Ame errante par Erina.


*~*~*~*~*~*~*

Jessie s'assit sur son sac de couchage, regardant la petite fenêtre de la cabane où elle et ses associés logeaient depuis un petit moment. C'était vraiment un beau jour; le soleil jetait ses rayons à travers les branches nues des arbres et ces branches fusiformes semblaient presque majestueuses. Des petits nuages, boules de cotons balancés par la brise, voletaient à travers le ciel; tandis que plusieurs roucouls voltigeaient paresseusement dans l'air à la recherche d'un repas facile.
La jeune femme observa la beauté sereine de ce décors japonais, les yeux mi-clos. Finalement, elle décida de les refermer entièrement, le soleil l'aveuglait.
"Ça serait vraiment un beau jour" murmura t'elle "si seulement je n'étais pas de si mauvaise humeur." 
 
... Elle et James avaient encore râté leur dernière mission. Celle-ci n'avait pas été exceptionnellement plus mauvaise mais elle n'avait pas été meilleure non plus.
"Nous devons suivre de nouveau ce maudit morveux et ses amis!" remarqua Jessie en ouvrant son sac pour empaqueter ses biens.
"Pourquoi?" demanda James tristement "Nous serons seulement battus de nouveau." Il soupira "Parfois je pense que nous sommes destinés à échouer."
"Oh, ferme là et ne parles pas comme ça!" gronda Jessie. Elle n'aimait pas penser à leur liste de missions échouées et quand James disait ce genre de chose tout lui revenait à l'esprit trop clairement.
"C'est en partie à ça que sont dû nos problèmes. Tant que nous pensons pessimistement, nous ne ferons JAMAIS rien de bien. Tu dois te dire en toi même: "Aujourd'hui sera le jour où nous attraperons Pikachu et où nous obtiendrons notre augmentation."
La plupart du temps, les disputes de Jessie et James s'arrêtaient là mais aujourd'hui James semblait vouloir prendre un autre pas. "Cela fait combien de temps que nous pensons de cette façon Jessie? 3 ans? Tout ce que nous récolterons seront quelques blessures, c'est tout."
"Arrête de dire ce genre de chose!" gronda Jessie en retour, prête à un combat "La persistance paye et si nous nous y tenons, nous réussiront nécessairement quelque chose de bien."
James renifla. "Tes rêves de splendeur sont agréables mais ils ne nous payent rien et ne remplissent pas nos estomacs."
"Tu peux bien parler! Qui est celle qui invente toujours les plans tandis que ses associés sont occupés à rêver?! Pourrais je le savoir?!"
"Je travaille autant que toi - si non plus - et tu le sais!"
"Tout ce que tu as jamais fait est perdre notre argent pour des achats inutiles et rassembler tes capsules de bouteilles stupides!"
"Je l'ai fait seulement TROIS FOIS et tu es celle qui jette notre argent pour des achats frénétiques ou sur l'impulsion du moment ou sur des mechas qui ne fonctionnent même pas! Et je rassemble seulement les capsules comme un passe-temps, pour un petit amusement! Je ne mérite pas de petit bonheur dans ce travail stupide et sans signification?!"
"Ce travail n'est pas stupide ou sans signification!" gronda Jessie, fâchée face à l'insulte jetée par son associé sur le travail qu'elle avait toujours adoré. "Ma mère a travaillé ici la moitié de sa vie, appelles tu ça stupide et sans signification?!"
"Peut-être que oui. J'en ai assez de ce travail stupide!"
"Ouais! Bien j'en ai assez de toi!"
Le visage de James se ramollit un instant dans une expression maladive. Tous 2 s'étaient battus souvent, mais aucun n'avait jamais été aussi haineux envers l'autre. Ses yeux se rétrécirent d'un air provoquant. "Alors je suppose que je dois me faire rare, hein?!" Et sur ces mots il s'était retourné et avait fait claquer la porte de leur petite cabane, laissant Jessie seule... 
 
Maintenant elle avait soulevé ses yeux vers le plafond de la cabane à trois pièce, soupirant.
"Peut-etre n'aurais je pas dû dire que... mais il n'avait pas le droit d'insulter ma mère comme ça! Je suis heureuse d'avoir endommagé ses sentiments, ouais et j'espère vraiment que ça l'a blessé profondément. Il l'a mérité après tout." 
Même si elle l'avait dit, elle savait qu'elle ne voulait pas le dire mais ça permettait à sa conscience grincheuse de se sentir mieux. 
En fermant ses yeux éblouie par la lumière du soleil dérivant par la fenêtre et en se retournant sur son estomac, Jessie somnola bientôt, essayant d'ignorer la particule de culpabilité qui créait une boule dans son estomac.
Elle se réveilla quelques heures plus tard, se poussant à s'asseoir. Le soleil était descendu derrière les cimes des arbres.
"Il doit être environ 14 heures." conclu t'elle, se relevant et s'étirant.
Jessie ouvrit la porte de la cuisine, se sentant mieux qu'elle avait été plus tôt. "James, tu es prêt pour la poursuite des morveux? Je ne suis plus fâchée désormais."
Miaouss fut le seul à la saluer "James n'est pas ici, Jessie. Il est revenu un petit peu mais il est repartit presque aussi vite. Il y a environ euh... 10 minutes."
"Pourquoi? Nous avons des provisions. Serait il tout de même partit en rechercher?"
Le chat haussa ses épaules. "Quand je lui ai demandé, il a dit:" employer notre argent pour quelques petites affaires sans valeur?" Ça m'a étonné de lui, il n'a jamais trouvé la nourriture sans valeur. "
Jessie soupira. "Seulement dix minutes?!" Miaouss lui donna un signe d'approbation de la tête. "Je parie qu'il est toujours fâché après moi pour la dispute que nous avons eu plus tôt. A-t-il pris la jeep?"
"Non, il a employé ce vélomoteur que nous avons acheté pour le prochain plan."
Jessie  couru dans la salle de bain pour enfiler autre chose que son uniforme de la Team Rocket. Elle ne voulait pas être arrêtée après tout.
"Alors je ferais mieux de prendre la jeep et d'aller le trouver. Je dois le trouver avant qu'il dépense le reste de notre argent. Nous risquons de gros ennuis."
"Yana kanjii" murmura Miaouss "Bonne chance pour le retrouver. La ville est assez grande, tu sais."
"Merci. Je reviens aussi vite que possible."
Jessie saisit ses clefs et sauta dans la jeep, se dirigeant bientôt dans le chemin de terre battue qui conduisait à leur cabane.
"Voyons, les vélomoteurs ne sont pas aussi rapides que les voitures... La ville la plus proche est environ à vingt minutes d'ici... peut-être le rattraperais-je avant même qu'il y soit entré."
Jessie quitta le chemin de terre battue environ 5 minutes plus tard et peu de temps après elle se dirigea sur la route principale conduisant à Rosalia. Elle n'avait pas avancé beaucoup lorsqu'un barrage routier la fit s'arrêter en hâte.
"Hé! Qu'est-ce que c'est que ça?!"
Ne désirant pas attendre, la jeune femme sauta hors de sa jeep. Elle s'avança jusqu'au barrage routier, voulant voir quel problème se passait là.
Les yeux de Jessie s'élargirent. Il semblait qu'il y avait eu un accident dans lequel était impliqué un grand nombre de véhicules. Un camion était couché sur le côté de la route et plusieurs voitures étaient dispersées en bas de la colline et sur la route elle-même. Ses yeux fouillèrent frénétiquement le terrain pendant une seconde et son coeur s'arrêta presque tandis qu'elle se demanda si James était impliqué dans cet accident désagréable lui aussi.
Après s'être dirigée parmi les ambulances et voitures de police, Jessie s'approcha d'un homme posté sur le bas côté de la route.
"Excusez moi monsieur. Um, pardonnez moi, mais qu'est-ce qui est arrivé?"
L'homme la regarda. "Qui êtes vous? Encore un de ces médecins?" Il la regarda de haut en bas "Non ce n'est pas ça? Un officier sans uniforme?"
Jessie se décida de mentir. "Oui. J'ai vu le barrage et je suis venue voir si je pourrais aider. Qu'est-ce qui se passe?"
L'homme soupira; "Un idiot de conducteur alcoolique s'est jeté dans ce camion. Le camion est sortit de la route et il est entré en collision avec d'autres voitures. Quel désordre. Nous venons juste d'arriver ici il y a un petit moment et nous n'avons pas encore fait grand chose."
"Quel est le compte de véhicules?"
"Hum," il fit une pause et compta sur ses doigts "Un camion, quatre, non, cinq voitures... oh, ouais et un pauvre type sur un vélomoteur. Euh... vous allez bien?... vous êtes blanche comme un linge... il y a quelque chose qui ne va pas?"
"Où est Ja- je veux dire, la personne sur le vélomoteur?" exigea Jessie.
Le type, apparemment un auxiliaire médical, indiqua le bas de la colline. "Il a été jeté assez loin de la route - je pense qu'il est là bas, derrière le camion. Pourquoi? Il vous semble le connaître?"
"Euh, peut-être," Jessie accouru dans la direction que l'homme avait indiqué "Je verrais si je peux aider euh, le service médical..."
"Attendez madame! Il y a des médecins qui s'occupent de chaque victimes. Nous aidons ceux qui ont une chance de survivre en premier..."
Il ne se rendit pas compte qu'elle n'avait pas été capable d'entendre un mot de ce qu'il disait parmi le bruit. "Oh, tant pis. Peut-être s'en tirera t'il; personne ne doit être seul dans un moment comme celui là, après tout."
La jeune femme fit sa voie entre d'autres véhicules, ignorants les appels de policiers et des secouristes. Elle s'assura de ne regarder aucune des voitures détruites, ayant peur des choses qu'elles pourrait voir. Contournant le camion et bondissant sous la colline, elle arriva finalement à l'endroit que l'auxiliaire médical avait indiqué.
Une pile de métal et un peu de caoutchouc tordu qui devraient avoir été des roues étaient couchés sur le côté, fumant toujours légèrement. Jessie parcouru le secteur du regard à la recherche de son associé, se demandant s'il avait été jeté dans la forêt... là, ses yeux attrapèrent un flash bleu lavande dans un fossé non loin d'où le vélomoteur était couché. En se ruant dans le fossé, ignorant les coupes et contusions qu'elle obtenait, Jessie glissa à côté de son associé.
Elle soupira dans le soulagement en remarquant que la poitrine de celui ci montait et tombait fermement quoique sa respiration soit un peu loqueteuse.
Tandis que ses yeux errèrent sur lui, la jeune femme tressaillit; James semblait joliment blessé. Elle repoussa quelques mèches ensanglantées de ses yeux pour regarder la coupe qui se trouvait sur son front. Après avoir arraché un morceau de sa petite veste, elle tamponna précautionneusement le sang s'y trouvant, ne voulant pas le blesser d'avantage.
"Je ne peux pas croire que ces docteurs n'ont même pas essayé de le rapiécer un peu." La main de James était posée sur son estomac mais Jessie pouvait voir du sang suintant par dessous, elle n'osa pas soulever sa chemise pour découvrir combien il pouvait être mal. En retenant un halètement, elle se pencha vers son ami.
"Jim? James?"
Il ouvrit un de ses yeux verts partiellement, semblant un peu étourdit. "Jessie?"
"Hé, comment vas tu? Tu vas aller bien, d'accord? Accroches toi une seconde et je vais aller chercher un de ces infirmiers pour qu'il te conduise à l'hôpital. C'est une bonne idée, hein?" Elle se rendit compte qu'elle lui parlait doucement comme à un petit gosse, mais elle ne pouvait pas faire mieux. "Je me demande pourquoi aucun n'est encore venu de toute façon."
Peu disposée à abandonner son ami, mais sachant qu'elle devait le faire, Jessie se releva pour partir. James attrapa son bras avec les dernières forces qu'il lui restait. "Ils ne gaspillent pas de temps à s'occuper des gens qui n'ont aucune chance de s'en tirer."
"Hum?!" Jessie se retourna pour lui faire face, n'appréciant pas ce qu'il venait de dire.
"Quelques... quelques types sont venus voir chacun, tu sais, voir qui était vivant et qui ne l'était pas et qui pourrait vivre pendant au moins deux bonnes heures. Puisqu'il y a tant de personnes, ils doivent sauver ceux qui ont une plus grande chance de s'en sortir d'abord, alors ensuite ils reviennent chercher les morts ou ceux qui ont eu une chance de survivre malgré tout."
"Ouais, bien, mais, mais pourquoi ne t'ont t'ils pas encore prit? Probablement parce que tu es derrière le camion, ils t'ont probablement oublié, non? Je vais aller chercher quelqu'un et leur rappeler que tu es là!"
James rit légèrement à l'inquiétude de son associée. "L'aide médical a dit que je n'ai vraiment pas de chance."
Jessie arrêta son monologue nerveux, s'asseyant rapidement. Il n'avait pas... il ne venait pas VRAIMENT de dire ce qu'elle avait pensé qu'il avait dit, n'est ce pas?
"Ce n'est pas une bonne idée d'entrer dans un accident en roulant sur quelque chose d'aussi fragile," il indiqua d'une main fatiguée la direction du vélomoteur "Le claquement dans le camion n'était pas fatal; ni même le rouleau en bas de cette colline... mais ça l'a été quand le vélomoteur a frappé une souche et que j'ai été jeté sur cette roche."
Jessie sursauta.
"Ça... a vraiment fait de gros dégâts je pense."
"Qu'est-ce qu'il y a? On ne peux pas te soigner? Tu n'as rien de bien grave hein?..."
"Quelques côtes cassées ont rompu un poumon pour ne pas mentionner ce qui est arrivé à mon estomac." expliqua James "Même s'ils m'avaient chargé sur une civière en ce moment même et même s'ils m'auraient conduit à l'hôpital aussi vite que possible..." il toussa loqueuteusement; Jessie se détourna pour ne pas voir qu'il crachait du sang. "De toute façon, je n'aurais aucune chance."
"Oh," réussit elle à étrangler "Tu as besoin de..." elle se rappela qu'elle avait pris son sac avec elle et qu'il était toujours accroché à ses épaules.
Jessie le retira et saisit une bouteille d'eau. "Tu en veux?" James acquiesça lentement, il réussit à boire quelque peu puis il sourit faiblement. "Merci, Jess. Je suis heureux que tu sois ici; je n'aurais pas pu passer ça tout seul alors que je..."
"Oui, ça va, aucun problème." interrompit elle avec difficulté. Jessie se détourna vite; refusant de pleurer devant son ami. "Tu souffres vraiment?"
Il secoua sa tête. "Un peu. Pas trop mal cependant." C'était évidemment un mensonge.
"Ça va?"
Pendant une seconde, Jessie remarqua que James lui donnait un regard terrorisé "Je suis un peu effrayé" admit il.
Jessie inclina sa tête dans la compréhension, bien sûr qu'il était effrayé - qui ne le serait pas? Si seulement il y avait quelque chose à faire pour lui.
"Il n'y a rien que je puisse faire? Pour t'aider ou quelque chose?"
La question de James vint en un chuchotement effrayé, faible. "Penses tu... penses tu que tu pourrais me tenir la main?"
Jessie enroula ses doigts autour de la main de son ami, lui donnant une pression rapide et rassurante. "J'ai menti" dit James après un moment "Je suis vraiment effrayé. Je veux être dur mais je ne peux pas, je suis trop terrifié."
"Je sais" dit-elle dans l'accord misérablement "Je suis ici, donc tu ne dois pas être dur. Je serais forte pour toi, Jim."
Il sourit un peu "Tu ne m'as pas appelé ainsi depuis que nous étions gosses."
James sourit un instant, soulevant son regard vers le ciel, fermant ses yeux légèrement. "Tu sais, c'est vraiment une belle journée."
Jessie suivit son regard vers le ciel, inclinant sa tête dans l'accord silencieux. En se rappelant leur dispute plus tôt dans la journée, elle fut contrainte par une forte envie soudaine de lui donner une excuse, ça serait la première fois où elle lui aurait jamais dit qu'elle était désolée après l'un de leurs combats. Elle essaya de sortir les mots, mais à chaque fois qu'elle essayait ils restaient coincés dans sa gorge.
Les lèvres de Jessie tremblèrent, elle ne pourrait plus parler sans pleurer et si elle commençait à pleurer, James allait prendre un peu plus peur. Elle devait être dure, ce qui signifiait aucune larme... elle devait tenir ses émotions sous contrôle.
Jessie revint rapidement à la réalité, comprenant combien James avait besoin d'elle. Réfrénant ses larmes elle étrangla: "Hé, James?"
Il ne donna aucune réponse. Elle regarda son visage attentivement, il avait les yeux fermés, la tête penchée sur le côté et il semblait paisiblement endormi.
Jessie serra sa main. "Ja-"  elle s'arrêta au milieu de l'appel. Sa main était trop lâche; trop froide. "Non." Elle se retira brusquement, centrant de nouveau son regard sur son associé. Il était aussi blanc qu'un fantôme... blanc comme un... "James?! James!!!?" Jessie vérifia son poignet à la recherche d'une impulsion, mais elle ne put rien trouver.
"James!!!!?"
Aucune réponse. Il ne pouvait pas lui faire ça.
Le coeur de Jessie martela frénétiquement dans sa poitrine. "NON!!!" hurla t'elle "NON!!!"
Elle pleura de nouveau, beaucoup plus durement, ne retenant plus ses larmes.
"Sois dure, Jess" gémit-elle en hâte. Non, elle ne pouvait pas s'écrouler, elle devait être forte. Jessie serra ses poings en partie dans la colère, en partie dans la tristesse. "James." ...
****************************** 
******************************
... "Tu es sûre de vouloir faire cela, Jessie?" demanda Miaouss pour la douzième fois.
Une semaine avait passé depuis les petites obsèques de leur associé et ami mort. Jessie et Miaouss étaient à la bibliothèque locale, regardant un globe 3D sur l'ordinateur.
Jessie ne regarda pas son compagnon félin. "J'en suis sûre."
"Mais écoute, si tu ne veux vraiment pas, tu ne dois pas..."
"Appuies juste sur le bouton, Miaouss" interrompit la jeune femme, quoique pas de sa façon habituellement irritée. Ses yeux bleus tristes rencontrèrent un instant ceux du chat et celui ci remarqua qu'elle avait un état d'esprit composé. Il était inutile d'essayer de se disputer avec Jessie, particulièrement maintenant. Donc, Miaouss cliqua sur la souris et le globe s'arrêta immédiatement de tourner. Le secteur où le chat avait cliqué étais mis en évidence par un point rouge.
"Regarde, c'est quelques part en Amérique."
"L'Amérique?" répéta Jessie, regardant fixement l'écran.
"Ouais" dit Miaouss, agrandissant l'endroit exact. "Coup de chance vraiment, l'anglais est une des seules autres langues que je sais parler." il commença à lire le nom de la ville la plus proche où le point culminant était. "Falls silver dans le colorado" il cliqua pour avoir une description.
"Petite ville de montagne avec un passé historique riche et beaucoup de maisons du siècle dernier."
Jessie acquiesça résolument.
"Tu es sûre de vouloir faire ça?!"
La jeune femme se releva, se dirigeant vers la sortie. "Allons y Miaouss. La partie la plus dure vient ensuite."
"Yana kanjii" murmura le chat, quittant le programme et suivant son amie.
***************
Giovanni regarda les papiers que Jessie avait poussé devant lui. "Qu'est-ce que c'est?"
"Ma démission, Monsieur."
Il leva un sourcil "Démission?"
Elle acquiesça, gardant ses yeux figés sur le sol. "Oui, Monsieur. Je suis désolée, mais Miaouss et moi nous quittons l'équipe."
"Vous êtes sûrs de cela?" demanda le boss incrédule "Je n'aurais pas attendu une décision si rapide. Ça semble si soudain."
"La mort de James était soudaine elle aussi" dit Jessie tranquillement.
Giovanni inclina sa tête dans la compréhension. "J'en ai assez entendu. Il n'y a rien de plus mauvais que l'observation d'un membre de l'organisation... bien..." il toussa, ne sachant pas exactement quoi dire "Savez vous ce que vous ferez, maintenant?"
"Non, pas exactement,Monsieur. Pas du tout, en réalité" admis Jessie. "Je suppose qu'une fois que nous arriverons à notre destination, je trouverai quelque chose."
"Où irez vous?"
"Dans le Colorado, en Amérique. C'est une sorte de choix aléatoire, vous voyez" dit Jessie, faisant de son mieux pour s'expliquer.
Les yeux de Giovanni s'élargirent "C'est terriblement loin d'ici. Si vous ne parveniez pas à vous trouver un appartement je suis sûr que je pourrais faire quelque chose pour-"
Jessie secoua sa tête rapidement. "Ce n'est pas dû à quelque chose de ce genre. Je... enfin... j'ai besoin de quelque temps à moi, quelques temps pour penser..." Puis je dois aller à un endroit que mon rapport judiciaire ne va pas hanter. Quelque part où personne n'a jamais entendu parler de la Team Rocket..."
"Ou de James" fini Giovanni silencieusement "Bien si c'est votre choix, il n'y a rien que je puisse dire. Avez vous besoin de quelque chose? Il y a quelque chose que je puisse faire pour vous aider?"
Miaouss l'interrompit. "En réalité, Monsieur, je me demandais si... bien..." il frotta ses pattes ensemble timidement. "Le colorado est à une longue distance et le voyage n'est pas bon marché... j'ai horreur de vous en demander trop, patron mais..."
Giovanni grogna malheureusement "Argent, n'est-ce pas?" Il reçu deux signes d'approbations de la part de ses ex-employés. "Une donation à une équipe qui n'a jamais mis de poké-dollar dans ma poche?"
Deux signes d'approbation plus malheureux. Giovanni était sur le point de leur dire de sortir, mais il s'arrêta. Il savait que la semaine passée avait été dure pour eux et cette décision de quitter le pays serait encore plus dur. Non, ils ne méritaient pas de se faire claquer une autre porte à la figure.
"Très bien. De combien avez vous besoin?"
Jessie le regarda avec des étincelles dans les yeux "Pourriez vous le répéter?"
"De combien avez vous besoin? Je dirai le prix du billet d'avion plus l'autobus et le loyer de votre premier mois... ça fait environ 500 poké dollars non? Serait-ce assez?"
Les yeux récemment tristes des 2 amis brillaient maintenant légèrement. "Oui, bien sûr. Merci du fond du coeur! Mais pourquoi-?"
"Je suis dur, non impitoyable" rappela le boss, tamisant à contre-coeur son coffre-fort sur le point de déborder. Riche ou pas, perdre un peu d'argent était toujours une affaire qui était assez difficile pour Giovanni.
"Vu les événements récents... il me semble que je vous doit cette faveur" le boss toussa de nouveau; deux situations maladroites en un jour. "de toute façon, ça doit être assez." Il recompta la liasse de billet pour s'assurer de ne pas y avoir ajouté un billet supplémentaire puis il remit l'argent au duo qui s'avança jusqu'à la porte.
"Oh et Jessie?" demanda t'il finalement alors qu'elle était sur le point de quitter le bureau. Elle se tourna pour le regarder. "Monsieur?"
Il hésita "Je suis désolé pour votre perte, Jessica. James...  James n'était peut être pas un bon agent mais il était une bonne personne. C'est une honte que le monde ait dû le perdre."
"Pas tant pour le monde que pour moi" chuchota t'elle tranquillement. "De nouveau, aurevoir Monsieur et merci pour tout. Je n'oublierai pas votre geste. Si je peux jamais vous payer en retour..."
Le boss secoua sa tête et lui fit signe de partir.
***************
Après avoir quitté le Q.G, Miaouss soupira. "Voilà alors."
Jessie regarda le grand bâtiment devant elle; sa seconde maison... Maintenant ce bâtiment ne signifiait plus rien sans la compagnie de son associé, sans James. Les yeux de l'ex-rocket s'emplirent soudainement de larmes.
Miaouss mit une patte sur sa jambe; "Jessie..."
Elle haussa ses épaules. Elle devait être dure, elle l'avait promis à James. "Allons y, Miaouss. Avec un peu de chance, nous pourrons être capable d'attraper un avion aujourd'hui."
Le pokémon observa avec un regard perplexe, sa jeune amie marcher devant lui. "Pourquoi ne libère t-elle pas ses émotions?" pensa t'il curieusement "Il n'y a aucune fierté à retenir ses larmes."
"Miaouss?"
"J'arrive Jessie!" dit-il. Soupirant et décidant qu'il était inutile d'essayer de comprendre sa compagne rousse, le chat accouru silencieusement auprès d'elle.
~~~~~~~~~~~~~~~~ 
~~~~~~~~~~~~~~~~
"Où suis je? Je ne peux rien voir. C'est si sombre, mes yeux sont-ils ouverts? Oui, ils doivent l'être; il y a un filet de lumière à distance mais il se peut que ça ne soit qu'un tour de mon imagination. Ça ne ressemble pas à un rêve. Où suis je? Cela pourrait-il être l'hôpital? Ont-ils réussis à  me sauver? Non, ça ne peut pas en être le cas, il n'y a aucune douleur. Tant mieux. Ça me faisait si mal, je ne pouvais pas le dire à Jessie et augmenter son souci... Jessie! Où est ma Jessie? Dors-je tandis qu'elle est si concernée pour moi? Puis-je me réveiller? Est-ce que c'est un rêve? Où est elle? Où suis je?"
"Vous ne le savez pas?"
"Heu? Je vous connais? Qui êtes vous? Où êtes vous?! Et où suis je?"
Vous ne le savez pas alors? Étrange, vous ne pouvez pas vous en souvenir?"
"Je me rappelle un accident. Je me rappelle la douleur, la douleur insupportable et la crainte et... je me rappelle Jessie et sa main chaude. Elle m'a donné du courage... Je me rappelle une brume... alors l'engourdissement... Maintenant cette noirceur... Où suis je?"
"Vous êtes à un endroit qui n'est pas un endroit. Une terre où le temps s'arrête, où le jour ne vient jamais où aucune étoile ne brille. Vous êtes dans le monde entre les mondes, le pont entre les pays. Bref vous êtes dans ce qui est appelé la crevasse.
"La crevasse? Qu'est-ce que c'est que ça? Et qui êtes vous?"
"La crevasse est une place entre la vie... et la mort. J'en suis le gardien, je surveille cet espace blanc."
"Pourquoi ne puis je pas vous voir? C'est inquiétant de parler à une voix sans propriétaire. Oh  c'est vous. C'est drôle, mais vous ressemblez à un homme. Je suppose que je pensais toujours que les êtres divins sembleraient différents."
"Je n'ai aucune forme réelle. J'ai simplement pris cette forme parce que je savais que ça vous consolerait. Maintenant comprenez vous ce qui se passe? Non, il me semble que vous ne le pouvez pas."
"Comment... comment suis je arrivé ici? Je ne veux presque pas le savoir mais je vais devenir fou si je ne l'apprends pas."
"Vous êtes mort."
"Quoi?! Je suis mort?! Vous en êtes sûr?! Est-ce qu'il est possible que je m'accroche sur le bord de la vie; que j'aie toujours une chance?"
"Il y a seulement deux façons de passer dans la crevasse. Soit il faut être entre dans le chemin entre la vie et la mort, soit il faut être mort. Vous êtes bien loin du chemin entre la vie et la mort donc il faut supposer que vous êtes mort.
"Mort?! Non! Je ne peux pas être mort! Je ne veux pas être mot! J'ai seulement 21 ans! Jessie ne voulais pas que je meurs! Si je suis mort, je lui apporterais de la douleur. Je ne veux pas blesser Jessie!"
"Pourquoi pleurez vous? Vos ennuis sont finis. Il n'y a aucune douleur une fois que vous passez ces portes... Suivez moi jusqu'à ce point de lumière et vous constaterez que vous n'avez aucune raison de pleurer. Pourquoi n'êtes vous pas heureux? Vous ne voulez pas la vie éternelle, la joie, le plaisir, la fin de la souffrance?"
"Non! Je ne veux rien de tout ça! Tout ce que je veux c'est retourner avec Jessie!"
"Être avec cette Jessie... cela vous rendrait-il heureux? Vous arrêteriez de sangloter comme ça?"
"Oui, oui! Tant que je suis avec elle je ne peux jamais être vraiment malheureux. Si je peux juste être avec elle, tenir sa main, plaisanter avec elle... et bien là je suis vraiment heureux. C'est tout ce dont j'ai vraiment besoin dans la vie."
"Ou mort?"
"Ou mort."
"... très bien, alors. Si c'est ce que vous désirez."
"Heu? Que voulez-vous dire?"
"Je suis le Gardien de la Crevasse, mais j'ai aussi d'autres devoirs. Il est de mon travail de donner aux gens qui vont traverser ces portes ce qui les rendrait vraiment heureux. Si être avec Jessie est tout ce que vous voulez, je peux vous l'accorder.
"Comment? Pouvez vous me faire retourner sur terre? Puis-je vraiment être avec Jessie? Ce n'est pas trop tard?"
"Ce n'est jamais trop tard."
"Et s'ils m'ont déjà enterrés? Qu'allez vous faire?"
"Vous verrez bien. Reposez vous pour le moment. Dans peu de temps vous serez de retour avec cette femme à qui vous tenez tant."
"Me reposer? C'est drôle, je ne me sens pas fatigué du tout. Une âme se fatiguerait-elle? Quoi? Où allez vous?.... L'obscurité arrive de nouveau oh non je déteste cette noirceur! C'est si calme si vide ici... ce silence est presque insupportable. Hum?! Il me semble que tout devient trouble. Hé! Qu'est-ce que c'est que ça?! Même l'obscurité semble devenir trouble... Je n'y comprend rien... Oh, Jessie..."
~~~~~~~~~~~~~~~~ 
~~~~~~~~~~~~~~~~
Miaouss regardait fixement la fenêtre de l'autobus menant au Colorado. Ses yeux errèrent sur tout le paysage, les grandes montagnes couronnées de neige, les pins plaisants alignés le long de la route. Partout où il regardait il y avait de la neige; sur les branches d'arbres, le sommet des montagnes, sur le terrain.
"Regarde cet endroit! C'est magnifique! Il y a plein de neige. Tu as vu Jessie? Je sais combien tu aimes la neige."
Jessie était assise derrière son ami, les bras drapés sur son siège. Elle se tourna vers la fenêtre, acquiesçant tristement. En temps normal, elle aurait été ravie d'être face à ce paradis d'hiver. Malheureusement, maintenant elle n'était pas ici dans une circonstance normale.
"C'est bien."
"Ça va? C'est le paysage que tu aimes, non?"
"C'est agréable, Miaouss" admit-elle, soupirant. "Mais aucune fleur ne pousse sur l'herbe, aucune feuille ne pousse sur les branches des arbres, {il n'y a aucun... James}."
Miaouss renonça et retourna à la lecture d'une brochure sur falls silver. "Hum!... un tas d'hôtel historiques ici, je parie que nous pourrons trouver un travail dans un d'entre eux. Oh et regarde ça, il y a une salle de grill japonais non loin de la rue principale. On a de la chance, hein?"
"Fantastique."
"Tu ne peux pas au moins feindre d'être enthousiaste? C'était ton idée de venir ici" dit Miaouss lentement. Il savait que la semaine passée avait été très dure pour son associée, elle avait été très dure pour lui aussi, mais Jessie devait essayer de s'en remettre mieux.
Avec un soupir, Jessie retira son lecteur de CD portable de son petit sac et décida d'écouter de doux chants pour se relaxer un peu.
~Si je n'avais pas lâché mon étreinte de ta main, alors peut-être que tout n'aurait pas eu une telle fin...~
En temps normal, Jessie aurait aimé les beaux mots tristes de cette chanson mais cette fois il lui semblait que les paroles étaient très mal choisies.
"Nous sommes arrivés à Falls Silver!" appela le conducteur. Presque la moitié des passagers se levèrent pour partir, Jessie et Miaouss parmi eux. En saisissant leurs sacs, les deux amis regardèrent les alentours.
Les rues étaient assez calmes et le peu de personnes qui étaient dehors flânaient dans les ruelles comme s'ils ne se souciaient pas le moins du monde des visiteurs. Ils bavardaient aimablement en anglais et Jessie et Miaouss le parlaient assez bien pour pouvoir se faire comprendre. Les 2 amis marchèrent au même rhytme lent jusqu'à leur destination.
"Ça ressemble à un endroit pour les retraités" pensa Miaouss à haute voix. Il tapota le genou de Jessie.
"Nous devrons trouver une place où dormir pour la nuit."
La jeune femme inclina sa tête et suivit son compagnon félin jusqu'à la rue principale, enneigée.
Ils n'étaient pas partis loin avant qu'un vieil hôtel rustique attrape l'oeil de Jessie. Elle ne savait pas pourquoi ce vieux bâtiment avait attrapé son attention, il lui semblait qu'elle y était attirée.
"Dis, Miaouss, pourquoi ne pas rester ici pour la nuit?"
Le chat lu le panneau posté par dessus la porte de l'hôtel. "Auberge Spirit. Drôle de nom. Pourquoi cette place?"
"Je ne sais pas... je ne peux pas l'expliquer, il me semble que quelque chose à l'intérieur de moi-même me dit d'y aller." Jessie dirigea une de ses mains le long de la porte polie. "Que supposes tu qu'ils entendent par "Spirit"?"
Miaouss haussa ses épaules.
" Tu ne pense pas que ce genre de vieil endroit pourrait être une de ces vieilles maisons hantées si célèbres?" demanda t'il.
Jessie sourit un peu. "Ouais, pourquoi pas."
Miaouss indiqua une ligne de sa brochure. "Je ne rigole pas. Regarde? Je vais te lire ça avec mon anglais le meilleur." Il lu: "Falls Silver est aussi une ville connue pour ses quelques maisons présumées hantées, y compris une auberge: l'auberge spirit. Tu sais Jess, parfois ces histoires ont de la vérité derrière elles." Tout à coup, Miaouss remarqua une annonce accrochée à la fenêtre "Hé! Ils cherchent de l'aide! On va trouver un travail aussi! Quelle chance hein?! Tu veux qu'on aille voir?"
Jessie s'était déjà avancée à l'intérieur du bâtiment, jetant un coup d'oeil aux alentours; La pièce principale avait un plafond bas, le plancher en bois semblait en bon état et il y avait un feu ouvert dans la cheminée qui donnait un air intimiste à la grande salle dans laquelle ils se trouvaient.
"Salut? Il y a quelqu'un?"
L'ex-rocket sursauta tandis qu'une tête surgit de derrière le comptoir. "Oh des clients! Bienvenue à l'auberge Spirit, à la demeure des innombrables âmes errantes. Comment puis-je vous aider?"
Jessie cligna des yeux. "Euh, nous voudrions une pièce pour la nuit, s'il vous plaît."
Miaouss l'interrompit. "Bien, en réalité moi j'ai lu votre annonce pour l'aide et je voudrais bien travailler pour vous."
Le visage de la femme derrière le comptoir, fut illuminé par un grand sourire. "Merveilleux! Des demandeurs d'emploi et c'est seulement mon premier jour d'offre! Vous devez venir de...." elle fit une pause "Quelque part dans le japon je pense?"
Jessie lui donna un petit sourire embarrassé. "Euh? J'ai un mauvais accent?"
"J'ai entendu plus mauvais." dit la femme en souriant un peu "Hum! Voyons. Avez vous des CV?"
Miaouss fouilla le sac de son amie et en retira quelques documents. "Cela vous aidera-t-il?"
La femme donna un sourire chaud au chat. "Hum..."
Elle survola la feuille du regard. Jessie remarqua que la dame recula en voyant qu'elle faisait partie de la Team Rocket mais finalement elle sourit de nouveau "Ça semble assez bon" dit-elle dans un japonais presque parfait "Pouvez vous cuisiner, nettoyer, tenir une bibliothèque, être amicaux avec des clients?"
"Tout sauf la cuisine" dit Jessie un peu timidement "Je suis assez bonne pour les calculs, au moins ils sont pareils en anglais qu'en japonais."
"Vous cherchez le plus facile, n'est ce pas?" dit la dame, retournant à sa langue maternelle "Bien, j'espère que vous n'objectez pas si je continue à vous parler en anglais. Je connais un peu le japonais mais parfois j'ai quelques trous de mémoires."
Miaouss rit. "C'est parfait. Alors, vous pensez que Jessie et moi nous pouvons avoir ce travail?"
"Un moment..." la femme tira plusieurs questions auxquelles Jessie répondit du mieux de sa capacité.
"Hum, hum! Oui... tout semble en ordre... Melle Jessica je pense que vous pouvez avoir ce travail."
Jessie la salua en hâte. "Merci et s'il vous plaît, appelez moi seulement Jessie, ce sera parfait."
La dame sourit chaudement de nouveau. "Jessie, alors. Vous pouvez m'appeler Alana. Je suis la propriétaire de l'hôtel et j'étais dans le besoin désespéré de trouver de la main d'oeuvre, particulièrement pendant les mois de visite. Bienvenue à ma petite équipe."
"D'une équipe à l'autre" pensa Jessie sèchement. "Merci beaucoup Melle Alana." soupira t-elle. Elle fronça ses sourcils, le "Alana" était sortit comme "Arana" pourquoi ne pouvait-elle pas dire de bons L en anglais.
Alana rit. "Ne vous inquiétez pas, vous vous habituerez. Souhaiteriez vous que je vous montre votre chambre? Il y a une pièce agréable au deuxième étage qui serait parfaite pour mon associée d'affaire."
Jessie fit un signe d'accord de la tête et prit l'ascenseur étrange posté dans le coin de la pièce. Il était bien démodé.
"Est ce que cette chose est stable?"
"Il l'a toujours été depuis le jour où cet hôtel a été construit" dit Alana avec un petit sourire satisfait "Ne vous inquiétez pas, c'est sûr."
Jessie observa Alana appuyer sur un bouton et ensuite elle sursauta alors que l'ascenseur commença à se déplacer.  Ses yeux se posèrent sur quelque chose d'étrange.
"Melle Alana?"
"Appelez moi juste Alana, ça sera parfait."
"Bien, Alana, cette chose qui est au dessus de l'ascenseur, cette chose sur laquelle se trouvent les boutons, je ne sais pas comment vous l'appelez..."
"Oh j'appelle juste ça la plaque de commandes." Alana rit un peu "Qu'est-ce qu'il y a avec cela?"
"J'ai remarqué qu'il y avait 4 étages" dit Jessie en indiquant les numéros indiqués par dessus les boutons "Mais sur cette plaque il y a seulement 3 boutons..." elle remarqua un endroit qui était couvert par de la bande adhésive.
"C'est le bouton du 4ème étage?" Alana acquiesça "Pourquoi est-il dissimulé?"
"L'hôtel a seulement 3 étages" rappela Miaouss "Quand nous sommes venus, je l'ai remarqué." Il fit une pause "C'est étrange d'avoir installé 4 boutons."
"Vous n'avez pas lu les renseignements sur cette auberge avant de venir?!" Les 2 amis secouèrent leurs têtes "Alors je suppose que je vais devoir vous raconter son histoire, n'est ce pas?"
Jessie et Miaouss inclinèrent leurs têtes.
"Bien, autrefois il y avait 4 étages à cet hôtel. Les personnes logeant au 4ème étages étaient un groupe très heureux et joyeux de trois familles, sept gens au total. Ils aimaient faire la fête assez souvent mais cela a mené à leur destruction. Un jour, ces 7 personnes ont fait une fiesta exceptionnellement forte et l'un des hommes a jeté accidentellement sa cigarette dans une poubelle alors qu'elle n'était pas complètement éteinte. Le feu a commencé dans la cuisine, où peu de personnes se trouvaient et une fois qu'ils l'ont remarqué il était trop tard pour sauver ces 7 pauvres inconscients. Les pompiers ont été capables de sauver le reste de l'hôtel mais les trois familles et le 4ème étage sont partis. Ces personnes sont mortes parmi leur propre bonheur, certains chantant toujours et titubant avant de se faire brûler." Jessie et Miaouss frissonnèrent. "Le propriétaire de ce moment n'avait pas assez d'argent pour reconstruire l'étage disparu donc il a juste collé un toit sur les cendres et a collé de la bande sur le bouton du 4ème étage."
"Et qu'est-ce qui arrive si vous le pressez?" demanda Jessie.
Alana haussa ses épaules "Probablement rien; je suis sûre qu'il a été mis hors service. Nous tenons la bande cependant pour éviter un accident spectaculaire."
"Les familles hantent elles vraiment l'Auberge?" demanda Miaouss douteusement.
"Pas rien que ces familles. A cause de leur hospitalité et de leur bonne nature, on dit que le 4ème étage est un refuge pour les âmes perdues qui ne peuvent pas trouver leur voie aux portes du paradis. Beaucoup de personnes pensent que les 7 gens décédés dans l'incendie de cet hôtel ont décidés de rester sur terre pour toujours afin de guider ceux qui avaient perdu leur chemin dans la vie d'outre-tombe." Elle sortit finalement de l'ascenseur qui s'était arrêté au deuxième étage depuis un bon moment.
"Vous le croyez?" demanda Jessie.
Alana acquiesça. "Complètement. De temps à autre, je peux sentir une brise légère à mon dos ou voir la forme d'une personne qui ne doit pas être là. Parfois pendant la nuit, particulièrement si vous êtes au 3ème étage, vous pouvez entendre des sons faibles de musique et de rires en haut."
"Supposez-vous que nous pourrons apercevoir l'un d'entre eux?" demanda Miaouss curieusement.
Alana rit avec ardeur "Peut-être; on ne sait jamais, mais d'habitude ils aiment seulement ennuyer la propriétaire de l'Auberge. Les visiteurs entendent parfois les party au 4ème étage mais la chose la plus frappante et que si l'ont traîne dans le salon tard dans la nuit, on peut voir un chat tigré traverser la pièce. Certains l'ont même entendu miauler. Il disparaît toujours dans l'ascenseur comme s'il était entraîné par une force invisible... Il doit sans doute s'agir du fantôme du chat d'une des 3 familles, la famille Jonshon je crois en avait un..."
Il y eut un long silence, alors Jessie demanda "Euh... c'est notre chambre?" elle indiqua la porte devant laquelle ils étaient debout depuis un peu de temps.
Alana acquiesça "Oh! Excusez moi, je bavarde trop" elle mania gauchement un jeu de clefs et ensuite elle en remis une à l'ancienne rocket. "Voilà votre clef.."
Jessie tourna la clef dans la serrure.
"Bien, j'entrais avec vous et vous montrerais l'intérieur, c'est tout à fait spacieux. Je pourrais aussi vous aider à déballer vos baguages et ensuite si vous le voulez je peux vous faire visiter la ville. J'obtiens rarement des clients à ce moment de l'année."
Jessie sourit. "Merci beaucoup je veux bien."
 
Jessie et Miaouss furent assez surpris de remarquer combien Alana était un opposé complet de leur précédent supérieur - pas que ce soit une mauvaise chose - ils étaient très reconnaissants de sa nature aimable et de sa générosité.
"Oh? Vous partez pour le dîner? Tenez, prenez un peu d'argent comptant. Je sais que je ne vous paye pas assez pour que vous puissiez vous rendre dans un restaurant agréable."
"Vous ne vous sentez pas bien Jessie? Ne vous inquiétez pas, je sais à quoi ça ressemble d'être éreintée. Allez donc prendre un peu de repos, je reprendrai."
"Je dois partir ce soir, surveillez bien l'auberge s'il vous plaît. Si vous êtes fatigués, n'hésitez pas à fermer la porte d'entrée et à aller vous reposer en haut. J'ai une clef et si un client vient entre temps il pourra attendre."
Oui, l'auberge Spirit était juste l'endroit parfait pour que les 2 amis puissent revenir sur leurs pieds et recoudre leurs vieilles blessures. 
Il y avait seulement une chose dérangeant toujours l'esprit de Jessie. C'était ce quatrième étage; Pour une raison inconnue, à chaque fois qu'elle entrait dans l'ascenseur, elle avait une impulsion qui lui disait de poser son doigt sur le quatrième bouton caché sous la bande.
"Je sais que ça ne ferait rien" dit-elle un jour à Alana "Mais je pense que ma curiosité me poussera à voir ce que ça ferait d'y appuyer."
Alana rit, comme à sa tradition "Beaucoup de gens disent qu'ils ont la même forte envie mais après ça fini par disparaître."
"Bien, puis-je y donner une petite poussée pour soulager ma curiosité?"
"Non, certainement pas!" Alana devint sérieuse et irritable si soudainement que Jessie sursauta. "Je n'y ai jamais appuyé moi même mais j'ai entendu quelques rumeurs terribles comme quoi l'ascenseur mène à quelque part... un endroit inconnu, une place sans place. Je ne comprend pas beaucoup ces histoires, mais c'est un nulle part où aucun d'entre nous ne doit aller."
"Ces sont des contes de vieilles femmes" murmura Jessie.
"Peut-être, mais peut être pas. Je m'en tiendrait loin à votre place. En fait, étant votre patronne je vous ordonne de ne pas vous amuser avec les choses que vous ne connaissez pas. Cette envie disparaîtra dans une bonne semaine, j'en suis sûre." Elle sourit de nouveau. "Oh dites donc," déclara t'elle tout à coup "Je n'avais pas remarqué que vous écoutiez un CD japonais. Ça semble agréable, quelle chanson est-ce là?"
Jessie ferma ses yeux un instant.
{Les trésors de nos souvenirs, je les connais par coeur, ils restent gravés au fond de mon coeur}
"Je ne sais pas, ce n'est pas une très bonne chanson. C'est trop lent, trop triste... Ça me rend de mauvais souvenirs."
Alana acquiesça "Quelle sorte de souvenirs?"
"Un... un ami que j'avais dans mon pays." hésita Jessie, ne voulant pas vraiment en parler. "Il a eu cet accident... bien de toute façon, James est mort maintenant donc je suppose que je dois arrêter d'y penser désormais."
Alana sembla étonnée en entendant le nom "James" quoique Jessie n'ait pas eu une idée de pourquoi. Elle acquiesça à nouveau, cette fois avec bienveillance.
"Je suis désolée."
Jessie essaya de sourire mais elle n'y parvint pas. "Bien au moins, je sais qu'il est dans un meilleur monde maintenant. Non?"
La propriétaire eut un regard pensif "Hum! Oui. Bientôt, avec un peu de chance. Il cherche son amie et associée. Oh, ignorez ce que je viens de dire, je pensais à quelque chose d'autre. Je suis désolée...  Vous voulez me parler de votre ami?"
"Non pas vraiment euh... Merci pour l'offre."
"Pas de problème. N'hésitez pas à me verser ce que vous avez sur le coeur."
*C'est ça* pensa Jessie "C'est entendu."
***************
Plus d'un mois avait passé depuis la mort de James; l'hiver du Colorado apparemment infini s'était enfin effacé dans un printemps court, paisible. Durant une de ces nuits de printemps, Jessie fut assignée à un changement dans son travail.
"J'ai horreur de vous faire cela mais les clients commence à venir aussitôt que la neige fond. Nous devrons avoir des gens à la porte dans moins de 10 minutes. Vous n'objectez pas?"
"Non bien sûr que non."
Ainsi, Jessie dû trier les factures en soirée. Elle resta assise toute la soirée et finalement elle fit craquer son dos et bailla. "Hum! Je ne suis pas si fatiguée d'habitude. J'ai eu plus de travail que d'habitude ce soir ci."
Le mardi était toujours un mauvais jour pour Jessie. James était mort un mardi et ça lui rendait toujours des souvenirs et un sentiment de culpabilité plus fort que d'habitude. Jessie soupira, se penchant vers ses papiers et bâillant de nouveau. "Pourquoi ne puis je pas te rejoindre? Je me languis tant de toi Jim..."
Elle commença à s'assoupir. "Alana va me tuer, je n'ai pas fini mon travail. Peut-être qu'avec de la chance elle ne le découvrira pas... oh mais je suis si épuisée... il y a toujours tant de factures a trier..."
"Mia?"
Jessie sursauta dans la surprise, un petit chat tigré était assit sur le sol un peu plus loin, la regardant tendrement. Elle sourit; elle aimait les chats.
"Salut? Qui es tu? Comment es tu entré ici?" La jeune femme descendit de sa chaise et s'agenouilla pour caresser le chat, elle lui fit signe de venir et il s'approcha, trottant gracieusement et frottant sa tête le long de sa main.
"Petite chose amicale, n'est ce pas? Quand je pense que Miaouss a été un joli petit chaton comme cela..." Le chat escalada sur ses genoux et se frotta le long du menton de la jeune femme. Jessie rit. "Tu sais c'est très gentil de me réconforter un peu. Parfois je deviens si solitaire, maintenant Alana a sa propre part de travail et Miaouss a son propre travail aussi..." Elle soupira malheureusement "Je n'ai jamais eu l'habitude d'être solitaire tu sais, mais maintenant il me semble que ça remonte à si loin..."
"Mia?" Le petit animal regarda la direction de la porte d'entrée. Il quitta les genoux de Jessie et se dirigea vers l'ascenseur.
"Hé, ne pars pas! Reviens s'il te plaît! Tu m'as vraiment aidée à me sentir mieux!" Jessie trembla alors qu'une brise froide sembla passer derrière elle. Elle cligna des yeux et les frotta durement. Il semblait que deux formes humaines étaient debout à côté du chat qui semblait fixer heureusement quelqu'un. L'une des personnes était une femme avec de longs cheveux châtains, elle disparu aussi rapidement qu'elle était venue. Alors l'autre forme humaine prit une apparence plus visible, il semblait que c'était un garçon. Jessie plaça rapidement sa main sur sa bouche. La deuxième forme disparu ainsi que le chat mais il semblait qu'elle avait vu qu'il avait des cheveux lavande.
"Je rêve" se dit-elle, n'osant pas parler à haute voix "Le chat des fantômes, les fantômes, la brise... ce ne sont pas des histoires. Ils... ils sont réels? Et ce type, mes yeux ont du me jouer des tours... Bien sûr que ce n'était pas-"
Elle s'arrêta brusquement, observant l'ascenseur. Au moment où elle voulu l'appeler il remonta lentement vers le haut. Étrange, comment un ascenseur pourrait-il monter tout seul? A moins que... elle haleta, il était indiqué qu'il s'arrêtait au 4ème étage.
"Mais que se passe t'il?" pensa la jeune femme avec difficulté "Je dois rêver, je dois être..." Elle appuya sur le bouton pour que l'ascenseur redescende. Après un moment, les portes s'ouvrirent. Elle y entra et sa main erra sur le 4ème bouton. Elle poussa celui du deuxième étage.
"Je dois me reposer. Alana comprendra; ces apparitions peuvent bouleverser une personne."
Les portes s'ouvrirent au deuxième étage. Jessie pouvait voir la porte de son appartement au bout du hall: un lit chaud et la sécurité l'attendaient là. Elle irait se coucher et quand elle se réveillerait, les choses seraient comme elles devaient toujours l'être...
Le doigt de Jessie se posa sur le 4ème bouton et elle y appuya. "La sécurité est parfaite mais je vais devenir folle si je ne découvre pas une fois pour toutes."
L'ascenseur se déplaça. Il ne fit pas que se déplacer, il semblait qu'il s'envolait. "Il me laissera probablement tomber au 3ème étage..." mais non, elle se déplaça vers le haut trop longtemps. L'ascenseur trembla un peu. "Heu? Qu'est-ce qui se passe? S'arrêtera-t-il au secteur sous le toit... à moins que ce ne soit cet endroit qu'Alana a mentionné et..." les portes s'ouvrirent. Jessie essaya de regarder fixement la noirceur impénétrable mais ne vit rien. La chose intelligente à faire serait de frapper le bouton du deuxième étage, elle avait vu ce qu'elle avait voulu voir et cette vu la terrifiait assez comme ça.
"Mais si je ne découvre pas ce qui est derrière cette obscurité, je ne serais jamais capable de me reposer. Je ne peux pas avoir une autre chance, serais je assez courageuse? Bien Jessie vas y! Yana kanjii!"
Elle s'avança dans la noirceur et fut immédiatement consommée dans les ténèbres complets.
*Hum!? Où suis je? Cet endroit est plus noir que tout ce que j'ai jamais vu... si calme aussi. Serais ce un autre monde?*
"Que faites vous ici?"
*Oh quelqu'un d'autre! Dieu merci, une personne pourrait perdre son esprit dans ce monde obscur.* "Pouvez vous me dire où nous sommes? Le savez vous?"
"Bien sûr que je le sais. Je suis le Gardien de cet endroit."
"Vous êtes? Oh et bien c'est certainement une bonne chose. Où suis je?"
"Vous êtes dans une place qui n'est pas une place. Une terre où le temps s'arrête, où le jour ne vient jamais, où aucune étoile ne brille. Vous êtes dans le monde entre les mondes, le pont entre les pays. Bref, vous êtes dans ce qui est appelé la Crevasse, la Crevasse entre la vie et la mort."
"Ça ne sonne pas très prometteur. Comment suis je arrivée ici?"
"C'est ce que je voudrais savoir. Vous n'êtes certainement pas morte... Oh, je vois maintenant. Vous êtes entrée dans un de ces ascenseurs; celui du Colorado, je me trompe?"
"La dernière chose dont je me rappelle c'est que je sortais d'un ascenseur. J'étais bien au Colorado à cette époque, oui.  Vous êtes humain? Non? Bah ça ne me dérange pas... Si vous voulez je peux retourner à l'auberge maintenant. Oh mais où est l'ascenseur? J'aurais pu jurer qu'il était derrière moi, mais bien sûr je ne peux rien voir dans cette noirceur. Vous ne pouvez pas allumer cet endroit un peu? J'aimerai retourner à ma chambre maintenant."
"Il n'y a rien que vous souhaiteriez? Quelque chose qui pourrait rendre votre vie meilleure."
"Heu? Non? Que voulez-vous dire?"
"Je peux vous accorder le bonheur. A l'origine, j'étais seulement censé donner le bonheur aux morts qui devaient se rendre aux portes du paradis mais avec ces ascenseurs maudits... Ainsi, qu'est-ce qui ferait de vous une personne vraiment heureuse?"
"Vraiment heureuse? Hum! Je me le demande. Je n'ai pas été vraiment heureuse depuis un moment maintenant. La dernière fois remonte à..."
"Je peux voir que pensez à quelque chose. Allez dites le moi, n'ayez pas peur."
"Oh et bien la chose qui me rendrait vraiment heureuse serait d'avoir James de nouveau à mes côtés, mais c'est impossible. James est mort, j'étais là, je l'ai vu moi-même. Il n'y avait plus rien à faire pour lui... Vous... vous pouvez aussi juste me renvoyer à ma chambre."
"... James? Hum, un mort, James..."
"Pourquoi souriez-vous? Votre sourire est effrayant. Qu'est-ce qui vous amuse?"
"Rien dont vous ayez à vous inquiéter. Je peux vous donner ce que vous désirez."
"Comment? Il n'y a aucune façon pour y parvenir. James a été enterré et ça fait un moment maintenant."
"Vous allez voir. Reposez vous pour le moment; vous aurez bientôt ce que vous souhaitez pour être heureuse."
"Quoi?! Mais hé, où êtes vous?! Ne partez pas sans me donner au moins quelques réponses!? Comment pouvez vous rendre une personne morte?! Attendez! Vous ne pouvez pas rester?! Oh, il est parti maintenant, je suis de nouveau seule avec cette noirceur vide. Je veux quelqu'un à qui parler, même ce Gardien impossible. Hum! Qu'est-ce qui se passe? Je me sens toute légère. Pourrait-il vraiment me rendre James? Je me demande...
Jessie se réveilla lentement. En regardant les alentours elle vit l'horloge dans le couloir. Elle était de nouveau dans la salle où elle s'occupait des factures... 
L'ex rocket s'assit et bâilla, faisant craquer son dos. En se rappelant tout ce qui était arrivé, elle s'éveilla complètement, jetant un coup d'oeil aux alentours.
"Est-ce?... est-ce que ça n'était qu'un rêve?! Ça semblait si réel, surtout ce monde noir." Elle soupira, baissant son regard à ses papiers. "Je savais que James me manquais mais je ne savais pas que c'était au point d'avoir des rêves étranges à son sujet."
"Jessie?"
Le corps de l'ancienne rocket se raidi. Cette voix... elle la connaissait... elle la connaissait si bien... mais ça ne pouvait pas être...
"Jessie!"
Elle ne pouvait pas se retourner. Si elle le ferait, elle découvrirait que c'était juste son imagination qui lui jouait de grands tours. Ça semblait si réel, quoique...
"Jessie. Jessie, pourquoi tu ne me regardes pas?"
Elle tourna sa tête lentement et à contre-coeur. "Je ne veux pas savoir, je veux me réveiller!" songea t'elle.
Elle se trouva face à une paire d'yeux verts et pleura presque. "James?"
"Jessie! Je suis si heureux de t'avoir trouvée! Je t'ai cherchée si longtemps!"
"Que-" elle essaya de se lever mais ses jambes semblaient gelées et elle dû s'asseoir de nouveau.
"Ne te dérange pas je vais tout t'expliquer" Elle pouvait seulement incliner sa tête avec un air hébété, trop faible et choquée pour dire quoi que ce soit.
"Quand je suis revenu à la cabane et que j'ai remarqué que Miaouss et toi vous étiez partis, j'ai su tout de suite que je devais vous trouver et m'excuser. Je me suis senti si horrible d'avoir insulté ta mère comme ça! Je suis allé chez le boss demander s'il savait où vous étiez et il m'a dit que vous aviez quitté la Team Rocket et que vous étiez partis quelque part au Colorado. C'était si mystérieux que toi et moi nous ayons choisit le même hôtel." Il saisit les mains de Jessie, baissant son regard dans la honte. "Jessie, je suis désolé pour ce que j'ai dit sur ta mère. Je n'avais aucun droit; et tu avais le droit de me hurler dessus en retour." Il la regarda "Nous ne nous battrons jamais de nouveau, ça va?"
Jessie resta juste assise là un moment, se demandant ce qui se passait. Son rêve... tout n'avait été qu'un rêve? James ne pouvait pas être là, quoique ça semblait si terriblement réel. Peut-être, peut-être que ce Gardien avait fait ce qu'il avait dit. Des êtres divins pourraient-ils changer le temps? L'accident était-il même arrivé?
"Jessie? Tu n'es pas fâchée contre moi, n'est-ce pas?"
Elle cligna des yeux contre ses larmes de joie, mais ensuite elle se détourna. "Bien sûr que non, James! Je te pardonne complètement." Elle saisit sa main et se leva "Feignons juste que rien n'est jamais arrivé. Tu es ici depuis longtemps?"
"Euh, juste un jour ou deux." Il rit un peu "Ça a été dur pour moi de trouver un endroit où loger. Je n'ai pas un si bon anglais que toi ou Miaouss j'en ai même presque pas du tout."
Jessie jeta un coup d'oeil à l'horloge. Il y avait seulement 10 à quinze minutes de passées depuis sa somnolence précédente et elle se sentait en pleine forme.
"Voudrais tu que je te fasse visiter les lieux?" demanda t'elle "Nous pouvons prendre quelque chose à manger. Je connais un merveilleux restaurant japonais."
"Je n'ai pas faim, je viens juste de manger. Mais si tu veux que l'on promène ça serait formidable."
"D'accord" Jessie tira James par le bras jusqu'à la porte.
"Tu n'es vraiment pas fâchée contre moi?"
"Comment pourrais-je?" demanda t-elle, le conduisant hors du bâtiment, au bout d'une petite rue et désignant des bâtiments différents.
"Avoir quitté Pokémon Island n'était pas la plus grande erreur de ma vie ni quitter la Team Rocket. En fait, je suis probablement plus aisée à cet endroit où personne ne me connaît. Mais t'abandonner, James, était la chose la plus stupide que j'ai jamais faite. Juste parce que j'étais un peu fâchée! J'ai été si solitaire durant ces deux derniers mois. Tu es merveilleux d'être venu ici pour faire des excuses!"
Il rougit un peu. "J'étais très solitaire aussi, Jessie. Mais je suppose que ça n'importe plus maintenant, non?" Elle se tourna vers lui et lui donna un grand sourire. "C'est tout à fait ce que je pense."
 
"C'est là où tu restes?" demanda James, indiquant la porte de la chambre de son amie.
"Oui" chuchota Jessie, se préparant à tourner la clef. "Miaouss est probablement endormi, ainsi il serait meilleur pour toi de ne pas entrer. Tu sais comment il agit quand tu le réveilles."
James rit. "Bien." il fit une pause "Hé, j'ai une journée assez occupée demain donc je ne serais probablement pas capable de te parler avant huit ou neuf heures demain soir. Est ce que ça va?"
Tant qu'elle pourrait le voir, ce n'était pas un problème. "Parfait. Peut-être pourrais je te conduire à ce grill japonais que j'ai mentionné."
"Super! À demain alors?"
"Oui" dit Jessie de nouveau, ouvrant la porte et faisant signe de sa main à James tandis qu'il s'éloigna. Elle ferma la porte silencieusement derrière elle, soupirant heureusement.
"A qui as tu parlé?"
Jessie sursauta. C'était Miaouss "Oh, Miaouss! Tu es levé?"
"Je me suis réveillé il y a quelques temps et j'ai remarqué que tu n'étais pas encore revenue. Je me suis un peu inquiété." le chat n'était pas un très bon menteur, il avait évidemment été plus qu'un peu inquiet. "Ainsi, qui étais ce?"
"James."
Miaouss regarda son amie avec du souci gravé dans ses yeux bleus. "Jessie..." commença t'il doucement "James est mort il y a presque 2 mois."
L'ex-rocket resta inerte un instant. Mort? Mais si le temps avait été changé alors; Miaouss n'aurait pas pu se rappeler la mort de leur ami...? Le passé AVAIT été changé... autrement comment James pourrait-il revenir... elle avait raison, n'est-ce pas? Jessie rougit et murmura avec un sourire embarrassé.
"Qu'ai-je dit? Je suis stupide, je voulais dire Jack. Il s'est fait enregistrer il y a un petit moment à l'hôtel et je lui ai fait visiter la ville. Je ne peux pas croire que j'ai dit James!"
Miaouss lui donna un autre regard sceptique puis il reprit son regard inquiet. "Si tu le dit Jessie." il bâilla "Je dois retourner me coucher. J'ai eu un travail dur dans cette clinique pokémon où j'ai travaillé aujourd'hui. Ils ont eu besoin de moi toute la journée parce que je suis le seul qui peut comprendre le language pokémon. Je te verrais demain, probablement plus tard en soirée. Oyasuminasai, Jessie."
Elle lui donna un sourire faux et un signe de la main rapide mais son coeur était dérangé. Pourquoi Miaouss se rappelait-il toujours l'accident mais que ça n'en était pas le cas de James?
***************
Jessie retrouva James le jour suivant aux alentours de 21 heures comme il l'avait dit. "Tu dois être fatigué si tu travailles toute la journée" remarqua la jeune femme "Es-tu sûr de vouloir sortir? Miaouss est toujours occupé à la clinique donc nous pourrions monter à ma pièce si tu veux."
James haussa ses épaules. "Je ne suis pas vraiment fatigué du tout. Drôle, je ne me fatigue pas trop ces jours." Il sourit "Mais j'ai assez faim."
"Que veux-tu faire? Il n'y a pas une place spéciale où tu voudrais aller?"
"Et bien peut-être pourrions nous passer par le Mc Donalds et prendre quelque chose, alors ensuite nous pourrions aller au cinéma. Ce n'est pas une bonne idée?"
James sourit. "Parfait."
Tandis qu'ils commencèrent à s'avancer dans la rue, James rougit un peu. "Heu, tu pense pouvoir faire toutes les commandes pour moi? Les gens ne semblent pas capables de me comprendre très bien et tout le monde semble grossier envers moi."
"Que veux-tu dire?" demanda Jessie, mettant ses mains derrière sa tête "J'ai constaté que tout le monde était très amical par ici."
James fronça ses sourcils "Bien, c'est vraiment étrange mais à chaque fois que j'essaye de demander la direction à quelqu'un ou une question ils m'ignorent. Je n'y objectait pas tant avant mais il me semble que c'est très fréquent depuis que je suis arrivé ici."
"Je me demande pourquoi ils t'ignoreraient" pensa Jessie à haute voix "Personne ne m'a jamais ignorée moi."
Son ami haussa ses épaules "Tu voudras tout de même faire la commande?" Jessie lui donna un signe d'approbation pensif "Merci. Um, voyons... je suppose que je prendrais deux grands hamburgers et une grande frite et du coca et puis des desserts aussi. Tu penses qu'ils ont des beignets?..."
Jessie oublia momentanément ses perplexités envers James et rit "Bien, ton appétit n'a certainement pas changé."
"Ouais euh ils vendent des sushi ici?"
"Je ne sais pas à mon avis ils en vendent peut."
"Trop mal j'en aurais prit une douzaine."
***************
Après les achats au mc donalds, Jessie se dirigea dans le hall d'entrée du cinéma. "Um, deux billets pour Poké-story s'il vous plaît."
La dame lui donna un regard sceptique. "Deux madame?" Jessie acquiesça et la dame rit "Vous avez apporté une souris dans votre poche?"
"Non je" Jessie s'arrêta, jetant un coup d'oeil à James appuyé contre les portes d'entrées. "Donnez moi deux billets, s'il vous plaît."
"Pas de problème, mademoiselle." dit la dame, remettant à Jessie ce qu'elle avait demandé.
Jessie prit les billets et en donna un à James, marchant rapidement vers la salle. Qu'est-ce qui n'avait pas été avec cette femme? Elle n'avait pas vu James? Il était pourtant bien visible.
"C'est assez étrange" pensa t'elle, essayant de ne pas sembler concernée devant son ami.
Le film était bon quoique Jessie puisse voir que James avait des ennuis pour comprendre le dialogue anglais rapide.
La salle était vide et Jessie appréciait cette situation. Malgré ses pensées dérangées, elle était terriblement heureuse. La jeune femme se blottit à côté de son ami dans un signe inattendu d'affection, chuchotant dans son oreille. "Je suis vraiment heureuse d'être ici avec toi."
Il rougit un peu mais ne protesta pas. En toussant un peu maladroitement, il fit glisser son bras autour des épaules de son amie. "J'en suis heureux aussi."
Une fois que le film fut fini, tous 2 retournèrent à l'auberge. Jessie permis à James de glisser sa main dans la sienne tandis qu'ils marchèrent en direction du batiment. Elle soupira heureusement. "Alors James, où restes tu? Quel étage?"
"Le quatrième."
Le corps de Jessie se raidit soudainement. "Quoi?"
"Le 4ème étage. Je n'avais pas beaucoup d'argent quand je suis arrivé ici, mais une famille agréable m'a permis de rester avec eux. Ils étaient vraiment gentils. Je travaille pour eux et ça me permet de payer le loyer et d'avoir un petit peu d'argent supplémentaire."
"Mais c'est impossible, le quatrième étage-" Jessie s'arrêta brusquement, voyant combien James était parfaitement sérieux.
"Ce n'est rien. Tu es bien payé?"
"Ça va. Ce travail là me tient occupé et au moins j'ai une chambre et de la nourriture." il sourit "Tu as sûrement déjà rencontré Madame Jonshson dans la cuisine."
Johnson? Ce nom... Jessie tourna sa tête en direction de James et fronça ses sourcils. Quelque chose de très étrange se passait et elle allait le découvrir.
***************
Alana ne se trouvait nulle part quand Jessie et James rentrèrent dans le bâtiment mais il y avait une petite fille d'environ 7 ans attendant impatiemment au pied de l'ascenseur. Elle gronda durement à James. "Où as tu été? Maman était morte d'inquiétude! Tu aurais dû nous dire que tu sortais pendant la soirée!"
James frotta le dos de sa tête. "Désolé, je pensais l'avoir dit à Mr Johnson..."
"Oh tu sais combien la mémoire de papa est mauvaise." dit la fille "De toute façon je suis heureuse de te voir de nouveau. Pouvons-nous retourner en haut?"
"James, tu ne vas pas me présenter?" chuchota Jessie dans son oreille.
Le jeune homme acquiesça. "Oui. Sabine je te présente Jessie. Elle est l'amie dont je t'ai parlé. Jessie c'est Sabine. Elle est la fille de Rita Johnson et Jerry."
Les grands yeux noisettes de Sabine se posèrent sur Jessie. "Heureuse de vous rencontrer, mademoiselle."  Elle mordit un de ses doigts "Oh je ne retrouve plus "Gamin". James, tu penses que tu pourrais le retrouver? Maman et papa ne veulent pas me laisser sortir seule."
"Bien, je reviens tout de suite" il lâcha la main de Jessie et couru vers l'escalier de service.
Une fois qu'il fut parti, Sabine sourit agréablement à Jessie. "Ainsi tu étais l'amie de James durant sa vie? Comment se fait-il que tu puisses me voir? C'est vraiment mystérieux. Aurais tu le don de la Vue avec un grand V?"
Jessie fronça ses sourcils. "Qu'est-ce que tu racontes? Pourquoi ne dois-je pas être capable de te voir?"
"Probablement parce que je ne suis pas vraiment vivante, idiote!" dit la petite fille avec un petit rire bébête "Je supposait que tu le savais. La plupart des personnes qui me voient le savent."
"Vue? Pas vivante?" Jessie secoua sa tête; les gosses pouvaient être si ennuyeux parfois. "Oublies, je ne veux pas savoir. Peux tu me dire quelque chose, cependant?" Sabine acquiesça "James a dit qu'il logeait au 4ème étage."
"Oui. De même que moi."
C'est impossible. Le 4ème étage a brûlé complètement il y a des années de cela ainsi que les 7 personnes s'y trouvants. Personne ne peux vivre à un endroit qui n'existe pas."
"Bien ouais, c'est vrai je me suis déjà posée cette question aussi mais tu vois le 4ème étage existe mais pas pour les gens qui vivent comme toi." expliqua Sabine, essayant d'être utile. "Chacun qui vit là est un esprit."
"Esprit?"
"Ouais, tu connais l'histoire de l'hôtel non? Ma maman, mon papa et moi nous faisons partie des sept personnes qui sont décédés au 4ème étage. Nous avons vécu ici pendant des décennies, aidant les âmes perdues, les gens qui  ne peuvent

 

"Ouais, tu connais l'histoire de l'hôtel non? Ma maman, mon papa et moi nous faisons partie des sept personnes qui sont décédés au 4ème étage. Nous avons vécu ici pendant des décennies, aidant les âmes perdues, les gens qui  ne peuvent pas arriver aux portes du paradis, qui ne trouvent pas leur chemin."
"Mais je ne comprend pas. Si c'est vrai pourquoi James vit-il là?"
La petite fille rit sottement de nouveau. "C'est parce qu'il est un fantôme bien sûr. C'est notre plus récent invité et papa et maman doivent l'aider à arriver um tu sais au ciel je pense."
Jessie recula "Non? Mais, mais... ce n'est pas vrai?! Ce n'est pas possible! James ne peux pas être un un"
"Fantôme? Bien sûr qu'il peut. Je le suis. Nous le sommes tous, là."
"C'est impossible!" nia Jessie furieusement "Il est trop réel pour être un fantôme! J'ai tenu sa main, je l'ai entendu rire, je l'ai vu manger... il est vivant! Je sais qu'il doit l'être!"
Sabine secoua sa tête presque compatissamment et mis sa main dans celle de Jessie. "Tu me sens comme une personne réelle, n'est-ce pas?" Jessie lui donna un signe d'approbation de la tête.
"Je suis désolée de ne pas avoir compris mais c'est vraiment mystérieux. Comment puis je vous voir si personne ne peux le faire, c'est mystérieux."
"Je l'ai trouvé!!!" appela James, revenant avec un petit chat dans les bras. Il remit l'animal à Sabine qui le gratta derrière les oreilles.
"Allez gamin, nous devons retourner en haut." Elle se tourna vers Jessie "Heureuse de t'avoir parlé. Peut-être te verrais je de nouveau."
James fit un signe de sa main à son amie. "Osaki ni, Jessie. Même heure demain?"
Elle secoua sa tête, le regardant et se demandant qui il était VRAIMENT. Son vieil ami, son ami mort... non ça ne pouvait pas être vrai.
"Je ne peux plus attendre. Osaki ni, James."
***************
"Dites Alana, vous connaissez beaucoup de choses, n'est-ce pas?"
"Oh, je suppose que je connais ma part" remarqua t'elle, ne retirant pas son regard du livre qu'elle lisait. "Pourquoi? Il y a quelque chose que vous voulez savoir?" Alana rit un peu "Avez vous entendu la party au 4ème étage?"
Jessie secoua sa tête rapidement. Elle était peu disposée à demander sa question. Alana semblait soupçonneuse mais elle devait savoir ou elle ne dormirait jamais bien de la nuit.
"Vous connaissez quelque chose au sujet des âmes perdues qui arrivent aux Portes?"
"Oui?"
"Si une personne veut durement être avec une autre personne - une personne morte - est-ce que la personne morte abandonnera les portes et cherchera l'autre personne?"
Maintenant Alana la regardait. Elle fixa Jessie avec un air curieux, la regardant fixement, fermant son livre dans le processus."
"Je n'avais jamais entendu une question aussi étrange que celle ci. Et la réponse à cela est non, je n'ai jamais entendu parler de tel événement."
Jessie soupira avec soulagement. Au moins elle savait qu'elle n'était pas coupable pour le fait que James n'avait pas atteint les portes du paradis s'il était vraiment un fantôme.
"Pourquoi me demandez vous cela?"
Jessie baissa son regard "Et si je vous dit que James m'obsède?" Un des sourcils d'Alana se leva. Jessie rit faiblement "Je rigole juste Alana. Je voulais voir quelle serait ta réaction?"
"Mm" fut tout ce qu'elle dit et elle retourna à sa lecture. Jessie toussa avec difficulté. Alana baissa son livre "Autre chose que vous voulez savoir?"
"Euh, ouais, je me demande, ... um, comment une personne devient elle exactement une âme perdue?"
Alana mordit un de ses doigts, réfléchissant à la question longuement et durement. "Je pense que pour vous donner l'information je dois vous parler d'un endroit qui n'est pas un endroit-"
"La Crevasse" murmura Jessie. Elle regretta le mot aussitôt qu'il quitta ses lèvres.
La propriétaire de l'auberge lui jeta un regard intrigué. "Comment le savez vous?" Sa voix avait pris un ton légèrement soupçonneux.
"Euh, je pense que j'ai lu quelque chose là dessus dans un livre une fois. La place où le temps s'arrête, bla bla bla. On appelle ça la Crevasse. Les gens sont, et bien, quand ils meurent ils sont pris là et ont leur demande ce qui les rendrait vraiment heureux."
"En effet" consentit Alana, quoique le soupçon n'ait pas quitté sa voix. "La plupart des morts passent tout de suite les Portes dans le ciel. Certains, cependant choisissent quelque chose de la terre qui les contentera et tant qu'ils ne l'ont pas trouvé ils errent comme des âmes perdues, parfois pour l'éternité. Beaucoup d'entre eux savent qu'ils sont des fantômes - typiquement ceux qui hantent des châteaux. D'autres cependant ne se rendent pas compte qu'ils sont morts. Ceux ci sont vraiment des âmes perdues."
"Donc ils ne peuvent pas se rappeler leur mort? Le passé dont ils se rappellent est... différent de ce qui est vraiment arrivé?"
"Exactement."
Jessie mâcha sa lèvre et se détourna. Ainsi, James ne savait pas qu'il était mort. Évidemment les familles le lui cachait, s'il le découvrait subitement il recevrait sûrement un grand choc.
"Qu'est-ce qui arrive une fois qu'ils s'en rendent compte?"
Alana haussa ses épaules. "Je ne sais pas, je ne suis pas morte."
"Encore une chose."
"Mm-hm?"
"Quelle est la Vue? Avec un grand V"
"La capacité de voir les fantômes" répondit Alana tranquillement "Les voir vraiment, leur parler; pas seulement attraper une forme passante du coin de votre oeil."
"Hum!" Jessie tapota son menton, réfléchissant à tout ce qu'elle connaissait maintenant. Elle pouvait voir des fantômes - le Gardien devait avoir un rapport avec cela - le 4ème étage était l'habitat de plusieurs familles de fantômes et James vivait avec eux comme un... comme un...
La jeune femme dit un aurevoir hâtif à son amie et couru vers l'ascenseur pour remonter à sa chambre. Une fois là elle se jeta sur son lit et saisit la photo d'elle et James qui était posée sur sa table de nuit puis elle l'étreignit fermement. Ce Gardien avait accordé son désir... d'accord mais quelle façon de le faire!
"Je ne peux pas lui dire! Ça le blesserait trop de savoir qu'il est, il est... bien, je ne peux pas lui dire! Si je lui dit il serait accablé et il devra partir et je serai... MAUDIT gardien pourquoi ne pouvait il pas au moins me DIRE ce qu'il faisait avant de le faire!"
Jessie essuya rapidement ses larmes, étreignant la photo un peu plus. Elle devait être forte et elle ne pouvait pas s'écrouler. Elle ne pouvait pas lui dire. Peu importe ce qui arriverait, elle ne lui dirait pas.
"J'oublierai tout et je m'amuserais seulement. Je sais que ça ne durera pas toujours comme ça - ces Johnson finiront par tout lui avouer - mais pour l'instant je devrais juste être prudente sur les endroits où je le conduirais. Maudit Gardien! Pauvre James..."
***************
Les semaines suivantes passèrent si rapidement que Jessie pensa que c'était juste un rêve. Elle et James eurent des soirées très chargées. S'ils n'allaient pas voir un film, ils se promenaient calmement dans le parc ou ils restaient juste assis à discuter dans la chambre de Jessie. 
Jessie surveillait toujours très attentivement les endroits où tous 2 allaient. Elle essayait de tenir James loin des secteurs entassés et elle évitait également les restaurants. 
Quand ils restaient dans la chambre de Jessie en soirée, Miaouss n'était jamais là. James le mentionnait parfois mais Jessie inventait toujours des excuses pour couvrir le fait qu'il ne pouvait jamais le voir en lui disant souvent qu'il était submergé de travail etc...
Chaque nuit, après que les 2 ou 3 heures passées ensemble étaient finies, Jessie restait debout observant l'ascenseur se déplacer au 4ème étage, son coeur battant douloureusement tandis qu'elle souhaitait qu'il soit resté quelques minutes de plus. Chaque seconde supplémentaire qu'elle passait avec James était une bénédiction.
Un jour à la fin du mois d'avril, après une promenade dans le parc, James et Jessie restèrent debout à l'extérieur de la chambre. Jessie était peu disposée à entrer, comme elle l'était toujours; elle se pencha en arrière contre le mur et regarda son ami.
"Je ne suis pas encore prête à rentrer. Nous ne pouvons pas sortir pour une autre promenade rapide?"
"Je dois vraiment me reposer" dit James "Et toi aussi. Il me semble que ces sorties nocturnes t'épuisent beaucoup plus que moi."
Jessie couvrit un bâillement. "Bien sûr que non. Les dépenses de temps avec toi sont beaucoup plus importantes qu'une petite chose comme le sommeil."
James rit doucement. "Tu le crois vraiment?"
"Oui" dit-elle avec un petit sourire content. Elle se retourna et regarda sa porte tristement.
"Je t'inviterai bien à entrer mais avec Miaouss et son besoin de sommeil..."
"Je comprend. Comme j'ai dit, nous devons tous 2 nous reposer aussi." James déplaça son visage presque dangereusement auprès du visage de son amie. Jessie sentit son coeur s'arrêter un instant mais James se retira brusquement en arrière.
"Osaki ni, Jessie-sama"
Avec un air hébété, elle regarda James se détourner. "Attends!" Durant un instant elle ressentit le désir étrange de lui dire la vérité - la vérité sur ce qui lui était réellement arrivé et pourquoi elle avait refusé de lui dire. Méritait-il l'honnêteté même si elle le blesserait plus que le mensonge?
James dû ressentir une note alarmiste dans la voix de son amie. "Qu'est-ce qu'il y a?"
Jessie fit une pause. Les mots étaient sur sa langue mais elle ne pouvait pas les dire. Finalement, ils apporteraient juste plus de douleur à James... et à elle.
"Rien. Osaki ni, James... sama."
Avant qu'elle ne puisse changer d'avis de nouveau, l'ex-rocket était dans sa chambre avec la porte fermée et verrouillée. Miaouss était éveillé, observant la télévision.
"Oh, tu es de retour. C'est bien. Tu es certainement sortie avec ton nouveau petit ami. Vous sortez beaucoup." Il fit une pause, remarquant qu'elle semblait affligée. "Il y a quelque chose de mal?"
Jessie regarda le chat comme si elle remarquait juste qu'il était là. "Quoi? Mal? Quelque chose...??? Non rien."
Miaouss fronça ses sourcils. "Tu agis d'une façon terriblement étrange depuis que tu as rencontré ce type... Jack c'est ça? Te traite-t-il bien? La plupart du temps tu es excitée de le rencontrer mais alors quand tu reviens tu es si..."
"Je vais très bien, Miaouss. Ça va, il n'y a rien de mal." dit-elle, laissant tomber ses épaules et se dirigeant vers son lit.
Elle s'y coucha et regarda le plafond misérablement. "Il n'y a rien de mal sauf que je suis amoureuse d'un fantôme..." songea t'elle.
 
 Le lendemain soir, comme à leur habitude, Jessie et James retournèrent à l'auberge après un autre film de nuit, riant toujours au sujet de leurs passages préférés et récitant certains dialogues. Main dans la main, ils se livrèrent ainsi à une conversation et ne remarquèrent pas une femme fantomatique avant qu'ils ne soient pratiquement devant elle. "James, tu es là mon cher!" dit une grande femme, majestueuse d'environ 28 ans avec de longs cheveux châtains.
"Gamin s'est encore perdu. Penses tu que tu pourrais...?"
"Oh, bien sûr Rita" consentit James. Il retira à contre coeur sa main de celle de Jessie et couru dans l'escalier de service.
Aussitôt que le jeune homme fut parti, Rita fixa Jessie avec un regard perçant. "Pourquoi faites vous cela?"
"Faire quoi?"
"Nourrir cette idée que James est toujours vivant! Il ne sera jamais capable de devenir mortel de nouveau vous savez!"
Jessie prit des pas en arrière, étonnée par la rudesse de la voix de la femme délicate. "Mon travail ne doit pas le soulager dans la vérité qui est vôtre. Ce n'est pas ma faute si vous ne faites pas bien votre travail!!!!" cria t'elle.
"Pas de votre faute?!" Il sembla que Rita aller frapper Jessie mais elle s'arrêta soudainement. "Nous ne pouvons rien faire tandis que James passe tout son temps avec vous! Chaque fois que j'essaye de lui montrer le fait que personne dans la ville ne semble le remarquer, il dit toujours: "Jessie me remarque et c'est tout ce dont j'ai besoin" Tandis que vous continuez à le voir, il va rester collé ici!"
Jessie sursauta. "Bien, je ne peux pas arrêter de le voir, nous vivons tous 2 dans le même hôtel et je ne vais pas déménager. Ainsi qu'est-ce que vous attendez que je fasse?!"
"Je m'attends à ce que vous lui disiez la vérité. Vous êtes évidemment la seule personne qui puisse réussir à convaincre ce pauvre garçon. Il est revenu ici pour vous, vous savez. Il a dit: "Tant que je pourrais être avec Jessie, je serai heureux." Regardez maintenant où ça l'a conduit!"
"Je ne vois pas quel est le problème?" gronda Jessie "Il est heureux et moi aussi. Pourquoi ne peut-il pas continuer dans cette voie?"
"Ce genre de chose ne peut être tenu secret pour toujours. Tôt ou tard, James voudra sortir et acheter quelque chose tout seul sans que personne ne lui jette un coup d'oeil. Qu'est-ce qui arrivera s'il entre dans un secteur remplit de monde où personne ne le remarquera? Il le découvrira tôt ou tard."
"Ainsi?"
Rita donna une gifle dure à Jessie à travers la joue. "Imbécile! Vous savez ce qui ARRIVE aux gens qui découvrent par surprise qu'ils ne sont que des esprits?! Ils ressentent ce que je viens de vous faire mais le choc est multiplié par dix. Ce choc peut durer pendant des semaines; James serait écrasé, diminué, Dieu seul sait quoi d'autre! Il st probable qu'il n'en guérisse jamais!"
Jessie sentit quelques larmes piquer ses yeux face à cette pensée. Comme c'était horrible! Il avait eu une vie terrestre difficile, il ne méritait pas d'avoir une vie d'outre-tombe difficile aussi. Elle secoua sa tête durement. Elle devait être dure et ne pas pleurer.
"Je ne peux pas lui dire, je ne serais pas capable de le supporter. James serait si blessé; je ne peux pas lui causer de la douleur.
"Peut-être est-ce votre raison. Peut-être est-ce en partie pour lui..." la voix de Rita diminua légèrement. 
"Mais est-ce que la raison réelle est que VOUS ne voulez pas le perdre de nouveau?"
"B... bien sûr pas!" insista Jessie, semblant incertaine "Ça va être mauvais pour moi aussi oui mais, mais... j'aime James et s'il est question de son bonheur je-"
"Si vous l'aimez vraiment autant que je pense que vous le faites," dit Rita, "alors vous lui direz la vérité. James est une personne douce. Vous ne pensez pas qu'il mérite le bonheur?"
La partie égoïste de Jessie la surpassa. "Bien et en ce qui concerne mon bonheur?! Une fois que James sera parti, voilà pour lui, il obtiendra le ciel et l'éternité! Et moi, qu'obtiendrais-je, hein?! Dites le moi!"
"Idiote égoïste!" gronda Rita, la saisissant par le col "Le grand patron est vraiment malheureux à cause de cette situation et je deviens fatiguée de votre attitude! Maintenant vous allez m'écouter: il faut calculer la façon de faire partir James. Il est venu chez moi l'autre jour et m'a dit: "Rita, il ne t'a jamais semblé que tu n'existes pas?" Bien qu'il ait parlé heureusement de son temps libre avec vous, son regard était dérangé. Vous voulez qu'il devienne une âme perdue pour L'ÉTERNITÉ?!"
Jessie baissa son son regard vers le sol. "Non, non, c'est la dernière chose que je veux."
"Ainsi?"
"Je... je suppose que je devrai..."
"Qu'est-ce qui se passe ici?!"
Rita et Jessie se retournèrent toutes 2 pour voir James, l'air fâché, debout devant l'escalier de service, Gamin à ses pieds. Rita lâcha Jessie rapidement, ne regardant pas le jeune homme. "J'étais, j'étais seulement..."
"Ouais, j'ai vu ce que tu FAISAIS!" gronda James, marchant à grands pas auprès des jeunes femmes.
"Qui penses tu que tu es?!" hurla t-il à Rita. Il fit glisser un de ses bras autour de la taille de Jessie et la tira à côté de lui. "Qu'est-ce qui te donne le droit de secouer Jessie?!"
"James, tu dois comprendre que ce n'est pas aussi mauvais que ça le semble."
Il renifla "Si c'est dix fois plus mauvais!" Il regarda Jessie "Ça va?" Elle acquiesça et il remarque une marque rouge sur sa joue.
"Rita!"

"Laisse tomber, James" dit Jessie d'un ton abattu; se retirant de son étreinte "Ce n'est vraiment pas aussi mal qu'il le semble. Nous étions juste... ce n'est rien, crois moi."
Les yeux de James s'enflammèrent brièvement tandis qu'il regarda Rita de façon provocante. "Rita était un peu opposée à mes sorties nocturnes mais ce n'était tout de même pas une raison pour..."
Rita mania gauchement le bouton de l'ascenseur, fronçant ses sourcils dans la colère. "Je remonte! Je n'ai pas de temps à perdre à me faire insulter!"
Elle donna un salut bref à James et Jessie "À bientôt!"
Jessie regarda James malheureusement, redoutant ce qu'elle se trouvait devant le besoin de dire à son ami avant que la semaine ne soit terminée. Une fois que Rita eut disparu, James soupira. "Qu'est-ce qui ne va pas avec elle? Elle est une personne agréable normalement..." il regarda Jessie "Tu es sûre que ça va? Si elle est agressive comme ça avec toi, je veux déménager!" il remarqua des larmes aux coins des yeux de son amie.
"Oh, Jessie, ne pleure pas s'il te plaît. Je déteste quand tu pleures. Viens, nous allons manger des glaces, d'accord? Je m'excuse pour Rita, je ne sais pas ce qui lui a prit."
La jeune femme avala durement. James se souciait tant d'elle, tout ce qu'il voulait était qu'elle soit heureuse. Elle devait faire la même chose pour lui, même si ça la tuait. Elle ferma ses yeux, attendant que les larmes cessent. Elle devait être forte.
"Non, vraiment James, ça va. Ce n'est pas Rita. C'est juste... Excuse moi, je suis vraiment fatiguée. Objectes tu si je monte à ma pièce?"
"Oh" il semblait mal à cause du fait qu'elle avait rejeté son offre d'aide. "Bien. Je te verrai demain alors?"
"Hai. Osaki ni, James-sama."
***************
"Jessie, tu vas bien?"
"Très bien, Miaouss"
"Tu dis toujours ça, mais je commence à en douter. Hé! Où as tu obtenu cette marque rouge? C'est ce type, ce Jack qui te l'a fait? Je pense que tu devrais vraiment arrêter de voir ce type-"
"Miaouss, il n'y a AUCUN Jack!" gronda Jessie "Il n'y a pas et il n'y a JAMAIS eu de Jack! Oh tu es si bête parfois.."
Miaouss observa Jessie s'éloigner et s'enfermer dans la chambre, se demandant ce qu'il avait dit de mal. 
"Jessie-"
"Je ne suis pas vraiment d'humeur à te parler!" cria t'elle derrière la porte fermée.
Jessie s'assit sur son lit et alluma le lecteur CD.
Elle appuya sur le bouton pour écouter la chanson japonaise déprimante qui lui rappelait sa mésaventure avec James. "JE DÉTESTE cette chanson!" gémit-elle fatiguée. Elle se coucha sur le lit et ferma ses yeux lentement. "Oh, que vais je faire maintenant?"
***************
"Alana, tu objectes si je prend la soirée et l'après-midi de samedi?"
"En plein milieu de la saison occupée? C'est un peu-" elle s'arrêta brusquement; Jessie mâchait sa lèvre; elle semblait sur le point de pleurer."
"Oh, ça doit être important."
"Je dois parler à un ami. Je dois lui dire quelque chose... que je ne veux pas vraiment lui dire. C'est très important. Onegai, Alana."
Le regard de la propriétaire de l'auberge se ramollit. "Je comprends. Prend un jour de congé entier si tu le veux."
"Merci."
***************
"James, penses tu que tu pourrais venir samedi après midi et toute la soirée aussi?"
James sentait que quelque chose dérangeait Jessie. Il mit son bras autour de ses épaules alors qu'ils s'avancèrent dans la rue vers le parc.
"Que veux tu faire samedi après-midi?"
"Je veux avoir un rendez-vous avec toi mais plus sous le clair de lune. Je... je dois vraiment te parler de quelque chose de très important."
"Oh?" James n'allait pas la forcer à en dire plus. "Bien, si c'est important je suis sûr que je peux prendre un congé."
"Je sais que Rita te fait travailler beaucoup mais si tu lui dit que c'est quelque chose dont je dois te parler elle-" la voix de Jessie devint froide un instant.
"Même si elle ne me donne pas la permission de venir, je viendrais toujours Jessie. Rita n'est pas mon gardien, tu es beaucoup plus importante qu'elle." Il hésita "Mais qu'est-ce que tu dois me dire de toute façon?"
Jessie sembla morne "Tu devras juste attendre et voir."
***************
"Konnichi wa, Jessie-sama!"
Malgré ses problèmes récents, Jessie ne pouvait pas s'empêcher de rire. James était vraiment trop charmant. Il se présentait à elle avec un sourire doux et un bouquet de roses qu'elle pris volontiers.
"WOW, c'est si agréable de ta part, James. Je vais les mettre dans ma pièce..." elle pensa à Miaouss flânant sur son jour de congé. "Non, attends, je vais les mettre dans un vase dans le hall."
Après qu'elle se soit occupée des fleurs, Jessie saisit la main de son ami et le traîna derrière elle "Je connais l'endroit parfait où nous pourrions aller. Je l'ai trouvé quand je suis arrivée ici. Je pense que tu l'aimeras vraiment."
En riant, James suivit son amie dans une ruelle et entre plusieurs bâtiments.
"Nous prenons une façon drôle pour arriver là. La rue principale ne serait pas plus rapide?"
Jessie fronça ses sourcils. Elle tint son ton de voix gai. "J'aime ce changement de paysage." elle traîna James rapidement derrière elle jusqu'à ce qu'ils atteignent les faubourgs de la ville.
James regarda les alentours pour voir une colline. Le paysage entier était couvert d'herbe douce et de fleurs de montagnes; un grand pin hachurait la moitié du secteur dans des ombres fraîches.
Jessie choisit un endroit dans la lumière du soleil et s'assit sur l'herbe, faisant signe à James de faire de même. Il le fit, glissant sa main dans celle de son amie comme il avait l'habitude de le faire.
"Tu ne penses pas que cet endroit est agréable?" demanda Jessie. James sourit "Oui. Tu ne vois pas combien ce ciel est bleu?"
La jeune femme suivit le regard fixe de son ami vers le haut. Le ciel était en effet exceptionnellement bleu et brillant; il y avait seulement quelques touffes de nuages poussés par la brise. Un roucoul voletait paresseusement jusqu'à ce qu'il se pose dans un pin voisin.
La scène avait de nouveau prit la tournure d'un beau jour qui aboutirais par la misère.
"Tu sais, c'est vraiment une belle journée" remarqua James.
Les lèvres de Jessie tremblèrent durement; c'était les derniers mots que James avait dit avant de mourir. Elle ferma ses yeux, soupirant. Elle devait lui dire maintenant ou jamais.
"C'est une belle journée comme celle où tu..." elle s'arrêta; elle ne pouvait pas le dire.
"Quand je...?" James attendit qu'elle finisse sa phrase.
Elle baissa son regard vers le sol. Dans un chuchotement à peine audible, elle murmura, "Quand tu es mort."
James regarda son amie fixement. "Quand je suis mort? Que veux-tu dire? Jessie, je ne suis jamais..."
La jeune femme savait qu'aussitôt qu'elle commencerait l'histoire, elle allait pleurer. "Tu te souviens, James? Nous nous sommes disputés, je me suis endormie et quand je me suis réveillée, Miaouss a dit que tu étais parti avec notre argent. Je savais que tu étais toujours fâché après moi donc je t'ai suivi, espérant te rattraper avant que tu ne sois arrivé au centre commercial."
"Jessie..." elle pouvait remarquer que la voix de James semblait effrayée.
Elle avala un sanglot; elle ne pouvait pas pleurer, pas maintenant. Elle devait être forte. "Seulement, seulement tu n'es jamais arrivé au centre commercial. Un conducteur ivre a foncé dans un camion et il y a eu un accident énorme. Quand je suis arrivée là, les docteurs et les policiers essaimaient la place. J'ai entendu dire que tu étais dans l'accident donc je suis allée te trouver. Tu m'as dit que tu n'avais pas de chance, que tu allais..." elle s'estompa.
"J'étais dans tant de douleur et j'étais terrifié à l'idée de mourir. Tu as été effrayée aussi mais tu as promis que tu serais dure." Il baissa sa voix "Tu as tenu ma main, tu m'as donné un peu de courage dans ces derniers moments. Alors, alors les choses ont commencé à s'effacer autour de moi et..."
"Tu es mort" termina Jessie malheureusement, étranglant sur ses mots.
"Je suis mort" répéta t'il "Pourquoi l'ai-je oublié jusqu'à ce moment? Mais, mais il y avait plus..... Je suis allé à cet endroit... c'était si sombre et si calme et tu m'as manqué et Miaouss aussi, terriblement. Le Gardien de cette Crevasse est venu et m'a demandé si je voulais l'éternité. Mais tout ce que je voulais c'est être avec toi. Il a dit qu'il pourrait l'accorder et ensuite il est parti... Cela signifie-t-il que je suis un fantôme?"
Jessie acquiesça misérablement. "Je suis la seule personne qui peut te voir. Je suis allée à la Crevasse aussi, James et j'ai demandé de te retrouver. Le Gardien nous a donné ce que nous voulions, seulement... seulement pas de la façon que nous souhaitions."
"Pourquoi as-tu essayé de me le cacher?" demanda James, semblant presque fâché. "Jessie, nous avons vécu comme ça pendant près de trois semaines. Pourquoi as-tu attendu si longtemps pour me le dire?"
Jessie regarda le visage de son vieil associé. Elle sentit des larmes piquer ses yeux de nouveau. "Je ne voulais pas. Je ne voulais pas te blesser..." elle secoua sa tête durement; ce n'était pas la vérité, elle le savait aussi bien que Rita. "Je ne voulais pas te perdre! J'ai entendu dire que quand une âme perdue découvrait qu'elle était morte, elle retournait à cette Crevasse et ensuite au ciel. La pensée de te perdre de nouveau..."
James mit son bras autour des épaules de son amie. "Jessie..."
"Rita m'a fait comprendre que je devais te le dire parce que si tu l'aurais découvert par toi même tu aurais pu en souffrir terriblement et ne jamais en guérir. J'ai pensé que je te protégeais mais je me trompais de long en large. Je suis une telle idiote!"
James ressentit une forte envie d'étreindre son amie et de lui dire qu'elle n'était pas fautive.

"Alors, qu'est-ce qui va arriver maintenant?"
"Je ne sais pas." chuchota t-elle "Je suppose qu'une fois que tu retourneras à l'ascenseur... bien voilà. Tu retourneras probablement à la Crevasse."
Il trembla. "Cet endroit horrible?!" Elle acquiesça. "Je déteste cette Crevasse; je resterais plutôt ici que d'aller là."
"Bien, de là tu pourras atteindre les Portes du paradis" rappela Jessie "Tu seras beaucoup plus heureux une fois que tu arriveras là, j'en suis sûre. Tu veux aller au ciel, non?"
"Non! Bien, oui! Je veux dire... je ne peux pas juste rester ici avec toi? Qui dit que je dois retourner au 4ème étage? Est-ce que c'est possible que je..." il s'arrêta un instant "C'est étrange."
Jessie le regarda étrangement. "Quoi? Tu vas bien? Jim, tu ne sembles pas bien. Plus blême que d'habitude."
Il secoua sa tête. "Je suis fatigué. Non physiquement épuisé mais... mentalement il semble que je pourrais me reposer pour une éternité."
Elle serra sa main. "Voilà alors. Maintenant tu sais que tu dois retourner. Tu t'épuises si tu essayes de rester ici. Tu dois retourner, James."
"Jessica... tu ne veux pas que je reste?"
"Bien sûr que si!" pleura t-elle "Ne pense jamais que non! Mais pas si tu va être malheureux. En plus, tu sais aussi bien que moi que nous ne pouvons pas tenir comme ça. James, je... bien, je..."
"Je sais ce que tu veux dire. Ça ne peut pas durer." Il fit une pause, la regardant "Alors, maintenant quoi?" demanda t'il de nouveau.
"Nous avons tout le reste de la journée" dit Jessie timidement "Y-a-t-il quelque chose de particulier que tu souhaites faire?"
"Tu penses, tu penses que peut-être nous pouvons juste rester ici? C'est si beau, si paisible, aucun son pour nous déranger. Pour le dîner, nous-euh, tu pourras aller me chercher quelque chose à ce restaurant japonais dont tu as parlé peut-être? Si ça ne t'ennuie pas trop."
"Ça ne m'ennuie pas du tout. C'est une bonne idée. Je veux que nous apprécions ces dernières minutes..."
"Je sais" interrompit-il "Ne pensons pas à ce qui viendra après. Je veux simplement être heureux pour le moment."
Jessie se coucha et tira James à côté d'elle. Il avait raison. Elle ne pouvait pas penser à ce qui arriverait plus tard. Pas maintenant... Elle sourit légèrement, fermant ses yeux. "C'est vraiment une belle journée, n'est-ce pas?"
 
De retour à l'hôtel... 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Jessie regarda les portes de l'ascenseur avec le désir étrange de démonter chaque bouton. Il n'y avait aucun retour. James savait ce qu'il en était et il devait le faire. Il serait plus heurex, Jessie le savait. Cependant...  "Deux fois! Voilà que je vais te perdre de nouveau! Et tout ça à cause de cette Crevasse..." Jessie serra son poing dans la colère, tirant brusquement James par le bras et glissant le sien autour de sa taille. "Je t'aime James, je ne veux pas te perdre de nouveau!!! Ce n'est pas juste!!!"
"Jessie, je sais ce que tu veux dire mais je vais te perdre aussi."
"C'est différent pour toi!" gronda t'elle avec acharnement "Tu vas avoir l'éternité! Bon sang, James! Comment une personne peut elle être triste là?! Que vais je devenir?"
"Ne te fait pas des idées si faciles, Jessie" lui dit James fermement. Il saisit les épaules de son amie, la regardant fixement. Quoique son visage semblait être décisif, ses yeux montraient une grande douleur.
"Sans toi, il n'y a aucune façon pour moi d'être heureux, n'importe où que j'aille. Tu le sais... Mais je te verrai de nouveau."
"Nous sommes dans nos premières années de la vingtaine, James. Il va falloir attendre une terriblement longue période de temps. Oh, je ne peux pas le supporter!"
Jessie estima que des larmes emplissaient ses yeux.
"S'il te plaît, ne pleure pas Jessie. Je déteste quand tu pleures. Ça va être dur pour nous deux, mais tu dois rester forte."
Jessie frappa doucement la poitrine de James avec son poing. Le jeune homme tressaillit mais ne dit rien.
"C'est ce que je me suis dit depuis ta mort; "Sois forte Jessie, tu l'as promis à James. Ne pleure pas, tu dois être forte. Je suis malade d'être forte!!!" Je suis malade de devoir rester dure tout le temps!!!"
"Que veux tu être alors?" demanda t'il doucement.
"Je veux juste..." Jessie renonça et fondit en larmes "Je ne sais pas ce que je veux être! Je ne veux pas être SANS toi quoique!"
James fit une pause, incertain de que faire. Après un moment d'hésitation, il laissa l'instinct le reprendre. Il tira sa compagne dans ses bras et la laissa juste pleurer contre lui.
"Je suis désolé, Jessie. Je suis désolé pour ce qui va arriver, mais je n'y peux rien."
Elle n'arrêtait pas de pleurer.
"C'est la dernière chose que je voulais" murmura James, éperdu "Quand j'ai demandé de revenir, je voulais m'arrêter de te faire souffrir mais je t'ai rendue encore plus malheureuse."
Il sentit un sens pointu d'épuisement l'envahir. "Je dois partir, Jessie. Je ne veux pas mais..." il soupira lourdement. "Je suis fatigué. J'ai besoin de repos."
Elle le regarda, ses larmes coulant toujours librement. "C'est le moment alors?"
"J'ai peur que oui" il sourit un peu "Ne pleure pas. Nous nous retrouverons, hein?"
"Bien." renifla t'elle mais elle ne pouvait toujours pas empêcher ses larmes de couler.
"Mais l'incapacité de te voir tout ce temps sera si dure à supporter." chuchota t'elle.
"Sayonara" chuchota James, déposant ses lèvres sur celles de son amie une dernière fois. Jessie observa d'un air hébété les portes de l'ascenseur s'ouvrir. James y entra lui faisant signe de la main encore une fois.
 "Aishite-iru" appela t'il tandis que les portes se fermèrent.
Jessie tint ses yeux sur le panneau de métal, espérant au-delà de l'espoir que son ami pourrait revenir. Rien. Elle renifla et se tourna pour partir.
"Jessie?"
Elle sursauta, se tournant rapidement. Miaouss était debout là, regardant avec perplexité les portes de l'ascenseur. "Etais-ce? J'aurais pu jurer... mais ça ne pouvait pas être-" il regarda le visage barbouillé de larmes de son amie "Jessie? Ça va?"
Elle secoua sa tête "Tout est parfaitement horrible, Miaouss. Oh, James."
Le chat regarda l'ascenseur "alors, c'était-?"
Miaouss n'était pas sûr de s'il était inquiet ou soulagé de voir Jessie pleurer toujours librement, n'essayant pas de s'en empêcher. Elle commença à courir vers les escaliers.
"Je t'expliquerai tout plus tard. Pour le moment je dois juste aller me coucher. Je suis épuisée."
 ~~~~~~~~~~~~~~~~ 
 ~~~~~~~~~~~~~~~~

 

*Où suis je? Ça semble familier. Je connais trop bien cette obscurité... je dois être dans la Crevasse de nouveau. Alors que va t-il se passer maintenant? Oh, comme c'est horrible! Je ne voulais pas que ça se termine comme ça! Je voulais seulement empêcher Jessie d'être malheureuse... elle pleurait si durement, comme si elle ne s'arrêterait jamais. J'étais si fatigué que je n'ai même pas pensé à ce que j'aurais pu faire pour l'aider! J'aurais dû rester, juste pendant un peu plus de minutes, seulement pour qu'elle sèche ses yeux et pour la raccompagner à sa porte. Mais tout s'est si mal fini!!! Jessie je suis si désolé!"*
"Vous pleurez de nouveau?"
"Vous à nouveau! Pourquoi ne me laissez vous pas partir?! Vous avez gâché tant de choses! Vous avez tout détruit!!!" * Oh Jessie, si je pouvais seulement retourner dix minutes pour te consoler... Mais personne ne peut changer le temps. Je ne peux pas de toute façon.*
"Pourquoi pleurez vous encore maintenant? Et pourquoi êtes vous de retour? Vous ne vouliez pas rester avec votre amie, avec Jessie? Ce n'est pas ce qu'elle voulait aussi?"
"Vous, taisez vous! Vous savez très bien que je n'aurais pas pu rester!!! J'étais si fatigué, spirituellement épuisé... et même si j'étais resté, ça aurait seulement apporté plus de douleur à Jessie que ce que je lui ai déjà donné! Bon sang elle m'aimait!!! Vous ne le comprenez pas?! Elle ne peut pas être avec un mort... un esprit... Pourquoi avez vous fait cela?!"
"Vous avez dit que vous vouliez être avec elle. Elle ressentait la même chose. Je ne peux pas changer le temps, ni rendre les morts vivants de nouveau. J'ai fait ce que je pouvais. C'était votre choix de partir."
"Oh partez Gardien tordu! Si vous m'aviez dit qu'elles étaient mes options..."
"Vous n'étiez pas avec elle?"
"Oui! Je veux dire, non! Je veux dire, si j'y étais mais... pas dans mon corps! Ce n'était pas ce que je voulais dire du tout! Quand j'ai dit que je voulais être avec Jessie, j'ai voulu dire... bien, je n'ai pas voulu dire comme cela. Non, jamais comme cela. Vous dites que votre devoir est de rendre les gens heureux, alors que tout ce que vous avez fait est de nous rendre encore plus malheureux! Maintenant pourquoi vous ne partez pas et torturez quelqu'un d'autre?"
"Impossible. Je ne peux pas vous laisser ici. Personne ne peut rester dans la Crevasse. Les portes sont dans cette direction;  vous y êtes le bienvenu, entrez y."
"Je reste ici et j'attendrai Jessie!"
"Une très longue attende. Soixante ans et peut-être plus s'il n'y a aucun accident. Cela peut ressembler à une éternité de douleur dans la Terre de l'Obscurité."
"Je ne m'en soucie pas! Je ne me déplacerai pas! Je ne passe pas les Portes du Paradis sans Jessie!"
"Vous souhaitez rester sur cette décision? C'est ce que vous voulez?"
"Oui! Je n'irai nulle part sans Jessie! C'est ma décision finale! Attendez... Pourquoi riez vous? Je n'aime pas votre rire. Que faites-vous?"
"Si c'est ce que vous voulez, Jessie vous rejoindra aux Portes... bientôt. En attendant, vous devez alors retourner sur Terre. Je ne peux pas avoir d'âmes errantes dans la Crevasse."
"Heu? Attendez! Qu'entendez-vous par "bientôt"? Comment Jessie... vous ne pouvez pas faire ce que je pense que vous voulez dire! Revenez ici! Eh! REVENEZ! Je n'ai pas voulu dire du tout que... oh, non voilà la brume de nouveau... je dois retourner... Mais peut-être la sauverais-je avant... grrr maudit Gardien! Si je le vois jamais de nouveau... Jessie, accroche-toi, je viens..."
~~~~~~~~~~~~~~~~ 
~~~~~~~~~~~~~~~~
James se retrouva une nouvelle fois dans le hall principal de l'hôtel. Il jeta un coup d'oeil aux alentours, clignant des yeux durement et essayant de se rappeler ce qui était arrivé.
"Jessie!"
Le jeune homme couru rapidement dans les escaliers jusqu'à la porte de la chambre de son amie. Il frappa deux fois et en se rappelant alors qui il était, il reprit haleine et traversa le bois.
"Jessie!" appela t'il, regardant les alentours frénétiquement. Il fallait qu'il la rattrape avant qu'elle ne sorte et qu'elle ait un "accident" dangereux qui pourrait achever sa vie. Alors peut-être pourrait-il arrêter les plans de ce maudit Gardien.
James remarqua que la porte arrière de la chambre à coucher était fermée. Avec un autre souffle profond, il plongea encore une fois à travers la porte; ça ne lui semblait plus si étrange cette fois. Il y avait là Jessie couchée sur le lit. Mais quelque chose n'était pas normal...
"Jessie?" appela t'il, espérant qu'elle était toujours capable de le voir.
Il n'y eut aucun mouvement sous les couvertures. James se rapprocha, reculant le couvre-lit. "Jessie?" Il trouva son amie mais pas dans la condition qu'il avait espéré. Son ange roux était pelotonné fermement en boule et elle était pâle et tremblante.
"Maudit Gardien! Il va arriver à son but et je ne pourrais rien faire!"
James mit une de ses mains sur la tête de Jessie. Elle était brûlante. "Pauvre Jess. Mais qu'est-ce que je peux faire? Oh, où est ce chat stupide? Comment peut-il la laisser comme cela?" James se pencha près d'elle "Jessie, je vais aller te trouver quelque chose à manger, c'est une bonne idée hein?"
Elle ouvrit de moitié un de ses yeux bleus. "Jim?"
Il acquiesça. "Écoutes, je n'ai pas de temps pour expliquer, mais je vais faire ce que je peux pour t'aider. Restes bien couverte et-"
Elle s'assit, ignorant sa maladie un instant. "James! Mon Dieu, je ne peux pas croire que tu sois revenu! Mais, mais... comment? Comment as tu fait...?" Elle tomba en arrière sur le lit doucement.
"Ne me pose pas de questions, si tu passes le cap je t'expliquerai. Y a-t-il de la soupe ici?"
"Oui de la soupe au poulet dans le buffet" murmura t'elle d'un air endormi. "Je suis si drainée. Il me semble que je pourrais même pas soulever une paire de baguettes à manger chinoises. Depuis que je me suis réveillée hier matin..."
"Hier?!" James trembla; il se demanda combien de temps prendrait la maladie du Gardien pour la tuer.
"Bien, ça va, je vais te préparer quelque chose."
Elle trembla à nouveau.
"Tu veux des couvertures aussi?"
"James?"
"Mm-hm."
"Qu'est-ce qui se passe? Tu sembles en savoir beaucoup plus que moi."
Il sourit faiblement. "Tu es malade, c'est tout ce dont il est question pour le moment. S'il te plaît, essayes juste de te reposer un peu tandis que je vais obtenir de quoi tu auras besoin."
Aussitôt que les yeux de son amie furent fermés, James passa par la porte. Une fois de l'autre côté, des larmes emplirent ses yeux.
"Voilà, j'ai encore réussit. Ce gardien comprend tout ce que je dis de la mauvaise façon. Oh, je suis désolé Jessie! ce n'est pas ce que je voulais dire du tout!"
 ***************
Miaouss revint dans la chambre environ une heure plus tard, les pattes chargées de nourriture et de différentes sortes de médicaments.
"Jessie, j'ai réussit à avoir plein de médicaments pour soigner ta grippe ou enfin... ta maladie quoi..." Miaouss s'arrêta, regardant les alentours.
C'était étrange; il y avait un bol vide sur la table de nuit de Jessie et plusieurs couvertures supplémentaires empilées sur son lit.
"C'est étrange. Je me demande comment..." le chat trembla en sentant une brise froide le frôler de la tête à la queue. "Brrr!!!"
James dirigea sa main le long du dos de l'animal de nouveau; il avait presque oublié combien le chat lui avait manqué.
"Tu es inquiet pour Jessie aussi, hein, mon petit Miaouss?" demanda t'il, quoiqu'il sache que le pokémon ne pouvait pas l'entendre.
Miaouss prit place à côté du lit de son amie. "Hé, Jessie? Réveilles-toi, regarde j'ai quelque chose pour faire descendre ta fièvre."
Ses yeux s'ouvrirent un peu "Merci Miaouss."
"De rien. A propos, tu t'es levée pour obtenir les couvertures et la soupe? Tu ne dois pas faire ça, tu sais que ce n'est pas bon pour toi. Tu es trop faible pour te déplacer, tu le sais..."
"Ce n'était pas moi. C'était James..."
Miaouss pensa évidemment que la fièvre faisait délirer son amie. "Bien sûr, c'était James. C'est un grand type, il te cherche toujours..."
James renifla et s'assit de l'autre côté du lit de son amie, caressant sa main légèrement. "Ne t'inquiète pas, un jour il comprendra."
 ***************
"Alana, pourriez-vous venir avec moi s'il vous plaît?"
"Bien sûr Miaouss. Quel est le problème?"
"C'est Jessie. Je pense qu'elle devient de plus en plus malade. Je n'aime pas ce qu'elle a. Je me suis demandé si peut-être vous pourriez lui jeter un coup d'oeil rapide, vous connaissez à peu près tout."
"Merci. Depuis combien de jour est-elle comme cela?"
"Juste 4. Elle semble déjà blanche comme un fantôme, comme si elle était aux portes de la mort. Je ne comprend pas comment cette maladie a put la frapper si rapidement. Jessie est une personne assez dure..."
Le chat et la dame grimpèrent jusqu'à la chambre et une fois là, Miaouss mena Alana à la salle de derrière où James était assis caressant la main de Jessie en lui chuchotant tous les mots consolants qu'il pouvait trouver. Miaouss remarqua que le visage d'Alana semblait soucieux et surpris.
"Est-ce que c'est si mauvais?" demanda t'il.
L'aubergiste ne se donna pas la peine de le regarder. "C'est assez mauvais en effet."
James remarqua que les yeux d'Alana étaient fixés directement sur lui. Pas de son côté mais bien sûr lui.
"Miaouss, pourrais-tu descendre à la pharmacie locale et demander des analgésiques?"
"Je pense que j'en ai déjà obtenu une-"
"Nous allons avoir besoin de plus" dit-elle brusquement. Le chat se retourna et quitta rapidement la pièce.
L'aubergiste continua à regarder James fixement.
"Que fais tu ici?"
Il ne répondit pas. James ne pensait pas quelqu'un d'autre que Jessie pouvait le voir et il supposait que la question était livrée à quelqu'un d'autre.
"James!" gronda Alana "Que fais-tu à nouveau ici? J'ai été informée que tu étais parti il y a 2 jours."
Le jeune homme trembla, effrayé par le ton fâché d'Alana. "Vous pouvez me voir?"
"Bien sûr que je le peux! J'ai le don de la Vue! Maintenant dis moi pourquoi tu n'es pas dans la Crevasse ou devant les Portes?!"
Il secoua sa tête tristement; Alana remarqua combien il semblait épuisé. "J'y suis allé mais pas longtemps, cependant je promet que j'y retournerais avant que la semaine ne soit terminée, si le Gardien ne fait pas de bêtise. J'ai fait plein de souhaits mais ils ont tous tournés d'une façon que je ne désirait pas... De nouveau mon dernier souhait a mal tourné, comme d'habitude. Oh, Jessie!"
"De quoi parles-tu? Je sais que tu es fatigué - tu dois l'être si tu restes ici alors que tu dois être aux Portes à ce moment. Mais je dois comprendre la raison pour laquelle tu es revenu."
Ainsi, James lui raconta toute l'histoire entière du mieux qu'il le pouvait sans éclater en larmes.
"Je ne voulais pas demander cela; je voulais seulement attendre. Le Gardien ne réalise jamais mes souhaits de la façon que je le veux. Pauvre Jessie, si je venais à entrer à ces Portes sans..."
Alana soupira malheureusement. "Je comprend James. Écoutes, nous allons avoir une longue conversation avec ce Gardien, d'accord?"
Alana plaça une de ses mains autour du poignet de James lorsqu'il ressentit qu'un sentiment étrange le frappait profondément dans son estomac.
Il semblait qu'il avait de nouveau le choc qu'il avait ressenti lors de son accident; la douleur était insupportable.
"Oh non." chuchota Alana. Avant que James ne puisse dire un mot, elle accouru dans le hall.
"Tout commence à devenir trouble de nouveau" pensa t'il "Ça signifie que je vais y retourner. Mais si j'y vais alors Jessie va... Oh Jessie..."
~~~~~~~~~~~~~~~~ 
~~~~~~~~~~~~~~~~
"Me voilà à cet endroit de nouveau. Bien que ce soit la troisième fois que j'y tombe je n'y suis toujours pas habitué. Cette obscurité est si épaisse. Pourquoi suis-je ici cette fois?"
"James?"
"Heu? Qui est-ce? Je connais cette voix. Est-ce que ça peut être... est-ce qu'il est possible que ce soit..."
"James! James! Oh Dieu merci, je t'ai trouvé! J'ai pensé que je serais perdue dans ces ténèbres pour toujours, mais j'ai entendu ta voix et je l'ai suivie. James, je suis si heureuse que nous soyons réunis de nouveau! Quoi? Qu'est-ce qu'il y a? Tu n'es pas heureux de me voir?"
"Je ne voulais pas que ça arrive. Je ne voulais pas dire que je voulais que tu... Je suis désolé Jessie, il y a seulement une façon possible pour que tu sois ici avec moi. Tu es morte, tu le comprends? Oh et c'est ma faute. J'ai dit au Gardien: "Je n'entrerais pas aux Portes du Paradis sans Jessie!" Mais je ne voulais pas dire que je voulais que tu meures. Non jamais!!!"
James, je ne comprends pas. Pourquoi es-tu si malheureux? C'est ce que nous voulions tous les 2 non? Tu n'es pas heureux de me voir?
"Bien sûr que je suis heureux de te voir, Jessie, je le suis toujours. Mais... s'il te plaît, non, ne m'étreint pas, ça rend les choses encore plus mauvaises! Jessie, tu es MORTE et si tu ne l'es pas tu en est très proche. Tu ne le comprends pas?"
"Et alors? Si je suis morte je suis morte, il n'y a rien que nous puissions y faire. Et si j'en suis très proche, alors, et bien, je devrai juste suivre cette route, non? Tu ne dois pas être si triste. Nous sommes ensemble à nouveau."
"Jessie, tu ne peux pas mourir comme cela! Tu ne comprend pas? Juste pour être avec moi...ce n'est pas juste, ça ne peut pas arriver comme cela. Ta vie finie pour moi... je ne peux pas en supporter la pensée! Non! Je ne veux pas!"
"Jim..."
"Oh, Jessie, ne pleure pas, je déteste quand tu pleures. Viens... Oh... Mais... mais je veux que tu retournes sur terre! Tu comprend, ça serait meilleur, n'est-ce pas?"
"Mais... mais tu VEUX que je retourne? Tu veux que j'y retourne, dans ce monde horrible et malheureux?! James, comment peux tu me demander cela?! C'est la seule chance que j'ai de te rejoindre plus tôt que prévu et je ne suis pas sur le point de la lâcher!"
"Jessie, s'il te plaît."
"Vous avez raison James. Ce n'est pas comme ça que les choses doivent être."
"Heu? Cette voix. Je connais cette voix. Mais ça n'est pas celle du Gardien quoique... Eh! Pourquoi vous ne vous montrez pas."
"Jessie, écoutez moi? James a raison. Vous devez retourner sur terre. Ce n'est pas trop tard mais dans quelques minutes ça le sera."
"Non! Je refuse! Je suis malade de devoir rester forte, dure! Tu m'as demandé ce que je voulais, James! Bien, je veux être avec toi! Je ne veux plus avoir à m'inquiéter d'être forte ou dure ou pas du tout qui je suis vraiment."
"Jessie... je... NON! Tu dois retourner sur terre!"
"James, pourquoi veux tu que je souffre de nouveau?"
"Parce que... parce que Jessie, autant que je veux être avec toi, je ne le peux pas, pas tout de suite. Ça a été décidé quand mon vélomoteur a frappé le semi. Ça semblait être une coïncidence, une chose qui pourrait arriver à chacun mais... ça ne l'était pas. C'était mon destin. Roooh mais où est ce maudit Gardien?!!! Vous! Montrez vous!!! Ce n'est pas parce que cet endroit est une endroit qui n'en est pas un que ça signifie que je ne peux pas vous donner un bon coup de pied où je pense!"
"Susceptible, susceptible... Je vous ai donné ce que vous vouliez, n'est-ce pas? Jessie est ici et vous pouvez passer le reste de l'éternité ensemble."
"Mais je ne serais pas heureux, pas vraiment parce que je saurais toujours que je l'ai tuée avant qu'elle soit supposée partir!"
"Jim..."
"Jessie, tu sais que je t'aime, mais ce... ce n'est pas juste. Il ne peut pas nous faire ça. Non... il ne peut pas."
"Bon sang, NON!!! Je refuse de retourner à un endroit où tu ne seras pas! Je ne pourrais pas supporter que tu sois seul ici!"
"Oh, il n'y a rien que nous puissions faire?!"
"Hmm! Peut-être. Monsieur, je crois que je peux avoir un compromis à ce problème."
"Je pense que vous n'avez aucune autorité à avoir là-dessus, vous avez fait assez de bêtises pour le moment."
"Peut-être mais cette fois je suis sûr de ne plus commettre d'erreurs. Écoutez, vous m'avez mis responsable de cet endroit pour donner aux gens une chance au bonheur."
"Oui mais vous avez fait un travail positivement horrible!"
"J'ai essayé tout ce que je pouvais pour donner le bonheur à ces 2 jeunes gens mais ils le refusent à chaque fois. J'ai tout essayé mais il y a toujours..."
"Quoi?"
"Et bien Jessie dois retourner sur terre."
"C'est ce que tout le monde vous dit depuis tout à l'heure."
"Oups, je n'avais pas compris Monsieur. Hum... Bien, Jessie vous devez retourner sur terre. Je suis désolé mais c'est comme ça que les choses doivent être faites."
"Sans James?! NON! Je ne vais pas le faire!"
"Jessie, s'il te plaît."
"James, je ne peux pas..."
"Pour moi?"
"James, je... oh, bien alors je le ferai pour toi. Mais tu me promet de ne pas être terriblement malheureux?"
"Tant que tu ne sera pas malheureuse je ne serais pas malheureux non plus."
"Écoutez, ne vous inquiétez plus. Mon Grand Patron et moi nous ferons la meilleure chose que nous pouvons faire. On s'occupera de tout. Maintenant, vous devez tous 2 obtenir un peu de repos."
"Repos?! Comment pourrais-je me reposer maintenant?! Ce sont mes derniers moments avec James!"
"Non pas les derniers. On va se retrouver Jessie."
"Bien. Tu vas me manquer."
"Oh toi aussi Jessie. Je t'aime."
"Jim, je t'aime aussi! Sois fort!"
"Je le serais! Sayonara, Jessie..."
***************

Quelques temps plus tard... 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
"Oh! Jessie! Vous avez acheté un Miaouss! Comme il est adorable!"
"Oui, je l'aime beaucoup Alana" dit-elle avec un sourire, faisant glisser doucement le chaton dans les bras de l'aubergiste.
"C'est si soudain quoique. Comment..." Alana se tût, riant tandis que le petit animal essaya de se glisser hors de ses mains.
"Bien, je pensais avoir un petit animal de compagnie en plus de Miaouss depuis un bon moment maintenant. Mais je ne trouvais pas vraiment ce qui me convenait. Alors aujourd'hui, alors que Miaouss et moi nous nous promenions en ville, nous avons vu dans une boutique ce mignon petit chaton miaouss. Il est né il y a peu de temps. J'ai toujours aimé les chats et celui ci m'a regardé directement dans les yeux, il avait un regard si irrésistible que je n'ai pas pu lui résister."
Le miaouss réussit à quitter les bras d'Alana et sauta dans les bras de Jessie, se collant à elle en ronronnant.
"Il vous aime certainement."
Jessie tint le pokémon à bout de bras devant elle. "Oui. Vous savez, il semble presque que nous étions fait l'un pour l'autre. C'est étrange n'est ce pas? Oh je pense que je vais l'appeler Jim" Elle embrassa le chaton sur le museau, riant sottement tandis qu'il la lécha en retour.
Alana sourit heureusement.
"Dites Jessie, croyez vous en la réincarnation?"
"Non. Pourquoi me le demandez vous?"
Le miaouss ferma ses yeux verts d'un air endormi. Après avoir bâillé fortement, il se blottit dans les bras de Jessie, ronronnant fort.
"Hum! Pour rien."
 

 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Layna 28/10/2019

Mais non ! é.è
C'est beaucoup trop triste ! J'aime bien les fics dramatiques mais là c'était trop ;_;

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 27/10/2019

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi, Jez et Chacha