La vallée des cauchemars

Wayback Machine
 
JUN JAN NOV
Previous capture 12 Next capture
2001 2004 2005
5 captures
18 Jun 01 - 14 Oct 07
sparklines
CloseHelp

1: UNE HALTE RISQUEE

    Sacha, Pierre et Ondine avançaient lentement dans une vallée au decor sinistre, épuisés. Sacha finit par s'asseoir lourdement à coté d'un gros rocher gris. 
    "Cela fait des heures que nous marchons dans cette fichue vallée! Arretons nous! 
-Mais Sacha, protesta Ondine, L'agent Jenny nous a dit qu'il ne fallait pas camper dans cette vallée la nuit... 
-Il parait que c'est dangereux, d'accord, s'ecria Sacha, mais ça tombe bien car le grand maitre pokémon que je suis n'a peur de rien! 
-De toute manière on n'a pas le choix, soupira Pierre en s'asseyant lui aussi dans la pousssière, il fait dejà tellement sombre, nous pourrions nous perdre." 
    Et les trois enfants sortirent leurs sacs de couchage pour s'appreter à dormir. Quelques dizaines de mètres au-dessus, la team rocket les lorgnaient par une paire de jumelles. 
    "Super, ils se couchent! jubila Jessie, descendons et posons nous egalement. 
-Heu, Jess, est-ce-prudent? rala Miaouss, il parait que cette vallée est infestée de noctali et que c'est très risqué de s'y avanturer après le coucher du soleil... 
-Noctali? Qu'est-ce-que c'est? s'etonna James 
-On s'en fiche!! Voila mon plan: on descend, on attend qu'il soit très tard et que les morveux dorment bien profondement, et on leur rafle pikachu ni vus ni connus!! Alors EXECUTION!" 
    James n'était pas très enthousiaste mais il actionna cependant la molette d'arrivée d'oxygène pour faire descendre le ballon. Puis les trois amis se camouflèrent non loin de leurs trois proies. Jessie et Miaouss ordonnèrent à James de monter la garde jusqu'à minuit, et de les reveiller 
pour qu'ils s'emparent de pikachu. James était fortement decidé à se tenir eveillé, mais la vision de ses amis  ronflant paisiblement le fit bailler, une fois... Deux fois... Il piqua du nez, et la dernière chose qu'il vit avant de refermer les paupières furent deux grands yeux rouges brillants qui 
le fixait comme s'ils voulaient percer son esprit... Sombrant dans le sommeil, il sentit un profond malaise s'emparer de lui: 
    "C'est un... noctali... Il ne faut pas... Que je le laisse... Lire mes cauchemars..." 
    Mais la fatigue et le pouvoir hypnotique du pokémon furent les plus forts et il s'effondra endormit à coté de ses amis... Puis le terrible pokémon les envoya tous les trois au plus profonds de leurs angoisses...

2- LE REVE DE JAMES

    Jessie était debout dans un large couloir bordé de tentures, au plancher brillant. Cet endroit était très luxueux, ce qui lui aurait plut en temps normal, mais il y regnait une etrange et angoissante atmosphère... Jessie avança lentement, un pas, puis deux. Elle avait l'etrange impression d'être 
un fantome, de n'avoir aucune consistance. Jessie realisa qu'elle revait mais elle decida de ne pas se reveiller, curieuse de comprendre où elle se trouvait. Elle entra dans une vaste pièce et s'arreta bouche bée: un magnifique lustre de cristal éclairait la pièce, mais la lumière qu'il produisait était pale, irréelle. Deux tables rondes avec chacunes quelques chaises de bois scultées, recouvertes de tissus brodés composaient l'ameublement de la salle, avec une cheminée éteinte non-loin de là. Soudain 
elle sursauta au son d'une voix familère: 
    "Jess? C'est toi? 
-Oh, miaouss tu m'as fait peur. Oui c'est moi. Je crois que je rêves... 
-Ah bon? fit le félin en fronçant les sourcils, il me semble également que je rêve... 
-Humm, à mon avis je suis en train de rever que tu me dis que tu rêves. 
-C'est ça, marmonna le chat, ou alors..." Il regarda pensivement jessie: "Tu crois que les noctali ont puts nous envoyer dans le même rêve? 
-Hein?! Mais oui c'est bien sur! Cet imbecile de James aurait dut nous reveiller, je suis sure que ce gardien de pacotille a piqué un roupillon! 
-Exact, approuva Miaouss, mais alors il devrait... Eh, regardes là-bas!!" 
    A l'opposé de la salle se tenait James, mais il semblait hagard, pâle et tremblant. Il touchait les tentures et les boissures des murs d'un air à la fois fasciné et terrifié. Jessie et Miaouss l'appelèrent en vain, il ne les entendaient pas et continuait à carresser le marbre de la cheminée avec 
emerveillement. Jessie fronça les sourcils, assez effrayée, et Miaouss lui sauta au coup avec crainte: 
    "Jessie... Je crois qu'on nous a envoyé dans un cauchemar de James... 
-Tu... Tu crois? Elle frissona mais se reprit. Dans ce cas, nous allons savoir ce qui le fais cauchemarder..." 
    James de son coté, n'avait effectivement aucun moyen de realiser que lorsqu'il avait été plongé au coeur de son cauchemar, ses amis avaient été envoyés avec lui. Il gémit, car il savait ce qui allait suivre... 
    Sous les yeux attentifs de Miaouss et Jessie, et ceux effrayés de James, trois autres personnes apparurent dans la pièce... Un grand homme au visage sevère qui semblait fulminer de rage, une femme hautaine aux traits meprisants... Et un petit garçon au cheveux lavande qui faisait piteuse 
mine, les yeux baissés embués de larmes, le dos courbé comme par la honte. 
L'homme, evidemment William Morgan, prit soudain la parole, et Miaouss et Jessie observèrent James qui se retenait à la cheminée, apparement effondré par la douleur. 
    "James vous n'êtes qu'un imbecile!" 
    Sans prendre garde au tressaillement de l'enfant... Et du jeune homme, il se leva et poursuivit: 
    "Vous n'avez aucune valeur, et vous ne faites aucun effort pour vous annoblir un peu! Chacun de vos gestes, que dis-je, chaucune de vos respirations, chacuns de vos battements de coeur sont des insultes a votre rang... Des insultes à moi qui ait le malheur d' être votre père..." 
    Jessie et Miaouss étaient terriblement choqués qu'un père puisse ainsi parler à son enfant, mais ce qui les bouleversaient le plus était de le visage de James: pâle comme un mort, mouillé de larmes, ravagé par la douleur, par la crainte, par la honte... A la surprise de ses amis il se 
precipita soudain: 
    "NON! Laissez le!! Laissez le!!" 
   Le petit garçon se retourna et tendit vers James une main, dans un geste de prière muette, en inclinant la tête d'un air de profonde douleur. Son père fixa soudainement le jeune homme et pointa un doigt accusateur vers lui, sa voix vibrait de colère... Et de haine, tandis qu'il prononça ces mots: 
    "Et toi! Criminel! Comment peux tu encore te regarder dans un miroir!! 
J'ai honte que tu portes mon nom, car tu n'es même plus digne de vivre. 
-Ne lui dites pas ça, sanglotta James qui poursuivait son élan de protection, ce n'est pas 
vrai... Pas vrai... 
-Ah oui? Et pourtant regarde toi. J'avais raison à ton sujet, depuis le depart. Tu m'as tellement deçu... 
-Père, pleura James en s'agenouillant presque, j'aurais tant voulut... Oh, un seul geste... Un seul mot, une seule seconde où vous m'auriez aimé, et j'aurais tout fait pour vous... 
-Non, James. L'amour n'a rien à faire la-dedans. Je vous aurais aimé si vous aviez obéit. Juste obéir, James, étais-ce trop? 
-Vous vouliez me voler ma vie!! Vous alliez me detruire... 
-Te detruire, mon fils? Ricana William, Mais regarde toi donc." 
    Il posa une main autoritaire sur le petit James, livide et frissonant. 
Il ressera son etreinte, ce qui sembla ecraser James de plus belle, et poursuivit durement: 
    "Vous detruire? Mais un seul mot, une seule parole de ma part et vous n'êtes dejà plus rien. Vous m'avez échapé, fils, mais un jour... Un jour, oui, vous verrez qu'on ne se moque pas de moi aussi facilement... Et en attendant..." 
    Il serra à nouveau l'enfant fébrile qui regardait "son futur" avec des yeux suppliants. Soudain, tous entendirent des pas resonner dans le couloir sombre... Des pas fermes, conquerants... Des pas que James reconnut sur le champs, ainsi que le petit garçon qui cria de terreur tandis que son père le 
maintenait immobile d'un air sinistre. Jessie et Miaouss scrutèrent le noir pour voir qui approchait, mais soudain...

    Ils n'étaient plus au salon, les parents et le petit James avaient disparus. James se tenait  au centre de la pièce et devant lui, Jessie et Miaouss petrifiés reconnurent Jezabelle. Celle-ci fit claquer son fouet puis ordonna: 
    "Assis!!" 
    James tomba plus qu'il ne s'assit sur la chaise, les jambes coupées par la crainte. Jezabelle se mit à faire les cent pas en claquant parfois de son fouet avec violence, et il poussa un gémissement de terreur qui fit frissoner ses amis. Qu'est ce que cette femme avait put lui faire pour avoir un pareil pouvoir sur lui? 
    Jezabelle s'approcha, et rit avec mechanceté. James la regardait avec horreur, il respirait péniblement et sa poitrine se soulevait et retombait frenetiquement. Des tremblements convulsifs agitaient tous ses membres, ce qui effrayait ses amis impuissants. Il palit plus encore quand Jezabelle 
étendit une main vers lui. Elle caressa lentement sa joue du bout des doigts, avec autant de tendresse que de cruauté... Du front vers le cou... 
Vers le col de son habit... Le jeune homme poussa soudain un long cri de desespoir qui 
ressemblait au hurlement d'une bête blessée. Jess et Miaouss terrifiés allaient intervenir, mais à cet instant tout devint noir...

3: JESSIE ET SA MERE

    Miaouss secoua sa tête en recouvrant sa vue. Combien de temps avait duré cet etourdissement qui avait suivit la scène dans le cachot? Il vit que James était bien là également, petrifié à ses cotés. Il l'appella doucement. 
Inconsciemment, il le trouvait soudain vulnerable et sensible après le cauchemar auquel il venait d'assister. 
    "Miaouss, tu es là? Où sommes nous... Que faisons nous ici?" 
    Miaouss soupira, s'étira et observa son associé avec circonspection, 
verifiant que celui-ci était remis de sa "mesaventure". Puis il s'approcha de lui et daigna enfin lui repondre, d'un ton doctoral très serieux: 
    "Je crois que quand nous nous sommes endormis, des noctalis nous ont attaqués et transportés dans nos cauchemars à tous les trois. Tout à l'heure tu as revé... De tes parents et de ta... De Jezabelle, n'est-ce-pas?" 
    James aquiesca lentement. Il se rappellait très bien de son cauchemar. 
Il en avait dejà fait plusieurs comme celui-ci, mais ils le terrifiaient toujours autant... Et il se souvint des deux yeux rouges et des pensées confuses qu'il avait eut sur les noctalis avant de s'endormir. 
    "Eh bien, Jess et moi étions là, et nous avons tout vu. Mais tu n'as pas semblé nous remarquer." 
    James fronça les sourcils et rougit. Miaouss avait tout vu? Et Jessie? 
Elle avait vu Jezabelle qui lui caressait le visage? Oh... Si quelqun avait fait, n'aurais-ce été qu'une allusion, à une scène de ce genre, il n'aurait plus jamais put la regarder en face. Et elle y avait assisté... Il parla à nouveau pour se donner une contenance: 
    "Vraiment? Et maintenant, ça veut dire que... 
-Oui. Nous devons être dans un rêve de Jessie. 
-Humm, gromella James, il a l'air moins effrayant que le mien. Si je la voit en train de courir dans un champs de fleur en criant de joie, je meurs sur place..." 
    Effectivement, il ne tardèrent pas à reperer le jeune fille. Elle ne pensait même pas à retrouver ses amis: elle était bien trop fascinée, bien plus encore que dans le somptueux manoir. 
    Ils se trouvaient tous sur une magnifique montagne, sans signe de vie humaine à perte de vue. Au pied de la montagne, il y avait des arbres, grands et vigoureux et une magnifique rivière, claire et scintillante. Plus haut, des rochers majestueux, mais qui laissaient deviner des crevasses et 
des gouffres impressionants... La cime était recouverte de neige éternelle, qui miroitait au soleil et eblouissait les compagnons. Ainsi, la crête brillait tellement qu'il était impossible de la distinguer parfaitement. 
L'endroit où se situaient les trois amis était à mis-hauteur. L'hiver il devait également être recouvert de neige, mais pour l'heure le sol était fait d'une herbe bien verte et de mousses grasses, parsemées de petites fleurs de montagne. (Rapport avec la montagne de Mew que l'on voit au debut 
du premier film...) 
    "Jess!! appella James 
-Inutile, le cooupa Miaouss, elle ne repondra pas. Attendons la suite des evenements..." 
    Ceux-ci ne tardèrent pas à se produire: de la même façon que les parents de James étaient apparus, une silhouette humaine se dessina, et à cet instant le decor changea: le sol se recouvrit d'une epaisse couche de neige, le soleil semblait se coucher sur la crête. 
    "C'était un bel endroit pour mourir..." 
    Jessie sursauta devant tout ce changement mais s'approcha d'un pas à la rencontre de l'apparition qui avait prononcé ces mots. James avança egalement un peu et distingua une jeune femme, d'une trentaine d'années. Il ne la connaissait pas et la detailla donc plus en détail: elle avait de 
longs cheveux violets, qui volaient legerement au vent froid. Elle portait un uniforme de la team-rocket doublé de fourrure, mais de la division alpha. James la trouvait très belle, mais quand il croisa son regard fantomatique, plein de mélancolie, de tendresse mais aussi de force, il sursauta car elle ressemblait énormement à... Jessie? 
    "Miaouss? Tu crois que? 
-Oui, on dirait bien que c'est la mère de Jessie... Ca promet d'être interessant." 
    Jessie courait à present vers l'apparition. Etrangement, James avait l'impression d'apercevoir, en transparence sur elle, le fantome d'une petite fille en jupe et en bottes, qui courait avec l'energie du 
desespoir... Jessie s'arreta finalement à quelque pas de la femme, hésitante comme si elle craignait qu'un mouvement trop brusque ne l'efface en un instant... 
    "Maman? C'est toi? 
-Oui, Jessica." 
    Miaouss et James eurent un pincement au coeur en voyant leur amie enlacer sa mère. James eut l'etrange sentiment qu'elle était aussi fragile que cette petite fille qui courait dans la neige... Pendant quelques instants, Jessie sanglota en silence, puis elle se redressa comme une idée 
effrayante semblait la traverser. 
    "Maman, avant que nous soyons separées, je voulais te demander... Je suis desolée pour... Tous mes échecs... 
-Ce n'est pas grave Jessica. 
-Hein? Mais si! Je ne suis... 
-Tu as fais de ton mieux et tu as suivit les règles que je t'ai données. 
C'est ma faute si je suis partie trop tôt pout tout t'enseigner... Et je sais bien que tu as fait d'énormes efforts, et que c'était pour me ressembler du mieux que tu pouvais. 
-Oui, j'ai essayé de toutes mes forces!!  Le lendemain de ton depart, le type qui est venu me dire que tu... Enfin, ce qui s'était passé, il m'a aussi dit... 
-Oui, il t'a dit que tu devrais desormais detester tout le monde, car tout le monde te deteste, et de n'aimer personne car personne ne t'aimerait jamais... Mais avait-il raison? 
-Bien sûr! Et j'ai obéit... Je n'ai aimé personne. 
-Et James, et Miaouss, ils ne t'aiment pas eux?  Tu sais bien que si. Et tu sais bien ce que tu ressens et que tu veux souvent  cacher pour ne pas paraitre faible... 
-Ce sont mes amis, c'est vrai, hésita Jessie, les seuls que j'ai... 
-Tes amis Jessica. Mais à cause de ton travail tu les as négligés et même 
blessés, et à cause de ce qu'à dit cet envoyé de Madame Boss, tu as caché et ignoré volontairement ce que tu éprouve pour James, en refusant également ce que lui éprouve... Jessie, l'amour n'est pas une faiblesse." 
    James rougit violement sous le regard moqueur de Miaouss. Ah, si seulement ce chat ennuyeux n'était pas là, il en aurait dansé de joie... 
Alors Jessie ressentait quelque chose pour lui?  Mais il ne pourrait pas être seul avec elle avant... Avant une eternité, à cause de ce maudit félin qui les accompagnaient et semblait même parfois les surveiller. 
    Le jeune se prepara à protester auprès de son associé amusé, pour denier ce que Myamoto venait de dire, mais le chat fit signe de s'ocuper des deux femmes. Myamoto avait posé une main sur l'épaule de Jessie. 
    "Je n'ai pas toujours été facile Jessie, je le sais. Je t'ai élevé durement pour te preparer à la team-rocket, mais j'ai compris beaucoup de choses tu sais... Méfie toi de ton boss, tu n'es pas une machine ni de la chair à canon et c'est comme ça qu'il vous traite, toi et tout les autres 
membres de la team-rocket. Et puis, même si je sais que tu ne m'oublieras jamais, j'appartiens au passé. Tu ne devrais pas faire passer ton travail devant tes sentiments juste pour respecter ma mémoire. 
-Mais maman... 
-Chut Jessica. Plus tu seras heureuse plus je serais en paix, quel que soit la forme de ton bonheur. Nous ne nous reverons dans très longtemps Jessie... 
Mais en attendant n'oublie jamais cette dernière leçon que je te donne..." 
    Soudain, le paysage devint flou et Miaouss sauta au cou de James car il ne sentait plus le sol sous ses pattes. La mère de Jessie s'estompa, se transformant en une silhouette lumineuse. Jessie, les larmes aux yeux mais un faible sourire aux lèvres, lui fit un dernier signe de la main. 
    "Au revoir maman! Je t'aime!" 
    Et tout de vint noir à nouveau.

4: UN CHATON ABANDONNE

    James se sentait basculer dans le vide, le néant. Il lui semblait qu'il degringolait dans une chute sans fin, je tournant et se retournant sous le souffle d'un vent froid, mais pourtant se fut sous ses pieds qu'il sentit un sol. L'espace reprit soudainement un sens, et James tomba à genoux sur le 
sol, cherchant à retrouver son équilibre chamboulé. Il releva sa tête, se demandant ce qui l'attendait à present. 
    La première chose qu'il remarqua fut qu'il pleuvait, une petite pluie froide qui penetre jusqu'aux os.  L'horizon était gris et morne, le sol boueux et sans relief; un vrai decor de cauchemar... La seule chose qui contrastait avec cet univers était une petite barrière blanche. Le jeune 
homme torna sa tête, effrayé à l'idée de se trouver seul, mais à son grand soulagement il apperçut Jessie. Elle sanglotait, le visage enfouit dans ses bras. James courut vers elle: 
    "Oh Jess, tout va bien? Je..." 
    Il aurait tant voulut lui dire qu'il avait tout entendu, que ça le rendait fou de bonheur, que lui aussi, il l'aimait sans le dire depuis longtemps dejà... Mais dejà son amie était debout et scrutait les alentours d'un oeil méfiant. Elle s'adressa finalement à son compagnon: 
    "Tu as vu ce décor étrange? Vide et sans couleurs... Ca doit être tiré 
d'un souvenir de Miaouss très ancien et donc très impreci... Ca expliquerait l'absence de détails." 
    James aquiesca, un peu deçu: 
    "Il devrait arriver..." 
    Effectivement, ils virent apparaitre leur ami peude temps après. Ce dernier ne semblait pas se preoccuper de son pelage trempé, ni au sinistre décor: toute son attention se portait sur un point précis de la cloture... 
Des larmes coulèrent de ses yeux jusqu'au bout des moustaches d'où elles tombèrent. Il se mit à courir en poussant un miaulement étouffé, suivit à son insu de ses compagnons intrigués. Près de la haie il y avait juste un petit panier... Et couché dedans un petit chaton aux yeux encore fermés, 
degoulinant de pluie, qui miaulait... Encore et encore, sans que ses appels ne changent quoi que ce soit... Jessie et James comprirnet qu'il devait s'agir de Miaouss dans sa plus tendre enfance, et leurs coeurs se serrèrent devant les cris pathétiques du chaton seul au monde. Le "grand" Miaouss, 
quant à lui, poussa un gémissement pitoyable. Il s'avançait vers le chaton, mais ses pattes étaient lourdes... Lourdes et impuisantes... 
    Soudain, le chat s'arreta, pris de panique. Des paires d'yeux brillants apparaissaient dans le noir... Des silhouettes de chats, les chats de la bande d'hollywood, se dessinèrent. ILs entouraient le panier... Ils le faisait disparaitre dans le noir... Miaouss pleurnicha et lutta de plus 
belle pour avancer: mais au moment où ses jambes obéissaient péniblement...

5: QUOI QU'IL ARRIVE

    Le noir... Mais pas de chute cette fois. Au contraire une montée vertigineuse, étourdissante, vers la lumière... Une lumière blanche, terrible... 
    Miaouss gémit, papillona des paupières et ouvrit les yeux en même temps que ses compagnons. Il detourna son regard de la lampe qui le genait. 
    "Ca y est! Ils se réveillent!" 
    Les trois rockets regardèrent autour d'eux avec surprise. Ils étaient dans une chambre d'hopital, tout était blanc et propre. Devant eux se tenaient les morveux. 
    "Que... Que s'est t'il passé? 
-Pikachu vous a trouvé au petit matin. Vous dormiez mais vous aviez l'air fievreux, vous marmonniez dans votre sommeil... Il y avait des traces de noctalis partout autour de vous. Et ça à duré tout le jour, et toute la nuit. 
-Nous...Nous avons dormit pendant deux nuit et un jour?!?" 
    Les trois enfants aquiescèrent, puis Ondine fit signe à ses amis qu'ils devaient se retirer. Une fois seuls, les trois complices se regardèrent profondement. 
    James se souvint de la douceur et de la tristesse de Jessie, et du desespoir de Miaouss devant ses anciens complices félins... 
    Jessie se rappella la brutalité de Mr Morgan, le cri terrible que james avait poussé, et le pauvre petit chaton seul et affamé sous la pluie... 
    Miaouss se rememora le visage bouleversé du petit James devant sa famille cruelle, et la douleur de Jessie au depart de sa mère... 
    Et sans un mot ils se jetèrent dans les bras les uns des autres... Car quelques soient les plaies et les souvenirs que chacun d'eux avait dans son 
coeur, il avait deux amis pour le consoler et apaiser la douleur...

FIN 
Hélène

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site