Entre cauchemard et réalité

(ps: J'ai écris cette fanfic il y a plusieurs semaines de cela, mais j'hésitais à la publier car selon moi l'idée n'était pas assez originale. En la relisant, je l'ai trouvée assez plaisante donc je me suis enfin décidée à vous la faire partager... Pour faire plaisir à Dareen, je me suis arrangée pour faire apparaître Qulbutoké dans les parties suivantes... J'ai commencé une autre fanfic, toujours assez centrée sur James mais je promets qu'aussitôt que je l'aurais terminé, j'essayerai de me mettre à l'écriture de la vie de Jessie)

James soupira avec extase avant de se laisser tomber en arrière dans le canapé moelleux où étaient déjà assis ses amis. "Aaaaaw une soirée télé avec des chips et de la limonade à volonté; je ne pouvais pas souhaiter mieux."

"Veille tout de même à laisser des chips pour tout le monde!" gronda Miaouss en saisissant le paquet de ses deux pattes, de même que Jessie se jetait dessus à son tour. James lutta pour récupérer son bien. "Pas touche!" Il arracha le précieux paquet de chips de la poigne de ses amis et l'appuya contre sa poitrine. "Il reste encore des paquets de ce genre dans l'armoire à manger, vous n'avez qu'à vous servir!"

Jessie et Miaouss s'échangèrent un regard fâché. "Pourquoi devrions nous nous lever pour nous servir alors que nous avons tout ce qu'il nous faut à portée de main." Avant que James n'ait le temps de questionner ses amis, ceux-ci avaient déjà profité de son moment d'inattention pour arracher le paquet de chips de ses mains et ils se le disputèrent, tirant l'un l'autre sur chacun de ses bords.

"Attention, vous allez le-" commença James. Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que le paquet se déchira et que son contenu tomba au sol. Jessie et Miaouss s'échangèrent des regards haineux. "Regarde ce que tu as fait!" gronda Miaouss "Ce que J'AI fais?! Ce que TU as fait plutôt! Tu devrais avoir honte de gaspiller de la nourriture de la sorte!!!" En moins de temps qu'il fallait pour le dire, la jeune femme et le pokémon chat se jetèrent l'un sur l'autre; se bagarrant. En soupirant lourdement, James décida qu'il n'avait rien de mieux à faire que de se relever pour aller se rechercher un casse-croûte. Après être entré dans la cuisine, il soupira plus lourdement en ouvrant la porte du garde-manger. Celui-ci contenait encore quelques casse-croûte que ses amis et lui avaient acheté après avoir reçu leur salaire, là n'était pas le problème mais il se doutait que s'il retournait dans le salon avec un nouveau paquet de chips, un chocolat ou un beignet, ses amis se jetteraient dessus avant qu'il n'ait le temps de réagir. Il gémit, son estomac bourdonnait terriblement. Pourquoi devait-il toujours être celui qui devait se passer de nourriture ou être servit en dernier? Il allongea l'une de ses mains en direction du dernier paquet de chips restant dans le garde-manger mais s'arrêta subitement lorsque son regard se posa sur une énorme barre de chocolat fourré à la banane. Huuuum son préféré. Il le prit et l'ouvrit, bien décidé à le manger avant de retourner au salon. Un tapotement sur son épaule le fit tout à coup sursauter. Il n'eut même pas à se retourner pour savoir de qui il s'agissait.

"Qu'as tu trouvé de bon à te mettre sous la dent, James?" demanda la voix de Jessie. Il baissa son regard et laissa ses cheveux recouvrir son visage, incertain de s'il devait répondre ou non. Son amie répéta sa question: "Qu'est-ce que tu as trouvé de bon à manger, James?" Finalement, il serra ses dents et bougonna d'un ton presque incompréhensible: "Un chocolat à la banane."

Un sourire qu'il ne pouvait pas voir mais dont il se doutait, apparu sur le visage de Jessie. Elle libéra un glapissement pointu. "Un chocolat à la banane?! Ooooh quelle chance, c'est mon préféré! Tu comptais me le donner, n'est ce pas?"

James serra ses dents d'avantage, de même que ses paupières. Il hésita un léger un instant. Devait-il répondre affirmativement ou négativement? S'il répondait négativement, il risquait de recevoir une bonne gifle ou un terrible coup de poing sur le crâne. Cependant, il tenait vraiment à garder ce casse-croûte pour lui. Après avoir libéré un grand souffle profond, il murmura finalement: "Non Jessie, je compte garder ce chocolat pour moi!" Comme attendu, cette réponse vexa la jeune femme. Elle recula, haletant d'un air offensé. "Comment peux tu être si égoïste?!"

"Écoute Jessie, je-" Avant que James n'ait le temps de continuer sa phrase, Jessie bondit sur lui et arracha le chocolat de ses mains. Elle sourit en observant l'expression accablée visible sur le visage de son ami. "Merci de m'offrir ton chocolat, James. Tu es gentil." James ouvrit sa bouche pour répondre mais n'en eut pas le courage. Il baissa ses bras et courba son dos dans le désespoir total en observant son amie saisir les derniers casse-croûte contenus dans l'armoire puis s'éloigner. "C'est toi qui est trop gentille, Jessie" chuchota-t-il sarcastiquement.

Après être resté quelques secondes sans réaction, James se décida à retourner dans le salon, avec l'espoir que ses amis lui laisseraient au moins un petit beignet en guise de consolation. Lorsqu'il s'approcha du canapé, il remarqua que Miaouss gisait toujours au sol, évanouit et que Jessie s'empiffrait, le regard fixé sur l'écran de la télévision. Il s'assit silencieusement à ses côtés. Un petit moment de silence passa, entrecoupé par le son des mâchonnements de Jessie et finalement, James se décida à lui poser une question. Il toussota puis tapota légèrement l'épaule de son amie. Celle-ci sursauta puis se tourna vers lui, lui fronçant les sourcils. "Quoi encore, James?!" Ce dernier exhala profondément. "Jessie..." murmura-t-il le regard bas en jouant avec ses doigts "Est-ce que... est-ce que je peux..." Il fut interrompu par la voix criarde de Miaouss qui s'était enfin réveillé et grimpait sur le canapé, à ses côtés. "Eh!!!!! Il ne reste déjà plus qu'un beignet, Jessie?! Il est pour moi!!!!" Avant que la jeune femme aux cheveux fraises ne puisse protester, le chat pokémon avait déjà saisit la délicieuse pâtisserie et avait bondit en bas du sofa, courant se cacher sous un meuble de la salle à coucher. James baissa son regard de nouveau et laissa ses cheveux recouvrir son visage. Il n'avait pas des réflexe assez développé pour réagir à temps aux réactions de ses amis. Tant pis, il devait y faire face, une fois de plus, il irait se coucher le ventre vide. Il geignit en enveloppant ses bras autour de son ventre grondant, essayant à son tour de centrer son attention sur le programme débile diffusé à la télévision. La voix de Jessie attira son attention. "James, il y a quelque chose que tu voulais me dire?"

Il secoua sa tête. "Non... ce n'était pas important." C'était étrange mais dans des moments pareils, il regrettait la vie luxueuse qu'il avait à son manoir étant enfant. Au moins là, bien qu'il devait toujours suivre les règles qui lui étaient imposées, il ne manquait d'aucun bien matériel, ni de première nécessité et surtout pas de nourriture.

Après quelques secondes, Miaouss, quelque peut repus, revint s'installer aux côtés de ses amis. Il pût remarquer que James avait une expression attristée mais il n'en fit pas la remarque car son ami était souvent plaintif.

Tandis qu'ils observaient attentivement la T.V., aucun des 3 amis ne remarqua que 4 hommes costauds, vêtus de noir, dont le visage était masqué et à l'aspect assez inquiétant les observaient derrière la petite vitre quelque peu éloignée et brisée, située à leur droite.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

"Ils sont tous trois réunis et leur attention semble centrée sur la télévision. Je pense que c'est le moment parfait pour agir." chuchota l'un des hommes à ses comparses. Ceux-ci acquiescèrent ne répondant rien. 3 d'entre eux se glissèrent furtivement en direction de la porte d'entrée tandis que le 4ème continuait à surveiller la fenêtre.

"À 3, je défonce la porte." dit l'un des hommes en reculant alors que ses amis se postaient de chaque côté de l'embrasure de la porte. Il commença à compter d'un ton très bas: "Trois.... deux...." de même qu'il leva le ton de sa voix en criant le chiffre: "UN!" le gros homme se jeta contre la porte en bois, frêle. Immédiatement, cette dernière sortit de ses gonds et tomba sur le sol, de même que l'homme qui venait de la défoncer. Jessie, James et Miaouss libérèrent des cris de surprise en se tournant en direction des personnes non chaleureuses qui venaient d'entrer dans leur foyer. Avant même qu'ils n'ouvrent leur bouche pour poser une question, l'un des hommes avait déjà jeté une bombe lacrymogène à leurs pieds. Les deux jeunes gens et le pokémon se mirent à tousser et à pleurer, aveuglés par la fumée. "Mais... kof... mais que....... se passe-t-il?!" commença Jessie entre deux quintes de toux. James dodelina de la tête, essayant difficilement de récupérer sa respiration: "Je.... kof... je... ne sais...pas... kof kof..."

Miaouss, qui parvenait un peu mieux à respirer vu que la fumée montait et qu'il était bien plus petit que ses camarades, se tourna en direction de leurs agresseurs. "Qu'est-ce que vous nous voulez?!" gronda-t-il.

Les vilains hommes qui venaient de mettre des petits masques à gaz, se mirent à rire et en guise de réponse, ils s'échangèrent un regard puis se jetèrent sur les 3 malheureux amis en difficulté respiratoire. En moins de temps qu'il faut pour le dire, Jessie et Miaouss se retrouvèrent épinglés au sol. Ils eurent juste le temps de remarquer qu'un des hommes jetait une seconde bombe lacrymogène au sol avant de recevoir de violents coups sur le dos de leur tête qui les assommèrent illico.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Lorsque Jessie et Miaouss se réveillèrent, le gaz s'était assez bien dissipé mais ils souffraient d'une terrible nausée et d'une terrible migraine. Ils luttèrent pour se relever. Miaouss resta assis sur le sol et Jessie s'appuya contre le bord d'une table. Elle attendit un peu que sa vue soit moins trouble avant de s'avancer lentement en direction de la fenêtre puis elle l'ouvrit. Elle prit alors une grande bouffée d'oxygène et toussa avant de se retourner pour jeter un coup d'oeil aux alentours de la pièce. "Roooh je me demande qui pouvaient être ces personnes et ce qu'elles nous voulaient!" gronda-t-elle. Miaouss soupira. "C'était... peut-être des voleurs." Jessie secoua sa tête: "Ils auraient fait un bien mauvais choix. Nous ne possédons rien de valeur ou qui mérite d'être volé." Miaouss observa les alentours à son tour. "C'est vrai et il ne semble pas qu'ils ont prix la télévision." Il se hissa sur le canapé, déposant une patte sur son front douloureux et tout à coup. "Ooooh j'ai la gorge drôlement sèche." Il toussa puis demanda: "James, est-ce que tu pourrais aller me chercher un verre d'eau?" Aucune réponse ne vint, une réalisation frappa le félin tout à coup. Il observa son associée féminine fixement. "Dis donc Jess, James n'était pas dans le salon avec nous, tout à l'heure?" La jeune femme fronça ses sourcils d'un air réfléchit. Elle acquiesça: "Si." Elle observa les alentours "Peut-être est-il sorti." Miaouss secoua sa tête: "James ne serait jamais parti sans nous prévenir et moins encore alors que l'on vient de se faire agresser." Il souleva soudainement ses pattes sur sa bouche. "AAAAAACK ET SI CES BANDITS ÉTAIENT VENUS ENLEVER JAMES?!!!!"

Jessie regarda Miaouss curieusement. "Enlever James?! Mais pourquoi diable-"

Elle n'eut pas le temps de terminer sa remarque, Miaouss l'interrompit. "Souviens toi, Jess. James est issu d'une famille riche. Ces bandits l'ont peut être enlevé pour une histoire d'argent."

Un scénario fortement probable commença à se former dans la tête de Jessie: "Oh oui. Peut-être que ces bandits seraient prêts à demander une rançon à ses parents en échange de sa vie ou quelque chose de ce genre!"

Miaouss acquiesça: "Le pire, c'est que comme les parents de James ne l'aiment pas beaucoup, ils risquent de refuser de payer et alors... alors... James pourrait-"

Jessie interrompit son ami félin: "Cet horrible!!! Ne parle pas de malheur s'il te plaît!!!!" La remémoration de son manque de générosité précédent envers son ami aux cheveux lavandes lui revint à l'esprit et elle renifla. "Les parents de James pourraient aussi souhaiter le récupérer et ensuite le forcer à épouser sa fiancée. Au moins, avec cette option, il ne mourrait pas." dit-elle enfin dans une tentative de se rassurer.

Miaouss haussa ses épaules. "Va savoir."

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

James cligna des paupières plusieurs fois avant d'ouvrir ses yeux brûlants avec difficulté. Il fixa son regard trouble sur le plafond situé au dessus de lui et essaya de se remémorer tout ce qui lui était arrivé plus tôt. Il pouvait se souvenir avoir projeté une soirée T.V. avec ses amis mais avoir raté l'occasion d'avoir un casse-croûte, par la suite, des personnes avaient fait irruption à l'intérieur de la petite cabane et avaient jeté des bombes lacrymogènes au sol. Il s'était senti saisit par les épaules mais n'avait pas eu le temps de crier car il avait ressenti un grand choc sur le dos de sa tête et avait perdu connaissance. Un peu plus tard, il s'était quelque peu réveillé, s'était senti secoué, en manque d'air et il avait pu entendre un bourdonnement qui ressemblait à celui du moteur d'une voiture. Sans doute avait-il cauchemardé. Comment tout ce scénario loufoque aurait-il pu être réel? Oooow, sa tête palpitait péniblement comme s'il y avait un marteau piqueur à l'intérieur. Il essaya de soulever une main jusqu'à son visage pour frotter ses paupières mais glapit en remarquant que ses poignets étaient attachés. Il commença à s'affoler, ferma ses yeux en pleurnichant puis il ouvrit ses paupières lourdes de nouveau et tourna sa tête de côté pour observer les alentours. Il lui prit un moment pour réaliser qu'il était dans une grande chambre à l'aspect à la fois chic et familier. Non... il devait toujours être plongé dans un cauchemar. Ça n'était pas possible, il ne pouvait pas être chez... SES PARENTS!!!! Il ferma ses yeux, se sentant emplis d'une horrible nervosité. Non, il devait être entrain de rêver. Ça n'était pas possible!!! Il allait bientôt se réveiller, sortir de ce cauchemar et retrouver ses amis.

Un tapotement contre son épaule obligea James à ouvrir ses yeux de nouveau. Il gémit en entrouvrant ses paupières. C'est sûr, il s'était éveillé maintenant, il sortirait de son cauchemar et se trouverait face à face avec Jessie ou au pire Miaouss. Son regard trouble se concentra sur une ombre féminine: "J... Jessie?" chuchota-t-il faiblement. La personne présente à ses côtés secoua sa tête et déposa sa main froide sur son front brûlant. "Pauvre James, vous n'êtes toujours pas sorti de ce délire..." Le jeune homme aux cheveux lavandes sursauta à l'audition de cette voix. Il ouvrit ses yeux d'un coup: "Maman?!" La dame debout à côté de lui soupira avec une allusion de soulagement. "Oh, Dieu merci, vous vous souvenez toujours de qui je suis." dit-elle en déposant sa main sur son coeur. James fronça ses sourcils. "Maman... que fais je ici? Et où sont Jessie et Miaouss?" La femme tourna son regard en direction de son mari debout à côté d'elle. James observa son père fixement, il n'avait pas remarqué sa présence jusqu'à maintenant. Le couple chic s'échangèrent un sourire sournois puis la mère de James se tourna de nouveau vers lui et le regarda d'un air curieux. "De qui parlez vous très cher? Qui est cette Jessie" demanda-t-elle d'un ton légèrement surpris.

James fronça ses sourcils d'avantage. "Jessie est mon amie. C'est la fille qui vivait avec moi avant que je revienne ici. Je veux la revoir!"

De nouveau, madame Morgan sembla incrédule aux dires de son fils et secoua son doigt. "James cher, cette Jessie n'existe pas. Elle n'est qu'un produit de votre imagination." Le jeune homme haleta dans la surprise pure. "Que racontez vous maman?! Jessie existe, cela fait près de 10 ans que nous sommes amis elle et moi!"

Le couple Morgan feignirent essuyer quelques larmes. "James cher." dit finalement son père en déposant sa main sur son épaule "Maintenant que vous semblez quelque peu plus lucide qu'en temps normal, je me vois dans le devoir de tout vous expliquer."

"M'expliquer quoi?! Pourquoi dites vous que je ne suis pas lucide?!" gronda James, luttant pour retirer ses poings de l'étreinte des courroies qui les retenaient.

Ses parents secouèrent leurs têtes nonchalamment et se préparèrent à partir. "Tout compte fait, vous ne semblez pas encore prêt à nous écouter. Nous reviendrons vous voir plus tard. Laissons place au médecin."

"Médecin?!" James haleta avec crainte. Il glapit lorsque ses parents atteignirent la porte de sa chambre et que sa mère déposa sa main sur la poignée. "ATTENDEZ!!!" cria-til "Je ne vous interromprais plus, mais s'il vous plaît, expliquez moi ce qui m'est arrivé!!!"

De nouveau, Monsieur et Madame Morgan s'échangèrent un regard et un sourire sournois que, par chance, leur fils ne remarqua pas. Ils feignirent chuchoter entre eux un instant. "Voulez vous que je lui parle?" demanda le père de James. Madame Morgan secoua sa tête "Non. Il est peut être préférable que je le fasse moi même. Je suis sa mère après tout, il doit me faire confiance, n'est ce pas?"

James ne comprenait pas un mot de ce que ses parents disaient mais il se décida à ne plus leur poser de question et à les laisser parler. Son père chuchota à sa mère qu'il l'attendrait dans le hall puis il quitta la chambre et referma la porte lentement derrière lui. Un cliquetis résonna, avertissant James que son père avait verrouillé la porte. Une fois que son mari fut parti, madame Morgan tira une chaise auprès du lit de James puis elle s'y assit. "Très bien, tendre James, je vais réessayer de tout vous expliquer."

"Réessayer?" James cligna des yeux. Il regarda sa mère curieusement puis remua, soupira et chuchota: "D'abord... j'aimerai que vous me détachiez."

Sa mère leva un sourcil d'un air suspicieux. "Si je vous libère, ai-je la certitude que vous n'essayerez pas de fuir ou de tout casser?"

Le jeune homme aux cheveux lavandes acquiesça: "Je le promet."

Sa mère soupira. "Bien. Je vous fais confiance." Elle se releva, ôta une clef de la poche de sa robe, se pencha vers son fils puis détacha les cadenas qui refermaient les liens retenant ses bras. James soupira avec soulagement une fois ses bras libérés et il s'assit, frottant ses poignets endoloris. Sa mère se rassit sur sa chaise. Elle l'observa fixement. "Puis je commencer mon récit?" demanda-t-elle. James se tourna vers elle et acquiesça. "Oui." dit-il d'un ton calme et doux "Je vous écoute." Sa mère soupira puis prit la main de James. Sa première réaction fut d'éloigner sa main mais il ne le fit pas. "Tendre James... Vous êtes resté dans le coma durant près de 10 ans."

Le jeune homme haleta dans l'incrédulité totale et retira sa main de la poigne de sa mère. "QUOI?!" Il s'accroupit sur le lit. "C'EST IMPOSSIBLE!!!! J'AI FUGUÉ IL Y A 10 ANS DE CELA!!! ENSUITE J'AI RENCONTRÉ JESSIE ET MIAOUSS!" Sa mère enveloppa ses mains autour de ses bras et les caressa d'une façon apaisante. "Calmez vous tendre James... Pourquoi refusez vous de comprendre? Tous les faits suivants votre accident son de purs produits de votre imagination."

"MON ACCIDENT?!!!!" s'exclama James "MAIS DE QUOI PARLEZ VOUS?!"

Sa mère secoua sa tête lentement. "Vous étiez si indiscipliné durant votre enfance. Votre père et moi nous vous avions averti de ne pas aller nager suite à votre grippe mais vous ne nous avez pas écouté, vous avez eu une crampe, vous vous êtes noyé, Hopkins vous a trouvé trop tard. Vous êtes resté dans un état comateux durant près de 10 ans et vous venez juste d'en sortir hier soir, vous ne vous en souvenez pas? Nous avons essayé de vous parler votre père et moi mais vous avez refusé de nous écouter, vous hurliez comme un fou que vous ne compreniez rien! Tendre James, je pense que vous souffrez d'amnésie. Ces 10 ans de coma ont sans doute affecté votre cerveau mais nous mettrons tout en oeuvre pour que vous retrouviez toutes vos capacités mentales..."

"RETROUVER MES CAPACITÉS MENTALES?! MAIS JE VAIS TRÈS BIEN!!! C'EST VOUS-" James indiqua sa mère d'un doigt accusateur. Il s'interrompit lorsqu'il entendit que quelqu'un déverrouillait la porte de la chambre et glapit en apercevant son père sur le pas de la porte, accompagné d' Hopkins et d'un médecin.

"Il recommence sa crise?" demanda le médecin calmement.

La mère de James acquiesça, essuyant les coins de ses yeux avec le bout de son mouchoir brodé. "J'en ai bien peur."

James se prépara à se relever, tout à fait incrédule. "MAIS QUE?!" commença-t-il. Hopkins le saisit immédiatement par les bras et l'épingla sur le lit. "Je suis désolé, Maître James mais ce que je fais est pour votre bien." dit-il. James se débattit, ne parvenant pas à croire ce qui lui arrivait. "MAIS QU'EST CE QUI VOUS PREND?! LAISSEZ MOI TRANQUILLE!!! J'EXIGE DE COMPRENDRE CE QUI M'ARRIVE ET POURQUOI VOUS ME MENTEZ DE LA SORTE!!!! S'IL VOUS PLAÎT!!! DITES MOI OÙ SONT MIAOUSS ET JESSIE!!!!"

La seule réponse que le jeune homme reçu fut une douleur dans son bras lorsque le médecin y poignarda une aiguille. "Cette injection devrait suffire à le calmer." murmura-t-il en se tournant vers les parents du jeune homme. James sentit des larmes piquer ses yeux. Il observa ses parents avec un regard lamentable, ouvrit sa bouche pour parler mais bientôt, il fut submergé par la fatigue et se laissa retomber mollement sur le lit, trop épuisé pour lutter ou faire quoi que ce soit.

"Je... je veux comprendre..." murmura-t-il une dernière fois avant que ses paupières lourdes ne se ferment de nouveau.

À suivre...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site