Je saigne encore

Il avait supporté la douleur de ses coups et de ses injures, il avait supporté la douleur de toutes ces années passées à côté d'elle sans réussir à lui avouer ses sentiments, il avait supporté les nombreux échecs qu'il avait vécu avec elle mais la voir aimer un autre homme, il ne pouvait pas le supporter. Depuis qu'il l'avait surprise dans les bras de cet inconnu, tous ses espoirs de pouvoir un jour lui avouer son amour c'étaient envolés à jamais.

Pourquoi n'avait il jamais trouvé le courage d'avouer ses sentiments plus tôt? Sans doute parce qu'inconsciemment, il savait qu'elle n'accepterait jamais plus de sa part qu'une simple amitié. Cette amitié le consolait. Parfois, elle se montrait un peu moins dure envers lui, compatissante, presque douce et ils partageaient souvent des moments très complices tous les deux....Cependant, il y avait toujours quelque chose dans le regard de son amie qui lui faisait perdre tout le courage qu'il avait en lui, qui essayait de lui faire comprendre que tout était perdu d'avance. Mais malgré tout, il préférait garder ses rêves et ses espoirs.

Il a le droit de poser ses mains sur ton corps
Il a le droit de respirer ton odeur
Il a même droit aux regards qui le rendent plus fort
Mets-moi la chaleur de ta voix dans le coeur

Le serment d'amitié qu'elle lui avait fait se répétait sans cesse dans son esprit: "Nous serons toujours unis jusqu'à la mort" Y penser le blessait énormément. Sa douleur morale était bien plus atroce que toute la douleur physique qu'il pouvait ressentir. Elle était sa seule famille, la seule personne en qui il avait eu confiance, elle se doutait qu'il l'aimait. Pourquoi l'avait-il trouvée dans sa propre chambre avec cet homme, après avoir été alerté par ses cris de bonheur et de satisfaction? Sans doute avait elle tout manigancé. Elle savait qu'il allait les surprendre. Si c'était sa façon personnelle de lui faire comprendre qu'il n'avait aucune chance avec elle, ça n'était vraiment pas la meilleure. Elle savait combien il allait en souffrir.

Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme
Regarde en toi, même pas l'ombre d'une larme

Il n'avait jamais autant souffert de toute sa vie. Non... même pas durant son enfance lorsque ses parents lui montraient du mépris. Jamais il ne s'était senti si abandonné, si trahi. Son coeur était brisé, tous ses rêves étaient détruits, ainsi que sa vie... Jamais il n'aurait souhaité la faire souffrir mais maintenant elle était allée trop loin vis à vis de lui. Il devait se venger en la faisant souffrir à son tour et il savait parfaitement comment le faire...

Et je saigne encore, je souris à la mort
Tout ce rouge sur mon corps
Je te blesse dans un dernier effort

Il avait hésité avant d'exercer sa vengeance mais de terribles images le harcelaient. Lui qui était son  meilleur et seul ami depuis plusieurs années; avait le souvenir de nombreuses nuits durant lesquelles il avait reçu des insultes quand il s'était risqué à caresser ses cheveux pendant son sommeil. Et cet homme qu'elle connaissait à peine pouvait toucher les endroits les plus intimes de son corps sans qu'elle ne proteste. Cette pensée était insupportable... Elle l'enfonçait un peu plus fort dans le désarroi, le tuait à petits feux.

Il aime caresser ton visage quand tu t'endors
Et toi tu te permets de dire encore encore
Je sais que ce qui ne tue pas nous rend plus fort
Mais moi, mais moi je suis déjà mort

Et maintenant il était couché sur le sol froid de la cuisine, baignant dans son propre sang. Il pouvait entendre la voix de son amie, mais cette fois ça n'était plus un cri de bonheur qu'elle émettait mais un cri de terreur perçant. Il avait bien prémédité son mauvais tour lui aussi. Elle se mit à pleurer mais il ne regrettait pas son geste. Maintenant elle savait à son tour ce qu'était la souffrance morale... Elle ressentait une souffrance semblable à celle qu'il avait endurée pendant plusieurs années. Une souffrance aussi longue, aussi douloureuse, aussi dure et amère...

Ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme
Regarde en toi, même pas l'ombre d'une larme
Et je saigne encore, je souris à la mort
Tout ce rouge sur mon corps
Je te blesse dans un dernier effort

Avant de fermer ses paupières, il lui donna le regard avec lequel elle avait fait saigner son coeur pendant toutes ces années: ce regard qui signifiait que tout espoir était perdu.

Mais je saigne encore, je souris à la mort
Mais je saigne encore,
Tout ce rouge sur mon corps
Tout ce rouge sur mon corps
Tout ce rouge sur mon corps

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi, Jez et Chacha

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site