vraiment que vous restiez! Vous êtes le meilleur modèle que nous avons jamais eu!"

La blonde aux cheveux courts essuya des larmes de son visage rouge; "OUI! Vous êtes tellement mieux que les autres!"

James fut abasourdi par ses mots et leva un de ses sourcils: "Oh? Pourquoi?"

Une des filles lui répondit tranquillement, "Bien, d'une part, vous êtes le seul qui nous ait jamais parlé comme ça..."

Une autre fille sanglota, "Oui et vous êtes le seul qui soit resté plus de 10 minutes!"

Une autre déclara, "... Oui et vous êtes tellement plus malin que les autres..."

"Oh oui..." ajouta une autre "... et tellement plus agréable, aussi."

"Oui! Et timide!"

"Et sexy!!!"

Elles soupirèrent ensemble: "Et le seul qu'on ait pas vu entièrement nu!"

"Et vous avez la chevelure la plus magnifique..."

"Et le sourire le plus agréable!"

"Les yeux verts profonds les plus intenses!"

"Oh oui..."

"J'ai compris!!!" dit James les interrompant immédiatement "Ainsi, vous voulez vraiment que je reste pour terminer votre leçon?"

Toutes les jeunes dames reconnaissantes plaidèrent: "OUI Mr MORGAN!!!"

La petite blonde ajouta: "Et nous sommes si désolées!!!"

Tout le reste de la classe fit un signe d'accord de la tête.

Dans la stupéfaction, James regarda fixement les étudiantes se jeter à genoux. Il sourit à moitié et se posta derrière sa chaise.

"Je resterai pour le reste du cours sous une condition. Que vous me donniez mes vêtements en retour."

Lentement, la fille aux cheveux verts, marcha vers sa place et avec une expression coupable, elle retira des vêtements de l'intérieur de son énorme sac puis elle les déposa aux pieds de James.

James poussa ses vêtements sous sa chaise. "Maintenant que j'ai mes vêtements, vous devez me promettre de ne plus rien essayer de si stupide de nouveau..."

"Oh, nous ne le ferons pas!"

"Et vous devez rester à vos chevalets et tenir vos commentaires pour vous..."

"Nous le ferons, Mr Morgan!"

"Et pas de photo!" dit-il en indiquant une jeune fille qui retirait un appareil de son sac. Toutes rougirent et acquiescèrent pour donner leur accord.

Il sourit. "Et vous pouvez m'appeler par mon prénom - James."

Les filles rayonnèrent et retournèrent en courant à leurs chevalets, reprenant leur charbon de bois noir.

"Merci, James!"

Il s'assura qu'elles étaient toutes de retour à leur poste et retira son peignoir de nouveau. Une main se leva dans le fond de la classe.

"Oui?"

Une rousse timide avec des barrettes commença à tordre ses cheveux: "Mr Mor... Je veux dire, James - vous voulez bien retirer votre slip?"

Les étudiantes sautillèrent.

Il rougit et répondit doucement: "Oui. Mais alors je me cache et tout le monde se retourne pendant que je l'ôte.

Les étudiantes soupirèrent mais se retournèrent comme demandé. Alors il retira son dernier vêtement puis prit une pose sur la chaise, de façon à ce que sa modestie soit tout de même cachée.

Avant qu'ils ne le sachent, une heure est demi fut rapidement passée. Les jeunes artistes se concentrèrent sur leur travail avec enthousiasme tandis que leur modèle fit de son mieux pour garder la pause. Personne ne remarqua quand l'institutrice ouvrit brusquement la porte, entrant dans la classe tout à fait irritée et énervée. Elle retira son manteau et réprima son sac à main sur un tabouret en parlant rapidement.

"Je fait de profondes excuses à la classe pour être revenue si tard! Honnêtement, je souhaite que l'administration fera quelque chose contre ces faux appels et-" Elle haleta en voyant sa classe attentive, toujours occupée à travailler presque aisément. Ensuite, elle jeta son attention au jeune homme sur la scène. Il était debout; nu derrière la chaise, donnant du repos à sa tête confortablement sur ses bras qui étaient enveloppés autour du dos de la chaise,  presque endormi...

"Oh, Mr Morgan. Quel geste agréable! Je ne peux pas croire que vous n'avez pas quitté le cours comme tous les autres! J'étais si certaine que vous ne resteriez pas jusqu'à la fin!"

Il ouvrit ses yeux pour reconnaître l'institutrice et il haleta mais resta silencieux pour ne pas ruiner la concentration de la classe. L'institutrice déconcertée s'approcha de ses élèves dans l'étonnement pur en regardant leurs merveilleux croquis.

"Oh!!! C'est absolument étonnant! Oh, Clorisse! Quels sentiments!!! Quelle émotion!!! Et Lydia c'est magnifique! Tout ceci est simplement magistral!" Elle erra jusqu'à un chevalet suivant et hurla: "Lisa!!! C'est stupéfiant!!! Vous avez vraiment fait du travail excellent!!!"

La jeune femme brune rougit. "Merci, Melle Applebee. Mr Morgan, je veux dire James nous a instruit tandis que vous êtes partie. Il était étudiant aux beaux-arts lui aussi quand il était petit!"

L'enseignante mit sa main sur sa bouche dans la crainte "Vous voulez dire que vous avez aidé ces jeunes dames à aspirer à ce niveau d'étude? Oh!!! Je n'aurais jamais crû ça! S'il vous plaît, dites-moi que vous resterez travailler avec nous! Cette académie peut employer un jeune homme doué comme vous! Pour un bon salaire aussi!"

James regarda la grande horloge sur le mur et se releva directement en oubliant même de cacher sa modestie cette fois.

Mais personne n'y prêta attention. Chacune se leva à son tour, occupées à s'essuyer les ses mains sur son tablier. Seule Melle Appelbee regardait James dans l'étonnement.

En remettant son peignoir, ce dernier se tourna vers la femme ahurie en répondant: "Je ne pense pas que je vais continuer à poser pour vous. Bien que c'était un travail plutôt agréable en fin de compte, je l'admet... Mais vous savez, j'ai des amis qui m'attendent à la maison et j'ai déjà un travail qui me passionne réellement."

L'institutrice était grandement déçue. "Bien. Vous nous manquerez..." soupira t'elle en jetant un regard au jeune homme aux cheveux lavandes, alors que maintenant c'était elle qui se sentait embarrassée.

"Je ne sais pas comment vous remercier pour avoir inspiré la passion de mes étudiantes pour l'art!"

Des rires étouffés se firent entendre. Fronçant ses sourcils, James saisit ses vêtements de sous la chaise puis il retourna dans les toilettes pour se changer, verrouillant la porte derrière lui.

Quand James fut enfin paré entièrement, il retourna chez lui avec un nouveau souvenir intéressant et une belle liasse de billets.

De retour dans la cabane, il fut salué par Jessy qui lorsqu'elle vit la liasse de billet, se précipita à son cou pour poser un baiser sur sa joue.

"Wow! Mais c'est incroyable où as tu eu tout cet argent?!!!"

"Ca c'est mon petit secret Jessy" dit James en souriant, heureux de l'étreinte. Miaouss entra dans la pièce en souriant, heureux de voir la joie éclater sur les visages radieux de ses amis.

"Alors, comment était ton grand premier jour de travail?"

James secoua sa tête. "Pas exactement comme je l'attendais, Miaouss. Je l'ai quitté."

"Tu n'est pas sérieux?!" s'exclama Jessy "Pourquoi as tu fait une telle chose?!"

Le jeune homme aux cheveux bleus-violets secoua sa tête et répondit: "C'était un travail trop physique..."

Miaouss lui donna un regard étrange en remarquant les paperasses de l'école qu'il avait déposé sur la table.

Jessy caressa la joue de James. "Je suis si désolée,... je sais que tu n'avais pas fort envie de faire ce travail... mais je peux t'aider à te sentir mieux!" Elle entra dans la cuisine et en revint avec un sachet de beignets. "Regarde ce que je tient!!!"

James haleta avec plaisir et tandis que James s'apprêta à saisir les beignets des mains de Jessy, Miaouss tira sur la jambe de son pantalon;

James se retourna et Miaouss lui fit signe avec les papiers de l'école et s'exclama: "Excuse nous Jessy, je dois parler seul à seul avec Jimmy une minute."

Elle acquiesça et le chat fit signe à James de le suivre dans la cuisine puis il ferma la porte derrière eux

"Travail physique hein?" pouffa t'il de rire dans sa façon habituelle "Tu as posé à poil pour une classe de jeunes femmes?"

James bondit avec colère et chuchota dans le visage du chat rusé, "Ce n'est pas ce que tu crois!"

Miaouss se mit à rire: "Je ne croyais pas ça de toi !!!"

James tourna au rouge et empoigna Miaouss par la peau du cou "Pourquoi dois-tu toujours coller ton nez dans mes affaires?! Ce- c'était une erreur innocente!!! Et je ne me suis pas mit à poil!!!" Il commença à trembler, sachant ce que Jessy dirait en apprenant la nouvelle.

"Je t'en prie- ne dit pas S'IL TE PLAÎT à Jessy ce que j'ai fait, même si je lui raconte que je n'ai pas montré mon endroit privé elle ne voudrait pas le croire!"

Miaouss baissa sa tête. "Ok. Je tiendrais ça secret..."

James soupira avec soulagement. "Vraiment, Miaouss? C'est merveilleux! Merci beaucoup!"

"... A une seule condition."

Il regarda fixement le chat qui étouffait un rire. "Laquelle...?"

Miaouss réfléchit un instant et hurla ensuite: "Petit déjeuner au lit!!!"

"Oh parfait! Demain je t'apporterais ton petit déjeuner."

"Pendant deux semaines!" continua t'il.

"Quoi?! Tu es fou!!!"

"ET tes magazines de bandes dessinées, aussi."

"Tu es fou?! Oublie-ça!"

"ET... une partie de l'argent que tu as gagné avec ce job!!!"

"JAMAIS!!!"

Miaouss mit une patte à côté de sa bouche et commença à crier: "Oh - Jessy!!!"

En bougonnant, le jeune homme malheureux leva un poing: "Bien! Tu gagnes de NOUVEAU! Maintenant tais toi!"

Le chat rusé ferma sa bouche et sourit largement. "Mes lèvres sont scellées! C'est agréable de faire des affaires avec toi Jimmy! N'oublie pas aussi de me donner tes beignets!"

James soupira, remit les beignets au chat et celui ci, heureux, s'assit à table pour les déguster.

Bien qu'il n'avait plus d'argent, ni de nourriture, James n'avait pas le sentiment d'avoir posé comme modèle pour rien car au moins, non seulement il avait arrondit la fin de mois de son équipe mais en plus, il s'était prouvé qu' il était un homme, un vrai de vrai! Son égo avait été flatté plusieurs fois sur la journée et pour combler le tout, il avait rendu ses équipiers heureux.

FIN

16 votes. Moyenne 4.94 sur 5.

Commentaires (4)

1. Barbara 08/04/2017

Quel délire ! Qu est ce que j ai rit !

2. tilit11 16/07/2012

Excellent ... Perso, j'ai très bien réussis à m'imaginer la scène ^^

3. Rocket-Girl 06/11/2011

Je me suis imaginée parmi les filles sérieux !

4. Nini 06/11/2011

C'est à mourir de rire !!!!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 06/11/2011

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi, Jez et Chacha

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site