On ne peut pas oublier le passé (2)

Chapitre 3

Comment peut-elle être si insensible? se demanda James. Mais il rejetait toujours ce qu'il pensait immédiatement. Jessie n'avait aucune idée de pourquoi il détestait tant cet endroit. Elle pensait le savoir mais elle en savait seulement une partie. Ce n'était pas seulement à cause de la façon dont ses parents le traitaient ou à cause du fait qu'ils essayaient de le forcer à épouser Jezabelle pour leur propre gain. Il y avait d'autres raisons... Des raisons auxquelles il ne voulait même pas penser.

James savait qu'il ne serait pas capable de tenir ses souvenirs loin de lui beaucoup plus longtemps. Toute la douleur qu'il avait passé à essayer d'oublier était juste une perte de temps. Le passé est quelque chose que l'on oublie jamais, peu importe combien on le voudrait. Il peut s'effacer quelques temps mais il est toujours là, il vous hante toujours.

Il y avait un côté positif à cette situation cependant. Désormais il ne serait plus capable de cacher son secret beaucoup plus longtemps à Jessie. Bientôt il perdrait son sang froid et lui dirait tout. C'était seulement une question de temps maintenant avant que la douleur ne soit devenue insupportable. Les souvenirs briseraient le mur qui s'était levé entre lui et Jessie. Et il lui dirait finalement ce qui était arrivé.

De nouveau, James s'assit près du feu. C'était maintenant le milieu de la nuit et il se trouva regardant les flammes, se demandant ce à quoi ça ressemblerait s'il mettait son bras au milieu et qu'il laisserait le feu le brûler. Oh, il savait que ça lui ferait bien mal, ça le ferait terriblement souffrir. Mais il voulait savoir si ça lui permettrait d'oublier ses pensées, au moins pour peu de temps.

Il se releva et secoua sa tête, repoussant ces pensées. Il se détourna du feu et regarda Jessie. Elle dormait si tranquillement, si paisiblement. James regrettait de ne pas pouvoir dormir comme ça de nouveau. Il avait essayé de dormir cette nuit mais il ne pouvait pas. Ils étaient trop proche maintenant, trop proches du secret qu'il avait caché à l'intérieur de lui.

Une larme échappa son oeil tandis qu'il recommença à penser au passé, ce vieil ennemi. Il effaça sa larme et se tourna vers le manoir qu'il pouvait voir au loin, son manoir, ce manoir où il avait vécu si longtemps. Même dans l'obscurité il pouvait toujours le voir, il pourrait le trouver même s'il était aveugle.

Donc, il commença à marcher, laissant Jessie et Miaouss derrière lui, se demandant si n'importe lequel d'entre eux remarquerait son absence s'il ne revenait jamais. Miaouss pas, il en était presque sûr mais peut-être Jessie. Bien sûr il lui manquerait seulement parce qu'elle était habituée à sa présence au cours des années, pas parce qu'elle avait n'importe quelle compassion pour lui. Elle était trop bien pour lui, beaucoup trop bien.

James ne jeta même pas un coup d'oeil derrière lui en marchant. Il continua à marcher jusqu'à ce qu'il trouve ce qu'il cherchait. Il y avait cette porte massive en fer qui marquait l'entrée au cimetière de sa famille. Il ne pouvait pas ignorer ce cimetière, dans son esprit il espérait que Jessie le trouverait là ce soir. Alors, il n'aurait aucun autre choix que de lui dire. Il jeta un coup d'oeil à son côté et vit les lumières d'une ville voisine. Ce n'était pas trop loin de lui, à moins d'un kilomètre. Alors, il entra dans le cimetière.

Il détestait l'incapacité de dire à Jessie ce qui était arrivé. Elle était son amie, la personne la plus proche pour lui. Elle comprendrait la douleur qu'il avait sentit. Jessie avait été battue en étant enfant, elle savait parfaitement combien de douleur un enfant pouvait ressentir. Elle lui avait tout dit, mais pour une raison inexplicable il ne pouvait pas lui dire. Il le voulait, oh oui, combien il voulait lui dire tout.

Chapitre 4

Jessie se réveilla lentement. Elle avait fait un cauchemar, quelque chose l'avait poursuivie. Elle n'était pas sûre de ce que c'était mais elle savait que ça voulait sa mort. Mais bien sûr avant que la chose ou la personne ne l'ait attrapée, elle s'était réveillée. C'était toujours comme ça que ses rêves se terminaient.

Un sentiment étrange enveloppa son corps entier. Quelque chose de mal, quelque chose n'allait pas bien. Elle frissonna en ayant soudainement très froid. Jessie enveloppa ses bras autour d'elle et jeta un coup d'oeil en direction du sac de couchage de James pour remarquer qu'il n'était plus là. Elle se leva rapidement, se trouvant de plus en plus effrayée à chaque seconde. Où était-il partit si tard dans la nuit? En temps normal il n'osait même pas aller au petit coin quand il faisait trop noir.

Pendant les quelques jours passés, James avait semblé étrange. Quelque chose n'allait pas chez lui, mais elle ne pouvait pas calculer quoi. Et en plus, James ne lui parlait pas. Il lui disait à peine un mot désormais. A chaque fois où elle essayait de découvrir ce qui le dérangeait, il ne lui parlait pas. Il ne se dérangeait même plus pour essayer de changer de sujet désormais.

Jessie souhaitait qu'il lui parle juste, qu'il lui dise ce qui n'allait pas. Peut-être étais-ce dû simplement au fait qu'il était proche de sa vieille demeure et que ça le déstabilisait. Elle se maudit silencieusement pour sa décision de prendre cet itinéraire.

Jessie se dépêcha de secouer Miaouss qui dormait pelotonné à ses côtés, dormant à poings fermés. "Miaouss, réveilles toi, James est... il est parti."

Les yeux de Miaouss s'ouvrirent tout grands d'un coup. "Quoi?!" cria t'il en sautant à ses pieds.

"Nous devons le trouver." elle commençait à s'affoler. Cela n'aiderait personne. Donc elle pris un souffle profond et libéra son air lentement et calmement.

Miaouss reniflait les alentours, Jessie se demanda ce qu'il faisait. Avant qu'elle ne puisse le questionner, il répondit à sa question. "Les miaouss ont un bons sens de l'odorat. C'est pratique parfois" il indiqua la direction du manoir "Il est parti par là."

"Mais pourquoi irait-il dans cette direction? Il n'irait jamais intentionnellement près de son manoir et de sa famille."

"Tu pourras lui demander quand nous l'aurons trouvé. Allons y." il s'avança dans l'obscurité.

Jessie le suivit, ne voulant pas le perdre de vue. Comment trouverait elle James si elle se perdait elle-même?

"Il est entré là?" demanda Jessie quelques minutes plus tard quand ils atteignirent les portes d'un cimetière. Elles étaient ouvertes mais la jeune femme hésita devant l'entrée. C'était juste, si effrayant.

"Ouais, avance. Tu veux savoir pourquoi il est entré là, n'est-ce pas?"

Jessie ne répondit pas. Elle détourna les portes en métal et passa devant chaque pierre tombale, jetant un coup d'oeil aux noms qui y étaient gravés. Plus elle s'avançait, plus les dates devenaient récentes jusqu'à ce qu'elle ne trouve la tombe la plus récente avec James en même temps.

James était agenouillé sur le terrain devant une tombe.Il regardait fixement la pierre tombale, tenant une de ses roses dans ses mains. Jessie pouvait voir qu'il avait pleuré. Ses yeux étaient rouges et gonflés et il y avait toujours quelques larmes sur ses joues.

Elle s'assit à côté de lui et remarqua que Miaouss s'asseyait de son autre côté. "James?" lui demanda Jessie en déposant une main sur son épaule.

James se pencha en avant, de nouvelles larmes glissants en bas de son visage de nouveau. La rose quitta ses mains tandis qu'il enveloppa ses bras autour de lui;

Jessie n'hésita pas à le tirer tout près d'elle, déposant sa tête sur ses genoux. Son corps tremblait tandis qu'il sanglotait, elle essaya du mieux qu'elle le pouvait de le consoler, frottant sa main le long de son bras et dirigeant doucement ses doigts dans ses cheveux mauves. "Ça va James" chuchota t'elle doucement, espérant que ça le calmerait.

Il pourrait rester là tant qu'il le voulait, Jessie ne se souciait pas du temps que ça prendrait avant qu'il ne se calme. Quand il serait prêt, il parlerait. Elle en était sûre maintenant. Il y avait quelque chose de différent en lui maintenant, comme si finalement quelque chose avait changé.

Chapitre 5

James resta couché là pour un moment qui sembla durer une éternité. jessie était si agréable envers lui, lui parlant d'un ton calmant, caressant ses cheveux de ses doigts doux. Il l'appréciait vraiment. Et maintenant il pourrait lui dire, il pourrait lui dire tout. Elle l'avait trouvé ici, comme il le voulait. Le mur à l'intérieur de lui s'était brisé et Jessie avait vu que c'était arrivé. Il avait pleuré ouvertement devant elle. Bien sûr elle l'avait vu pleurer beaucoup de fois auparavant, entre autre quand il geignait pour quelque chose mais cette fois c'était pour une raison bien différente, beaucoup plus importante.

Il se repoussa d'elle et fit de nouveau face à la pierre tombale. James savait qu'il était prêt à parler à Jessie maintenant. C'était finalement le temps pour lui de se libérer.

"James, qui est cette personne?" demanda Miaouss, indiquant la tombe sur laquelle le nom de famille ne correspondait pas à celui de James.

A la mention de ces mots, James sentit sa gorge se nouer et de nouvelles larmes menacèrent de quitter ses yeux de nouveau. Mais il les retint. Il avait une histoire à raconter, un cauchemar à faire revivre. Il sentit son courage revenir quand Jessie plaça une main sur son épaule d'une manière rassurante.

James ne la regarda pas, bien qu'il soit reconnaissant de sa sympathie. En commençant à parler, James se rappela chaque moment d'une nuit spécifique. Dans son esprit, il le voyait comme si s'était arrivé la veille.

{Retour en arrière}

Un jeune garçon rampait silencieusement dans le vestibule obscurci du manoir de sa famille. C'était James, essayant de s'échapper de sa maison de nouveau. Chaque mouvement qu'il faisait, chaque pas qu'il prenait semblait seulement causer plus de douleur à son corps déjà douloureux. Mais il ne voulait pas aller trop vite et faire probablement du bruit durant son voyage. Il ne pouvait pas réveiller ses parents, il ne pouvait pas risquer qu'ils le trouve comme cela. Que diraient-ils? Comment réagiraient ils?

Il fit une pause et baissa son regard vers lui. Il ne lui était pas difficile de voir les déchirures sur son pyjama couvert de sang séché. Il mis ses mains sur son visage tremblant avec crainte et il tressaillit en touchant sa joue contusionnée.

Non ce n'était pas Jezabelle qui l'avait blessé de la sorte, Jezabelle arrivait toujours à le blesser sans laisser aucune trace. Il avait été frappé par le nouvel employé qui s'occupait de lui. Son professeur particulier qui avait eu sa charge maintenant qu'il était trop grand pour continuer à être sous la garde d'une gouvernante. Lui aussi il savait comment blesser James sans lui laisser trop de contusions en temps normal mais cette fois il avait laissé des contusions et des coupes avec d'autres marques douloureuses sur son corps.

James ne savait pas ce qu'il avait fait pour fâcher ce domestique. Il ne pensait pas avoir fait quelque chose de mal. Jezabelle avait même été agréable envers lui ce jour là. Ça avait été son anniversaire après tout et bien qu'elle ne l'aimait pas elle n'avait pas été cruelle envers lui pour le jour de son anniversaire.

James avala ses larmes tandis qu'il se souvint que chacun le détestait. Il couvrit sa bouche de ses mains, retenant ses sanglots. Il ne pouvait pas pleurer maintenant, il n'était pas encore en sécurité.

Alors il la vit il vit, la porte. Et il libéra un soupir de soulagement en retirant ses mains de son visage.

Il ouvrit lentement la porte, les charnières grincèrent tandis qu'elle s'ouvrit. Il pria que personne ne l'entende. James se retourna alors et regarda la maison obscurcie à la recherche de n'importe quel signe de mouvement. Ne voyant rien, il quitta le manoir, fermant la porte lourde derrière lui, lentement.

Une fois que la porte fut fermée, il couru vers la maison de Caninou aussi rapidement qu'il pourrait. Il savait que là il serait en sécurité. Personne n'entrait jamais là à part Caninou, lui et une des demoiselles: Marianne. Elle était très agréable envers lui, comme son ancienne gouvernante et à la différence du reste des domestiques. Elle le traitait comme une personne réelle et elle ne le forcerait pas à sortir de la maison de Caninou, même si ses parents l'obligeaient.

James ouvrit la porte de la maison de Caninou et la ferma rapidement derrière lui. maintenant qu'il était à l'intérieur, maintenant qu'il était en sécurité, il s'écroula complètement. Ses larmes se libérèrent fortement. Il n'essaya même pas de les arrêter cette fois. Il se laissa tomber au plancher et s'y coucha, se pelotonnant sur lui même, appuyant ses genoux contre sa  poitrine tandis qu'il sanglotait.

Caninou se coucha à côté de lui et le poussa doucement. James lâcha ses genoux et s'assit tandis que ses larmes coulèrent toujours librement. "Que vais-je faire Caninou?" demanda t'il à son ami "Ils vont me demander où j'ai obtenu ces contusions."

Le caninos resta couché à côté de lui tandis qu'il commença à lui parler. Bien qu'il semblait qu'il répétait seulement des parties de son nom de différentes façons il parlait réellement et seul James pouvait le comprendre. Il lui disait: "Ne t'inquiète pas James, tu es en sécurité ici, je te protégerai. Tu peux rester ici tant que tu le veux. Je suis sûr que Marianne t'apportera de la nourriture."

James jeta ses bras autour de Caninou, comprenant chaque mot parfaitement. Ses larmes glissèrent sur la fourrure douce du pokémon. Caninou avait raison, il pourrait rester ici. Il ne semblait pas que ses parents viendraient le chercher là et Marianne lui apporterait de la nourriture et tout ce dont il pourrait avoir besoin d'autre. De plus, elle soignerait sûrement ses coupes et ses contusions.

James découvrit la domestique le jour suivant. Il se cachait dans les ombres quand elle entra au matin. Elle avait seulement près de 20 ans et des longs cheveux lavandes un peu plus sombres que ceux de James. Il l'avait connu toute sa vie. Elle était une des personne les plus jeune qu'il connaissait avec Jezabelle.

Elle le trouva couché là. "James? C'est toi?"

"Oui." répondit-il timidement.

"Tu vas bien? Pourquoi te caches tu?" Elle le regarda du coin de l'oeil, essayant évidement de le voir dans l'obscurité.

Caninou le poussa, le forçant à sortir un peu des ombres. James observa Marianne sursauter en le voyant.

"James! Qu'est-ce qui t'es arrivé?! Qui t'as fait cela?! C'est mademoiselle Jezabelle?!"

Elle s'approcha et s'agenouilla devant lui. Doucement elle toucha sa joue. Il recula immédiatement, effrayé. Il avait peur de ce qu'elle pensait. Peut-être pensait elle qu'il le méritait. Et si elle le blessait comme son professeur et Jezabelle le faisaient.

Mais elle ne le blessa pas. Et quand il fut finalement capable d'examiner ses yeux, il n'y vit rien d'autre que de la bonté et de la sympathie. Il commença à pleurer de nouveau. Marianne enveloppa ses bras autour de lui, le tenant doucement comme s'il se casserait si elle le tenait trop fermement. Tendrement, elle caressa le dos de sa tête, lui disant qu'il n'avait rien à craindre et que personne ne le blesserait jamais de nouveau.

La jeune fille se retira brusquement de James quand ses larmes s'arrêtèrent. "Et si nous te nettoyons? Hein?"

James inclina sa tête, incapable de parler, la gorge nouée. Il suivit Marianne jusqu'à une salle de bain construite pour les visiteurs de Caninou. Bien sûr James était d'habitude le seul visiteur. Elle refroidit son mouchoir dans l'eau du lavabo et nettoya doucement les coupes et contusions de James.

"Je te ferais quitter cet endroit, James." lui dit-elle en terminant son ouvrage "Plus personne ne te blesseras jamais de nouveau."

{Fin du flash-back}

"Oh, James. Je suis si désolée." dit Jessie, essayant une larme de son oeil. Il ne pouvait pas le croire, Jessie pleurait. Jessie pleurait si rarement.

"Qu'est-ce qui est arrivé à Marianne?" demanda Miaouss.

James toussota avant de continuer "Elle a eu tort."

"Tort?" demanda Jessie douteusement "Pourquoi?"

"J'ai été blessé de nouveau et elle n'a pas eu la chance de m'emporter. Elle a été renvoyée puis elle a eu un accident 2 ans plus tard. Comme elle n'était pas assez riche pour avoir une tombe décente mes parents lui en ont offert une dans ce cimetière."

Jessie haleta mais ne dit rien.

"Je ne sais pas ce qui lui est arrivé..."

Lorsqu'il eut fini de parler, James tremblait toujours. Ce n'était pas vraiment par froid mais il ne pouvait pas s'arrêter. Il jeta un coup d'oeil aux visages de ses amis. Par leurs expressions, il pouvait dire qu'ils étaient choqués. Il regarda Jessie frotter ses yeux à plusieurs reprises puis elle lui sourit enfin. "Allez viens, retournons au camp. Tu dois vraiment prendre du repos." dit-elle avec bonté.

James se releva et ils quittèrent le cimetière, tandis que le jeune homme se sentit observé. Finalement, il se retourna et regarda les alentours. Il tomba presque en arrière dans le choc en voyant un visage trop familier.

"Quelle histoire triste." railla l'homme debout devant lui.

"Qui êtes vous?!" exigea Jessie.

"C'est Roger." cracha James avant que l'homme ne puisse répondre "C'est lui mon professeur particulier." Il était toujours exactement pareil à l'image de lui dont James pouvait se rappeler sauf qu'il était quelques années plus vieux. Ses cheveux étaient légèrement grisonnants mais son visage n'était pas ridé. Il était resté la même personne morne et désagréable.

"Comme c'est agréable, tu te souviens de moi." dit Roger.

"Sale chien!" cria James "Meurtrier!"

"Qui ai-je tué?" demanda t'il innocemment.

"Marianne, tu as tué Marianne!"

"Qui? Oh, la demoiselle. Une si belle jeune fille. Trop triste son petit accident."

"Tu sais bien que ce n'était pas un accident, elle a voulu te trahir deux ans après et tu l'as tuée!" James pris un pas en avant, son sang bouillant avec colère.

Avant que James ne puisse prendre un autre pas, Roger plaça sa main dans la poche de sa veste et en retira une arme à feu. James se gela dans la crainte "Il a été décidé que sa mort était un accident. Il n'y avait aucune preuve de tricherie. En fait il n'y a eu aucun corps à autopsier. Tout a été détruit dans l'explosion. Il n'y a aucun corps dans la tombe devant laquelle tu t'es agenouillé. Il n'est pas bon d'avoir une langue trop longue, tu devrais le savoir."

Roger fouilla son autre poche un instant pour en retirer un silencieux qu'il vissa sur le bout de son arme.

Jessie chuchota derrière James "Que projetez vous faire avec cela?"

"Mon travail, bien sûr. Mon employeur m'a ordonné de surveiller James tandis qu'il grandissait. On m'a permis de le traiter de n'importe quelle façon dont je le souhaitait. Marianne est entrée dans mon chemin, elle voulait avouer que je l'avait battu et je ne pouvais pas la laisser faire. Mon employeur a été tout à fait fâché envers moi quand il a fugué plusieurs fois et quand il a quitté la Pokémon Tech. Et maintenant j'ai finalement une chance de me racheter. Je vais éliminer cette erreur de la nature."

"Mais comment avez vous su qu'il était ici? Comment nous avez vous trouvés?"

"Nous avons toujours su où James se trouvait et maintenant il est finalement revenu..." dit Roger, dirigeant son arme vers James, souriant fourbement.

James ne supportait pas le sourire sur le visage de Roger mais il avait cette arme devant lui, il ne pouvait rien faire. Il n'y avait aucune sortie, aucune façon d'arrêter ce qui allait arriver.

Lentement, Roger appuya sur la détente. James ne prêta même pas attention au résonnement du coup de feu tandis que la balle traversa l'air. Il se rappela une citation sur la non audition de la décharge quand on reçoit un coup de feu et il ne dit pas un mot.

D'abord il ne sentit pas de douleur tandis que la balle le frappa dans l'abdomen. Le temps sembla se ralentir tandis que tout était dans un mouvement lent. Il baissa son regard vers lui et dans l'incrédulité il vit le trou dans sa chemise. Le sang commençait lentement à tremper sa chemise. Quelque part derrière lui, Jessie cria. Le son de son cri perçant frappa ses oreilles tandis que le temps reprit son cours normal de nouveau. Alors toute la douleur, l'agonie frappa James tandis qu'il tomba au sol, saisissant la blessure saignante au-dessous de sa poitrine.

Chapitre 6

L'arme à feu eut peine fait un son quand Roger tira. Bien sûr c'était normal vu qu'il y avait mis un silencieux. Jessie cria et observa dans l'horreur James tomber par terre, le sang couvrant ses mains. Elle voulu se précipiter à son côté, essayer de l'aider d'une façon ou d'une autre mais Roger s'avança entre elle et James, bloquant son chemin. Il dirigea l'arme vers elle maintenant. "Aucun témoin." chuchota t'il.

Jessie ferma ses yeux, attendant qu'il appuie sur la détente pour la tuer comme il l'avait fait à James mais au lieu de cela, elle entendit le bruit sourd de quelqu'un tombant sur le terrain. Elle pris le risque d'ouvrir ses yeux et vit que Roger était sur le sol en plus de James. Ils se battaient pour avoir l'arme à feu. James semblait incroyablement faible et Jessie ne savait pas comment il était encore capable de se battre avec tant de douleur et dans un tel état.

Après un moment, James et Roger arrêtèrent de se déplacer. Jessie n'hésita pas à s'approcher d'eux. James avait été bien mal blessé, il était probablement mort, il avait besoin de son aide. Elle ne se souciait pas du fait que Roger puisse se lever et la tuer tandis qu'elle l'aidait. Tout ce qui comptait pour elle était qu'elle devait aider James.

Soigneusement, elle tourna James sur son dos et enleva ses gants pour déposer ses doigts sur sa gorge, il y avait toujours une impulsion, il était toujours vivant.

"Jessie, tu penses qu'il est mort?" demanda Miaouss, indiquant Roger.

Jessie regarda le vilain homme. Il y avait du sang sur sa poitrine, entourant une blessure par balle.

"Bien" dit-elle,  "il mérite de pourrir en enfer pour ce qu'il a fait."

"Jessie" dit une voix faible, tremblotante.

Elle baissa son regard vers James. Il la regardait. Elle plaça une main sur sa joue pâle et Miaouss couru auprès de lui.

"Jessie" chuchota James "Je ne pouvais pas le laisser te blesser aussi."

"Shhh, James. Ça va aller maintenant. Tout ira bien, tu vas aller bien aussi." répondit-elle, bien qu'il semblait si pâle et si faible.

"A tout hasard, si je ne m'en sort pas, je veux te dire quelque chose."

"Non, ne parles pas comme ça. Tu iras bien. Tu pourras me le dire plus tard." insista Jessie. Elle ne voulait pas entendre James parler comme ça, comme s'il allait mourir. Elle ne laisserait pas cela arriver, elle ne le pouvait pas.

Il sembla l'ignorer. Il avala et la regarda fixement dans les yeux. "Je t'aime, Jessie."

"Quoi? Qu'as tu dit?!" Pour dire vrai elle était immensément choquée mais heureuse qu'il l'ai dit en même temps. Maintenant elle savait ce qu'il pensait vraiment d'elle. Elle l'aimait depuis si longtemps mais elle avait craint qu'il ne puisse pas l'aimer à cause de sa rudesse envers lui. Elle avait eu si peur de lui avouer ses sentiments elle aussi. Elle ne pouvait pas risquer la douleur qu'il lui dise qu'il ne ressentait pas la même chose. Et maintenant qu'elle savait qu'il l'aimait, elle allait le perdre. Il mourait, directement devant ses yeux.

"Je t'ai aimé depuis si longtemps, Jessie, depuis le jour où nous nous sommes rencontrés; Tu étais si belle..." ses mots s'estompèrent tandis qu'il ferma ses yeux.

Jessie se pencha tout près de lui et chuchota dans oreille "Je t'aime aussi, James." Bien qu'elle sache qu'il ne pouvait pas l'entendre.

La jeune femme enleva sa veste d'uniforme et l'appuya contre la blessure saignante dans son ventre. Le sang la trempa. Il n'était pas encore mort et elle n'allait pas le laisser mourir. Elle ne pouvait pas le laisser finir comme ça, elle ne l'abandonnerait pas.

En employant toute sa force, elle souleva James et le porta à la ville qu'ils avaient vue à distance plus tôt. Elle le laissa presque tomber plusieurs fois. Il était lourd et elle était fatiguée mais elle ne pouvait pas renoncer, James avait besoin d'elle. Finalement elle s'effondra à genoux dans la rue vide, dépeuplée. Elle tenait toujours James dans ses bras mais elle ne pouvait pas aller plus loin.

"Aidez moi!" pleura t'elle, criant aux rues vides du village endormi. "S'il vous plaît, quelqu'un, aidez moi s'il vous plaît!"

Mais personne vint. Comment pouvaient ils toujours dormir malgré ses cris perçants?

"Je vais chercher de l'aide Jess, je vais trouver quelqu'un." dit Miaouss frénétiquement en courant dans la rue.

Jessie baissa son regard vers James en le déposant lentement sur le trottoir. Il était toujours en vie, mais juste à peine. Sa veste qu'elle avait placée sur la blessure était trempée par son sang. Jessie ne savait pas quoi faire, elle perdait la seule personne qui s'était souciée d'elle. Si seulement elle n'avait pas insisté pour prendre cet itinéraire... Elle regarda le ciel et cria de nouveau. "Aidez moi!"

Finalement, elle entendit le son d'une porte s'ouvrant non loin d'elle. Miaouss devait aussi l'avoir vu car il tourna son attention vers la demeure attendant qu'une personne en sorte.

Un homme avec un léger embonpoint, portant son pyjama et un peignoir apparu sur l'entrée. En voyant James il retourna dans sa maison, Miaouss le suivit et bientôt il retourna aux côtés de Jessie.

"Il a prévenu une ambulance, elle arrivera bientôt." dit le chat en s'asseyant de l'autre côté de James. L'homme s'approcha et les regarda. Jessie lui demanda de partir, il n'aidait personne.

To be continued...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site