Vengeances et destructions

*Note: les noms employés pour les Pokémon sont pour la plupart Japonais car je ne connais pas leur traduction française*

~Pensées de Jessie ~

Je me suis dit de nombreuses fois que je ne réagirais plus sous l'impulsion de mes émotions et pourtant....

Il y a deux jours de cela, je marchais comme chaque jour dans la forêt, attendant l'arrivée de ce gosse énervant et de son rat électrique car je savais que leur rencontre se terminerait par un nouveau décollage vers d'autres cieux, accompagné par de la douleur évidente.

Quand le redoutable duo est apparu devant moi, j'ai commencé à réciter la devise. Mais je me suis arrêtée au milieu. À quoi bon réciter cette devise seule? C'était tellement mieux quand James récitait sa partie. Au moins, la dernière fois où j'avais essayé de dire la devise seule, James m'avait interrompue et l'avait continuée. Mais il n'était pas là cette fois. Pourquoi était il si dur de dire le mot: "Jessie" sans ajouter "James" par la suite? 
- Parce que ce n'est pas MA devise, c'est NOTRE devise et à Miaouss aussi... Oh bon sang, Miaouss....

Après avoir réalisé ceci et constaté qu'il n'y avait aucune raison de continuer ma - notre - habituelle devise, je me suis simplement décidée à enfiler des gants en caoutchouc et à bondir sur Pikachu, lançant dans le processus une de mes pokéball sur Sacha et ses maudits amis. Habuneku apparu et comme s'il lisait dans mon esprit, il se mit à exécuter son attaque hypnose pour paralyser les morveux.

C'était la première fois où il utilisait cette attaque et elle s'est avérée efficace. Tandis que je plaçais Pikachu dans une cage également recouverte de caoutchouc, je me suis demandée combien d'années il m'avait prit pour enfin accomplir ma mission. J'ai continué à réfléchir là dessus durant tout mon trajet jusqu'au quartier général de la Team Rocket.

Je ne pouvais pas le croire. C'était trop beau pour être vrai, j'avais réellement capturé Pikachu avec l'aide de l'un de mes propres Pokémon! Mais ma joie s'est rapidement dissoute. Je l'avais fait seule. J'avais accomplit mon - notre - but seule et je me suis souvenue que je ne voulais pas le faire seule. Vous pouvez probablement deviner ce qui s'est produit ensuite: l'effet de l'attaque d'Habuneku avait disparu et Sacha me courrait derrière.

Tout ce que je me peux me rappeler sur ce qui s'est produit par après, est qu'il a crié le mot: "Attaque la, Sceptile!". J'ai pu entendre la sirène d'un fourgon de police en approche et j'ai été transportée en prison par l'agent Jenny et ses acolytes, entortillée dans des lianes.

Et maintenant que je suis assise ici, je me demande pourquoi j'ai agi comme cela. Je suppose que c'est le destin qui m'a coincée ici pour les cinq années à venir. Je pense que je devais recevoir cette punition après ce qui m'était... ce qui NOUS était arrivé.

Je peux seulement imaginer que ce que je ressens maintenant, c'est un peu de la douleur que mes amis ont ressenti.

Du moins, je l'espère.

J'espère même que j'en ressentirais plus encore, parce que je le mérite.

Mes amis... m'ont abandonnée. Je n'ai plus personne.

Je reste assise ici toute la journée à regretter mon passé.

Le son d'un plat de nourriture glissant dans ma cellule est la seule autre chose en plus de ma propre voix que mes tympans ont entendu durant ces deux derniers jours.

Je ne serais pas surprise de mourir ici et je commence à souhaiter que ça en soit le cas.

Mais je ne peux même pas me tuer, je n'ai rien pour le faire.

La seule chose dont j'avais le plus peur au monde était de me retrouver complètement seule et s'en est le cas maintenant.

J'ai toujours agi d'une façon si indépendante cependant. J'ai toujours pensé à MOI avant de penser aux autres mais maintenant j'ai vraiment besoin de la présence de quelqu'un à mes côtés. J'ai besoin de la présence de James.

Pourquoi ai-je du me disputer avec lui?

Il importait plus que tout pour moi. Plus que toute autre chose que j'ai jamais eu.

Parfois, je le regardais et je me demandais pourquoi il m'acceptait telle que j'étais. Et maintenant je suppose qu'il ne l'a jamais fait. Il ne m'a jamais aimée.

J'ai pleuré quand j'ai vu ce qu'il avait écrit sur moi sur l'une des pages de son journal intime. J'en ai pleuré pendant des jours. Je n'ai jamais pensé qu'il était possible que la colère refoulée se libère sous la forme dont elle l'a fait pour James. Et je me sens coupable de savoir qu'il n'a jamais pu m'en parler.

Un petit livre dans lequel il écrivait tout ce qu'il ressentait, voilà tout ce qu'il avait pour soulager sa détresse. Pourquoi ne m'a t-il jamais dit que j'étais trop dure envers lui? Il avait sans doute trop peur de le faire.

Il n'a jamais voulu me tuer mais je suis sûre qu'il y a eu d'abondances de moments où il a voulu me quitter.

Je suis confuse. Je veux qu'il redevienne mon ami. Je veux le retrouver.

Mais je pense qu'il souhaitait que je parte.

Je suis une imbécile, un échec.

 


~James ~

Je ne suis pas insouciant, je suis un monstre.

J'ai détruit le coeur de la personne qui a le plus d'importance au monde pour moi.

Et maintenant elle ne sait même pas, elle ne saura jamais, pourquoi j'ai agi comme je l'ai fait. Elle pense que je la déteste. À ses yeux, tout ce que je suis c'est un garçon bourgeois instable qui ne peut pas affronter ses propres émotions.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

"Gobou, goooo!!!!"

Sacha avait lancé sa pokéball dans le visage de Jessie. Elle s'est trouvée choquée par cette action et elle aurait eu le nez cassé si je ne l'avais pas poussée hors du chemin. De même que nous avons frappé le sol, la pokéball est tombée devant nous et le pokémon eau est apparu. Jessie s'est relevée et a préparé son éventail, prête à lui donner une bonne leçon mais il a utilisé son attaque hydro-canon sur nous, ainsi que sur Miaouss.

J'ai fermé mes yeux et j'ai enveloppé mes bras autour de Jessie pendant qu'un jet d'eau énorme nous a frappé et que nous avons été projetés en arrière. La pression était énorme et je pouvais sentir que Jessie était appuyée contre mon uniforme trempé. Bientôt nous avons frappé le tronc d'un arbre et je me suis retrouvé pris en sandwich entre lui et Jessie. J'ai essayé de me glisser loin de l'eau mais la pression nous gardait collés Jessie et moi. Malgré le fait qu'elle bloquait la plupart du jet, j'ai eu l'impression de me noyer.

Finalement, ça s'est arrêté et mes associés et moi sommes tombés à terre, complètement abattus. Nous sommes restés agenouillés là quelques minutes, haletants. Ce prétentieux Sacha savait que nous abandonnions, c'est toujours pareil depuis plus de quatre ans.

C'était trop injuste. C'est vrai, nous essayions toujours de voler les pokémon de ce maudit gosse mais il nous attaquait violemment en guise de vengeance. Ça n'était pas honnête.

Découragés, mes associés et moi sommes retournés jusqu'à notre camp. Nous y avons mangé notre dîner puis au moment où nous nous préparions à nous installer dans nos sacs de couchage, Miaouss a entendu un bruit bizarre. Il est monté en haut d'un arbre pour voir ce qui se passait et...

C'est la dernière image de lui que Jessie et moi nous avons vu.

Non, ce n'était pas tout à fait vrai... Nous avons vu un Rapasdepic l'emporter jusqu'à son nid.

J'ai voulu courir derrière ce maudit oiseau pour aller rechercher Miaouss mais Jessie m'a saisit par le bras et m'a empêché de le faire. C'était inutile, Miaouss était perdu, plus rien ne pourrait nous le faire revenir. Quand j'ai compris cela, j'ai senti mon coeur se briser en morceaux.

~ ~ ~

Rien ne pouvait être pire que la disparition de Miaouss. Non, la souffrance que nous éprouvions avec chacun de nos échecs n'était en rien comparable à cela. J'ai éclaté en larmes, Jessie a brisé sa carapace de personne dure et a commencé à pleurer avec moi. Je n'avais jamais perdu un ami proche auparavant et je ne le prenais pas bien du tout. Mais Jessie... elle était toujours là pour me réconforter. Je me suis pelotonné dans ses bras et j'ai pleuré plus fort que je ne l'avais jamais fait auparavant. Je sanglotais plus fort que je pourrais crier mais Jessie restait silencieuse, le visage appuyé dans mes cheveux. Quand elle a cessé de pleurer, elle m'a regardé, a soupiré, m'a aidé à me coucher dans mon sac de couchage, m'a bordé et a séché les larmes de mon visage.

Il n'y a pas eu un moment où son affectuosité peu ordinaire a changé mon humeur. Je m'attendais à ce qu'elle me frappe à un moment ou l'autre.

Pendant que je ne pouvais pas m'arrêter de pleurer, j'ai soulevé mon regard flou vers Jessie pour lui demander un peu plus d'aide. Je l'ai regardée de la même façon que quand j'ai besoin d'un conseil.

Face à mon regard, l'expression de Jessie s'est adoucie d'avantage et elle a recommencé à pleurer. Sans vraiment ouvrir mon sac, elle s'est glissée à côté de moi et m'a laissé enterrer mon visage contre son cou. Elle a enveloppé un bras autour de ma poitrine et a entrelacé ses jambes avec les miennes. Avec son autre bras, elle a caressé mes cheveux. Je me suis accrochée à elle comme au doudou que j'avais quand j'étais bébé.

Dans un chuchotement, elle a parlé dans mon oreille: "Laisse sortir toute ta peine, James. Je resterai avec toi."

Qu'est-ce que je l'aimais...

Jessie respectait assez mon intelligence pour ne pas me dire quelque chose dans le genre de: "Tout ira bien" Après que quelqu'un comme Miaouss soit partit à jamais.

Je ne pense pas qu'elle l'a réalisé mais pendant l'étreinte que je partageais avec Jessie, je me suis senti plus secoué que je ne l'avais jamais été de ma vie entière. Alors que je n'avais aucun contrôle sur lui, mon esprit torturé m'a répété mille fois que mon coéquipier était mort et que personne n'avait rien pu faire pour l'aider.

Cette pensée m'a rendu furieux.

"Je tuerai ce maudit oiseau." ai-je murmuré. Alors, j'ai repoussé Jessie, j'ai bondit hors de mon sac de couchage et j'ai couru aussi vite que je le pourrais jusqu'à l'unique arbre où se trouvait un nid de Rapasdepic. Je savais que Jessie ne voulait pas que je risque ma vie pour venger Miaouss mais en ce moment, tout était retourné dans ma tête et je ne me souciais pas de ce qu'elle pouvait penser.

Le Rapasdepic dormait avec la tête sous une aile, couvrant des oeufs. Il n'y avait aucune trace de la carcasse de Miaouss...

J'ai tout d'abord réfléchit sur une façon dont je pourrais étrangler ce grand oiseau mais bientôt mon regard s'est plutôt concentré sur les  deux oeufs et j'ai allongé mes mains dans leur direction. Après avoir saisit les deux gros oeufs dans mes bras, j'ai réveillé la femelle rapasdepic d'un coup de pied puis j'ai jeté les oeufs en bas du nid sous son regard horrifié, lui criant que s'était bien fait.

J'aimais la façon dont elle semblait choquée. Elle devait payer ce qu'elle m'avait fait...

Oh... mais cependant...

Ces oeufs allaient peut être donner vie à des bébés Rapasdepic dans quelques temps.

J'ai haleté.

NON!

J'étais un monstre. J'ai cessé de respirer et j'ai baissé mon regard. Ma vengeance avait été stupide. De plus, qu'est-ce qui me prouvait que cette femelle Rapasdepic était bien le pokémon qui avait tué Miaouss?

Réalisant combien j'avais été stupide, je me suis avancé sur le bord du nid et... je me suis préparé à me jeter dans le vide  mais.... SACHA m'a sauvé.

"Sceptile, attrape James!"

J'ai senti des lianes s'envelopper autour de ma taille et j'ai été déposé au sol. J'ai regardé les oeufs écrasés au sol et la Rapasdepic qui s'était posée à côté d'eux et me regardait d'un air affligé.

J'ai compris que je m'étais trompé.

Sacha et ses amis ont couru auprès de moi.

"Est ce que tu vas bien, James?" m'a demandé le morveux avec un air inquiet. "Nous campions non loin d'ici quand nous avons entendu crier. Pierre a dit que ça semblait être toi, donc nous sommes allés jeter un coup d'oeil." Il m'a sourit fièrement "Et c'est une bonne chose que nous l'avons fait. Autrement, tu serais maintenant mort."

"Ça n'importe pas pour lui. Partez."

La personne qui venait de parler était Jessie. Elle s'était faufilée derrière nous sans prévenir. Il y avait un reflet de larmes séchées sur son visage et elle a lancé un mauvais regard à Sacha.

"Mais pourquoi?" lui ai-je demandé doucement d'un ton presque inaudible. J'ai pris une expression de chiot triste - ça me vient naturellement quand je suis bouleversé - et j'ai soulevé l'un de mes bras devant mon visage pour m'empêcher de pleurer devant les morveux. "Ils m'ont sauvé."

Jessie m'a donné un regard terrible "Parce que tu n'es pas le seul qui souhaite avoir sa vengeance aujourd'hui!" m'a t-elle dit d'un ton dur avec une forte accentuation sur ses derniers mots.

J'ai sursauté, Sacha s'est levé et a aboyé dans le visage de mon amie: "Est-ce que tu te sens bien?!!!"

Jessie a secoué sa tête. "Je ne le pense pas." et elle a retiré une arme de sa ceinture  puis elle l'a pointée vers le morveux. Rapidement, ce dernier a saisit une pokéball, a retourné sa casquette et a crié......

~ ~ ~

La plus mauvaise émotion qu'une personne est capable d'éprouver c'est quand elle se retrouve face à l'incapacité de faire quoi que ce soit pour la laisser sortir. Le corps se paralyse, se préparant pour l'échec et pendant que la personne veut pleurer, crier, geindre ou n'importe quoi d'autre, elle est physiquement incapable de le faire. Les larmes sont dans ses yeux mais elles refusent de sortir. Sa voix reste bloquée dans sa gorge...

C'est ainsi que nous sommes tous restés pendant une bonne minute.

Jessie était à bout de nerfs à ce point. Elle a essuyé la sueur qui s'était formée sur son front, ne retirant pas son regard de celui de Sacha. Elle a haleté et sursauté lorsqu'elle a tout à coup appuyé sur la gâchette. À partir de ce moment là, tout est allé très vite. Je ne sais pas ce qui m'a prit, tout s'est mélangé dans mon cerveau. J'ai pensé que je devais faire quelque chose et.... j'ai bondit devant Sacha. La balle m'a frappé et je suis tombé au sol, me recroquevillant sur moi même suite à l'impact. Des larmes ont quitté mes yeux dans le choc. J'ai sursauté dans la douleur et j'ai saisit mon estomac. Je pouvais entendre Sacha bégayer derrière moi, même à travers mes sanglots assourdis.

Jessie a marché à grands pas lents près de moi puis elle s'est arrêtée.  Je ne saignais pas... l'arme avait dû être chargée à blanc. Cependant... le choc de la balle m'avait tout de même fait horriblement mal. Avec ma tête appuyée contre mon genou, je ne pouvais pas voir le pistolet, mais j'ai entendu que Jessie le prenait et le soulevait de nouveau vers Sacha. Pourquoi agissait-elle comme cela?

"PARTEZ!"

Sous la menace, les morveux se sont tournés et se sont enfuis en courant.

Du moins... c'est ce que je pense qu'ils ont fait.

Mes descriptions sont ironiques hein?

Quand on a pratiqué mon métier pendant des années, c'est facile de garder dans son esprit, les expressions que nos rivaux peuvent avoir. Tout ce qu'on doit faire est de garder son attention centrée sur chaque petite chose: une feuille qui souffle, une voix, même le battement de son propre coeur... du moins, si votre coeur est assez bruyant pour que vous puissiez être capable de l'entendre...

Laissons tomber mes théories. Jessie était debout devant moi, me dominant et elle me donnait une peur bleue.

Je ne savais même pas ce qui se passait dans son esprit.

C'est sans doute parce que j'ai l'habitude d'être idiot.

Les yeux de Jessie ont prit une expression coupable tandis qu'elle m'a regardé. Elle m'a examiné un moment puis s'est retournée. La forêt était silencieuse, tout ce que je pouvais entendre était les battements de mon coeur et... non, je ne pouvais même pas entendre le souffle de Jessie.

J'ai presque pensé qu'elle était morte.

Après un moment, elle s'est mise à parler. Il y avait des sanglots dans sa voix et de nouvelles larmes silencieuses ruisselaient le long de son visage. Sa voix était à peine un chuchotement mais dans le silence de la forêt, c'était clair comme le son d'une cloche annonçant un enterrement.

"Je pensais vraiment que tu m'aimais."

Ma gorge s'est gonflée et je me suis retrouvé incapable de parler. Pourquoi me disait-elle cela? Pourquoi doutait-elle de mes sentiments?

"Mais....... je le fais."

Jessie a prit un pas violent vers moi et je me suis préparé à me faire frapper. J'ai abrité mon visage avec mes mains mais quand rien n'est venu, je me suis risqué de jeter un coup d'oeil furtif à travers elles. Et là, j'ai vu que ma Jessie sanglotait comme une enfant. Quelques secondes sont passées et alors, elle s'est remise à parler. Il n'y avait aucune hésitation dans ses mots.

"Laisse moi te dire quelque chose, James. Quelque chose dont tu auras besoin de te souvenir. Tu n'es pas un idiot, mais tu agis comme tel. Je ne pouvais pas savoir à quel point tu étais triste, je ne pouvais pas le savoir parce que tu ne me l'as jamais dit! Je ne me soucie pas de combien tu peux avoir peur de moi. Si notre rapport en est au point que tu dois exprimer ta colère uniquement par écrit, si tu estimes que tu n'as personne à qui parler, excepté un livre, alors je pense que tu dois te réveiller et essayer de trouver un peu de sens dans ta tête - "

Elle a fait une pause et je me suis retrouvé, me questionnant de nouveau.

Alors, je me suis rendu compte de ce qu'elle avait jeté auprès de moi.

"Oh non." ai-je bégayé, en dévisageant dans l'horreur ta forme délabrée.

De grandes larmes ont continué à couler le long du visage de Jessie alors qu'elle m'a répondu: "Si j'avais su ce que tu ressentais, je n'aurais jamais agi comme je l'ai fais envers toi. Il n'y a aucune raison pour moi de rester." Alors, elle s'est tournée pour partir.

Je me suis relevé d'un bond, je t'ai jeté à terre et j'ai couru après Jessie en hurlant aussi fort que je le pouvais. "JESSIE NON! NE M'ABANDONNE PAS, S'IL TE PLAÎT!!!! Ces choses que j'ai écrites... je ne voulais pas les dire!" Elle s'est arrêtée et s'est retournée. Je l'ai rattrapée, j'ai mis mes mains sur ses épaules et l'ai tirée vers moi. Elle a reculé à mon toucher.

"Jessounette, quelque fois à la fin du jour je deviens si fâché que..... et habituellement ce n'est pas à cause de toi -"

*SLAP*

J'ai soulevé ma main sur ma joue rouge et des larmes ont quitté mes yeux. Jessie m'a regardé avec dégoût, alors elle a attrapé mon menton et a crié dans mon visage. "EST-CE QUE TU NE SAIS PAS QUAND ARRÊTER DE GEINDRE?!!!! C'est toujours TA faute et c'est *réellement* toujours MA faute. Cesse de faire des excuses et de pleurnicher pour moi!!!" Elle m'a jeté à terre, s'est retournée et elle est partie en marmonnant sous son souffle "Tu n'auras plus jamais besoin de geindre."

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Son arrestation ne fut pas une grande affaire. Juste une autre bimbo de la Team Rocket enfermée.  J'ai appris que Jessie était retournée seule auprès des morveux et avait volé le Pikachu de Sacha, sans doute uniquement dans le but de se faire coincer. Toutes les accusations qui ont été portées contre elle étaient sans doute sans grand intérêt mais... elle a tout de même gagné cinq ans de prison.

Cinq longues années... Je ne sais pas si je dois pleurer, crier ou me laisser mourir. Maintenant que Jessie m'a abandonné, je n'ai plus aucune raison de vivre. Ma conscience n'arrêtera jamais de me torturer. Réellement, je pense que je ne m'en redresserais jamais.

Quoi qu'il en soit, j'ai réalisé qu'il était temps que je mette fin à tes jours, cher journal et je vais te mettre dans le feu dont la braise meurt comme dans les yeux de Jessie et comme dans mon coeur. Si tu as une âme, j'espère que tu pourriras en enfer. Toi et moi, journal, nous avons fait un mauvais duo. J'ai été assez insouciant pour te laisser détruire ma vie et maintenant je fais le voeu de te détruire. Au revoir, cher journal, je ne te regretterais pas.

FIN

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi, Jez et Chacha

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site