Un amour non réciproque

Chapitre 1

- ATCHIIIII!!!"

James somnolait et son éternuement rauque l'avait subitement éveillé. Jessy sursauta et sa tête frappa presque le capot de la jeep.

- Désolé. Renifla t-il.

- James, est-ce que tu es sûr que tu veux voyager?

Jessy retira un instant ses yeux de la route pour regarder son ami avec inquiétude. Il était sûrement fiévreux.

- C'est juste un rhume, Jessy.

Le jeune homme retira un mouchoir de la poche de son pantalon et s'essuya le nez. - Les gens voyagent avec des rhumes, tout le temps.

- Et ils infectent les personnes qu'ils côtoient.

La jeune femme fronça ses sourcils.

- Je promets que je n'éternuerai pas ou ne postillonnerai pas sur toi.

James éternua dans son mouchoir.

- Si l'avion que nous allons prendre est plein, tu pourras me séquestrer dans la soute à baguages pour ne pas que j'infeste les autres passagers.

Jessy lui donna un regard complice. - Ce n'est peut-être pas une mauvaise idée.

- Hum... oui.

James avait plaisanté, il ne désirait rien de plus que de rester assit durant tout le voyage auprès de son associée. Tous deux devaient aller rechercher Miaouss sur une île réservée aux pokémon, où leur patron avait envoyé le félin en mission solo.

- Ne semble pas si découragé.

Jessy caressa le genou de son ami. - Je suis sûre que tu m'as déjà infectée, donc je m'assiérai à côté de toi.

James se sentit un peu plus chaud, mais cette fois pas à cause de la fièvre. Il pensait que Jessy l'aimait. Il était fatigué, irritable, ne se sentait pas bien mais cette idée le réconfortait. Il avait eu quelques preuves que son amie l'aimait aujourd'hui. Tout d'abord elle avait proposé de conduire pour qu'il se repose pendant ce temps et il y avait juste une seconde de cela, elle l'avait regardé..... amoureusement.

- Hé Jessy. Dit-il très tranquillement.

Elle quitta la route des yeux une milli-seconde. - Ouais?

- Je t'aime.

La jeune femme serra ses mains un peu plus sur le volant en poussant un gros glapissement de surprise et pendant une seconde, il paru à James qu'elle avait cessé de respirer. Elle avait cessé tout mouvement. Il se demanda s'il avait réussit à la bouleverser. Apparemment, s'en était le cas. Bon sang, elle était bouleversée. Après toutes ces années d'amitié et d'association, il lui avait pris un éternuement pour découvrir qu'elle l'aimait réciproquement.

- Jessy?

- Quoi, James? Demanda t-elle d'un ton froid. Etais-ce le ton d'une femme passionnée?

- Est-ce que tu as entendu ce que j'ai dit?

La jeune femme continua à conduire sans répondre. James commença à s'inquiéter. ' Est-ce possible qu'elle n'a pas entendu ce que j'ai dit? '

- J'ai dit--

- Je ne veux pas avoir ce genre de conversation avec toi.

Tout l'air quitta les poumons du jeune homme affligé. Son coeur cessa de battre dans sa poitrine.

Son amie ne l'aimait pas.

Il l'aimait et elle ne l'aimait pas en retour.

~~~~~~~~~~~~~~~~~

Arrivée à l'aéroport, Jessy gara la jeep sur un parking. Un porteur prit son sac ainsi que celui de James et les porta à l'aéroport. Après que leurs sacs aient été déposés sur un tapis de contrôle, les deux amis s'avancèrent vers la piste d'atterrissage où leur avion les attendait.

James marchait à pas lents derrière son amie, désirant ne pas la rattraper. Il ne voulait plus lui faire face pour voir de la pitié, de la répulsion ou de l'indifférence dans son regard. Elle ne l'aimait pas, c'était une pensée insupportable.

Bientôt, James remarqua que Jessy faisait un petit détour auprès d'un distributeur de boissons. Il l'attendit un petit moment puis elle s'approcha de lui.

- J'ai pris un jus d'orange pour toi. Dit-elle de son ton habituellement froid. James souhaita que le sol s'ouvre et l'avale.

- Merci. Dit-il d'une voix enrouée.

Il laissa de nouveau son amie le précéder pendant qu'elle s'avança vers le point de contrôle de sécurité. Il la suivit derrière la file d'attente.

- Pourquoi est-ce que tu ne me laisses pas te surveiller? Demanda-t-elle en sortant sa tête de la file de gens qui faisaient la queue. - Il semble que tu vas tomber.

James ne répondit pas. Il se retira de la file et se laissa tomber sur une chaise. Il fouilla ses poches à la recherche de son billet et de sa carte d'identité. Ses yeux rencontrèrent ceux de Jessy un bref instant et il se détourna rapidement avant de se sentir embarrassé.

Les yeux de la jeune femme étaient maintenant pleins de pitié.

- Viens ici, James. Elle utilisa le même ton de voix qu'un maître utiliserait pour appeler son caninos. Elle lui donna le jus d'orange qu'elle avait acheté plus tôt pour lui. - Bois ton jus. Ça soulagera ta gorge.

En prenant le petit carton, James se forca à sourire. - Merci, Jessy.

Elle partit rejoindre la foule et James tâtonna la boîte en carton en essayant d'aspirer le jus d'orange aussi rapidement que possible. Finalement, il laissa tomber le récipient cartonné dans la frustration et l'écrasa d'un coup de pied brusque.

Jessy ne l'aimait pas.

Il regarda la boîte de jus d'orange écrasée et son contenu répandu sur le sol. Effrayé, il jeta un coup d'oeil rapide à Jessy et fut à la fois soulagé et blessé en la voyant parler amicalement avec un jeune homme assez séduisant. James se hâta de ramasser la boîte de jus et de la jeter dans une corbeille proche puis il s'éloigna et ne cessa pas de marcher jusqu'à ce qu'il se trouve face à un mur à la fin du terminal. Soudainement, n'ayant rien à faire pour distraire son esprit, ses pensées revinrent à Jessy. Il pleurnicha avec désespoir et regarda les alentours frénétiquement à la recherche des toilettes pour hommes.

Toutes les portes qu'il trouva étaient garnies d'un petit panneau sur lequel il faisait inscrit: << Entrée interdite >> et James dû retourner dans la foule avant de trouver finalement les toilettes. Après avoir ouvert la porte à toute vitesse, il se détourna avec embarras quand un type, lavant ses mains, regarda sa réflexion dans le miroir et ricana en voyant ses larmes. James marcha à grands pas rapides dans la petite salle puis il pénétra dans une cabine et ferma la porte à clef. Une fois hors de vue, il s'appuya contre le mur et ferma ses yeux jusqu'à ce qu'il entende les pas de l'homme s'éloigner et la porte s'ouvrir et se fermer. Sûr qu'il était maintenant complètement seul, il prit un souffle profond et fut horrifié par le sanglot qui sortit quand il expira. Fâché contre lui-même, il déchira un morceau de papier hygiénique et se moucha, alors il claqua sa paume contre le mur.

Comment pouvait-il être si stupide? Bien sûr qu'elle ne l'aimait pas. Qu'est-ce qu'il avait été penser? Que parce qu'elle avait été gentille envers lui, elle l'aimait? Où diable était donc son cerveau?

Jessy ne pourrait jamais l'aimer. Maintenant, il s'était rendu compte de cela. Il devait l'admettre, même si ça le blessait. Il pouvait sentir son coeur se briser en milliards de petits morceaux.

Elle ne l'aimait pas.

Oh non, elle ne l'aimait pas.

~~~~~~~~~~~~~~~~~

Quand James retourna s'asseoir sur le siège où il s'était assit plus tôt, Jessy lui donna une nouvelle boîte de jus d'orange. L'homme séduisant n'était plus en vue.

- Tu as fait une agréable promenade?! Demanda la jeune femme d'un ton colérique. James leva ses yeux vers elle.

- J'ai dû aller aux toilettes. Murmura t-il d'un ton confus.

- Est-ce que tu n'aurais pas pu attendre quelques minutes?!

L'intensité dans le regard de Jessy, rendait James nerveux. Il regarda au loin. - Non.

- Tiens, prend ça alors!

Elle jeta sa carte d'identité et son billet sur son genou.

Perplexement, James baissa son regard vers les deux papiers cartonnés. - Pourquoi me donnes tu tes papiers, Jessy?

- Comme tu es parti, nous avons perdu notre place et nous pouvons encore faire la queue alors qu'en ce moment nous devrions déjà être dans l'avion!!!!

Le jeune homme souleva son regard vers celui de son amie. - Mais je pensais que tu--

- Tu n'étais pas dans ton siège, James! Devais-je partir sans toi?!

Il secoua sa tête silencieusement.

- C'est une chance que je me sois renseignée auprès des hôtesses pendant ton moment de disparition soudaine. Elles m'ont dit que notre vol était pratiquement vide et qu'elles nous gardaient deux places au fond.

James resta silencieux. Il n'était pas capable de se disputer avec son amie. Il se contenta de jeter sa boîte de jus d'orange dans la corbeille à côté de lui.

- Tu me dois deux poké-dollars.

- Quoi?!

- Pour le jus que tu as jeté. Il m'a coûté deux poké-dollars.

- Oh?

James fouilla ses poches et en retira quelques capsules de bouteilles. Il les tamisa, hésita une seconde puis se retourna et éternua. - Excuse moi. Il trouva une petite pièce rouillée. - Je n'ai pas d'autre argent. Prend le... ATCHI!!!! Il renifla. - Prend cette pièce et je-- Un autre éternuement - ... te rembourserai.... quand.... Un autre. Il laissa tomber la pièce sur son genou pendant qu'il saisissait son mouchoir et s'essuyait le nez. Alors, il s'affaissa en arrière, épuisé.

- À tes souhaits.

Jessy prit la pièce, la regarda, puis regarda son ami avec compassion. - Je suis désolée, James. Tu ne dois pas vraiment me payer pour le jus.

Il repoussa sa main alors qu'elle se préparait à lui remettre la pièce rouillée. - Non. Non. Tu as raison. C'était gentil de ta part de l'acheter pour moi et je l'ai jeté sans le toucher. Il ferma la main de son amie autour de la pièce de monnaie. - Garde la au cas où tu ressentirais le besoin de faire un autre achat. Il tenta de sourire.

- James, tu ne dois pas--

- S'il te plaît, garde-la, Jessy. Je n'ai pas l'énergie pour la remettre dans ma poche.

Il ferma ses yeux pour ne pas voir la compassion que son amie avait dans le regard. Pourquoi l'aimait-il tellement? Pourquoi est-ce qu'elle ne pouvait pas l'aimer en retour? Il humidifia ses lèvres brûlantes et avala. Il fut tout à fait désolé de sentir la salive brûler son oesophage enflammé. Il souhaita ne pas avoir jeté le jus. Distraitement, il tapota ses poches en se demandant s'il avait encore des pastilles fortes.

Il commencait à s'endormir lorsqu'une voix puissante dans le haut-parleur situé juste au dessus de lui le fit sursauter. Son coeur battait encore à toute allure quand il sentit la main de Jessy couvrir la sienne. Incapable de se remettre de ses émotions, il se tourna pour la regarder fixement.

- C'est à nous, James. Dit-elle doucement. - Allez, viens.

Il se leva et s'avança vers la rampe. Après quelques secondes, il s'arrêta devant un garde de sécurité et lui montra son billet et sa carte d'identité. Comme il ne portait pas son uniforme, il ne fut pas reconnu comme étant un membre de la Team Rocket. Le garde lui donna la permission de passer d'un signe de la tête. James marcha derrière Jessy, la suivant à l'intérieur de l'avion. Tous deux s'avancèrent vers le fond de l'appareil puis s'assirent sur les sièges libres qui leurs étaient réservés.

- Bon maintenant si ça ne te dérange pas, je vais fermer mes yeux et dormir, Jessy. Murmura James, appuyant sa tête contre le sommet de son siège.

- Comment te sens tu? Le ton de la jeune femme était étonnamment doux et soucieux. James détestait le fait qu'il l'appréciait beaucoup.

- Je me sens bien. Dit-il, surpris que son mensonge sorte de façon si convaincante.

- James....

Il attacha sa ceinture de sécurité puis pencha son siège en arrière. - Je suis vraiment fatigué, Jessy.

Elle soupira, se releva, puis s'éloigna.

- Il reste un siège libre un peu plus loin, je pense que je vais le prendre.

James fut soulagé que son amie s'éloigne, bien qu'une partie de lui voulait qu'elle soit encore à ses côtés. Une partie de lui souhaiterait toujours sa présence à ses côtés.

Il souhaitait pouvoir mourir.

..............

~~~~~~~~~~~~~~~~~

.............

Un cri strident retira James de son profond sommeil. Il se redressa rapidement, clignant des yeux.

- Oh, je suis si désolée. Je ne me suis pas rendue compte qu'il y avait quelqu'un ici.

Une jeune femme tenant un bébé pleurant lui parlait et James n'était pas sûr d'avoir bien compris tout ce qu'elle avait dit.

- Um... C'est d'accord. Marmonna-t-il en sursautant encore alors que les cris attaquèrent ses oreilles. - Quel est son problème?

La femme sourit tristement. - Je ne sais pas ce qu'il y a. Il pleure depuis que nous sommes partis.

James acquiesça. Il voyageait en avion depuis son plus jeune âge et avait une idée d'où pouvait provenir le problème. - Depuis combien de temps voyageons nous? Demanda t-il. Il n'avait aucun indice du temps durant lequel il avait dormi.

La femme ne regarda pas sa montre. - Environ une heure. Elle semblait tout à fait paniquée.

- Je pense que ce sont peut-être ses oreilles. Vous lui avez donné son biberon?

Elle secoua sa tête. - Ce n'est pas l'heure pour lui de manger. Une réalisation frappa tout à coup son esprit. - Oh bien sûr, il n'a pas assez mangé contre la pression de l'air! Elle sourit à James et son regard se posa sur la couverture qui était posée sur ses genoux. - Merci beaucoup. Je suis désolée de vous avoir dérangé. J'espère que vous vous sentirez mieux.

James ne voulait pas penser à combien il devait paraître malade si une mère qui négociait avec un enfant hystérique, avait remarqué son état. Il sourit faiblement et fit un signe d'approbation de la tête à la jeune femme avant que cette dernière ne retourne à l'avant de l'avion.

Pour la première fois, il remarqua qu'un oreiller avait été posé sous sa tête et qu'une couverture avait été étendue sur lui. Etais-ce Jessy qui....? Qui d'autre dans l'avion se souciait de prendre soin de lui? Qui d'autre n'importe où dans le monde se souciait de lui après tout?

Il repoussa la couverture, se sentant complètement éveillé. Il se redressa et regarda les alentours à la recherche de son amie. Peut-être était-il temps pour lui de la rejoindre et de s'excuser maintenant. En plus, même si elle ne ressentait pas le même genre de sentiment qu'il nourrissait envers elle, il l'aimait toujours. Et maintenant qu'il était éveillé, il se sentait vaiment seul. Il avait besoin d'une petite compagnie humaine du genre de celle de son amie.

Il l'entendit avant de la voir. Elle riait. Il supposa que ça pourrait être parce qu'elle lisait un livre amusant mais ça n'était pas cela du tout.

Il prit quelques pas en avant pour reconnaître l'homme séduisant qu'il avait vu plus tôt, assit aux côtés de Jessy. Elle le dévisageait d'un air étourdit. Jessy ne riait jamais des plaisanteries de personnes et elle riait au sujet d'à peine n'importe quoi avec lui.

James sentit un frisson soudain dans son dos. Avant qu'il puisse prendre un nouveau pas, il sentit un chatouillement dans son nez et ne put pas retenir un nouvel éternuement: - ATCHI!!!!

Alors qu'il trébuchait en arrière, il aurait pu jurer qu'il entendait la voix de Jessy. - Je connais cette façon d'éternuer.

Mais, non. Il avait vu l'apparence radieuse sur le visage de son amie. Il avait entendu son rire. Elle était trop occupée par l'homme qui l'amusait. Elle n'aurait pas pris la peine de prêter attention à l'éternuement de l'homme qu'elle n'aimait pas.

Se laissant tomber dans son siège, il sortit son mouchoir de sa poche et le garda accessible jusqu'à ce que son éternuement s'arrête. Il le mis sur ses genoux et reposa délicatement sa tête douloureuse contre le dossier.

- James?

Il sursauta avec étonnement. - Jessy?!

Tout ce qu'il pourrait faire était de la regarder. Ses yeux dardèrent derrière elle. Il put voir l'homme séduisant qui le regardait.

Soudainement, les yeux de Jessy s'élargirent, elle se pencha vers James et chuchota aussi inaudiblement que possible: - Est-ce qu'il n'est pas derrière moi?

James donna un autre coup d'oeil à l'allée. - Qui?

- Ce type. Est-ce qu'il m'a suivie oui ou non?

James fut assez intrigué. - Non, mais...

Elle expira, se sentant soulagée. - Merci de me secourir, Jimmy.

Il acquiesça, désorienté. - Tu ne sembles pas avoir besoin d'être secourue. Dit-il doucement.

- Les apparences sont souvent trompeuses, James. Tu le sais.

Il le savait. Toujours avait-il la sensation qu'elle faisait référence à autre chose.

Il lui vint soudainement à l'esprit que Jessy était vraiment debout à côté de lui alors que l'homme séduisant l'attendait sans qu'elle compte le rejoindre. Mais pourquoi?

Il se redressa tandis que son amie s'assit dans le siège à côté de lui. - Est-ce que tu as la migraine? Demanda t-elle.

Se demandant comment elle le savait, James acquiesça. - J'allais prendre deux cachets d'aspirine.

- Est-ce que tu en as? La jeune femme semblait surprise.

- J'ai une pharmacie entière avec moi.

- Bien, tu les sors et je vais te chercher un verre d'eau. La jeune femme n'eut qu'à se relever et à se tourner pour atteindre le distributeur d'eau.

James remarqua qu'il ne portait plus sa veste. Elle était soigneusement pliée dans le compartiment au-dessus de lui. Il regarda son associée. - Comment es tu arrivée à enlever ma veste sans que je me réveille?

- Pour répondre à ta question, sache que ce type à côté de qui j'étais assise tout à l'heure m'a aidée à retirer ta veste de tes épaules. Ensuite, c'est lui qui l'a mise là." Elle indiqua le petit porte-bagages et soupira. - Et j'ai été obligée de faire la conversation avec lui pendant une heure.

- Je pense que ça a été une chance pour toi que je me sois réveillé alors.

Jessy baissa son regard vers son ami, elle paraissait embarrassée. - Um oui, c'est vrai. Les yeux des deux jeunes gens se rencontrèrent. La jeune femme semblait si misérable que James voulait la prendre dans ses bras et l'étreindre pour la réconforter mais c'était hors de question.

- James, je suis désolée.

- Pour quoi?

- La mère avec le bébé. Je suis celle qui les a envoyés ici.

- Toi?! Il fut ahuri. Le hurlement du bébé lui avait presque donné un infarctus. Il avait une migraine atroce, la sensation que ses jambes étaient en caoutchouc et il avait un teint de zombie. Toujours était-il que cette nouvelle réchauffait son coeur. Jessy avait envoyée la mère et le bébé criard près de lui pour le réveiller. Elle ne voulait pas du Don Juan de l'aéroport. Elle le voulait lui. Peut-être l'aimait-elle un peu après tout? Ou au moins, peut-être avait elle simplement besoin de l'aide d'un ami? L'ami qu'il était. L'ami qu'il serait toujours.

Et rien d'autre.

Cette pensée frappa James comme un coup de poignard et tous ses espoirs s'effacèrent aussitôt. Il se sentit étourdit et se rassit rapidement sur son siège.

- James? Est-ce que tu vas bien? Jessy s'assit à côté de lui et il lui fit un signe d'accord de la tête, bien que ça n'était pas vrai.

- Désolé. Ça doit être le rhume et l'altitude. Il ferma ses yeux.

Jessy commença à glisser ses mains à travers les poches de son pantalon. Il sentit ses joues brûler. Pour lui, cet acte signifiait beaucoup.

- Alors, où sont ces médicaments? Le ton doux de la voix de Jessy forca James à ouvrir ses yeux. Il observa attentivement son visage pour voir sa gentillesse, sa compassion ou tout simplement sa pitié. Il pouvait juste voir qu'elle se souciait de lui, si pas comme un amant, au moins comme un ami. Il savait que rien n'était fini, qu'elle continuerait à se comporter comme ça avec lui, bien qu'elle savait qu'il l'aimait.

Elle s'inquiétait pour lui - il pouvait le voir dans ses yeux - mais elle était aussi souriante et il avait l'impression distincte qu'elle essayait très difficilement de ne pas se moquer de lui. Son regard quitta celui de la jeune femme et il le déposa sur ses genoux.

Elle avait déposé sa provision entière de médicaments sur ses jambes. Les boîtes de cachets d'aspirine, pilules, sirop pour la toux, pastilles pour la gorge, pour la fièvre et capsules anti-nausées.

- Tu penses que tu as assez de médicaments avec tout ça James?

Ordinairement, il aurait répondu à cette taquinerie avec un haussement d'épaules et un soupir mais cette fois, il la regarda froidement. Il était offensé par la façon dont la jeune femme semblait se moquer de lui. Il était mécontent parce qu'elle ne l'aimait pas.

- Um.... Bon, tiens... Prend ça. Jessy présenta à James, trois cachets d'aspirines, posés dans sa paume ouverte.

Après avoir saisit les pilules, le jeune homme les jeta toutes les trois dans sa bouche puis il prit le verre d'eau que Jessy lui remit et les avala. Les pilules blessèrent sa gorge au départ mais ensuite il se sentit bien. Sa douleur physique était plus facile à tolérer et ne durait pas aussi longtemps que sa douleur morale.
- Merci.

- James?

Il leva ses yeux. Il y avait des larmes dans les yeux de Jessy et de la pitié.

- Je suis désolée.

Il acquiesça de façon engourdie. - C'est d'accord. Il était bouleversé par la sympathie qu'il ressentait pour son amie. - Viens ici. Dit-il doucement, en ouvrant ses bras. Il ne fut pas surpris quand la jeune femme accepta son étreinte et s'appuya contre lui.

- Oh, James... Pleura t-elle contre sa poitrine. Il l'étreignit puissamment et s'accrocha à elle de façon possessive. - Ça va, Jessy. Tout ira bien.

- Je ne veux pas te faire de mal.

Il l'embrassa sur le sommet de la tête. - C'est trop tard.

La jeune femme regarda son ami avec des yeux larmoyant. - Je t'aime James. Seulement, ça n'est pas de la façon dont tu le veux.

Il cligna des yeux pour retenir les larmes qui menaçaient de se répandre sur ses joues et il dû avaler avant de parler. - Je sais. Il se forca à sourire. - Je suis heureux que tu tiennes tout de même à moi.

Les deux amis continuèrent à s'étreindre jusqu'à ce qu'ils s'endorment.

@ suivre

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site