Massacre à la tronçonneuse

Sur une route déserte, parmis les champs, une bande de jeunes gens, tous plus fatigués les uns que les autres, se dirigeaient vers la ville de Dallas pour assister à un concert de rock dont ils avaient gagné les billets chancellement. Malheureusement à court de tunes, ils avaient dû prendre le chemin le moins rapide. Ce qui leur restait à faire c’est de faire de l’auto-stop, mais le problème c’est qu’il y avait rarement de véhicules qui passaient par ici. 
Ce petit groupe comptait deux filles et trois garçons : Butch, Cassidy, Jessie, James et Mondo. 
-Il faut faire vite, la nuit va bientôt tomber ! S’écria Mondo, en titubant. 
Les autres ne répondirent pas, se contentant de gémir et d’avancer à pas las. Au bout de quelques kilomètres, la nuit gagna tout le Mexique, ainsi que le coin paumé où était le groupe. Et à cause de cela, ils arrêtèrent leur course. 
-Rhaaa, ce que je peux avoir faim ! Se plaignit Butch. 
-Moi j’ai soif ! Se plaignit ensuite James. 
Mondo ouvrit son sac pour en retirer sa bouteille d’eau…bien fraîche ! 
-Hey ! Tu aurais pu nous le dire que tu en avais encore ! Dit Jessie. 
-Désolée mademoiselle mais cette bouteille est pour moi ! 
Mondo, sous les yeux ébahis des autres, but toute la bouteille cul sec ! Ce qu’il pouvait être égoïste, même pour les filles !!! Butch allait lui donner une correction quand il vit au loin un camion s’approcher. 
-Regardez ! Un camion !!! 
Tous regardèrent avec stupeur le camion qui s’approchait à grande vitesse. S’ensuivit des cris et des signes de la main…enfin tout pour que le camion s’arrête. 
Heureusement, le camion, qui n’avait pas oublié de mettre ses phares, les vit et s’arrêta pour les emmener.

Après une demi heure environ, le camion les déposa à une station service….en très mauvais état. Tout le monde entra dans le petit bar qui était à proximité. Ce dernier ne sentait pas la vanille mais heureusement qu’il y avait de quoi s’abreuver. Butch commanda un whisky : 
-Heuuu, je voudrais un whisky s’il vous plait… 
Quand il eut prononcé son dernier mot, la vieille femme qui tenait le bar, se retourna et le regarda avec un regard dont on détourne les yeux. 
-Nous n’avons pas de whisky par ici. Si vous voulez en avoir vous n’avez qu’à regagner la ville. Fut ce qu’elle dit d’un ton froid. 
Butch fut étonné par sa réponse et surtout par sa froideur. Il balbutia : 
-Heuu…o…ok…merci quand même… 
Les autres préférèrent commander de l’eau ou un coca bien frais. Après avoir bu, les filles se dirigèrent vers les toilettes. Malheureusement celles-ci se trouvaient dans le jardin et une fois qu’elles ouvrirent la porte pour y entrer, Jessie la referma tout de suite. C’était immonde. Les deux filles préférèrent se retenir que d’aller dans ces « égouts ».

Le lendemain, Butch fut le premier levé…bien qu’il n’ait pas dormit de la nuit, vu l’endroit… Il réveilla ensuite tout le monde, pour reprendre la route. Malgré quelques protestations, ils reprirent la route, bien obligé. Au bout de quelques minutes de marches, ils aperçurent une voiture, gisant au bord d’un champ. 
Vite, Butch accourut pour voir s’il y avait quelqu’un à l’intérieur… 
-Venez voir ! Elle est vide ! On pourrait s’en servir ! 
-Mais…et si le propriétaire revenait ? Demanda Cassidy. 
-Ne t’en fais pas…je ne vois pas pourquoi il aurait abandonné son véhicule pour ensuite revenir… Dit Mondo. 
Sur ce, le petit groupe grimpa dans l’engin et démarrèrent. Enfin, ils allaient pouvoir arriver plus vite que prévu à Dallas.

-Woah ! Regardez ce que nous avons !!! S’exclama Butch, en brandissant un paquet de bouteille de champagne. -Et la vieille qui disait qu’ils n’avaient pas d’alcool dans le coin ! 
-Butch ! Un peu de respect pour cette femme ! Dit Cassidy, en poussant l’interpellé amicalement. 
Mondo, qui conduisait, essaya de mettre la radio pour trouver une belle chanson. 
-Hey ! Regarde la route ! Ordonna James. 
-Attends, ils doivent passer du rock sur ces chaînes américaines ! 
-Je te dis de regarder la route ! Tu pourrais avoir un accident !!! 
-Mais enfin ! Comment veux-tu que… 
Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Le cri de James résonna dans ses tempes. « ATTENTION !!!!! » Il détourna son véhicule de l’obstacle qui n’était autre qu’une jeune fille. La voiture s’arrêta dans un crissement de pneus. La jeune fille se promenait au milieu de la route, à son aise. 
-Aaaah ! Espèce d’idiot ! Il faut toujours que tu nous fasses des frayeurs !!! S’énerva Butch, qui avait renversé « son » champagne. 
Cassidy et Jessie sortirent de la voiture, suivies par les garçons. Rejoignant la jeune fille, Cassidy remarqua que celle-ci était blessée. 
-Hey ! Est-ce que ça va ?! Interpella Jessie. 
La jeune fille continuait sa route en titubant, blessée aux jambes grièvement. Jessie et Cassidy la suivait en l’invitant à la raccompagner. 
-Je veux rentrer chez moi…je n’en peux plus. 
-Ok, on va te raccompagner… Viens avec nous. Dit Cassidy en la soutenant, aidée par Jessie. 
La jeune fille s’assit sur le siège arrière de la voiture, versant quelques larmes. 
-Dis petite ! Comment tu t’appelles ? Demanda Butch. 
-….ils sont tous morts…c’est affreux… Dit-elle tout bas, mais n’échappant pas aux oreilles des cinq jeunes gens. 
-Qui est mort ? Demanda Cassidy, effrayée. 
La jeune fille ne répondit pas, regardant la route pour demander : 
-Où m’emmenez-vous ?? Vous n’allez pas dans la bonne direction ! 
-Calme-toi ! Nous allons te raccompagner chez toi ! Essaya Jessie. 
Mais la jeune fille était effrayée. Elle se leva et empêcha à Mondo d’aller plus loin. Celui-ci perdit le contrôle du véhicule et freina. 
-Mais elle est folle ma parole !!!! S’écria Mondo, en reprenant son souffle. 
-Ne m’obligez pas à y retourner !! Je ne veux pas aller là-bas ! Ils sont tous morts ! 
Et dans un dernier geste, elle retira un revolver de sa veste et se tira dans la bouche. Tous étaient écoeurés. Ils sortirent de la voiture. Cassidy n’en pouvait plus, elle vomit. Maintenant qu’allaient-ils faire ? 
-Je préfère continuer à pieds ! Je ne retournerais pas dans la voiture ! S’écria Jessie, trop dégoûtée.

Après quoi, ils furent obligés de reprendre la route en voiture. Et avec un cadavre sur le siège arrière !!! 
-Beurk !!! Ca commence à puer derrière ! Se plaignit Butch en se bouchant le nez. 
-Arrête de te plaindre ! Ca pue encore plus !!! S’énerva James. 
-Il faut retourner au bar de la vieille pour téléphoner à la police ! Décida Mondo en faisant demi-tour. 
-Génial ! Les flics vont croire que c’est nous qui l’avons tué ! Dit Butch. –En tout cas, moi je ne vous connais pas ! Continua-t-il.

Arrivés au lieu désiré, ils accoururent dans le bar. Butch restant en arrière. Feignant ne pas savoir de quoi ils parlaient. 
-Madame ! Il faut que nous téléphonions à la police !!! S’écria Mondo, suivit de James. 
-Oui ! Nous avons le cadavre d’une fille sur le siège arrière de notre véhicule ! 
-Qu’est-il arrivé à cette jeune fille ? Demanda la vieille. 
-Elle s’est suicidée ! Expliqua Mondo. –Elle s’est flinguée ! 
La vieille femme décrocha le combiné du téléphone qui se trouvait près d’elle, hésitante. Elle composa ensuite le numéro de la police et après avoir parlé pendant deux ou trois minutes avec le shérif, elle se tourna vers nos héros. 
-Le shérif a dit qu’il vous attendra à l’ancien moulin Crawford. Il se trouve à quelques minutes d’ici. 
-D’accord, merci madame ! Dit Mondo avant de repartir avec James et Butch dans la voiture. 
Ils se rendirent sans plus tarder à l’ancien moulin. 
-Alors ? demanda Jessie. 
-Le shérif nous attend à l’ancien moulin Crawford… Commença James. 
-Qu’a dit la vieille ! Termina Butch. 
-Il n’y a pas de raison qu’elle nous mente ! Dit Mondo.

Ils arrivèrent enfin à destination. Mais aucune trace du shérif, ils décidèrent de l’attendre. Pendant…une heure. 
-Moi je vous dis que la vieille nous a fait une farce ! Dit Butch, assit sur l’entrée du moulin. 
-Attendons encore un peu…si d’ici là on ne le voit nulle part on a qu’à partir. Décida Mondo. 
-Dis Mondo, au cas où tu ne l’aurais pas oublié, ce n’est pas toi le chef ! S’énerva James. 
-Ouais ! Jimmy a raison !!! S’énerva à son tour Butch, s’approchant de sa proie. 
-Ce n’est pas parce que tu conduis que tu dois être le chef !!! Cria James, en s’approchant à son tour. 
-Peut-être mais j’ai plus de cervelle que vous ! Et aussi, je suis beaucoup plus galant et intelligent ! 
-Galant ?! Ha ! Et quand tu as bu toute ta bouteille d’eau sous nos yeux!? Tu crois que c’est galant ?!!! Cria Butch, en le soulevant de terre. 
Cassidy et Jessie préférèrent regarder la scène, plutôt que d’intervenir. Ca arrivait si souvent, et impossible de les faire arrêter. 
Un bruit sourd fit taire les garçons, suivit de quelques pas furtif à l’intérieur du moulin. 
-C’était quoi ?! S’écria James. 
-Je crois que j’ai vu quelque chose ! Cria Cassidy. 
-Oui moi aussi ! Répondit Jessie. 
Le silence qui s’installa soudain entre eux fut glaçant. Rien que le souffle du vent et le danger toujours prêt à surgir à n’importe quel moment. Tous étaient sur leur garde. Ils entrèrent dans le moulin, regardant de chaque côté. 
-Dis moi Jessie, je n’ai pas rêvé. J’ai bien vu une ombre s’enfuir… ? Demanda Cassidy, la voix tremblante. 
-Non, tu n’as pas rêvé, j’ai vu la même chose. Répondit la jeune fille aux cheveux rouge. 
-Arrêtez, les filles ! Vous me faites peur ! Dit Mondo. 
C’est là qu’ils virent un petit garçon. Il était sale, et semblait être abandonné. Il sortit de l’ombre, hésitant. 
-Vous n’allez pas me faire de mal ? 
-Bien sûr que non, petit. Rassura James en s’approchant calmement de lui. –Est-ce que ça va ? 
Il ne dit rien et sortit de sa cachette pour les suivre à l’extérieur. 
-Comment tu t’appelles ? Demanda Cassidy. 
-Jedi… Répondit-il. 
Butch étouffa un rire. –Dis donc, t’es un fan de star wars ? 
Cassidy le poussa pour le faire taire sa comédie et enfin Mondo demanda LA question : 
-Dis petit, est-ce que tu sais où est le shérif ? 
Il fit signe de la tête affirmativement. 
-Où est-il ? 
-A la maison, …. Il se saoule… 
-Chouette ! On a qu’à y aller ! S’exclama Jessie. –Est-ce qu’on peut y aller en voiture ? 
-Non, il n’y a qu’un petit sentier… Expliqua le petit garçon, hésitant sur ces dernières paroles. 
Sans plus tarder, Mondo et Jessie se mirent en route.

Ce fut à travers une forêt plutôt terrifiante qu’ils se rendirent à une grande maison, perdue au milieu de nulle part. Jessie frappa à la porte. 
-Il y a quelqu’un ?! Cria-t-elle. –Nous voulons voir le shérif !!! 
Au bout de quelques secondes, une voix parvint de l’intérieur : 
-Le shérif n’habite pas ici ! 
-Nous pouvons utiliser votre téléphone ?! Demanda Mondo. 
Enfin la porte de la maison s’ouvrit, dévoilant un homme très âgé sur une chaise à roulettes, les jambes coupées. 
-Bien, jeune fille, entrez. Vous pouvez utiliser mon téléphone. Invita-t-il. 
Sur ce, Jessie entra. Mondo allait la suivre mais le vieux l’arrêta. 
-J’ai dit la demoiselle, pas vous. 
-Ok, restons zen…restons zen…. 
Mondo du donc attendre dehors, le retour de son amie. Celle-ci composait déjà le numéro de la police.

Pendant ce temps, Cassidy, Butch et James attendaient impatiemment leurs amis. Le petit garçon jouant à côté avec un bâton. 
-Ils en mettent du temps ! S’exclama Butch. 
-Tais-toi ! Ordonna Cassidy. 
-Hey ! Je parle si je veux ! 
Le son d’une voiture qui s’approchait attira leur attention. Butch se leva et pu constater que c’était la voiture du shérif. Celui-ci sortit de sa voiture et s’approcha de nos amis. 
-C’est vous qui avez un cadavre d’une jeune fille qui s’est suicidée ? 
-Heuuuu… Commença Butch, se retournant. 
-Oui, elle est sur le siège arrière de notre voiture ! Là ! Dit James, en la pointant du doigt. 
Le shérif entra dans la voiture pour découvrir bel et bien le cadavre d’une jeune fille. Le sang avait giclé sur le dossier et sur la fenêtre du coffre. 
-Wow, c’est qu’elle est mignonne la petite ! S’exclama le shérif. –Et bien, nous allons l’emballer ! Venez m’aider ! Commanda-t-il à James et Butch. 
-Bha ! Je ne toucherais pas à ça ! S’écria Butch en s’en allant. 
-Hey petit ! Tu vas faire ce que je te dis parce que sinon je t’embarque ! Ordonna le shérif. 
Butch grogna et fut dans l’obligation de l’écouter pour ne pas se retrouver sous les barreaux. Après avoir emballé le corps de la jeune fille, James et Butch la soulevèrent pour la porter dans la voiture du shérif. 
-Hey ! Ne mettez pas ce cadavre sur ma banquette arrière ! Mettez-la dans le coffre !!! 
Ce qu’ils firent. Cassidy regardait la scène, dégoûtée. Elle remarqua aussi que Jedi était partit en courant dans les bois.

Dans la maison du vieux, Jessie venait de terminer d’appeler le shérif. Elle sortir de la pièce, se dirigeant vers la porte principale. 
-J’ai fini ! Merci ! Cria-t-elle, s’adressant au vieux. 
Celui-ci l’appela : 
-Attends une minute, viens m’aider ! 
Jessie accourut. Il se trouvait dans la toilette. Comme il avait les jambes coupées ; impossible de se mettre sur le pot. Elle essaya de le soulever. 
Mondo ne pouvait plus attendre. Il entra dans la maison. 
-Jessie ?! Tu es là ?! 
Il n’entendit rien. Il décida donc de la chercher. Mais il partit dans le côté opposé de la maison. Ne trouvant pas Jessie dans le rez-de-chaussée, il gravit les marches du premier étage. Soudainement, il sentit une très forte douleur dans le dos. Et avant de perdre conscience, il cria : 
-Jessie !!! 
Celle-ci, alertée par le cri de Mondo, se retourna vivement. 
-Vous avez entendu ? C’était quoi ce bruit ? Demanda-t-elle. 
-Je n’ai rien entendu… Feignit le vieux. 
Elle sortit de cette maison au plus vite, estimant que cet endroit était trop bizarre.

Le shérif aussi était bizarre. Il était vraiment persuadé que c’était les deux garçons qui avaient tués la jeune fille. 
-Mais monsieur le shérif ! On vous dit qu’elle s’est suicidée ! Cria Cassidy. 
C’était sans succès. Il ne voulait pas les croire. Sans demander son reste, il entra dans sa voiture et partit dans un vrombissement. 
-Ce shérif n’est qu’un con ! S’exclama Butch. –Vous avez vu comme il délirait ?! 
-C’est exactement comme toi quand tu te saoules !!! Constata James. 
-Je t’interdits de dire ça ! Moi je suis plus calme ! 
A ce moment là, Jessie réapparut. 
-Le shérif ne va plus tarder…il arrive dans une demi heure. Dit-elle. 
-Heu…Il vient juste de partir. Remarqua Butch. 
-Oui, et il a emporté le cadavre avec lui ! Continua James. 
-C’est bizarre… Commença Jessie, quand elle fut frappée par un détail. –Mondo n’est pas revenu ? 
-Il n’était pas avec toi ? Demanda Cassidy, soudain effrayée. 
Ils commencèrent par inspecter les lieux. Aucun Mondo à l’horizon. Il ne pouvait pas avoir disparut comme ça, sans raison. Tous se posait la question, mais malheureusement elle était sans réponse. 
-je sais peut-être où il est ! Dit soudainement Jessie. 
-Je te suis ! S’exclama Butch.

Ils retraversèrent la forêt, pour revenir à proximité de la maison du vieux. D’ailleurs celui-ci était bien gentiment installé dans son fauteuil à roulettes, admirant le paysage. 
-Je suis sûre qu’il est à l’intérieur. Dit Jessie. 
-Ok, va occuper le vieux, moi, je vais entrer chercher Mondo. 
Jessie courut vers le vieux tandis que Butch entra dans la maison. Il visita toutes les pièces pour finalement se retrouver devant une porte infranchissable. Il essaya donc de casser le cadenas grâce à une hache à proximité. Malheureusement, il ne réussit qu’à faire tomber une armoire pleine d’outils de tortures. 
Jessie ayant entendu le bruit, abandonna la causette au vieux et se rendit sur les lieux. 
-Butch !!! Est-ce que ça va ?! 
-Ouais, mais j’arrive pas à ouvrir cette satanée porte ! 
Le propriétaire de la maison arriva à vive allure pour son âge. 
-Qui vous a dit d’entrer dans ma maison ?! Je vais devoir sortir l’artillerie ! 
Butch et Jessie se regardèrent dans la curiosité. 
-Allez viens ! Viens me les attraper ! Ordonna le vieux. 
Avant qu’ils n’aient pu comprendre quoi que ce soit, Jessie et Butch furent surpris par une tronçonneuse qui coupa en deux la porte qu’il avait eu du mal à ouvrir. 
Jessie commença à courir tout en criant comme une folle. Le dingue à la tronçonneuse avait réussit à blesser Butch à la jambe et à présent ce dernier rampait par terre. La jeune fille voulut l’aider mais ce dernier lui ordonna de fuir. Elle n’eut d’autres choix que de l’écouter et de prendre le chemin de la fuite.

Cependant, Cassidy et James nettoyaient le siège arrière, sans se douter de ce qui arrivait à leurs amis en ce moment même. C’est là que Jessie arriva en trombe et monta immédiatement prendre le volant, essayant de faire démarrer le moteur. James et Cassidy n’y comprenaient rien. 
-Jessie…que se passe-t-il ? Demanda James. 
-Il faut vite partir d’ici !!! Répondit-elle, sous le stress. 
Soudain, une main se posa sur ses épaules. Ce n’était personne d’autre que le shérif, qui rôdait par là. 
-Ca va mademoiselle ? Demanda-t-il. 
-Oh monsieur le shérif ! Il faut vite aller aider mon ami, il est en danger de mort !!! Cria-t-elle. 
Le shérif, au lieu de l’écouter, inspecta l’intérieur du véhicule pour en retirer un morceau de cigarette. 
-Qu’est-ce que c’est que ça ? Alors, vous vous droguez ? 
-Ce n’est pas moi, c’est Butch ! Dit James, dans l’innocence. 
-Hé bien mes jeunes gens, qu’avez-vous à dire pour votre défense ? Maintenant, tout s’explique ! Commença le shérif, pas de très bonne humeur. –Sortez tout de suite de la voiture, face contre terre ! Ordonna-t-il. 
Les ados firent ce qu’il commandait. Cassidy et Jessie commencèrent à pleurer non pas silencieusement. 
-Maintenant, vous allez me raconter ce qu’il s’est vraiment passé, jeune homme ! Ordonna le shérif  en empoignant James, par le col de sa veste. 
-Mais monsieur…on vous l’a déjà dit… Dit-il, en tremblant. 
-C’est ce que nous allons voir ! 
Il l’empoigna et le fit entrer dans la voiture, l’obligeant à se mettre à l’endroit où était assise la jeune fille. Mais James n’osait pas. 
-Allons…de quoi tu as peur ? Ce n’est qu’une petite tache de sang… Dit le shérif. –Mets-toi à sa place ! 
James, en tremblant, se mit tant bien que mal à la place du cadavre. 
-Donc, elle était assise là ? 
-Oui monsieur… 
-Et ensuite ? Que s’est-il passé ? Demanda le shérif, amusé par la crainte du jeune homme aux cheveux lavande. 
-Elle…elle s’est suicidée… 
-Comment s’est-elle suicidée ? 
A présent, le jeune homme sentit les larmes lui monter à la figure. Il ne pu se retenir, il versa quelques larmes. 
-Elle s’est flinguée, c’est ça ? Dit le shérif, en pointant l’arme sur James. –Mais, dis moi…à qui était ce revolver ? 
-Elle l’avait sur elle, monsieur…. 
-Ben voyons ! Maintenant, montre moi comment a-t-elle fait pour se tirer dessus… Ordonna le shérif en lui donnant le revolver. 
James trembla, mais n’osa pas prendre ce…cette chose. 
-Prends le revolver !!! Cria le shérif. 
Hésitant, il le prit, toujours en versant des larmes. Jessie et Cassidy se relevèrent, sentant la tension qui régnait entre le shérif et leur ami. 
-James ?! Qu’est-ce qu’il se passe ?!!! S’écria Jessie. 
Elle fut surprise par la scène, James pointait l’arme sur le shérif ! 
-James ?! Qu’est-ce que tu fais ?!!! Repose cette arme tout de suite !!! 
-Non ! Tue-le !!! Tue-le, ce sal con !!! Cria Cassidy. 
-Tu oserais tuer le shérif ? Vas-y ! Fais-le ! Cria le shérif. 
James hésitait mais énervé par les cris de ses amies, il appuya sur la détente. Malheureusement, aucune balle n’y avait été logée. James allait le payer ! Le shérif lui mit les menottes et l’emmena dans sa voiture, sous les cris et pleurs de Cassidy et Jessie.

A suivre…..

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi, Jez et Chacha

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site