Seul? (1)

"Papa et maman vont me prendre avec eux pour leurs emplettes! Papa et maman vont me prendre pour les emplettes!!!"

Le petit garçon aux cheveux lavandes, de 5 ans, sautilla avec agitation, excité par l'heureuse nouvelle qu'il venait juste d'apprendre. Il était si rare pour lui de quitter son manoir si oppressant. Il allait enfin voir l'extérieur, la ville, les magasins. Les seules fois où il quittait son manoir étaient pour se rendre chez des tantes ou d'autres membres de la famille ou amis ennuyeux. Il rit avec bonheur, courant avec agitation à travers la pièce.

"James, si nous vous prenons avec nous c'est uniquement pour décharger un peu votre pauvre gouvernante. Nous nous attendons cependant à ce que vous vous teniez correctement!" gronda sa mère. Il acquiesça vigoureusement.

"Je promet de bien me tenir maman! Je le promet! Ooooh je suis si heureeeeeuuuuuux!!!!"

La jeune femme soupira et le saisit par le bras "Bien, espérons que vous teniez parole..."  Elle traîna son fils à l'extérieur, suivie de son mari.

~~~~~~~~~~~

Le petit garçon rit avec bonheur durant tout le trajet mais il déchanta vite lorsque ses parents quittèrent la voiture sans lui.

"Papa, maman, vous ne me prenez pas avec vous?" demanda-t-il avec déception.

"Certainement pas, très cher James." répondit sa mère "Vous êtes beaucoup trop agité."

Il commença à geindre dans le désaccord.

"Bien. Hoppkins. Surveillez bien James en notre absence. Nous ne serons pas longs." annonça son père en refermant sa portière et en prenant le bras de sa femme, s'éloignant.

James pleurnicha pendant un instant, secouant ses jambes dans l'énervement tandis que ses parents partaient sans lui. Plus d'une heure et demi passa et ceux-ci n'étaient toujours pas visibles à l'horizon. Agacé, il colla ses mains et son front au carreau voisin et soupira lourdement. Après un instant, son regard se posa sur le petit bouton indiquant le verouillement de la portière. Il remarqua que celui-ci n'était pas baissé. Libérant un halètement joyeux, il ouvrit la portière soigneusement et se glissa hors de la limousine.

Hoppkins, trop préoccupé par la lecture de son journal, ne remarqua pas que le petit garçon s'esquivait.

Jetant un dernier regard à sa voiture, James se mit à courir au loin rapidement. Aucune pensée ne traversa son esprit en ce moment. Il était persuadé que ses parents prendraient encore une éternité avant de revenir à la limousine et qu'il serait revenu bien avant eux. Emplit par un grand besoin d'aventure, il tourna au coin d'une rue et s'arrêta seulement de courir une fois qu'il fut totalement à bout de souffle.

Il se pencha en avant, appuyant ses mains sur ses genoux, luttant pour reprendre haleine. Une fois qu'il eut reprit son souffle, il releva sa tête doucement et haleta en remarquant qu'il se trouvait dans une grande rue piétonne emplie de gens. Il n'avait jamais vu une telle foule de toute sa vie entière. Épaté, il prit quelques pas en avant et ne remarqua pas qu'il quittait le trottoir et traversait la grand route en pleine circulation. Une jeune femme remarqua la situation périlleuse dans laquelle il se trouvait et hurla en accourant vers lui. James resta figé sur place, tétanisé lorsqu'il remarqua qu'une voiture se dirigeait à toute vitesse dans sa direction. La femme eut juste le temps de le pousser sur le bas côté de la route avant qu'il ne se fasse renverser.

James tomba à genoux sur le sol et gémit en se relevant puis il commença à pleurer en remarquant que ses genoux étaient égratignés et qu'il saignait légèrement.

"Et bien mon petit... Ça va, tu n'as pas trop de mal? Tu peux dire que tu l'as échappé belle..." chuchota la jeune femme, reprenant son souffle et se penchant vers lui.

James souleva son visage trempé de larmes vers elle et renifla doucement. "J'ai des bobos à mes genoux." gémit-il.

La jeune femme sourit, ébouriffant ses cheveux légèrement: "Ce n'est pas grave comparé à ce que tu as risqué." Elle le regarda songeusement un instant puis elle plaça ses mains sur ses hanches. "Où sont ton papa et ta maman?" demanda-t-'elle finalement.

A l'audition de ces mots, James sursauta. Il avait complètement oublié ses parents. Il regarda les alentours nerveusement et réalisa qu'il ne pouvait plus se souvenir où se trouvait sa voiture. Il songea en lui même que ses parents n'allaient sûrement plus tarder à retourner à la voiture et qu'ils se fâcheraient sûrement en apprenant qu'il était partit à l'aventure. Il fallait absolument qu'il retourne sur ses pas.

Affolé, il commença à trembler durement puis il recula. La jeune femme le regarda curieusement. "Que t'arrive-t-il petit? Je te fais peur?... Tu ne m'as toujours pas répondu. Où sont tes parents?..." Ne recevant pas de réponse, elle fronça ses sourcils "Tu as perdu ta langue?" James trembla un peu plus, secouant sa tête lentement et avalant sa salive. La jeune femme prit quelques pas en avant vers lui, lui présentant sa main "Tu es perdu? Viens avec moi, on va chercher tes parents d'accord?"

La panique inonda un peu plus le petit garçon. Il ne fallait surtout pas qu'il retrouve ses parents... pas maintenant... pas en dehors de la voiture. Apeuré, il se détourna et couru au loin, aussi vite qu'il le pouvait. Il  continua à courir jusqu'à ce qu'il réalise qu'il n'était pas suivit. Il s'arrêta au bout d'une rue sombre, située juste devant la galerie marchande et sursauta en entendant un couvercle de poubelle tomber au sol. Il se tourna en direction du bruit et ouvrit de grands yeux en remarquant qu'un vieil homme fouillait une poubelle à la recherche de nourriture. Intrigué, il s'en approcha doucement.

Le vieil homme ne sembla pas prêter attention à lui et continua sa recherche, James s'en approcha un peu plus, le regardant fixement.

"Qu'est-ce que vous faites?" murmura-t-il doucement.

Le vieil homme sursauta à l'audition de sa voix et baissa son regard vers lui. Il sourit en remarquant le petit garçon.

"Ça se voit, je fouille la poubelle, petit." répondit-il posément.

"Ce n'est pas correct de faire ça. Vous pouvez attraper des maladies." dit le petit garçon.

"Je ne me soucie plus d'attraper des maladies à mon âge et... il faut bien que je fouille les poubelles, c'est mon seul moyen de survie."

"Vous... n'avez pas de maison, monsieur?" demanda James d'une petite voix.

Le vieil homme secoua sa tête "Non. La rue est mon chez moi."

James sembla intrigué. "Oh." chuchota-t-il doucement "Ça doit être bien. Vous êtes libre. Il n'y a personne pour vous dire ce que vous devez et ce que vous ne devez pas faire."

Le clochard rit doucement. "Tout à fait petit. Voilà une suggestion bien positive."

James s'apprêta à dire quelque chose mais il sursauta dans l'horreur en apercevant ses parents sortir d'un magasin au loin. Effrayé, il se détourna et commença à courir de nouveau.

"Au revoir monsieur poubelles!" cria-t-il en s'éloignant.

"Hé, mais où vas tu comme ça petit?" demanda le vieil homme. Il haussa finalement ses épaules, jugeant qu'il était inutile de se poser plus de questions.

~~~~~~~~~~~

Pendant ce temps, les parents de James retournèrent à leur limousine. Ils haletèrent avec stupeur en pénétrant à l'intérieur et en réalisant que leur fils ne s'y trouvait plus.

"Hoppkins! Hoppkins?! Où est James?" demanda madame Morgan, intriguée.

L'homme âgé retira son regard de son journal un instant, observant fixement sa patronne dans le rétroviseur. "Il n'était pas avec vous?"

Mr et Mme Morgan donnèrent une tape à leur front avec leurs mains. "Idiot! Nous vous avions demandé de le surveiller durant notre absence, l'auriez vous oublié?!"

Hoppkins gratta le dos de sa tête un instant et finalement il haussa ses épaules dans la réalisation. "Effectivement."

Libérants des soupirs lourds, le couple distingué quittèrent la voiture, suivis du chauffeur puis il commencèrent à appeler leur enfant disparu.

"James?! James cher, où êtes vous?!"

"James cher, montrez vous!"

Après une demi-heure d'appels intempestifs, ils décidèrent que leurs cris étaient inutiles et retournèrent à l'intérieur du véhicule.

"Bon et bien tant pis. Reconduisez nous à la maison, Hoppkins." soupira Madame Morgan d'un ton épuisé.

Le vieil homme lui jeta un regard incrédule dans le rétroviseur. "Vous n'allez plus chercher votre fils?"

"Il nous est impossible de le retrouver pour le moment. Nous aviserons les autorités de sa disparition après-demain. Les policiers le retrouveront pour nous." annonça le père de James.

"Après-demain?!" demanda le chauffeur interloqué.

"Oui. J'ai un grand contrat à régler demain et il serait mauvais pour mon image que mes clients apprennent que j'ai perdu mon enfant à cause d'une légère inattention." déclara le père indigne en soupirant.

Hoppkins haussa ses épaules puis la voiture démarra.

~~~~~~~~~~~

James erra dans la rue durant plusieurs heures, effrayé plusieurs fois par les passants, les sons et les voitures vrombissantes. Bientôt, le ciel s'assombrit et il commença à pleuvoir alors que la nuit s'approchait lentement. Il s'abrita sous le petit porche d'une vieille maison.

Pleurant doucement avec crainte et tremblant à cause du froid, il se coucha au sol et se pelotonna sur lui même s'auto-étreignant. Il songea un instant à l'étreinte que la gouvernante lui donnait avant qu'il dorme et au moment où elle le couvrait dans son lit. Des larmes chaudes coulèrent le long de son visage froid tandis qu'il commença à pleurer doucement et finalement, épuisé par sa longue journée, il s'endormit enfin.

~~~~~~~~~~~

James se réveilla au son d'une voix douce, sentant qu'on le secouait légèrement.

"Petit... Petit... Qu'est-ce que tu fais là? Où sont tes parents?"

Il ouvrit ses yeux lentement et sursauta en se trouvant face à face avec une jeune femme aux cheveux aqua, portant une tenue de policier.

"Oh non. Papa et maman lui ont sûrement demandé de m'arrêter parce que je me suis enfuit." pensa-t-il en lui même.

Il se releva rapidement et se prépara à partir mais la Jenny le retint par le bras.

"Attends petit, ne part pas. Dis moi donc ce que tu fais seul dans la rue..?"

James ne répondit pas et des larmes piquèrent ses yeux tandis qu'il lutta pour se retirer de la poigne de la jeune femme. Celle-ci soupira et s'accroupit devant lui, saisissant ses épaules.

"Allons... il ne faut pas avoir peur de moi, je ne vais pas te gronder. Comment t'appelles tu? Et où sont tes parents?"

James ne répondit rien et éclata en larmes.

La Jenny prit un air sceptique et réfléchit un instant.

"Tu as de beaux vêtements, tu ne dois donc pas être un petit orphelin des bas quartiers. Qu'est-ce que tu fais ici? Ça m'étonnerais que tu ait été abandonné. On t'as enlevé? Tu t'es perdu?"

James ne répondit rien et pleura un peu plus.

La Jenny se releva et le souleva dans ses bras.

Paniqué, il se remit à remuer dans tous les sens pour se retirer de sa poigne mais lorsqu'elle s'approcha d'une voiture de police où l'attendait un de ses coéquipier, il fut emplit de frayeur et n'osa plus remuer un membre.

La Jenny le déposa sur le siège arrière du véhicule puis elle prit place à l'avant.

"Où as tu trouvé ce garçon?" demanda son coéquiper masculin en jetant un coup d'oeil au siège arrière.

"Je l'ai trouvé endormit, seul sous un porche. C'est assez étrange, il ne semble pourtant pas être un enfant dans le besoin."

Le policier masculin haussa ses épaules. "Peut-être s'est il perdu."

La Jenny secoua sa tête perplexement. "Je ne sais pas."

Après plusieurs minutes de trajet, la voiture s'arrêta devant le commissariat.

Jenny en sortit puis elle ouvrit la portière arrière et tapota l'épaule de James doucement. Il s'était pelotonné sur lui même, accroupit, cachant sa tête entre ses bras. Au contact de la main de Jenny, il sursauta.

"Allons, il ne faut pas être si effrayé. Nous n'allons pas te faire de mal. Tu viens?" demanda la jeune femme.

James ne sembla pas réagir alors elle le saisit par la taille et le souleva dans ses bras de nouveau puis elle entra à l'intérieur du commissariat avec lui. Les autres Jenny présentent, haletèrent dans la surprise en voyant ce que leur cousine leur ramenait.

"Hé bien, voilà un drôle de bandit." dit l'une d'entre elles sympathiquement.

Jenny rit et déposa James au sol. Il se prépara à fuir mais elle le retint de nouveau par le bras.

"J'ai trouvé ce petit garçon seul dans la rue, endormit sous un porche. Apparemment, il ne semble pas venir d'une famille dépourvue de moyens. C'est assez étonnant qu'il soit resté seul la nuit et par ce froid."

Les autres Jenny acquiescèrent dans l'accord.

"Bien. Je dois continuer ma surveillance en ville, je vous laisse la garde de ce garçon. Essayez de voir si un enfant de son genre n'a pas été signalé disparu ces derniers temps." ajouta l'agent qui avait trouvé James dans la rue, elle remit sa main à une de ses cousines puis elle quitta le bureau précipitamment.

Tandis qu'une des Jenny examinait les avis de recherche sur ordinateur, celle à qui James avait été remit se pencha vers lui et lui sourit.  "Alors petit." demanda-t-elle doucement "Si tu souhaites à ce que l'on retrouve tes parents il va falloir d'abord nous dire comment tu t'appelles..."

Elle attendit un instant et ne recevant pas de réponse, elle continua. "Tu ne dois pas avoir peur de nous. Nous n'allons pas t'arrêter ou quelque chose de ce genre. Nous souhaitons juste t'aider à retrouver tes parents."

James ne répondit rien et continua à la regarder fixement, tremblant durement.

La Jenny soupira et se tourna vers une de ses associées.

"Je pense que nos uniformes l'effraye."

L'autre jeune femme acquiesça.

"Ça doit être ça en effet."

La Jenny se trouvant face à James, retira sa ceinture sur laquelle était attaché son pistolet et ensuite, elle assit le petit garçon sur une chaise et s'accroupit devant lui.

"Voilà, maintenant je dois être moins imposante. Tu veux bien me dire quel est ton nom?"

James avala sa salive, secoua sa tête et ne répondit rien.

La Jenny soupira de nouveau et se tourna vers sa cousine affairée sur l'ordinateur.

"Alors, tu as trouvé quelque chose?"

Elle secoua sa tête. "Non. Aucun petit garçon ressemblant à celui ci n'a été annoncé disparu."

La Jenny accroupie devant James laissa tomber sa tête en avant dans l'abattement.

"Ça ne vas pas arranger les choses. Je pense que nous devrons le mettre à l'orphelinat en attendant que quelqu'un le réclame."

Elle souleva sa tête de nouveau et sourit à James. "Tu peux me dire où tu habites? Le nom de tes parents? Ce que tu faisais dans la rue? Ton âge peut-être?... Tu vas à l'école? Tu as des frères, des soeurs? Des grands parents chez qui tu voudrais aller?"

James acquiesça doucement.

Le sourire de la Jenny s'agrandit, "Tu as quelque chose à me dire mon petit?"

James baissa son regard puis il chuchota: "J'aimerais aller chez mon grand-papa..."

La Jenny le regarda attentivement.  "C'est très bien mon petit. Comment s'appelle ton grand-père? Où habite-t-il?"

James haussa ses épaules et libéra un soupir lourd.  "Il s'appelle grand-papa et je ne sais pas où il habite."

La Jenny soupira de nouveau. Elle fronça ses sourcils un instant, puis en voyant l'air effrayé de James, elle sourit légèrement de nouveau et ébouriffa ses cheveux. "Ce n'est pas grave. Au moins tu as parlé, c'est déjà quelque chose."

Elle demanda de nouveau à James s'il pouvait lui dire qui étaient ses parents, où ils habitaient et d'autres choses du même genre mais il ne parvint pas à lui répondre. Finalement, elle se releva dans l'échec.  "Je pense que je ne pourrais tirer aucun renseignement de lui. Les assistantes sociales y parviendront peut être mieux. Je vais le conduire à l'institut le plus proche, si ses parents se manifestent nous les enverrons le rechercher là."  Les autres Jenny acquiescèrent dans l'accord et la Jenny prit James par la main.

"Allez, tu viens petit? On va te trouver un endroit où passer la nuit d'accord?"

James trembla un peu plus vigoureusement, retirant sa main de la sienne. "Pas à la prison, hein?" demanda-t-il d'une voix brisée en regardant la Jenny avec des yeux remplis de larmes.

Elle sourit et secoua sa tête doucement. "Non, je vais te conduire dans un endroit où tu pourras rencontrer plein d'autres enfants."

James sourit joyeusement. "Oh ça c'est chouette!" s'écria-t-il doucement et ensuite il accompagna la policière à l'extérieur jusqu'à sa voiture.

~~~~~~~~~~~

James ouvrit de grands yeux intrigués lorsqu'il pénétra à l'intérieur de l'orphelinat avec l'agent Jenny. Il regarda peureusement les autres enfants qui l'entourait et le regardait avec de grands yeux curieux. Après avoir discuté un moment avec une éducatrice, la Jenny s'éloigna laissant le petit garçon apeuré, seul dans cet endroit qu'il ne connaissait pas.

De nouvelles larmes emplirent ses yeux et il se laissa tomber assit sur le sol, cachant son visage entre ses mains et pleurnichant doucement. Bientôt, l'éducatrice qui avait parlé avec la Jenny s'approcha de lui et repoussa ses mains de son visage, lui souriant sympathiquement.

"Bonjour petit."

James ne répondit rien et cacha immédiatement de nouveau son visage avec ses bras.

La jeune femme brune, se pencha vers lui et éloigna de nouveau ses bras de son visage. "Et bien... tu ne veux pas me parler à moi non plus?"

James avala un sanglot puis il secoua sa tête doucement. "Qu'est-ce qu'il y a? Je te fais peur?"

Le garçonnet acquiesça peureusement.

"L'agent Jenny m'a expliqué que tu avais eu peur d'elle aussi mais finalement tu lui as parlé... Tu peux me faire confiance à moi aussi petit, je ne vais pas te manger."

James trembla durement et essaya de cacher son visage de nouveau avec ses bras mais l'éducatrice l'en empêcha. Il baissa alors sa tête timidement, évitant de la regarder dans les yeux et elle saisit son menton doucement puis elle souleva son visage vers le sien.

"Écoute, tu as sûrement un nom. Tu ne veux pas me dire du quel il s'agit?"

James trembla plus durement. De grandes larmes coulèrent le long de son visage et finalement, il se mit à sangloter désespérément. L'éducatrice lâcha ses bras et le regarda avec impuissance tandis qu'il se pelotonna sur lui même au sol, pleurant hystériquement.

"Je pense que cet enfant a dû avoir un choc émotionnel." dit une autre éducatrice en s'approchant "Il vaudrait mieux arrêter de le questionner pour aujourd'hui."

L'éducatrice brune acquiesça dans l'accord et saisit James par la taille, l'obligeant à se relever sur ses genoux puis elle essuya les larmes qui trempaient son visage avec un mouchoir en papier.

"Ce n'est pas grave mon chéri, tu n'es pas obligé de nous parler aujourd'hui si tu n'en as pas envie. On va te donner un bon repas, un bon bain et ensuite tu feras connaissance avec les autres enfants c'est d'accord?"

James ne répondit rien et l'éducatrice le tira sur ses pieds puis elle le saisit par la main et le conduisit à une table voisine où d'autres enfants attendaient leur repas. Elle souleva James par la taille, l'assit sur une chaise puis elle attacha une serviette autour de son cou.

"Voilà, je suis sûre que tu dois aimer la bonne nourriture. N'est-ce pas? Si tu manges bien toute ton assiette tu auras droit à un dessert. C'est une bonne nouvelle non?"

James ne répondit toujours pas et baissa son regard vers son assiette vide tristement. Il ne souhaitait pas spécialement retrouver ses parents mais toutes ces personnes inconnues lui faisaient peur et sa gouvernante lui manquait énormément.  
Il regarda curieusement une éducatrice remplir son assiette de purée, de viande et de légumes et verser de la limonade dans son verre mais une fois qu'il fut servit, il n'y toucha pas, ce qui n'était pas normal venant de lui car d'habitude, il avait toujours tendance à vouloir se jeter avidement sur la nourriture.

L'éducatrice brune qui l'avait questionné dès son arrivée se pencha de nouveau vers lui et le regarda sceptiquement.

"Tu n'as pas faim?" demanda-t-elle doucement.

James secoua sa tête lentement. "Il faut que tu essayes de manger au sinon tu risques de tomber malade. Je suis sûre que tu ne désires pas cela..."

James secoua sa tête de nouveau et prit sa fourchette puis il la piqua sur un morceau de viande. L'éducatrice lui sourit bienveillamment. "C'est très bien!!! Bravo." dit-elle sur un ton encourageant en frappant des mains.

James avala le morceau de viande difficilement, il lui semblait que sa gorge était nouée. Après cela, il laissa tomber la fourchette sur la table, repoussa son assiette, croisa ses bras à son emplacement puis il cacha sa tête entre eux et pleura amèrement.

L'éducatrice secoua sa tête avec déception et soupira lourdement.

"Bien. Si tu ne veux vraiment pas manger, on va faire ta toilette tout de suite ainsi tu pourras jouer plus vite avec les autres enfants."

James ne répondit toujours rien et elle le souleva de nouveau dans ses bras puis elle le conduisit à la salle de bain.

~~~~~~~~~~~

James gémit péniblement lorsque l'éducatrice le déshabilla, il pleura lorsqu'elle le mit dans un grand bassin et ses pleurs devinrent de plus en plus fort lorsqu'elle le frotta durement avec son gant de toilette. A ce moment, il regrettait de nouveau la douceur que sa gouvernante avait toujours envers lui.

"Apparemment tu n'es pas muet, je me demande pourquoi tu ne veux pas me parler." dit l'éducatrice en sortant James du bassin et en l'essuyant. Il gémit tristement et ses pleurs diminuèrent. Cependant, lorsqu'elle essuya ses genoux, il se remit à crier à pleins poumons.L'éducatrice le regarda curieusement et les petites éraflures sur ses genoux attirèrent alors son attention.

"Tu t'es blessé?" demanda t'elle doucement.

James acquiesça timidement.

"Ce n'est rien. On va désinfecter ça d'accord?" déclara l'éducatrice. Elle l'assit sur une petite chaise et tamponna la blessure avec un petit coton d'ouates imbibé d'antiseptique. James commença à crier un peu plus fort lorsqu'elle fit cela; et pour le calmer, elle souffla sur la blessure puis elle y déposa un petit sparadrap qu'elle embrassa.

Le petit garçon s'arrêta immédiatement de pleurer et il renifla, essuyant les larmes de ses joues avec sa main.

"Ça va mieux?" demanda l'éducatrice.

Il acquiesça doucement. Seule sa gouvernante embrassait ses blessures comme ça pour qu'il arrête de pleurer. Il conclut que cette femme ne devait pas être méchante tout compte fait.

À suivre...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site