Je ne douterais plus

C'était une journée de printemps comme les autres à une différence (importante) près: les morveux avaient décidés de s'arrêter pour la journée dans un centre pokémon qui proposait de nombreuses activités amusantes pour les dresseurs et leurs pokémons. Comme nous ne pouvions pas intervenir (et que ça nous faisait un pretexte pour flemmarder ;-) nous avons décidé, Miaouss, Jess et moi de passer notre journée à nous reposer dans notre cabane. 

    Pour l'heure, Miaouss était partit pêcher dans le lac voisin. Jess et moi étions en train de nous prélasser sur notre lit, et nous discutions tranquillement. Jessie soupira et se redressa pour me regarder: elle fronça les sourcils: 
    "Pourquoi garde tu ta veste? Tu dois mourir de chaud! Enlève la!" 

    Et puis, par réflexe sans doute puisque je n'obéissait pas, elle avança la main et saisit ma veste comme si elle avait l'intention de l'enlever elle même ... Ce geste me surpris et je m'assis moi aussi un peu pour la regarder: réalisant ce qu'elle faisait elle me lâcha et rougit légèrement. 
Elle m'ordonna à nouveau d' enlever mon haut d'uniforme, mais je savais que c'était pour ne pas rester dans cette situation gênante et je souris légèrement. Puis je me rallongeai, mais à cet instant... Elle bougea pour changer de position et, allez savoir comment, nos deux visages se sont retrouvés face à face, proches... Si proches... 

    Cette situation me bouleversa étrangement, et elle aussi... J'ouvris la bouche pour parler mais rien ne sortit de ma gorge... Elle me regardait de plus en plus bizarrement et je sentis qu'elle passait son bras derrière ma nuque lentement. J'ai à nouveau tenté de parler mais je pus seulement prendre une inspiration tremblante... Cela me ramena l'odeur de ses cheveux, de ses vêtements, de son visage... De sa peau... Cette sensation me troublait terriblement et je m'approchai légèrement d'elle, elle fit de même, nos bouches étaient à quelques millimètres l'une de l'autre et je sentais la pression de son bras qui poussait mon visage à se rapprocher encore... Et enfin j'ai effleuré ses lèvres des miennes... 

    Je ne savais plus où j'étais, c'était si merveilleux que je ne me suis même pas demandé si elle risquait de se fâcher. Nos mains se sont cherchées sans que nous prononcions un mot, et nos doigts se sont entrelacés. J'avais l'impression que cette étreinte avait duré un siècle et pourtant qu'elle avait été trop courte lorsque Jessie la brisa tendrement... Elle murmura amoureusement: 
    "James..."

    Puis elle se rapprocha pour m'enlacer et m'embrasser à nouveau.

    Et cet alors que tout se brisa pour moi.

    Je ne sais pas si c'était son mouvement, son visage, sa voix ou bien tout ce qui venait de se passer... Tout se brouilla dans ma tête, j'oubliai mon bonheur précèdent et une terrible pensée me vint à l'esprit: 
"Jezabelle"... Incapable de me contrôler, je sautai hors du lit et reculai lentement sur mes jambes titubantes... Tout mon corps frissonnait et vibrait car le terrible souvenirs de Jezabelle me forçant à la regarder tandis qu'elle m'embrassait m'envahissait tout entier. C'était affreux, je me souvenais de tout, sa voix douce mais si cruelle, sa façon de m'embrasser tendrement qui me donnait la nausée...

    Je remarquai finalement en reprenant mes esprits que Jess c'était redressée. Elle me regardait d'un air surpris mais surtout confus et triste. 
Oooh, elle devait croire que c'était elle qui me faisait ça... Mais non, qu'est-ce qui me prenait, ce n'était pas Jez, c'était Jessie, que j'aimais de tout mon coeur....Oui mais pourtant le dégoût était le plus fort, j'étais au bord de l'évanouissement, et au lieu de lui expliquer et de la réconforter, je partit d'un pas chancelant dans la cuisine sans lui parler...

]@]@]@]@]@]@]@]@




   Tout l'après midi ne fut qu'un long cauchemar d'où je sortait à peine... Tout était confus dans ma tête comme si une fièvre me faisait délirer... Et je ne savais plus si cette fièvre s'appelait Jezabelle ou Jessica. Des pensées étranges me traversaient; je revoyais dans les moindres détails les scènes qui avaient fait de mon enfance un cauchemar et je maudissais Jez: c'était à cause d'elle que cela m'avait fait ça d'embrasser Jess!! Même des années après elle m'empoisonnait encore la vie en m'empêchant d'être un homme normal!! D'un autre coté... jess lui ressemblait tant physiquement que ça ne pouvait pas être un pur hasard... Toutes les deux violentes... Souvent méchantes... Hautaines... Manipulatrices et fourbes... Je ne savais plus quoi penser...

    A un moment je crus entendre sangloter Jess à coté: cela me brisa le coeur et je me levai pour la rejoindre mais je me souvins aussitôt de toutes ces fois où ma fiancée pleurnichait faussement pour me faire croire que c'était moi qui était en tord et me culpabiliser... Je me rassis sur ma chaise silencieusement pour pleurer à mon tour.

    Miaouss finit par rentrer et sentit tout de suite que quelque chose n'allait pas. Il me jeta un coup d'oeil comme s'il voulait sonder mon esprit puis alla rejoindre Jessie dans la chambre. Mal à l'aise, je me levai pour prendre l'air et regarder le coucher du soleil.

    Je ne saurais jamais ce que Miaouss à dit à Jessie. Mais elle vint s'asseoir à mes cotés quelques instants plus tard et si elle avait pleuré, en tout cas en n'en voyait pas la moindre trace...

    Je tournai la tête en même temps qu'elle et nous avons échangé un puissant regard... Et alors tout m'apparut nettement, la vérité immuable et merveilleuse...

    Jez était une sadique, avide de richesse et pleine de perversité...

    Jessie avait du caractère, certes, mais surtout une reserve d'amour que nul ne pouvait soupçonner et c'était cela, son unique trésor... Et j'avais faillit passer à coté, aveuglé que j'étais à croire encore que Jess ne pensait qu'à l'argent...

    Dans ce regard que nous avion échanger avant de nous embrasser j'avais lut un amour intense absent chez jez... Et je retrouvai à nouveau tout cette passion dans ses yeux.

    Alors, avec un gémissement d'amour et de bonheur, je me penchai à nouveau vers jess pour l'embrasser à nouveau. Et je su que j'avais raison: ce baiser était si diffèrent de ceux de Jez que je ne fis même pas la comparaison, ce souvenirs avait disparut et je ne voyait que la douceur de 
cet instant...

    Oui Jessie, je ne douterai plus jamais... 


FIN 
Hélène

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site