First kiss


"Une fois de plus la Team Rocket s'envole vers d'autres cieux" 

Cette phrase qui rythmait le quotidien de notre cher trio se perdait maintenant  dans les cieux, tandis que les trois compères s'envolaient pour ensuite retomber lourdement sur le sol. Cette mission s'avérait être un énième fiasco, et ce malgré les immenses efforts déployés par la Team Rocket pour réussir à capturer des Pokémon cette fois-ci. En effet en plus d'avoir bricolé pour trafiquer une des salles au Festival des Engrenages, ils avaient passé un temps fou -notamment James- à construire une énorme machine géante à l'effigie de Miaouss. Evidemment, une fois n'est pas coutume, cela les avait uniquement mené à un échec cuisant, suivie d'un décollage immédit vers d'autres cieux. Le jeune homme se releva en premier, essuya les quelques larmes qui perlaient à ses yeux : après tout cette machine, il l'avait considéré comme son bébé, son oeuvre, la quintessence resultant d'années d'informatique. Et voilà que pouf, tout disparaissait une fois de plus en fumée. James soupira puis se tourna ensuite vers sa coéquipière qui se massait la jambe, sûrement fragilisée après tous les impacts qu'elle avait subi dans la journée. Forcément, il y avait des jours avec et des jours sans, comme dans tout travail inévitablement, mais il fallait reconnaître qu'aujourd'hui, Jessie avait montré une maladresse plutôt exagérée. Même si elle avait paru s'être ressaisie à un moment, il était rare de la voir autant se faire malmener : des glissades, des trébuchements, des étourderies à n'en plus finir...oui, la jeune femme ne s'était pas montrée en très grande forme ces temps-ci. Elle enchaînait bêtises sur bêtises, aussi bien dans ses mouvements que dans ses paroles, confuses au point de vue du vocabulaire : elle confondait plusieurs mots entre eux, et ne semblait même pas se rendre compte qu'elle s'enfonçait dans le ridicule. James ne lui en voulait pas bien sûr, il savait mieux que quiconque à quel point son amie était intelligente et rusée, ce n'était pas la dernière niveau répartie. Alors pourquoi agissait-elle aussi bizaremment...? Le jeune homme interrompit ses pensées quand il remarqua que Jessie peinait un peu à se redresser. Il s'approcha d'elle, s'accroupissant pour lui proposer son aide. 

" Hey Jess, tout va bien ? Appuies-toi sur moi pour te relever si tu veux...", lui déclara t-il, approchant son bras près de son épaule, son visage proche de celui de sa meilleure amie. C'est alors qu'un curieux phénomène se produisit. Les joues de Jessie s'empourprèrent tandis que des gouttes de sueur apparaissaient sur son front, trahissant l'angoisse de la jeune femme. Ni une ni deux, elle se mit debout, titubant légèrement, mais pourtant elle parvint bel et bien à se tenir sur ses deux jambes. 

" Non non non non non, regarde ne te donne pas ce mal, je me porte à merveille. Moi, aller mal ? Tsss, c'est ridicule. " siffla-t-elle entre ses dents, ne prenant pas la peine de reprendre son souffle. Elle prit une grande bouffée d'air frais et reprit la tête du trio, n'osant pas se retourner vers ses deux amis; elle avait conscience d'avoir viré au rouge pivoine contre son gré et elle ne désirait pas se montrer autant décontenancée. Le chat Pokémon se releva à son tour et se rapprocha de James, qui décidément quant à lui ne comprenait pas du tout l'attitude de sa partenaire. 

" Dis Miaouss, tu ne trouve pas le comportement de Jessie plutôt étrange ? " chuchota t-il pour éviter que la jeune femme n'entende, au risque de se faire sermonner. 

" Tu n'avais toujours pas remarqué que Jessie est bizarre ?!" pouffa Miaouss. 

" Non mais je veux dire, elle agit encore plus bizarement ces dernières semaines. Elle semble troublée par quelque chose. Et aujourd'hui plus que n'importe quel autre jour...", avança James qui réalisait à présent qu'il venait tout juste de s'apercevoir de cet agissement anormal.

" Eh bien je suppose que depuis sa défaite au concours de Reine de Kalos, elle doit se sentir un peu nerveuse. Enfin je ne sais pas trop, elle paraissait l'avoir pourtant pas si mal pris l'autre jour. " répondit Miaouss qui ne comptait pas non plus passer sa soirée à tergiverser sur le cas désespéré de Jessie. Après tout, tout le monde sait à quel point les femmes sont de nature versatile, lui qui avait passé beaucoup de temps avec Jessie en savait bien quelque chose. Et pourtant, James n'avait pas totalement tord : la jeune femme se comportait véritablement d'une manière étrange. Tantôt à se montrer très violente pour un oui, ou très douce voire hyper-émotive pour un non. Il la revoyait encore le fouet à la main, affichant un air froid et effrayant alors qu'elle avait émis le désir de dresser Miaouss pour un futur salon Pokémon, puis le jour suivant la voir se venger voracement sur le buffet au bal avec Banshytrouille comme si soudainement elle avait perdu toute éthique ... non, en effet, il y avait définitivement quelque chose qui ne tournait pas rond dans la tête de la jeune femme en ce moment. 

" Hum je pense qu'autre chose la frustre. Mais quoi ? " demanda James, plus pour se questionner lui-même que pour interroger le chat Pokémon qui ne pouvait visiblement apporter aucune réponse à cela. Le jeune homme chercha dans sa mémoire afin de se remémorer à quel instant l'atitude de Jessie s'était modifiée. Il se plongea dans une profonde réflexion et c'est là, qu'un détail lui explosa à la face. Oui, il n'y avait aucune doute...Cela ne pouvait être que cela, comment n'avait-il pas pu s'en rendre compte, c'était pourtant évident. Et si James ne se trompait pas, alors ce détail était loin d'en être un. 
" Miaouss, je crois que Jessie ne s'est pas remis de son chagrin d'amour avec ce docteur..." conclut le jeune homme, le regard assombri rien qu'au simple souvenir de ce jour où il avait bien cru avoir perdu sa coéquipière pour toujours. Il devait parler à Jessie. 

Quelques minutes plus tard, les trois rockets venaient d'établir leur campement en plein coeur de la forêt. James regardait son amie qui depuis leur arrivée n'avait quasiment prononcé aucun mot. Plus il y pensait et plus il était persuadé que le jour où elle avait renoncé à son idylle avec le Dr White, avait marqué un tournant dans la vie de la jeune femme. En y repensant, jamais aucun d'entre eux n'avait reparlé de cet évènement : les deux garçons n'osaient pas aborder la question avec leur amie, quant à Jessie, elle donnait l'impression de souhaiter rétrograder cette journée-là au rang de l'oubli. Il régnait une tension, une sensation de mal être entre les deux partenaires dès lors. La jeune femme culpabilisait-elle d'avoir à un moment songé à abandonner son équipe pour vivre le grand amour ? Car si c'était le cas, James voulait lui ôter ce fardeau : non, il ne lui reprocherait jamais d'avoir voulu partir pour connaître le bonheur. Ce qu'il aurait désiré savoir en revanche, c'est pourquoi elle ne lui avait jamais fait part de cette envie de quitter la Team Rocket pour se marier et démarrer une nouvelle vie. " Ne me fait-elle pas assez confiance après autant d'années d'amitié ?" Cependant, le jeune homme tenta d'imaginer ce qu'il lui aurait répondu si elle lui avait confié tout cela. L'aurait-il accepté, encouragé sans même essayé de la retenir ? Bien sûr que non, plutôt se laisser foudroyer mille fois sur place par Pikachu que de la laisser s'abandonner dans les bras d'un parfait inconnu.... James chassa ces pensées négatives : à quoi bon ressasser le passé et regretter des paroles jamais prononcées ? A présent, il fallait agir, délier les langues et s'expliquer une bonne fois pour toutes à ce sujet. Le jeune homme souhaitait néanmoins attendre de se retrouver seul en tête à tête avec son équipière pour lui parler à coeur ouvert.  Ce moment allait arriver plus vite qu'il ne le pensait....
Jessie, accroupie en face du feu de camp était en train de remuer les braises avec un bout de bois quelconque. Elle réfléchiss    ait comme tous les soirs à comment leur si ingénieux plan avait capoté pour finir en un pareil fiasco total. La jeune femme prenait également conscience que son moral actuel ne se trouvait pas au beau fixe, et pour cause, elle ne cessait de songer à son idylle ratée avec le docteur White. Cela l'obsédait; elle savait pertinemment que sur le long terme, cet homme n'était pas fait pour elle : il était beaucoup trop gentil, stable et terre à terre. Une situation fixe d'épouse lui aurait certainement plu mais à la longue, elle se serait lassée de cette vie beaucoup trop paisible. Non, elle ne déprimait plus par rapport à la perte de cet époux potentiel, mais plutôt, elle passait son temps à remettre en question sa vision de l'amour. Au moment où elle avait vu le docteur se précipiter vers Béatrice, afin de l'empêcher, dans un acte protecteur, d'aller elle-même se frotter au chasseur de Pokémon, elle avait su qu'elle était en présence de l'amour, le vrai. Alors c'était donc ça...se soucier d'une personne, au point d'oublier tout ce qui vous entoure. Avec du recul, elle sentait que ce qui l'avait poussé vers le docteur n'était pas la passion, mais bel et bien le désir de se sentir aimée..."Après tout, dès le départ j'ai menti sur mon identité. Comment puis-je attendre d'une personne qu'elle m'aime alors que je ne suis même pas honnête sur qui je suis véritablement ? Mais s'il l'avait appris, jamais il ne m'aurait gardé avec lui de toute façon. Qui voudrait d'une personne comme moi, agent de la Team Rocket qui écrase l'amour et la vérité en permanence...?" Elle soupira, son cas était vraiment désespéré. Quoi que...Du coin de l'oeil, elle observa son ami James tenant un croissant dans sa main droite, son Sépiatop penché au dessus de la vienoiserie pour la dévorer activement. James avait toujours été si attentionné. Certes ce n'était pas le type le plus viril au monde, ni le plus courageux mais quand par moment, elle se surprenait à le regarder quand il s'occupait de son Sépiatop avec affection; elle aurait donné n'importe quoi pour se retrouver à la place du Pokémon. Le sentiment de se savoir chéri, même si elle détestait le reconnaîtreJessie désirait le ressentir. Et s'il y avait une personne qui pouvait lui faire éprouver cela, c'était bien James. En son fort intérieur, Jessie ricana : le jeune homme la connaissait par coeur, il n'ignorait rien de son passé. Cependant, loin d'elle l'idée de le considérer comme un compagnon. Ce n'est pas qu'elle se refusait à y penser, non, en réalité cela ne lui avait jamais été venu à l'esprit. Quand elle étreignait son partenaire, venait chercher du réconfort auprès de lui, c'était incontestablement son instinct qui parlait, comme un acte au summum du naturel. Les moments de pur bonheur où elle le retrouvait après une séparation ou ceux où elle tentait de le consoler durant un coup de déprime lui paraissait être normaux : "nous sommes meilleurs amis, n'est-ce pas ? C'est logique de tenir l'un à l'autre, non ? " Pourtant, aujourd'hui, un geste anodin de la part du jeune homme avait complètement tourneboulé l'esprit de Jessie. Il l'avait plaqué contre le mur, un stupide mur, dans le seul but d'ouvrir une porte secrète. Tout avait été si rapide : les paroles emplies d'assurance du jeune homme, sa main qui se posait à quelques centimètres de son oreille, son corps qui par continuité du mouvement se déplaçait contre le sien puis son visage souriant, duquel elle pouvait sentir le souffle léger, qui se plantait face à elle. Et à cet instant, alors qu'elle demeurait devant un James confiant et désinvolte, son coeur avait cessé de battre ou au contraire avait redoublé de battements. Elle ne le savait pas, elle ne voulait pas le savoir. Tout ce qu'elle désirait connaître s'avéraient être les futurs mots de son équipier découlant de ce geste entreprenant. Allait-il lui sussurer quelque chose de romantique, lui dire qu'il la trouvait séduisante ou encore la bloquer pour pouvoir ensuite l'embrasser ? Cette situation était inédite, elle avait faite naître des pulsions chez la jeune femme qu'elle croyait endormie depuis longtemps. Maudit côté fleur de bleu qui revenait contre son gré ! Jessie n'avait pas réussi sur le coup à relativiser, à se dire qu'elle et James avaient plus d'une fois partagé une telle proximité. Non...elle restait simplement dans l'attente, pendue à ses lèvres qui pouvaient la faire chavirer par des mots ou par un baiser d'une seconde à l'autre. 

" Et les murs s'ouvrent ainsi !" avait-il déclamé comme on annonce la chose la plus évidente au monde. 

Soudain l'oxygène revenait et la pression redescendait, à l'instar d'une inspiration retrouvée après plusieurs secondes d'apnée. La jeune femme respirait à nouveau, ses joues s'enflammèrent nettement et elle se détourna de son ami, cachant son visage sous sa casquette d'uniforme. 

" C'est ridicule..."

Oui, ridicule était bien le terme approprié. Que lui était-il arrivé bon sang ?! Cette sensation de perte de contrôle totale face à James, elle ne l'avait pas ressenti depuis des années. A cette époque, tous deux passaient leur examen final pour devenir agents titulaires et par un concours de circonstance, ils s'étaient retrouvés l'un au dessus de l'autre : le jeune homme tout juste hissé hors du piège était venu s'étaler sur sa future équipière, qui quant à elle respirant à grande bouffée, se retrouvait nez-à-nez avec James, leur iris se plantant l'une dans l'autre. Cela avait été le moment le plus excitant de toute son existence et la jeune femme grognait en admettant qu'elle l'avait vécu avec James, la personne avec qui la relation persistait depuis des années à rester platonique. Cet après-midi, tout ceci était revenu, comme si rien n'était finalement parti. C'était juste enfouie quelque part, et maintenant explosant au visage de la jeune femme, elle ne pouvait se résigner à relancer la conversation avec James. Dès qu'il l'approchait, elle sentait son estomac se nouer à nouveau et des frissons parcouraient sa nuque comme pour la prévenir d'un danger, celui de succomber. Et cette fois-ci elle ne pouvait se permettre de rêver à un avenir de femme mariée avec lui : l'homme en face se révélait être James son partenaire dans le crime, son meilleur ami de toujours et le simple fait de posséder de telles pensées à son égard venait entacher la relation authentique qui les liait l'un à l'autre. Jessie ne pouvait pas, elle ne devait pas et pourtant elle n'arrivait pas à empêcher son esprit à se détourner de cette lubie.  La jeune femme soupira, qu'il était compliqué de rester une criminelle froide et sans pitié quand ses sentiments lui jouaient des mauvais tours. 

" - Jessie, as-tu besoin de plus de bois pour le feu ? " lui demanda James en s'accroupissant à sa hauteur. 
La question inattendue de James la fit sursauter et le simple fait de se retrouver face à lui raviva le malaise de Jessie. Elle le dévisagea comme pour cacher sa colère car après tout, elle lui en voulait de l'avoir troublé aujourd'hui, surtout qu'il n'en avait aucune conscience et cela avait le don d'énerver davantage la jeune femme. 

"- Non c'est bon, tu peux me laisser un peu tranquille pour aujourd'hui ou ce serait trop te demander ?! " rétorqua t-elle sèchement en battant l'air de sa main. 

"- Euh Jess, quelque chose ne va pas ? Je ne sais pas ce que j'ai pu dire ou fai..." commença le jeune homme, abasourdi, qui se fit couper dans son élan. 

"- Roooh, mais tu ne comprends rien ou quoi James ?! Quand je te demande de te taire, tu t'exécute et c'est tout. Pourquoi tu te sens toujours obligé d'en rajouter ?! " 

"- Peut-être parce que je vois bien que tu n'es pas comme d'habitude et que tu n'as aucune raison d'être désagréable. " 

"- Et alors ? Comme si cela pouvait t'importer, ce ne sont pas tes affaires à ce que je sache ?!" 

"- Si car je m'inquiète pour toi. Tu agis bizarrement actuellement Jessie. Tu changes d'humeur tout le temps, tu ne me parle plus autant qu'avant, tu manges moins, tu es davantage perdue dans tes pensées....Alors oui, tu as le droit de garder tes problèmes pour toi si tu y tiens tant que ça, mais ne compte pas sur moi pour rester là sans rien dire. " lui déclara t-il en montant légèrement le ton. 

Cette dernière phrase de la part de son équipier la cloua sur place. A chaque fois que James montrait de l’intérêt pour ses sentiments cela lui donnait du baume au cœur. Mais à présent, elle voyait dans son comportement les mêmes agissements que ceux du docteur envers Béatrice. Il s'inquiétait pour elle...ce n'était pas nouveau alors pourquoi la jeune femme était-elle choquée par ce fait seulement maintenant ? Jessie resserra ses poings et se détourna de profil. 

"- Je t'en pris James, tu n'as aucune raison de t'inquiéter. De toute manière, cela ne te concerne pas..." ajouta t-elle à mi-mots, sentant des larmes lui picoter les yeux. 
James lui agrippa le bras, la forçant à le regarder. 

"- Ne dis pas de bêtises, ton état me concerne parce que je tiens à toi. " 

Le contact établi par James foudroya la jeune femme qui luttait pour retenir ses larmes couler. Les papillusions dans son ventre revinrent à tire d'ailes en un instant.  Pourquoi tout devenait aussi compliqué maintenant ? Gênée, elle retira son bras violemment et décidée à fuir ces sentiments embarrassants, elle s'éloigna en courant dans la forêt. 

"- Ne me touche pas ! " lui cria t-elle, un trémolo bien distinct dans la voix. 

" - Jessie..." Le jeune homme regarda son équipière s’enfuir, impuissant et démoralisée à la vue des yeux imbibés d'eau de sa meilleure amie. Il détestait la voir ainsi et malgré lui, il s'en voulait. Sa rancune se dirigea également vers le Docteur White qui avait brisé le coeur de Jessie. Comment avait-il pu lui laisser profiter de l'amour de son amie ?! Rien que d'y penser, cela le rendait fou. Jessie était une personne qui dissimulait à merveille ses émotions mais pourtant, James savait pertinemment qu'elle avait du essuyer plusieurs déceptions amoureuses et que cela l'avait fragilisé avec le temps. Que quelqu'un ait pu à nouveau la faire souffrir,cela le jeune homme ne le supportait pas. Maintenant elle se comportait étrangement et elle voulait tellement cacher sa tristesse qu'elle refusait un simple contact avec lui. James devait agir et discuter avec elle pour lui confier qu'elle ne devait pas le rejeter, mais au contraire qu'elle pouvait compter sur son soutien. 
Il se dirigea d'un pas décidé vers les bois, sans réellement savoir comment il allait réussir à calmer son amie. Miaouss le suivit du regard en soupirant, sans dire un mot. " Peut-être que si, pour une fois, ils se disaient ce qu'ils cachent réellement tous les deux au fond de leur coeur, on devrait parvenir à éviter ce genre de situation..."

Jessie s'était réfugiée au creux d'une souche d'arbre et laissait ses pleurs exploser. Une fois qu'elle aurait tout extérioriser en sanglotant, elle pourrait retourner au campement et tout retournerait à la normale avec James. Pourtant, c'était hypocrite de penser cela, comment espérer retrouver un climat dépourvu de tension maintenant qu'elle comprenait que le seul homme pour lequel elle était à peu près sûr d'éprouver des sentiments s'avérait être son meilleur ami. La jeune femme savait que jamais il ne la verrait autrement que comme une équipière. Il avait beau soutenir qu'il tenait à elle, cela ne dépasserait pas le seuil de l'amitié et de toute manière, elle connaissait suffisamment James pour savoir qu'il ne voulait pas d'une relation amoureuse, il redoutait l'engagement plus que tout. Mieux valait encore enfouir sa tête entre ses genoux et refouler ces pensées stupides afin d'éviter la souffrance. Jessie ne l'avait déjà que trop expérimenté. 

"- Jessie, Jessie, enfin je te trouve ! " 
En relevant les yeux, la jeune femme aperçu son équipier qui accourait vers elle, essouflé. Elle se redressa en frottant ses yeux. 

"- Pas besoin d'en faire tout un plat James. Je vais bien..."

James savait qu'elle mentait : il voyait ses yeux rougis, signe qu'elle avait pleuré et il sentait l'état fébril de sa partenaire. Non, elle n'allait pas bien. 

"- Je ne sais pas ce que ce docteur a bien pu te faire mais je te jure que je le hais...c'est de sa faute si tu vas mal depuis plusieurs semaines. "

"- Ah encore une fois tu ne comprends rien ! Tu es encore plus aveugle que le morveux ou quoi ?"

"- Co-comment ? " bredouille le jeune homme. Non en effet, il ne comprenait pas. 

"- Pourquoi tu veux tout reporter sur le Docteur White ?! Cette histoire est terminée, pliée, enterrée ! Il ne m'a pas fait de mal, il ne m'a même pas rejeter ouvertement, c'est moi qui suis responsable de la décision d'être partie. " 

"- Je-je pensais que..."

"- Eh bien tu penses mal James. CET HOMME n'était pas pour moi, il avait quelqu'un d'autre dans sa vie. Et je ne pouvais pas rivaliser avec cette personne SPECIALE donc je suis revenue car de toute manière, MA place n'était définitivement pas à SES côtés car elle doit certainement être aux côtés de QUELQU'UN D'AUTRE. " 

"- Alors pourquoi, pourquoi tu te comportes ainsi depuis plusieurs jours ? Tu n'es plus toi-même par moments..."

"- Peut-être parce que quelque chose en moi a changé..." 

"- Mais, je ne veux pas que tu changes moi ! Rends-moi la Jessie confiante et sûre d'elle en toutes circonstances ! Rends-moi la femme qui possède la flamme de la passion et se met dans une colère brûlante quand elle n'obtient pas ce qu'elle veut ! Rends-moi mon équipère et ma meilleure amie avec qui je rigole et partage tout et n'importe quoi ! C'est cette Jessie là que je veux, ma Jessie, la Jessie que j'aime ! " hurla t-il, les yeux humidifiés par des larmes à son tour. 

La jeune femme se tût. Même s'il ne s'en rendait pas compte, il parvenait à chaque fois à toucher son coeur en plein mille. Cependant il ne fallait pas se faire d'illusions : les paroles de James étaient impulsives et les mots choisis ne reflétaient pas véritablement ses sentiments d'amitié. 

"- James, idiot, tu ne sais même pas ce que tu dis. Utiliser le verbe 'aimer' alors que tu ignores totalement ce que cela signifie..."

"- Tu me confonds vraiment avec ce gamin de Sacha ? Bien sûr que je connais le sens du mot 'aimer'. Aimer, c'est avant tout savoir se sacrifier pour une personne, ne vouloir que son bonheur au depend du nôtre...."

Le jeune homme ne savait pas comment le fait de donner une définition d'un mot allait les aider à se réconcilier. Il ne comprenait pas où la jeune femme voulait en venir mais au moment même où il répondit, l'évidence le frappa de plein coeur. Il aimait Jessie, il ferait tout pour elle, pour son bonheur. Alors que James s'apprêtait à rajouter " Aimer est le premier mot qui me vient à l'esprit quand je te vois", son équipière baissa la tête et prit la parole à son tour. 

"- Tu vois, je suis partie car, quand j'ai vu le Docteur et son amie d'enfance ensemble, j'ai su qu'il ferait n'importe quoi pour elle et que je n'avais pas de raison de demeurer avec lui...Bizarrement j'ai songé alors qu'en revenant, j'allais moi aussi retrouver quelqu'un qui ressentirait ça pour moi...Mais je me suis trompée une fois de plus. "

Des rougeurs vinrent parsemer les joues de Jessie, ainsi que celles de James. Le jeune homme commençait à saisir maintenant. Il aurait du percuter plus rapidement, se rendre compte que son équipière avait besoin de lui, de son réconfort. Mais malheureusement, il n'avait pas su être là pour elle alors qu'elle ne l'avait jamais laissé tomber. Cependant, il l'aimait, c'était indéniable. Si c'était à refaire, il l'aurait une nouvelle fois laissé partir pour vivre sa romance avec le docteur même si cela signifiait ne plus la revoir. Ne plus la revoir...rien qu'à cette pensée, son coeur se serrait douloureusement une nouvelle fois. Non...cette fois-ci il allait tout lui avouer. Il devait lui dire avant que ce ne soit à nouveau trop tard, avant qu'elle coure une fois de plus loin de lui. Réunissant toute sa bravoure, James s'empara de la main de Jessie. La jeune femme redressa le regard et croisa les yeux de son équipier qui la regardaient fixement. Elle pouvait lire sur son visage quelque chose de rare chez lui : une détermination sans faille. 

"- Alors tu penses que je ne t'aime pas ? Si c'est le cas, alors détrompe-toi Jessie. Quand je me lève le matin, tu es la première personne que je veux voir ainsi que la dernière quand je m'endors. Peut-être que ce n'est qu'un détail pour toi mais pour moi, c'est plus qu'important. Je déteste te voir triste, encore moins quand je sais que si j'avais été moins maladroit ou plus à la hauteur, tu serais peut-être plus heureuse. Le problème c'est que j'ignore comment faire : j'ai promis que je ferais n'importe quoi pour ne pas te décevoir, et pourtant j'échoue à chaque fois que l'on s'envole vers d'autres. Mais vois-tu, malgré tout, j'essais encore et encore, car un jour je voudrais pouvoir t'offrir cette réussite. En attendant je me contente de ces précieux moments avec toi, et même si nous subissons la défaite, cela m'est égal car tu es la seule avec qui je veux m'envoler vers ces autres cieux, tu comprends ? J'aimerais t'offrir des roses chaque jour pour te redonner le sourire, cependant quand je te vois aux salons Pokémon, si belle et si sûre de toi, tu es celle qui me redonne le mien. Je me fiche d'être pauvre, et blessé, et affamé...car j'ai réussi à devenir ton équipier, à te rencontrer et cela fais de moi l'homme le plus heureux de la terre. En revanche, si tu décidais de partir pour suivre tes rêves, alors je te laisserais vivre ta vie même si je dois me séparer de toi...même si sans ta présence, mes rêves n'existent plus..."

Ça y est. Le jeune homme retint son souffle, conscient qu'il venait de révéler à son équipière, ce qu'il gardait enfoui au fond de son coeur depuis des années. Jessie resta clouée sur place, tremblante et ébahie par les paroles de James. 

"- James...alors tu...tu m'aimes ? " osa t-elle demander. Elle connaissait la réponse mais elle voulait l'entendre de la bouche de son ami pour être certaine que sa déclaration en était bien une d'amour. James inspira une bouffée d'air et resserra sa poigne sur la main de Jessie. 

"- Jess-Jessie....Jessica, je...oui, je t'aime enfin je veux dire, je suis amoureux de toi depuis très longtemps et si tu veux bien je voudrais être cette personne spéciale à tes yeux..."

Le jeune homme n'obtint jamais de réponse de la part de sa meilleure amie. Jessie détacha sa main de la sienne et l'attrapant par le col de sa veste, elle attira James près de son visage, obligeant le rocket à se pencher légèrement, et posa ses lèvres sur les siennes.  Ce fut électrisant, bien plus violent qu'une attaque Tonerre de Pikachu et incomparablement plus agréable. Jessie embrassait son équipier avec force, appuyant son baiser pour l'encourager à faire de même. James écarquilla ses yeux, surpris de l'acte inattendu de sa meilleure amie. Pourtant, cela ne le surprenait pas, elle avait toujours été la plus entreprenante des deux. Réalisant que ce baiser était leur tout premier et qu'il avait attendu cet instant depuis toujours, James tenta de se détendre pour apprécier davantage, si c'était possible, ce moment magique. Il ferma ses yeux et posa sa main droite sur la joue de la jeune femme. Il mouva ses lèvres contre celles de Jessie avec tendresse tandis que cette dernière passait ses mains dans ses cheveux. Dans sa tête, des images défilaient en boucle. Il se revoyait le jour où il avait fui son manoir à nouveau, en train de la faire monter avec lui dans la montgolfière Miaouss. Qu'est-ce qu'il avait désiré l'embrasser à cet instant précis...il aurait tellement souhaité lui dire que même s'il était fiancé, la seule femme qu'il voulait éternellement dans sa vie c'était elle...aujourd'hui il pouvait enfin lui prouver. Leur bouches s'entr'ouvrirent, laissant leur langue se caresser. James retira ses mains du visage de son amie; il ne savait pas où les poser même s'il avait très envie de toucher Jessie. Il agrippa sa taille et rapprocha son corps près du sien, près de son coeur qui battait la chamade et de sa peau qui brûlait de désir pour celle de son équipière. Cette sensation était nouvelle pour lui, ainsi que pour la jeune femme qui n'avait jamais ressenti rien de tel. Le grand Amour existe bel et bien, se disait-elle, et le plus étonnant dans tout cela, c'est qu'il avait toujours été à côté d'elle. Comment aurait-elle pu deviner que tout ce qu'elle ressentait pour James depuis longtemps, était de l'amour ? Maintenant qu'elle se rendait compte de tout ceci, elle ne voulait plus le lâcher, plus jamais avoir à se sentir seule...James était sa personne spéciale, elle n'en doutait plus. 
Quand, après des secondes qui lui parurent des heures, les deux agents de la Team Rocket se retirèrent l'un de l'autre, leurs yeux pétillaient intensément. 

"- Jess, je suppose que c'est un oui...? " demanda le jeune homme timidemment. 

"- James, idiot...embrasse-moi encore"


FIN.
 

12 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (5)

1. Maëlle 14/12/2016

Oh merci beaucoup à toutes ! Vos commentaires m'ont redonné l'envie de recommencer à écrire !

2. Chacha 23/09/2016

J'ai adoré c'est une des mieux écrites !!

3. Fan team rocket 17/08/2016

Je voulais mettre : ta fic est super !

4. Fan team rocket 17/08/2016

Ça ta fic est super !

5. Pika 17/08/2016

Une magnifique fan fic. Ca faisait si longtemps, ça me manquait vraiment. James confiant c'est vraiment ce qu'il faut pour allumer l'étincelle dans le coeur de Jessie, c'est vraiment clair.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site