Entre cauchemard et réalité (2)

Après avoir remercié le soit disant docteur, juste avant qu'il retourne dans l'immense chambre très bien occupée qui lui avait été réservée tout spécialement dans le bâtiment; les parents de James redescendirent dans la gigantesque pièce principale avec un sourire éclatant sur leurs visages.

Jezabelle était assise dans un fauteuil en osier au milieu du salon et elle se releva lorsqu'elle vit le couple.

"Père, Mère!" s'écria-t-elle en accourant vers ses pseudos beaux-parents. "Comment va James? Quand est-ce que je pourrais le voir?"

Les Morgan's soulevèrent leurs mains devant eux et les secouèrent. "Calmez vous chère enfant." dit la mère de James en déposant sa main sur l'épaule de cette dernière. "Notre tendre fils se repose pour le moment. Il est donc préférable que vous ne lui rendiez pas visite immédiatement."

"Est-ce que vous lui avez raconté l'histoire de son  pseudo "accident"? Est ce qu'il vous a crûs?"

Les Morgan's soupirèrent. "En effet, nous lui avons narré l'histoire que nous avons si bien orchestrée pour lui mais il n'a pas semblé nous croire." dit le père de James.

"Nous nous assurerons qu'il le fasse, cependant." ajouta madame Morgan "Nous mettrons tout en oeuvre pour que James prenne croyance en notre récit. De toute façon, vu sa naïveté ça ne sera sans doute pas si difficile."

Jezabelle cligna des paupières curieusement. "Allez vous le droguer et lui montrer les faux documents?"

"Si nous nous trouvons face au besoin de le faire, nous le ferons."

Jezabelle étreignit ses mains entre elles: "Oh, je meurs d'impatience de revoir James de nouveau! Il m'a tant manqué!!! A-t-il changé physiquement au cours de ces 3 dernières années?"

Madame Morgan secoua sa tête avec un air déçu. "Hélas non et il semble que son comportement n'a pas changé d'un millimètre lui aussi."

Contrairement à sa "belle-mère", Jezabelle ne sembla absolument pas déçue par cette nouvelle. "Oh bien, je me verrais sans doute "obligée" de lui apprendre la façon correcte de faire les choses de nouveau!" Un sourire satisfait apparu sur son visage. Les parents de James acquiescèrent, ne disant pas un mot.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Cela faisait plusieurs heures que James avait disparu maintenant et Jessie et Miaouss avaient sans cesse réfléchit à la raison pour laquelle leur ami avait été enlevé. Pour une raison qu'elle ignorait, l'instinct de Jessie la poussait à croire que cet enlèvement avait un lien avec les parents de James. Après tout, ces derniers vivaient non loin de l'endroit où  l'équipe logeait pour le moment et il ne leur aurait pas été dur, ainsi qu'aux ravisseurs du jeune homme d'apprendre que ce dernier vivait dans la région; vu la notoriété qu'il avait accumulé au fil du temps avec ses défaites dans la Team Rocket.

Peu avant de venir loger en ville, James avait été réticent, disant à ses amis qu'il n'appréciait pas l'idée de séjourner non loin de son manoir. Il avait eu la crainte que quelqu'un le reconnaisse et informe ses parents de sa présence provisoire dans les alentours. En retour, au lieu de considérer les dires de son ami, Jessie l'avait grondé, lui disant d'arrêter d'être aussi paranoïaque. Mais maintenant, en y réfléchissant bien, la jeune femme pensait que son ami avait peut être eu raison.

"Comment pourrions nous, nous assurer que les parents de James ont bel et bien quelque chose en commun avec son enlèvement?" demanda Miaouss curieusement à son amie. Celle-ci prit un air réfléchit et tapota son menton avec son index. "Peut-être... devrions nous pénétrer de nouveau en fraude dans le parc immense de son manoir et............. et....... et.............."

......

Un long moment de silence passa.

"Et quoi?!" gronda finalement Miaouss, perdant patience. Jessie haussa ses épaules. "Je ne sais pas."

Le félin se mit à réfléchir à son tour. "Tu pourrais peut être essayer de te faire engager comme membre du personnel afin d'essayer de percevoir quelques informations."

"Ça ne serait pas une mauvaise idée, Miaouss mais si l'enlèvement de James n'est pas en rapport avec ses parents comme nous le pensons, alors ça sera une perte de temps inutile."

"Qui ne tente rien n'a rien."

Un nouveau moment de silence passa. Finalement, Jessie le brisa. "Tu as raison, Miaouss." admit elle. Le félin sourit. "Mais comment pourrions nous, nous faire engager comme membres du personnel?"

"J'ai lu un jour dans le journal que les employés de la famille Morgan se plaignaient de ne pas être assez payés. Le personnel ne doit pas se bousculer. Souviens toi, Jessie, la dernière fois où nous sommes allés au manoir, le seul employé de maison que nous avons rencontré était ce vieux majordome qui était resté au service des parents de James parce qu'il était un ami de la famille."

"C'est vrai." soupira Jessie.

"Et les déguisements ne manquent pas. Il doit sûrement rester une tenue de demoiselle de chambre quelque part."

"Et que vais je dire pour me présenter au manoir?" demanda Jessie.

Miaouss haussa ses épaules "Tu improviseras."

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

"Mmmmn.... que s'est-il passé?" James fut aveuglé par la lumière lorsqu'il ouvrit ses yeux, se réveillant pour la seconde fois depuis son arrivée au manoir de ses parents. Il referma ses paupières de toutes ses forces puis souleva ses mains dessus et les frotta. Il soupira avec soulagement en réalisant qu'il n'était pas attaché. "Ooooh quel cauchemar horrible..." gémit-il en s'asseyant lentement. Il bâilla, étira ses bras par dessus sa tête puis il déposa ses mains sur ses draps, s'asseyant lentement en tailleur et il cligna des paupières pour laisser la possibilité à ses yeux de s'habituer à la lumière artificielle.

"Oh non, ce n'est pas vrai!!!" James glapit lorsqu'il remarqua qu'il se trouvait toujours dans sa chambre. Cette fois, ça devait être le soir car les rideaux avaient été fermés. "Quelle heure est-il? Combien de temps ai-je dormi?" songea-t-il. Il se prépara à repousser ses draps et à se relever mais ne le fit pas lorsqu'il entendit le déverrouillage de la porte de la chambre. Haletant avec frayeur, il se coucha sur son côté, souleva ses draps par dessus ses épaules et ferma ses yeux, feignant dormir.

"Je crois qu'il est éveillé, je l'ai vu remuer." dit sa mère en jetant un coup d'oeil à l'intérieur de la pièce. Elle se retourna alors et chuchota à une personne présente derrière elle: "Tu peux venir le voir."

James referma ses paupières plus fermement en entendant le son de pas délicats s'avançants auprès de son lit. "Pourvu que ça ne soit pas elle..." pensa-t-il, songeant à sa détestable fiancée. Une voix douce confirma sa pensée craintive. "Êtes vous certaine qu'il est éveillé, mère? Il a les yeux fermés et il semble fort qu'il dort..."

"Je pense qu'il feint dormir." dit madame Morgan "Je suis sûre et certaine de l'avoir vu assit durant un bref instant."

Jezabelle donna un signe d'accord de la tête à sa "belle-mère" et s'assit sur la chaise située à côté du lit de James puis elle caressa sa joue. "Inutile de feindre que tu dors, tendre James, je t'ai vu remuer les paupières."

James soupira, il s'était trahi. Il ouvrit ses yeux lentement, évitant de regarder la jeune femme assise à côté de lui.

"Comment vas tu aujourd'hui; mon tendre et cher?" demanda Jezabelle, caressant son front. Le jeune homme soupira "Mal." Suite à ces mots, il referma ses yeux. Jezabelle se releva quelque peu, se penchant vers lui puis elle saisit son visage entre ses mains et le tourna vers elle. "Ouvre tes paupières et observe moi avec tes jolis yeux verts profonds, tu ne dois pas avoir peur."

Prudemment, James entrouvrit ses yeux. Il avala sa salive difficilement en rencontrant le regard fixe de sa "fiancée".

"Père et Mère m'ont dit qu'ils avaient de nouveau essayé de t'expliquer ce qui t'étais arrivé tout à l'heure mais que tu refusais de les croire. Est-ce vrai?"

James fronça ses sourcils. Il s'assit et repoussa les mains de la jeune femme loin de son visage. "Je n'ai pas à les croire puisqu'ils me mentent!"

Jezabelle libéra un soupir outré et souleva ses mains sur ses lèvres. "Comment oses tu dire que tes parents sont des menteurs?! C'est très incorrect de ta part!"

"Parce que c'est vrai!" gronda James, croisant ses bras.

La jeune femme aux cheveux rouges bouclés secoua sa tête. "Tu ne sais pas ce que tu dis."

James ouvrit sa bouche pour répondre mais la referma bientôt, se décidant à ne plus poursuivre le sujet. Après tout, à quoi bon parler dans le vent?

"Comment s'est passée ta sieste?" demanda Jezabelle finalement après un bref moment de silence, bien décidée à réengager la conversation "As tu bien dormi?"

James secoua sa tête "Comment aurais je pu bien dormir alors que c'était un repos forcé?!"

"Un repos forcé?"

"Oui! Le docteur m'a fait une piqûre calmante!"

"Ooooh tendre James, tu t'es de nouveau agité?!" demanda Jezabelle, semblant catastrophée.

Le jeune homme secoua sa tête. "Non, je me suis juste un peu énervé et on ne m'a même pas laissé le temps de m'expliquer que j'ai été épinglé au lit immédiatement et ensuite le docteur m'a poignardé une aiguille dans le bras!" Il pleurnicha en prononçant ses derniers mots puis il baissa son regard et serra ses poings. "Quoi qu'il en soit, je ne croirais pas une parole de ce récit stupide sur mon soit disant "accident" qui m'aurait laissé dix ans dans le coma!"

Jezabelle soupira et caressa le bras de son fiancé. Celui-ci recula avec dégoût. "Pourquoi es tu toujours si borné, James? Quand accepteras tu enfin de croire que père et mère ne te mentent pas? Ce qu'ils t'ont dit est tout à fait vrai. J'étais présente le jour où ce malheur t'es arrivé. Oooooooh je me suis fait un tel sang d'encre pour toi durant ces dix années! J'ai cru.... j'ai vraiment cru que tu ne te réveillerais jamais!!!!" La jeune femme commença à sangloter. James grogna. Apparemment, Jezabelle était restée bonne actrice.

"N'essaye pas de me faire croire n'importe quoi toi aussi. Je ne suis pas aussi naïf. Je sais parfaitement que je n'ai plus vécu ici durant ces dix dernières années. J'ai fugué, ensuite j'ai rejoint la Pokémon Tech, j'y ai rencontré ma meilleure amie Jessie, nous avons intégré le gang des bicyclettes de soleil ville et ensuite la Team Rocket où nous avons rencontré notre ami Miaouss. Ces souvenirs sont impérissables pour moi et rien ne pourrait jamais les effacer de mon esprit! Cet après-midi encore, j'étais dans une cabane de la Team Rocket, située à proximité de cette ville; avec mes amis et nous nous préparions à passer une agréable soirée T.V. jusqu'à ce que d'étranges bandits pénètrent dans notre cabane par infraction. Je n'ai plus aucun souvenir de ce qui s'est passé suite à cela..."

"Tu as toujours eu une telle imagination tendre James." murmura Jezabelle en souriant d'un faux air triste. Elle soupira puis ajouta: "Quoi qu'il en soit, il faudra que tu apprennes à quitter le monde des rêves un jour. Je sais que ces années de coma ont sans doute été..."

James interrompit sa "fiancée". "OOooooh mais cesse donc d'inventer que j'ai été dans le coma!!!!" gronda-t-il, levant le ton tout à coup "Je sais que je ne suis pas fou et pas assez stupide pour croire en ces inepties que vous m'inventez mes parents et toi!!!! Je ne sais pas ce que vous avez encore projeté sur mon compte mais je savais parfaitement que je n'aurai jamais dû accepter de venir loger à moins de 20 kilomètres de ce manoir pourri!!!"

Tout d'abord, suite à cette remarque désagréable, Jezabelle prit une apparence offensée. Ensuite, elle s'énerva. "TENDRE JAMES!!! SACHE QUE CE QUE TU VIENS DE DIRE EST TERRIBLEMENT INCORRECT!!!!"

Entendants la dispute des deux jeunes gens, les parents de James se décidèrent à agir. Ils pénétrèrent à leur tour dans la pièce, demandant à Hopkins (qui les accompagnait) de surveiller la porte au cas où leur fils essayerait de fuir.

"Et bien que vous arrive-t-il encore?" demanda madame Morgan en s'approchant du lit. James serra ses dents d'avantages. "J'exige de savoir pourquoi vous m'inventez des histoires absurdes concernant un accident et un état comateux que je n'ai jamais vécus!!!! Est-ce que cette histoire fait encore partie de l'un de vos plans foireux pour m'obliger à rester ici?!" gronda-t-il, regardant ses parents à tour de rôle avec un regard accusateur.

Monsieur Morgan secouant sa tête, se décidant à prendre la parole à la place de sa femme. "Pourquoi vous mentirais-t-on très cher? Tout ce que nous souhaitons depuis toujours, est votre bien et-"

James interrompit son père, émettant un rire sarcastique: "Ha ha! Mon bien?! C'est ça?! Je me demande quand vous m'avez vraiment fait du bien?! Vous allez peut être me répondre que c'était quand vous me donniez des repas gigantesques!!! Oooooh oui, je m'en souviens, vous m'offriez des plateaux remplis de tous mes mets préférés avec la connaissance que je ne pouvais pas m'empêcher de me gaver et que j'allais tomber malade!!!!"

Le couple s'échangèrent des regards sournois, ensuite ils secouèrent leurs têtes. "De quoi parlez vous donc très cher?" demanda sa mère, tournant de nouveau son attention à James. Il devint rouge de colère. "VOUS LE SAVEZ TRÈS BIEN!!!!" cracha-t-il. Suite à cela, il croisa ses bras. Jezabelle lui tapota l'épaule. "S'il te plaît tendre James, calme toi. Il est mauvais pour toi de t'énerver de la sorte." De nouveau, le jeune homme s'éloigna le plus possible de sa fiancée "Cesse de me toucher, tu me dégoûtes!" Ses parents soupirèrent.

"James cher, si vous continuez à vous énerver de la sorte, nous nous verrons de nouveau dans l'obligation de demander au médecin de vous faire une injection de produit calmant, alors que tout ce que nous souhaitons est de dialoguer avec vous." annonça sa mère.

"Ce n'est pas ce que vous voulez n'est-ce pas?" demanda son père en mimant la piqûre.

James ouvrit sa bouche, prêt à répondre une remarque acerbe mais finalement il baissa sa tête et la secoua, répondant plus calmement: "Non..."

Ses parents sourirent. "Bien."

Tous deux s'approchèrent un peu plus de lui.

"Maintenant que vous semblez enfin plus disposé à nous écouter, nous allons vous expliquer tout ce qui vous est arrivé et tout ce que nous attendons de vous. Si vous refusez de nous croire sur un point, dites le calmement et nous vous fournirons une explication détaillée et même quelques preuves si vous le souhaitez vraiment..."

James acquiesça sans vraiment écouter les dires de son père. Après tout, que lui restait-il à perdre pour le moment?

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

"Et voilà comment tout est arrivé..."

James soupira à la fin du récit de ses parents, concernant l'histoire de son "accident fictif". Il ne les avait pas interrompu une fois mais durant tout le temps de la conversation, ses pensées étaient restées centrées sur Jessie et Miaouss. Cette histoire de noyade dans la piscine olympique suite à un engourdissement était totalement absurde à ses yeux. Comment ses parents pouvaient-ils croire qu'ils parviendraient à le duper avec une histoire aussi fantasque? Il savait parfaitement ce qui lui était arrivé durant ces 10 dernières années. Il n'était pas fou, ni complètement stupide. Par contre, il avait de plus en plus de doutes concernant la condition mentale de ses parents. Il croisa ses bras. "Vous m'avez dit avoir des preuves." soupira-t-il "Puis je les voir?"

Ses parents acquiescèrent et son père quitta la chambre, chuchotant un petit: "Je reviens." Une dizaine de minutes plus tard, il revint avec un petit classeur dans les bras. "Tenez" dit-il en le présentant à son fils aux cheveux lavandes. Ce dernier prit le classeur, l'ouvrit et commença à observer son contenu attentivement.

"Qu'est-ce que...? Ce... ce n'est pas possible!" glapit-il en observant les diverses coupures de presses que le classeur contenait. Toutes étaient datées d'un jour de février1993 et concernaient son "accident".  James cligna des yeux. "Le fils Morgan victime d'une terrible noyade.""Le fils Morgan, plongé dans un terrible coma""Les Morgan redoutent la perte de leur unique enfant""La richissime famille Morgan frappée par une tragédie.... Non... ce n'est pas possible...Co... comment avez vous...?" commença-t-il. Ses parents sourirent. "Ces journaux sont authentiques." dit sa mère.  James fronça ses sourcils et secoua sa tête "Je refuse de le croire..."

"Croyez ce que vous voulez, les preuves sont là." dit son père "Demandez nous d'autres preuves et nous vous les fournirons. Hopkins, Jezabelle et nous-même ne sommes pas les seuls témoins."

"Ce.... c'est impossible. Vous avez tout manigancé. Je suis sûr que ces coupures de journaux sont fausses, tout comme cette histoire et comme les dires que pourraient me raconter ces faux témoins!"

Madame Morgan soupira. "Vos grand-parents pourraient aussi confirmer ces dires s'ils étaient toujours tous en vie. Vous pouvez toujours questionner la grand-mère qu'il vous reste si vous le souhaitez."

"Grand-maman n'a plus toute sa tête, elle serait capable d'approuver n'importe quoi!"

Les Morgan's et Jezabelle soupirèrent à l'unisson. "Et bien tant pis, alors, James. Je vous le répète; pour le moment croyez ce que vous voulez mais bientôt, vous devrez quitter vos illusions et faire face à la réalité." dit son père.

James grogna silencieusement: "Vous rêvez."

"Bien. Je pense que vous désirez rester seul un instant, je peux le lire dans vos yeux." dit sa mère.

James acquiesça "Oui. Un peu de solitude me fera le plus grand bien."

"Très bien, alors. Profitez de ce moment de calme pour rassembler vos idées et pour réfléchir à ce que nous vous avons dit. Nous nous reverrons ce soir et entre-temps, nos domestiques s'occuperont de vous, comme par le passé."

"Domestiques?! Je pensais qu'il ne vous restait plus qu'Hopkins comme employé à plein temps et que les autres étaient partis parce que vous refusiez de payer un trop nombreux personnel."

Les Morgan's et Jezabelle secouèrent leurs têtes: "Encore un produit de votre imagination débordante."

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Après une légère hésitation de Jezabelle, James observa ses parents et sa fiancée quitter la pièce et verrouiller la porte derrière eux. Durant quelques secondes, il resta assit dans son lit, le regard vague, puis il observa de nouveau les diverses coupures de presses que son père lui avait donné. "Ils sont vraiment prêts à tout!!!" gronda-t-il avant de jeter le classeur contre le mur opposé de la chambre. Il exhala puis se releva et s'approcha de l'immense fenêtre. Il en repoussa le rideau et son premier instinct fut de saisir la poignée permettant de l'ouvrir mais par malchance il n'y parvint pas. Après quelques secondes de tentative désespérée d'ouvrir la fenêtre, James prit la résolution que ça ne le conduirait nul part. Ses parents avaient prit la précaution de bloquer la fenêtre avant son arrivée, il ne parviendrait sans doute pas à casser le carreau puisque la plupart des vitres de la maison étaient incassables et de toute façon, même s'il réussissait à ouvrir la fenêtre, il ne parviendrait jamais à descendre sans se tuer car il n'y avait aucune gouttière ou arbre à proximité sur lequel il pourrait prendre appui. Il et observa fixement le parc immense s'étendant en-dessous de lui. "Oh, Jessie, Miaouss; pourvu que vous veniez rapidement me sortir de ce cauchemar." gémit-il. Il tourna alors son attention à l'immense bâtisse où vivait son meilleur ami d'enfance; son caninos: Caninou. "Je me demande s'il a évolué." pensa James. Il secoua sa tête faiblement "Ça m'étonnerais, vu que je n'étais plus là pour poursuivre sa formation." Il s'assit sur le rebord de la fenêtre et fit glisser ses doigts sur le carreau. "Tu m'as tant manqué, Caninou. J'aimerai tant te revoir. Je regrette de ne pas avoir pu te prendre dans la Team Rocket, avec moi. Ton travail est de protéger papa et maman et..." il baissa son regard "Sans doute suis je trop généreux."

Son regard quitta la niche gigantesque et voyagea sur le reste de l'étendue du parc qui lui était visible. Ses yeux se posèrent sur le petit pont en bois surplombant l'étang à magicarpes de son père et il rit en se remémorant le jour où il avait poussé Jezabelle à l'eau. Ensuite, il observa les parterres de fleurs et les quelques roseraies implantées ci et là. Une larme coula le long de sa joue quand il se souvint d'un jour où il avait planté un petit arbuste de roses avec son grand-père. "Il doit sans doute toujours être là. J'aimerai aller le voir." pensa-t-il "Je suis sûr que les roses qu'il contient doivent être les plus belles de tout le parc."

James se releva et quitta le rebord de la fenêtre puis il s'approcha de sa petite table de nuit, s'accroupit devant et en ouvrit le tiroir. À l'intérieur, il trouva plein d'objets qui firent revenir des souvenirs à son esprit. Il s'assit en tailleur sur son lit et déposa les objets un à un sur sa couette: un petit yo-yo, des figurines pokémon en cire, quelques capsules de bouteilles, des bouchons de bouteille de vin en liège, des cocottes en papier, des billes, un crayon mâchonné, des jouets d'oeuf surprises qu'il avait eu durant ses séjours chez ses grands-parents ou d'autres membres de sa famille et finalement... un petit carnet. Avec mélancolie, il l'ouvrit et renifla en se remémorant le jour où il avait décidé d'écrire un journal intime. Il en lu le contenu...

Cliquez ici pour lire le contenu du journal de James

James soupira en refermant le journal. Il n'avait écrit que 2 pages, toutes deux assez déprimantes. 2 jours plus tard, il s'était enfui. Il se laissa retomber sur le lit, ignorant la présence des autres objets éparpillés à côté de lui puis il ferma ses yeux fermement, concentrant son esprit sur la façon dont il pourrait s'échapper cette fois.

À suivre...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Roketto Dan no Sekai--Site créé le 22 mars 2011 par Musashi et Kojiro

Design par Musashi et Jez

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site